Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 18:42

350 personnes étaient réunies le vendredi 13 avril jusqu'à 11h  à la salle du Chapeau Rouge de Quimper pour un meeting de soutien à la candidature de Mélenchon à l'initiative du collectif Front de Gauche de Quimper et de son candidat aux législatives André Bernard. Dans une ambiance bon enfant et conquérante, les candidats aux législatives (Ismaël Dupont, Noelle Peoch, Yannick Hervé, Françoise Pencalet-Kerivel, Marcel Tilly, Christine Panaget-Le Roy)  sont venus à la tribune, et des témoignages extrêment intelligents de jeunes et moins jeunes (Michel Simon, Jeanne Henry pour le PCF Sud-Finistère) se sont succédés, avant les interventions des responsables des Alternatifs (Jean-Jacques Boislaroussie), de la Fase (Sylvie Larue), de la Gauche Unitaire (Alain Rebours) et d'André Bernard.

 

Un franc succès et une belle ambiance!   

 

Pour voir toutes les photos envoyées par Loïc Roussain:

https://plus.google.com/photos/108984635284353555898/albums/5731144985647427313?authkey=CNOxw-aEnrWN5wE

 

Photos de Dominique Resmond:

 

2012-04-13-01- 119

2012-04-13-01- 120
  Le Front de Gauche Morlaix n'avait pas beaucoup de troupes, mais on les a remarquées avec leurs drapeaux rouges

2012-04-13-01- 102

                       André Bernard et Marcel Tilly (candidat Front de Gauche à Quimperlé) en arrière-plan

 

Discours de clôture d'André Bernard

 

Chers Amis,

 

Je vais vous faire une confidence :

 Je ne sais pas si ce meeting mérite le label de «  départemental » ou de «  local » ou de «  national »; ou même s'il mérite un label quelconque.Ce que je vois, c'est qu'il est chaleureux,sympathique, joyeux et formidablement déterminé! Il est «  Humain, d'Abord! »

 

Et qu'il est, indiscutablement, le plus grand rassemblement organisé dans le Finistère, au cours de cette campagne ! Il est vrai que la dramatisation surréaliste qui a entouré sa préparation lui a donné une audience inespérée; mais je n'irai pas jusqu'à en remercier les protagonistes.

Après avoir entendu nos invités et les témoignages de nos amis, je veux vous dire l'immense plaisir que j'ai à vous voir, en si grand nombre, et aussi motivés dans cette salle du Chapeau-Rouge qui porte si bien son nom.

Ici, se rassemblent ce soir, pour soutenir la candidature de Jean-Luc MELENCHON, non seulement les représentants des composantes historiques du Front de Gauche, que sont: La Fédération Autonome Socialiste et Ecologique, La Gauche Unitaire, Le Parti de Gauche, Le Parti Communiste Français.

Mais aussi nos soutiens que sont : Les Alternatifs.

Et notre partenaire local : Le collectif citoyen : La Gauche...Naturellement, particulièrement cher à mon coeur.

 

Ici, ce soir, se rassemblent encore, si précieux, ces dizaines de militants syndicaux, altermondialistes et associatifs qui se reconnaissent dans nos combats et les mènent avec nous depuis des décennies.

Se rassemblent aussi et surtout, ces centaines de citoyennes et de citoyens qui nous soutiennent et enclenchent avec nous cette dynamique de l'espoir.

Tel est le Front de Gauche !

Nous le bâtissons ensemble !

Ouvert, rassembleur et conquérant !

 

En effet, le Front de Gauche ne saurait se réduire à un cartel rigide et étriqué de partis politiques. En rassemblant des Femmes et des Hommes attachés aux valeurs constantes de la Gauche, fidèles à leurs engagements, exempts de toute préoccupation carriériste, il a vocation à être majoritaire dans le pays.

 

Celui ou celle qui partage ces valeurs,

Celui ou celle qui approuve notre démarche,

Celui ou celle qui soutient nos actions,

 

...pour peu qu'il y vienne sans esprit hégémonique et sans volonté de l'instrumentaliser, a toute sa place dans le Front de Gauche !

