Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 06:02
Législatives - Faire gagner la gauche en la rassemblant dans sa diversité (Fabien Roussel, PCF)
Législatives - Faire gagner la gauche en la rassemblant dans sa diversité (Fabien Roussel, PCF)
Partager cet article
Repost0
30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 05:52
Syrie : des femmes dans la guerre en Streaming Documentaires - Société française - France 5 Quatre Syriennes témoignent de leur vie pendant la décennie chaotique qui a débuté avec la révolte de mars 2011 et qui s'est transformée en guerre civile.

Syrie : des femmes dans la guerre en Streaming Documentaires - Société française - France 5 Quatre Syriennes témoignent de leur vie pendant la décennie chaotique qui a débuté avec la révolte de mars 2011 et qui s'est transformée en guerre civile.

L'Humanité, 29 avril 2022 - Article de Laurent Etre

L'Humanité, 29 avril 2022 - Article de Laurent Etre

Syrie. Femmes et révolutionnaires
Publié le
Jeudi 28 Avril 2022
 

Le réalisateur Kamal Redouani raconte dix ans de conflit syrien à travers le regard de quatre femmes en quête de liberté. « Les révolutionnaires syriennes sont les grandes oubliées de l’histoire », est-il rappellé en préambule. Avec des archives rares, il souligne que les femmes ont souvent été en première ligne, à la fois contre Bachar Al Assad et contre l’organisation « État islamique », laquelle a profité du chaos de la guerre civile. Laurent Être - L'Humanité

***

Un documentaire a ne pas manquer: "Syrie, des femmes dans la guerre" - dimanche France 5, 21 heures. Avec le témoignage de Lubna, engagée dans la Révolution, la solidarité avec les quartiers martyrisés dans le régime monstrueux de Bachar al-Assad, et qui est aujourd'hui réfugiée où Morlaix où elle travaille toujours pour une ONG syrienne et internationale de défense des droits des femmes présidée par l'écrivaine et journaliste Samar Yazbek, dont elle est une des "19 femmes" de ce livre bouleversant paru chez Stock en 2019 sur les femmes dans la révolution et la guerre syrienne. Bel article dans L'Humanité du week-end par Laurent Être. " Je pourrais parler du siège pendant des heures. C'est une situation humiliante, douloureuse, qui vous fait perdre toute humanité. Tu luttes intérieurement pour rester humain, ne pas devenir sauvage" (Lubna).

Partager cet article
Repost0
30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 05:43
Elsa Lefort, Salah Hamouri au cœur (L'Humanité, Pierre Barbancey, 24 avril 2022)
Elsa Lefort, Salah Hamouri au cœur

 

La jeune femme se bat au quotidien pour obtenir la libération de son époux, avocat franco-palestinien emprisonné en Israël, que leurs deux enfants n’ont pas vu depuis le mois de mai 2021.

Publié le
Dimanche 24 Avril 2022
 

Ce 25 avril est une journée particulière pour Elsa Lefort. Son époux, Salah Hamouri, fête ses 37 ans. Une journée particulière, certes, mais bien triste aussi. Elle est seule avec leurs deux enfants. Salah, lui, est emprisonné en Israël depuis le 4 mars. Il a été condamné, le 10, à quatre mois de détention administrative, ce qui signifie que ni lui, ni ses avocats et encore moins sa famille ne peuvent connaître les faits qui lui sont reprochés. Pis, cette détention administrative est renouvelable. « La campagne pour la libération de Salah et la non-révocation de sa carte de résident à Jérusalem m’occupent tous les jours », explique Elsa, qui travaille à temps plein dans une collectivité territoriale.

« En France, l’enjeu est d’élargir la campagne et le soutien »

La jeune femme a elle-même subi le harcèlement des autorités israéliennes. Il y a quelques années, enceinte, elle avait été placée en détention à l’aéroport de Tel-Aviv, avant d’être refoulée. Mais elle n’entend surtout pas baisser les bras. « En France, l’enjeu est d’élargir la campagne et le soutien à des personnes, qui ne sont habituellement pas impliquées, pour Salah. On peut compter sur des soutiens fidèles qui, au fil des années, ont suivi les précédentes campagnes et qui s’engagent spontanément, je pense à des élus et collectivités qui, par le passé, ont déjà écrit au ministère des Affaires étrangères ou fait Salah citoyen d’ho nneur, aux partis politiques, essentiellement à gauche dont le PCF, aux organisations syndicales ou associations, dont les associations de défense du peuple palestinien comme l’Association France Palestine Solidarité ou l’Union juive française pour la paix et d’autres encore. »