 

C'est pourquoi, nous nous adressons, sans exclusive :

 A tous ceux qui, un temps, se sont enfermés dans un isolement stérile. A tous ceux qui, un temps, se sont fourvoyés dans des impasses politiques. A tous ceux qui, un temps, ont été floués par des dirigeants ambigus. A tous ceux qui, un temps, ont écouté les sirènes néo-libérales. A tous ceux qui n' y «  croient plus », mais ont le coeur à Gauche,...pour leur dire :

 

Rejoignez-nous pour Résister !

 

Rejoignez le Front de Gauche, ou la composante de votre choix!

 

 

Le Front de Gauche a vocation à rassembler et à résister d'abord; à gagner, ensuite!

 

L'esprit de ce vaste rassemblement implique de ne pas s'y fondre; mais, qu'au contraire,chacun- en conservant toute son identité- apporte à l'ensemble la richesse de sa diversité et de son expérience.

Quelle meilleure illustration que notre rassemblement de ce soir ?

L'ambition du Front de Gauche est d'incarner

Une Gauche authentique et déterminée. Une Gauche de rupture. Une Gauche qui combat le crise et ses méfaits. Une Gauche qui refuse de s'inscrire dans le fatalisme et la résignation. Une Gauche qui ouvre des perspectives. Une Gauche qui donne la parole au peuple !

 

PRENEZ la PAROLE !

 

Ne vous en déplaise, Monsieur Poignant : nous sommes la vraie Gauche !

 

Les plus anciens d'entre-nous se souviennent, peut-être, d'Etienne FAGEON? Ce député communiste du Chemin de l'Honneur qui, en 1940, avec 38 de ses camarades , avait refusé de voter les pleins pouvoirs à Pétain; et, pour cela, avait connu le bagne.

 

J'ai eu le grand plaisir de rencontrer Etienne qui, vers la fin de sa vie- c'était, il y a 40 ans, à l'époque du Programme Commun- avait encore eu le courage d'écrire un dernier ouvrage au titre révélateur :

« L'Union est un Combat ! »

C'est un combat dur, permanent;un combat jamais achevé.

L'Union est un combat ! Nous le savons particulièrement dans cette 1ère circonscription du Finistère!

C'est un combat âpre; un combat difficile; un combat sans concessions.

C'est un combat semé d'embûches.

C'est un combat où les coups arrivent parfois d'où on ne les attend pas.

Mais, c'est un combat enthousiasmant que ce combat pour rassembler et pour résister!

 

Et, quand à force de courage, de conviction, de lucidité; de solidarité surtout, on parvient à surmonter les difficultés et les obstacles...

Quelle satisfaction !

Ensemble, bâtissons la vraie Gauche !

Pour conclure, j'oserai un rapprochement audacieux entre le combat pour l'Union et le Front de Gauche et le combat que nous avons su mener victorieusement pour le sentier côtier de Beg Meil  

  • Quand la cause est juste !

  • Quand la détermination est grande !

  • Quand la mobilisation est forte !

 

................IL ARRIVE PARFOIS QUE L'ON GAGNE !

Et bien sûr :

 

HAUT les COEURS!

 

 

André BERNARD

 

 

2012-04-13-01- 137

 Françoise Pencalet-Kérivel (candidate Front de Gauche  à Douarnenez), Noelle Peoc'h (candidate Front de Gauche à Carhaix-Chateaulin), André Bernard (candidat Front de Gauche à Quimper), Denise Blanche (PCF, Fouesnant), Jean-Jacques Boislaroussie (Alternatifs).  

 

2012-04-13-01- 128

Partager cet article
Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 12:45

Intervention de Alain Rebours au meeting de Brest avec Martine Billard et Pierre Zarka le mercredi 11 avril 

 

 

C’est devenu une banalité de le dire : mais disons-le : Cette campagne est exceptionnelle, grisante et passionnante.

Qui aurait pu dire il y a quelque mois que notre candidat serait aujourd’hui à 15 % dans les sondages, et, sans doute, encore plus au soir du premier tour.

Qui aurait pu dire que le Front de gauche allait rassembler 120 000 personnes à la Bastille, 50 000 à Lille, 70 000 personnes à Toulouse…

Qui aurait pu dire que nos propositions seraient au cœur de cette campagne.

  • Le Smic à 1700 euros ;

  • La taxation des revenus ;

  • La mise au pas des banques et cette économie financière

  • La nécessité des services publics

  • La rupture avec les traités européens

  • La planification écologique

Qui aurait pu dire que l’événement de cette campagne serait notre candidat Jean Luc Mélenchon.

Qui aurait pu dire la ferveur que déclenche cette campagne.

Qui aurait pu dire la dynamique qui s’est engagée.

Soyons francs : même pas nous.

Et pourtant cela vient de loin, ce mouvement vient de loin.

D’abord, parce le Front de gauche rassemble le meilleur de la tradition socialiste, communiste, troskiste, écologique, alternative, autogestionnaire…

D’abord les organisations qui composent le FDG, ensuite militant après militant, citoyen après citoyen.

Mais aujourd’hui cette dynamique dépasse largement les organisations qui composent le Fdg : Et c’est tant mieux !

Cela veut dire que quelque chose est en train de se passer au sein du peuple lui-même : un peuple qui reprend la main, un peuple qui décide de son avenir : une nouvelle gauche est en construction : enfin !

 

Ensuite, nous avons un programme : il n’est pas simplement une addition des idées des uns et des autres. Non justement, ce programme est un dépassement des divisions stériles qui nous minaient.

Certains privilégiaient l’écologie, regardant de biais le social ;

D’autres pensaient social, dévisageant maladroitement l’écologie ;

D’autres encore cherchaient en bas, se méfiant des solutions d’en haut.

 

Et notre programme, c’est : la planification écologique au service d’un développement bénéfique à tous, à la vie, à la justice sociale, et à une industrialisation repensée et durable, une planification gérée et validée démocratiquement par ceux qui font, par ceux qui travaillent, par ceux d’en bas.

 

Ce programme, c’est une nouvelle synthèse politique pour faire face au capitalisme mondialisé.

 

Et encore : cette campagne par sa dynamique offre un nouvel espoir, une nouvelle donne : elle transforme la façon dont chacun se représente sa propre place dans la société : ceux qui sont précarisés, ceux qui sous payés, méprisés, licenciés retrouvent une place dans cette société qui ne voulaient plus d’eux.

Là où il n’y avait qu’individu, parcellisé, morcelé, déprimé,

nous découvrons la force du collectif, la force d’un « nous »,

la force d’un idéal du nous.

 

Aujourd’hui une parole politique est née et beaucoup peuvent dire : c’est bien de nous dont on parle, c’est bien à nos problèmes qu’on s’adresse et ces propositions, on peut les reprendre. Et nous aussi on écoute : car cela nous revient avec de nouvelles préoccupations, de nouvelles formulations qui nous enrichissent

 

Que de mots oubliés ou d’idées dénigrées avant cette campagne. Les classes – surtout ouvrière – n’existaient plus nous disait-on. Et bien tous les jours, nous prouvons l’inverse. Les communistes, une denrée rare : tous les jours nous disons le commun de ce mot communiste, comme communauté de pensée ! L’horizon indépassable du capitalisme, nous disait-on encore : tous les jours, nos propositions indiquent un autre chemin possible.

 

Oui – et contrairement à ce qu’explique Hollande – nous sommes la gauche du possible car nous mettons l’humain au centre du projet.

Alors oui, ce mouvement vient de très loin. Ce sont des années de colère, de souffrances, de résistances qui aujourd’hui trouvent un moyen d’expression politique.