Figure emblématique des prisonniers politiques palestiniens

Elle se félicite ainsi que des ONG comme Amnesty International, la Fédération internationale des droits humains ou ­l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture se soient emparées du cas de Salah Hamouri, figure emblématique des prisonniers politiques palestiniens, surveillé par le logiciel espion Pegasus, développé par la société israélienne NSO, maintenant sous le coup d’une plainte. « Plus nous serons nombreux, citoyens, élus, associations, partis, ONG, à soutenir Salah, plus la diplomatie française devra intensifier son action. Concernant les élus, la plupart sont de gauche, mais je travaille aussi à ouvrir le soutien à toutes celles et tous ceux qui sont attachés à la défense d’un Français arbitrairement incarcéré et harcelé depuis une vingtaine d’années. »

« La diplomatie française se fait humilier par Tel-Aviv »

Il y a un mois, le Quai d’Orsay affirmait avoir demandé des explications à Tel-Aviv. Interrogé vendredi par l’Humanité, le ministère des Affaires étrangères assure rester « pleinement mobilisé pour obtenir des explications sur les raisons de sa détention » et réitère le souhait « qu’il soit libéré et qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem ». Elsa est en contact régulier avec les diplomates français sur place, mais ces derniers n’ont toujours pas obtenu un droit de visite pour l’épouse de Salah et ses enfants. Elle ne décolère pas : « Ils me disent être mobilisés et agir, mais je ne vois pas de résultats de cette mobilisation : Salah est toujours en prison, il est toujours menacé d’expulsion définitive de Palestine, et nous n’avons pas pu lui parler. La diplomatie française se fait humilier par les autorités israéliennes, et c’est assez inquiétant. »

« Depuis qu’il est né, le grand vit loin de son père »

Pour Elsa, il faut aussi gérer cette situation avec leur garçon de 6 ans et leur fille de 1 an. « Depuis qu’il est né, le grand vit loin de son père. Je lui ai expliqué les choses. Il comprend que Salah est en prison parce qu’il se bat pour la liberté des Palestiniens. Il en est fier », confie-t-elle. Ce n’est évidemment pas facile. « Dans ses jeux, il imagine Harry Potter qui vient délivrer son papa et ses codétenus. » Mais l’enfant est aussi confronté à la réalité pénitentiaire. Il avait réalisé un dessin et l’avait envoyé à Salah. Celui-ci ne l’a jamais reçu, la direction de la prison estimant que le sujet dessiné était trop politique ! « La petite, je lui montre des vidéos où elle peut voir Salah. Elle ne le connaît quasiment qu’ainsi. La dernière fois qu’elle l’a vu, elle n’avait que dix jours, explique Elsa, qui gère tout ça avec patience. Mais ne pas pouvoir se projeter dans l’avenir, c’est vraiment le plus dur. Je ne peux pas dire aux enfants : “Courage, dans cinq ou dix jours vous serez dans les bras de votre père.” Parce qu’on ne sait pas s’ils vont prolonger sa détention. Leur but est de briser des êtres humains. Il faut donc puiser dans ses propres forces pour que leur but ne soit jamais atteint. »

Partager cet article
Repost0
30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 05:20

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2022 5 29 /04 /avril /2022 13:44
Partager cet article
Repost0
29 avril 2022 5 29 /04 /avril /2022 13:31

Dimanche 24 avril 2022, un riverain a remarqué que le panneau qui expliquait l’histoire ​du village de Trédudon Le Moine, à Berrien (Finistère), avait été vandalisé. La commune a reçu le titre de premier village résistant de France en 1947.

Dimanche 24 avril 2022, le panneau racontant l’histoire du village de Trédudon Le Moine, à Berrien (Finistère) a été vandalisé.

 

 

Nous avons été alertés dimanche matin par une personne résidant dans le village.

 J‘ai aussitôt procédé à un signalement auprès de la gendarmerie de Carhaix.

Une brigade s’est rendue sur place le lundi afin de relever des indices, ​indique Hubert Le Lann, le maire, scandalisé par ce vandalisme.

Premier village résistant de France

Le village, classé comme le premier village résistant de France, possède une stèle explicative. De juin 1940 à août 1944, le village a maintenu une parcelle de France libre. Dès le 16 juin 1940, l’organisation clandestine du Parti communiste français, dirigée par Pierre Plassart, y a stocké des armes britanniques avec la complicité et le soutien de toute sa population.

Un refuge pour les résistants traqués

 

Trédudon Le Moine sera à la fois un dépôt d’armes, un refuge pour les résistants traqués, un lieu de réunion et un centre de décision pour les dirigeants nationaux et régionaux des Francs-tireurs et partisans français (FTPF). C’est pourquoi l’État-major national lui a décerné le titre de premier village résistant de France.

Le panneau démonté

La stèle a été inaugurée en 1947 par le professeur Marcel Prenant chef d’état-major des FTPF et les chefs régionaux en présence de l’ensemble des résistants du département. La municipalité a fait démonter le panneau afin de tenter d’effacer les traces de peinture. Sachant que les méfaits se sont produits le jour du souvenir des déportés, faut-il y voir un symbole ? », ​s’inquiète Hubert Le Lann. La municipalité de Berrien a décidé de procéder au remplacement du panneau dans les délais les plus brefs.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2022 3 27 /04 /avril /2022 05:49

 

Occultée par la campagne électorale de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle, la hausse des prix sera forte en France d’ici les élections législatives des 12 et 19 juin prochains. Outre la flambée des prix du pétrole et du gaz, ceux des matières premières d’origine agricole sont aussi en forte hausse et le seront encore dans les prochaines semaines.

Réélu hier soir président de la République avec 58,54 % des suffrages exprimés contre 41,46 % à Marine Le Pen, Emmanuel Macron a soigné la mise en scène précédant sa prise de parole hier soir à Paris. Mais ce fut pour en dire le moins possible sur la politique qu’il entend conduire durant ce second mandat de cinq ans. Il s’est déclaré « dépositaire des divisions et des différences qui se sont exprimées » à travers ce scrutin. Puis il a ajouté que « nul ne sera laissé au bord du chemin », grâce à « une méthode refondée sur cinq années de mieux que celles que nous venons de vivre ». Voilà qui est clair comme du jus de chique.

En attendant d’en savoir plus sur les intentions du chef de l’État, les chiffres fournis la semaine dernière par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) indiquent que le prix du pétrole en euros a augmenté de 24,7 % au mois de mars après une hausse de 11,6 % en février. Durant ce même mois de mars, les prix des autres matières premières importées étaient en hausse de 9,3 % et ceux des matières premières agricoles continuaient d’augmenter avec une moyenne de +7,7 % sur le mois, tous produits confondus. Concernant les céréales et les oléagineux, le pire est peut-être à venir dans les prochains mois, une fois connue la récolte mondiale de l’été 2022 en volume et en qualité dans l’hémisphère nord.

Le prix de la tonne de colza a doublé en deux ans

En France, quelques semaines seulement après l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, des reportages télévisés montraient des pénuries d’huile de tournesol dans les rayons de la grande distribution. En 2020-2021 la part de l’Ukraine dans les exportations mondiales de tournesol était de 46,7 % et celle de la Russie atteignait 28,7 %. La spéculation, favorisée par la guerre, est donc la principale explication de la nouvelle flambée des prix, sachant que les semis se font au printemps et qu’ils sont très perturbés en Ukraine en raison des bombardements, du manque de carburants pour labourer, du manque de graines pour les semis, du manque d’engrais pour faire pousser les plantes dans un contexte de désorganisation de l’économie par la guerre.

En avril 2020, le prix de la tonne de blé français rendue au port de Rouen pour l’exportation était de 180 €. Ce prix fut tout le temps sous la barre des 200 € la tonne durant toute cette année 2020, ce qui rendait difficile la situation des producteurs. À partir d’octobre 2021, le prix de la tonne de blé tendre atteignait 270 € en moyenne avec des fluctuations de semaine en semaine. Le 19 avril dernier, cette tonne de blé cotait 398 € au port du Havre et on signalait que les derniers achats de l’Égypte qui venaient d’être chargés dans ce même port sur plusieurs bateaux coûtaient 492 dollars la tonne au pays importateur. Jusque-là, l’Égypte achetait surtout des blés produits en Ukraine et en Russie car leurs taux de protéines sont globalement plus élevés que ceux des blés français.

Des «stocks report» en baisse au moment de la récolte

Stagnant à 160 € en moyenne en 2020, le prix de la tonne de maïs dépassait 250 € entre septembre 2021 et février 2022. Il atteignait 335 € à Creil le 19 avril dernier. En 2020-2021, 13,1 % des volumes de maïs exportés dans le monde provenaient d’Ukraine et 38,4 % des États-Unis. Actuellement, alors que les semis ukrainiens de maïs sont perturbés et réduits en superficie, le président des États Unis déclarait récemment vouloir produire toujours plus d’éthanol à partir du maïs et du blé pour moins dépendre du prix mondial du pétrole. Voilà pourquoi de nombreux observateurs redoutent aujourd’hui une flambée spéculative et durable des prix du blé, du maïs, du tournesol, du colza et du soja.