 

Car, oui, nous avons résisté :

Je ne pourrai nommer ici toutes les grèves, toutes les manifestations, toutes les protestations que nous avons entrepris, ensemble. Il suffit de se rappeler les grèves, les manifestations contre la réforme des retraites – et se rappeler, au passage, ceux qui n’osent pas inscrire le retour à la retraite à 60 ans dans leur programme. Oui, il y en a eu des manifestations et des grèves.

 

Mais là nous réalisons qu’un mouvement social aussi puissant soit-il ne peut gagner complètement sans perspective politique. Il peut combattre, empêcher, défendre, mais il ne peut gagner si le politique reste de côté.

Mais nous réalisons aussi : une dynamique politique ne peut être, ne peut se mettre en mouvement, sans s’appuyer sur les forces vives, sur les idées percutantes du mouvement social.

Il n’y a pas de politique sans le peuple, sans sa capacité de décision, sans son intelligence collective.

Ce que nous réalisons encore : C’est la perspective d’un véritable nouveau Front populaire. Un Front populaire qui s’appuie en permanence sur la mobilisation des travailleurs, seule à même d’assumer la confrontation nécessaire avec les classes possédantes et qui se rassemble autour d’un programme de rupture avec l’ordre établi.

 

Ce qui indique ceci : Le Front de gauche ne saurait s’arrêter au soir du 2e tour des élections législatives.

  • L’enjeu de demain : c’est mettre cette réussite au service d’une grand projet politique : la construction pas à pas d’une force se donnant pour ambition de refonder la gauche.

  • Une force développant la perspective d’une société autre que celle à laquelle nous condamne le capitalisme.

 

Mais une chose est sûre aujourd’hui : on ne fera pas sans le Fdg. On ne fera pas sans les organisations qui le composent, on ne fera pas sans les militants et les citoyens qui ont rejoint les nombreux, très nombreux, collectifs citoyens qui sont au cœur de cette campagne.

 

Nous savons que cela demande encore un travail considérable
puisqu’il faudrait respecter les débats et les évolutions des uns et des autres, inventer des façons de faire qui respectent chacun.

Mais il y a une série de défis qui nous attendent :

Le premier : réussir à intégrer à notre rassemblement la richesse représentée dans les assemblées citoyennes ;

Le second : les moyens de mener de grandes campagnes en dehors des périodes électorales

Le troisième : l’ambition de faire du Front de gauche un acteur de premier plan à gauche.

 

Et enfin il y a une condition à cela : sortir le sortant. Indispensable pour sortir de la spirale de l’échec. Indispensable car ce candidat président a fait le pire, nous prépare encore pire ; et ce pire à un nom lointain : la barbarie. Souvenons-nous de la formule forte de Rosa Luxemburg : « socialisme ou barbarie » : le choix est clair ! Nous avons créé la possibilité de ce choix : à nous d’en être à la hauteur.

 

Alain Rebours.

Responsable de la Gauche Unitaire dans le Finistère.

Membre du collectif citoyen du Front de Gauche de Morlaix

Partager cet article
Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 12:34

Nous étions 28 personnes dans la salle de Ker Anna à discuter le projet du Front de Gauche pour les présidentielles et les législatives. Jean-Luc Le Calvez, ancien syndicaliste à la Manu, conseiller municipal à morlaix et membre du secrétariat de section du PCF Morlaix, pendant un temps électricien sur l'île, a introduit la réunion, à la suite de quoi Marie Huon et Ismaël Dupont ont développé le programme du Front de Gauche et ses objectifs dans le contexte de crise systémique du capitalisme, se traduisant par une crise sociale, écologique et politique.

Les débats, parfois vifs avec des sympathisants socialistes présents dans la salle, ont porté sur les questions de l'énergie, de l'agriculture, des coopératives, du budget de l'armement et du nucléaire militaire, des causes de l'affaiblissement syndical et de la désaffection vis à vis de la politique, des moyens de démocratiser nos institutions (proportionnelle, limitation du cumul des mandats, réduction des pouvoirs du président, consultation directe des citoyens).

Partager cet article
Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 12:06
Rectificatif: ce vendredi 13 nous avons appris que Sarkozy venait mardi prochain et non mercredi, d'où un changement de date pour le rassemblement républicain anti-Sarkozy: le mardi 17 avril à 18h.
 
Nicolas Sarkozy tente de réparer les conséquences de ses propos insultants vis à vis de Morlaix et des Bretons en venant défendre sa candidature aux présidentielles et celle d'Agnès Le Brun aux législatives le mardi 17 avril à Morlaix, pour son seul meeting breton de la campagne.  
Nous devons nous rassembler ce jour là contre l'imposteur et dire haut et fort que nous ne voulons plus de ce président des riches qui a gouverné contre le peuple pendant 5 ans. Nicolas Sarkozy est le responsable d'une aggravation considérable des inégalités, de la pauvreté, du chômage, de la dette publique. Il a cassé sans vergogne les droits des salariés (notamment la retraite à 60 ans), les services publics, la protection sociale et n'a pas craint de faire une dangereuse surenchère de populisme anti-juges, anti-fonctionnaires, anti-syndicats, anti-pauvres, anti-immigrés en bafouant les valeurs les plus fondamentales de notre République: le respect de l'autre et des libertés, la justice sociale, le droit du sol et le droit d'asile, l'indépendance de la justice et des médias, la laïcité. 
Le collectif citoyen du Front de Gauche de la circonscription de Morlaix lance un appel pour qu'un maximum de citoyens de la région de Morlaix, de tout le Finistère et du Trégor, se réunissent lors d'un rassemblement républicain devant la mairie de Morlaix à 18h le mardi 17 avril pour dire ce que nous avons sur le coeur au chef de file de la droite la plus réactionnaire que nous ayons connue depuis la collaboration.
Ce rassemblement pourra être festif, donner lieu à un pique-nique, à des chants, de la musique: il permettra surtout d'entendre des témoignages sur ce que ces cinq ans de sarkozysme - bientôt un mauvais souvenir espérons-le - ont changé dans nos vies quotidiennes à tous.
 
Faisons place au peuple contre les supporters de l'Union pour une Minorité de Privilégiés réunis à Langolvas.
 
Le Collectif Citoyen du Front de Gauche de la Circonscription de Morlaix.
 
La-France-Forte.jpg
   

La vie sans Sarkozy, dernier épisode de « 2012 on leur fait un dessin »


Voici en avant-première « La vie sans Sarkozy », l'ultime épisode de la série « 2012 on leur fait un dessin ». Cette Web-série animée de 8 épisodes, réalisée avec la complicité du dessinateur Frédéric Lardon a été vue et téléchargée des centaines de milliers de fois. Elle est produite par le PCF, membre du Front de gauche.

Cet épisode nous catapulte 40 ans après la défaite de Sarkozy à l'élection présidentielle.

Il est visible ici : http://www.dailymotion.com/video/xq2vkp_ep-8-en-2012-on-va-leur-faire-un-dessin-la-vie-sans-sarkozy



L'ensemble de la série est disponible ici : http://2012.pcf.fr/dessin

 

 Bon visionnage et faites passer...

Partager cet article
Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 10:47

Là où Ouest France jeudi a fait un papier dans les pages départementales sur les jeunes engagés en politique sans interroger de jeunes du Front de Gauche (mais un militant UMP de 31 ans) alors que la moitié des adhésions du PCF depuis le début de la campagne concernent des jeunes de moins de 30 ans et que le Parti de Gauche et le PCF ont dans leurs rangs militants de nombreux jeunes qui s'engagent, et certains comme Marie qui n'hésitent pas à franchir le pas de la candidature aux législatives à 23 ans, Radio Nord Bretagne a laissé à notre candidate suppléante le loisir de développer un peu sa vision des espoirs que suscitent la campagne du Front de Gauche et le renouveau citoyen de la politique.