Concernant le blé produit en France, le conseil spécial de FranceAgriMer a tenu sa réunion mensuelle le 13 avril dernier. Il prévoit que le stock de blé tendre sera inférieur à 3 millions de tonnes au 30 juin prochain, un volume inférieur à 10 % de la récolte de 2021 qui était de 35,5 millions de tonnes. Dans les pays exportateurs autres que l’Ukraine et la Russie, les stocks de report de fin de campagne seront plus bas cette année que durant les années précédentes, ce qui est susceptible de faire monter les prix. Voilà pourquoi l’inquiétude est grande dans les pays importateurs nets dont font partie l’Égypte, la Tunisie, le Liban, le Maroc, l’Algérie et de nombreux pays africains. Au Yémen, l’ONU estime que les deux tiers des 29 millions d’habitants pourraient avoir besoin d’une assistance alimentaire au cours du second semestre de 2022. En pages 22 et 23 de « L’Humanité-magazine » du 21 au 27 avril une infographie avec un commentaire de Bruno Odent montre la forte dépendance de 26 pays du continent africain et ses alentours des blés exportés par la Russie et l’Ukraine.

Risque de pénurie mondiale en cas de baisse des récoltes

Il est déjà acquis que la production de céréales et d’oléagineux en Ukraine sera en forte baisse au moment de la moisson cette année en raison des conséquences de la guerre. On sait aussi que la Russie va limiter ses exportations de céréales afin de contenir les prix sur son marché intérieur. De son côté, la Chine saura prendre rapidement des dispositions pour importer en temps voulu ses besoins évalués à près de 10 millions de tonnes de blé par an. Pour toutes ces raisons, une baisse de la récolte mondiale en 2022, probablement aggravée par des sécheresses déjà perceptibles dès ce printemps, risque d’entretenir la spéculation dans les prochains mois sur le prix du blé et des autres céréales. Il y a bien un risque de pénurie mondiale et il pourrait déboucher sur des émeutes de la faim dans un grand nombre de pays.

Réélu président la République tandis qu’il préside aussi l’Union européenne jusqu’au 30 juin prochain, que dira Emmanuel Macron sur un sujet comme la mise en jachère d’une partie des terres agricoles dans les pays membres de l’Union européenne prévue dans la nouvelle réforme de la Politique agricole commune ? Les chiffres montrent déjà qu’une telle politique favoriserait la pénurie et contribuerait à maintenir des prix très élevés, rendant inaccessibles les aliments comme le pain et les pâtes pour les ménages à faible pouvoir d’achat en France et, plus encore, pour les populations pauvres dans un grand nombre de pays importateurs de blé et autres céréales.

 

 

Partager cet article
Repost0
25 avril 2022 1 25 /04 /avril /2022 09:10

 

Mesdames et Messieurs,


Ce soir, le pire a été évité à la France.

Grâce à la mobilisation de millions de nos compatriotes, la représentante de l’extrême droite ne pourra pas, à l’Élysée, perpétrer le coup de force institutionnel qu’elle envisageait pour disloquer la République.
Elle ne pourra pas installer un pouvoir autoritaire, mettant en pièces nos principales conquêtes démocratiques, autant que les droits sociaux chèrement conquis par notre peuple.
Dans la clarté politique, sans illusion sur le projet d’Emmanuel Macron, nous avons clairement participé à ce résultat.

La bataille n’est, pour autant, pas achevée. Loin de là.


La représentante de l’extrême droite française a recueilli 42 % des suffrages, soit 8 points de plus qu’au second tour de 2017. Un résultat sans précédents depuis la Libération
Une lourde menace pèse sur notre démocratie.

Et la victoire d’Emmanuel Macron ne peut pas l’évacuer.

Quand 42 % de nos concitoyens utilisent le bulletin de vote de celle qui propose un référendum sur le voile, l’immigration avec la volonté de créer, ce qui n’existe dans nul autre pays au monde, un régime ségrégationniste en fonction de ses origines et de sa religion, c’est grave.

Et quand 28 % font même le choix de s’abstenir, en prenant le risque de son élection, nous mesurons à quel point l’extrême droite et ses idées se sont banalisées dans notre pays.