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 07:29
Nous appelons à voter pour les candidat-e-s du Front de Gauche à l'élection présidentielle et aux élections législatives : Place au peuple, à ses langues et à ses cultures ! (Texte complet sur le site de la pétition)
Ar bobl, e yezhoù hag e sevenadurioù war al leur !
Plaça al pòble, a sas lengas e a sas culturas !
Lekua utz herriari, haren hizkuntzei eta kulturei !
Femu u so locu à u populu, à e so lingue, à e so culture !
Feu lloc al poble, a les seues llengües i a les seues cultures !
De plekke is om 't volk, om ze taelen en om ze kuulteuren !
Plàtz ìm Volk, ìn sina Sprocha un ìn sina Kültüra !
Done la plasse le pèp, zot  lang, zot kiltir !
 
Premiers Signataires de l'Appel (par ordre alphabétique) :
— Henri AUSSEIL, professeur honoraire, ancien responsable syndical de l’académie de Montpellier, catalan, PCF — Viviane BIANCARELLI, éducatrice spécialisée, élue à l’Assemblée de Corse, Porto-Vecchio (Corse-du-Sud), PCF — Jacques BLIN, animateur culturel, Réseau des langues et cultures de France : http://languesculturefrance.free.fr, Sète (Hérault) — Pierre Boutan, maître de conférences honoraire en sciences du langage, IUFM de Montpellier, auteur de : "La langue des Messieurs", histoire de l'enseignement du français à l'école primaire, PCF — Dominique BUCCHINI, président de la Collectivité Territoriale de Corse — Delphine CASTELLI, enseignante, élue régionale (Nord), PCF — Alain CHARRIÉ, musicien et chanteur occitan, Sète (Hérault) — Denis-Serge CLOPEAU, médecin, Morbihan, PG — Elian CELLIER, professeur d’occitan, Bagnols-sur-Cèze (Gard), PCF — Gilbert DALGALIAN, linguiste, ancien directeur pédagogique de l’Alliance française de Paris, auteur de : Enfances plurilingues. Bénéfices et conditions d’une éducation bilingue (Morbihan) — Laurence DALEAU, professeur des écoles maître formateur, classe bilingue créole réunionnais/ français. La Réunion — Magali DARGENT-BIZOT, enseignante, écrivaine occitane, Roquevaire, (Bouches-du-Rhône) — Hervé FERRIÈRE, maître de conférences en épistémologie à l'IUFM de la Guadeloupe, FASE et PG — Marie-Jeanne FEDI, employée, syndicaliste, élue locale et à l’Assemblée de Corse, Vescovato (Haute-Corse), PCF — Joël GALLAIS, parent d'élèves en école bilingue breton/français, responsable politique départemental (Morbihan), PCF — Denis GALVIER, enseignant, auteur compositeur interprète, groupe Coriandre, Sommières (Gard), PCF  — Gege GWENN, écrivain en langue bretonne, instituteur Diwan et vice-président de la Communauté de communes du Yeun Elez, (Finistère) — Pierre GRAU, enseignant retraité, catalan, Montpellier — Roger HILLEL, universitaire honoraire, journaliste au Travailleur Catalan, Pyrénées-Orientales, PCF — Anita KERVADEC, professeure, responsable syndicale en charge des Langues Régionales, membre du Conseil Académique des Langues Régionales, Vannes (Morbihan), PCF — Patricia LABORIE, professeure, militante culturelle, ancienne responsable syndicale académique, Pontivy (Morbihan) — Célina LE BOUR, professeure des écoles bilingues publiques breton-français, militante FASE — André LE GAC, ancien maire et conseiller général en charge du breton, Plougastel (Finistère) — Stéphane MANGANELLI, chanteur provençal, Vaqueyras (Vaucluse) — Isabelle MAZELIN, professeure en collège, Landerneau (Finistère) — René MERLE, écrivain, historien, auteur de : Culture occitane, per avançar, La Seyne-sur-Mer (Var) — Daniel MURINGER, artiste musicien, syndicaliste SFA-CGT, Strasbourg — Noelle PEOC'H, militante syndicale et associative, Chateaulin-Carhaix (Finistère) — Michel PÉDUSSAUD, étudiant en occitan, Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne) — Jean-Luc POUGET, cadre territorial, Fondamente (Aveyron), PCF — Philémon POUGET, professeur honoraire, ancien responsable académique de l'enseignement de l'occitan, Montpellier — Alain RAYNAL, journaliste retraité, Montauban (Tarn-et-Garonne) — Maximilien REYNÈS-DUPLEIX, syndicaliste et Libre Penseur, Moissac (Tarn-et-Garonne), PCF  — Marie-Jeanne VERNY, maître de conférences en occitan, Université Paul-Valéry Montpellier III, militante associative, co-coordinatrice de : L'école française et les langues régionales, PCF
Partager cet article
Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 06:41

Avant son meeting à Brest du soir avec Pierre Zarka (ancien directeur de l'Humanité, dirigeant de la Fase) et Alain Rebours (Gauche Unitaire), qui a réuni plus de 100 personnes à la maison des syndicats à Brest, Martine Billard, députée de Paris (1er), ancienne dirigeante des Verts et actuelle co-présidente du Parti de Gauche avec Jean-Luc Mélenchon, a rencontré avec les candidats aux législatives Front de Gauche des circonscriptions de Landerneau (Isabelle Mazelin et Yannick Hervé), de Morlaix (Ismaël Dupont et Marie Huon), et de Brest Rural (Bertrand Seys), les associations qui depuis 18 mois ou quelques semaines se battent contre l'installation de la centrale à gaz dans le Finistère: Gaspare, Landivisiau doit dire non à la Centrale, Guiclan doit dire non à la Centrale.

Après la visite du site prévu pour la centrale, nous avons fait une conférence de presse en commun à l'Hôtel-Restaurant du Vern.

Là-bas, nous avons défendu - nous, candidats du Front de Gauche-  le fait que l'ensemble des données du problème de l'approvisionnement et de la consommation énergétique devraient faire l'objet d'un grand débat national, décliné localement, et d'une consultation des citoyens. 

La majorité à la Région et l'Etat, en la matière, n'ont pas fait la démonstration de la nécessité de cette centrale à gaz bretonne: les arguments invoqués - autonomie énergétique et besoin urgent de sécuriser la distribution contre les coupures d'aprovisionnement- peuvent être remis en cause et semblent destinés à couper court au débat. Les études d'impact sur la pollution et les risques sur la santé publique ne sont pas réalisés de manière indépendante, semble t-il. La prise de décision ne s'est pas fait dans un cadre très démocratique: manque de débat de fond avec les élus du conseil régional avant prise de décision par Le Drian, opacité de l'influence des lobbies des opérateurs financiers tels que Direct Energie sur le gouvernement, absence de consultation des citoyens et de débats publics acceptés par les élus.

Nous avons mis en avant aussi que l'urgence était d'investir massivement dans les économies d'énergie et les énergies renouvelables (éoliennes, utilisation des courants marins, biomasse, photovoltaïque, STEP...). Or, cet investissement public dans la centrale à gaz est un choix de dépense sur 20 ou 30 ans qui s'oppose à un développement plus important des encouragements à la sobriété et à l'efficacité energétique, au financement de la recherche et de l'installation d'énergies renouvelables locales et soustraites aux appétits financiers.

Enfin, nous avons rappelé quelle était la priorité du Front de Gauche en matière de rénovation des pratiques démocratiques, d'implication des citoyens et de rupture avec la culture de la délégation de pouvoir. Sur le plan des énergies, sa priorité est de préparer une sortie rapide des énergies carbonées responsables du réchauffement climatique aux conséquences désastreuses pour les humains (notamment ceux des pays les plus pauvres et les moins industrialisés) et la planète.

Dans ces conditions, tout en étant sceptiques sur les justifications de cette centrale à gaz au regard des éléments avancés jusqu'à présent par ses partisans et promoteurs, nous demandons un moratoire suspendant dans un premier temps la mise en oeuvre de ce projet de centrale à gaz afin de consulter véritablement la population du secteur de Landivisiau, Guiclan, Saint Thegonnec, au terme d'un débat public contradictoire.