Le président sortant, s’il est réélu aujourd’hui, l’est uniquement à la faveur d’un rejet de la représentante de l’extrême droite.

Il ne doit pas considérer que ce résultat exprime un soutien à sa politique.
Nous l’avons interpellé publiquement, à plusieurs reprises, afin qu’il entende, avec humilité, la colère qui s’est exprimée lors de ces élections concernant le pouvoir d’achat, ou même son projet de réforme des retraites.

Il a refusé de remettre en cause ses choix, sa politique, avec une pointe d’arrogance que les Français ne supportent plus.

Nous devons maintenant le battre et battre sa politique aux élections législatives les 12 et 19 juin prochains.
C’est tout l’enjeu des semaines à venir.

Les Français, le monde du travail, la jeunesse ont besoin d’une perspective d’espoir.
Ils ont besoin de réformes heureuses, positives; ils ont besoin de progrès social, de justice sociale.
Ils ont besoin de services publics, partout et pour tous.

Ils attendent qu’on mette enfin les formidables richesses que nous avons au service de l’emploi, de l’augmentation des salaires, des pensions et de meilleures conditions de travail.
Pour mettre en œuvre de telles réformes, nous aurons besoin d’une majorité de gauche à l’Assemblée nationale, une majorité connectée aux attentes populaires.

Et pour y parvenir, nous devrons d’abord battre l’extrême droite qui progresse dans de nombreuses autres circonscriptions, hormis quelques exceptions dont nous nous félicitons, car nous avons contribué à son recul.


Mais dans une majorité d’entre-elles, la situation reste préoccupante. Créons, partout, toutes les conditions, ensemble, pour offrir une perspective de victoire à gauche dans ces territoires où l’extrême droite pourrait l’emporter.

Il nous faut ensuite enclencher une vraie dynamique d’espoir à gauche et nous adresser aux 11 millions d’électeurs de gauche du 1er tour et aux 12 millions d’abstentionnistes.
Le 10 avril dernier, avec 32,5 % des suffrages exprimés, la diversité des candidatures à gauche a permis de progresser de quatre points par rapport à 2017.


En nous additionnant, dès ce premier tour des élections législatives, nous pouvons par conséquent battre à la fois le bloc raciste de l’extrême droite, comme le bloc libéral de la droite représentée par Macron.
En nous additionnant, en nous rassemblant avec un contrat de législature, avec des engagements communs pour le pays, nous pouvons y parvenir.

C’est le sens de nos discussions avec La France insoumise, Europe-Écologie-Les Verts, le Parti socialiste.

Pour ces élections législatives, faisons tout pour être unis, retrouvons-nous autour d’un contrat de législature répondant à l’aspiration des Français sur le pouvoir d’achat, le droit à la retraite, la transition écologique et la justice climatique, les services publics, une République refondée.
Fixons-nous l’objectif d’un accord global, nous réunissant dans la totalité des circonscriptions, en évitant toute division dans des circonscriptions ayant déjà des députés de gauche, et en allant ensemble à la conquête d’une majorité de députés partout ailleurs.

Faisons-le en respectant bien sûr le rapport de force issus de la présidentielle, mais aussi en tenant compte des ancrages locaux et des différentes sensibilités à gauche.

En se rassemblant et en faisant de nos différences une richesse, toute la gauche peut, non seulement retrouver les 11 millions d’électeurs et électrices du 10 avril, mais elle peut contribuer aussi à remobiliser nombre d’abstentionnistes.

L’heure est trop grave, la menace de l’extrême droite sur de nombreuses circonscriptions trop angoissante, l’arrogance dévastatrice du président de la République trop dangereuse, pour que nous ne fassions pas preuve d’une grande responsabilité.

C’est dans cet esprit que nous discutons depuis plusieurs jours avec toutes les forces de gauche. Créons les conditions d’un tel accord.

Je redis à Jean-Luc Mélenchon, à Julien Bayou, à Olivier Faure ma totale disponibilité pour nous retrouver tous ensemble, le plus rapidement possible, pour atteindre l’objectif ambitieux que nous pourrions nous fixer à gauche.

Les communistes sont déterminés à tout faire pour aboutir et apporter notre contribution avec « La France des Jours heureux » que nous avons défendue pendant la campagne.


Je vous remercie.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2022 6 23 /04 /avril /2022 09:12

 

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2022 5 22 /04 /avril /2022 07:34
La seule option possible - Fabien Gay, L'Humanité, 21 avril 2022
La seule option possible - Fabien Gay, L'Humanité, 21 avril 2022
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011