I.D

 

Album photo de Dominique Resmond, militant Front de Gauche et photographe de la campagne législative de Noelle Peoc'h (qui aurait bien voulu venir mais était malade) à Carhaix-Chateaulin.

 

2012-04-11-01-021-copie-1Ismaël Dupont, Martine Billard, Elisabeth Gaud et les militants contre la centrale à gaz de Landivisiau.  

 

  2012-04-11-01-025

Ismaël Dupont, Bertrand Seys (Parti de Gauche, candidat à Brest rural), Martine Billard... et Marie Huon à droite.

 

 

2012-04-11-01-030

 

 

 

2012-04-11-01-033

                                 Isabelle Mazelin, Ismaël Dupont, Yannick Hervé et Bertrand Seys.

 

 

 

2012-04-11-01-045.jpg

2012-04-11-01-049.jpg

 

2012-04-11-01-052.jpg

Partager cet article
Repost0
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 21:08

 

Introduction:

La priorité des priorités est la suppression du « syphonage » des richesses produites par les établissements financiers; le Front de Gauche est le seul candidat crédible pour mettre fin au « western spaghetti » que représente le racket des banques auprès des peuples gouvernés par des dirigeants complaisants: Les richesses produites, au lieu de financer les services publics sont détournées pour enrichir des organismes financiers de tous ordres: banques, hedges founds, assurances. Ce sont les bandits sur la colline qui rackettent les péones (il nous manque les 7 samouraïs).

Deux ou trois slogans répétés ad nauseam par la droite sont à dénoncer:

"Un état c'est comme un ménage: il ne doit pas dépenser plus qu'il ne gagne"

« Nous vivons au-dessus de nos moyens et la dette explose »;

« Quelle France allons nous laisser à nos enfants? » (Thierry Breton)

Il faut revenir sur les lois dites "T.E.P.A.": Inégalitaires et anti-économiques

Un Etat, ce n'est pas un ménage car un Etat (sauf cataclysme ou conquête militaire) n'est pas susceptible de faillite, comme l'a souligné Nicolas BENIES: il est immortel au regard des économistes.

Cela dit, une gestion saine et rigoureuse est cependant nécessaire. Les néo-libéraux ressassent qu'un état, c'est comme un ménage: il ne doit pas dépenser plus qu'il ne gagne. On imagine la réaction du banquier de personnes surendettées qui proposeraient de travailler à temps partiel alors qu'elles travaillent à temps plein pour gagner moins: "Vous verrez, du coup, ça ira mieux!" ...

C'est pourtant ce qui a été mis en oeuvre depuis 2004 et, en particulier depuis 2007 avec les mal nommées lois « T.E.P.A. - Travail Emploi et Pouvoir d'Achat». Pour l'essentiel, il s'agit de cadeaux fiscaux et sociaux considérables pour les plus aisés:

  • Impôt sur le revenu:

Le barême de l'impôt sur le revnu a été considérablement allégé: Jusqua'u début des années 2000 il y a eu un taux marginal supérieur (tranche supérieure) jusqu'à 65%. Ce taux maximum est descendu à 40%. Pour faire participer les plus riches à l'effort de crise, ce taux vient d'être porté à 41%: C'est limite étranglement de rire.

Le barême du Front de Gauche est le plus ambitieux car le Front de Gauche se propose de l'utiliser comme outil pour limiter l'écart des revenus de 1 à 20: C'est pourquoi tout revenu (je présume par part de foyer fiscal) supérieur à 352 000 euros, soit 20 fois le revenu médian, la limite étant arrondie à 360 000, sera taxé à 100%, tandis que le PS n'envisage que la taxation à 75% des revenus > 1 million.

Le MODEM qui envisage un taux marginal supérieur de 50% au lieu de 41% ne propose rien d'aussi ambitieux. François BAYROU refuse à l'entrée de la France, pour le citer à peu près, l'écriteau « La réussite est interdite ». Par contre, en instaurant la « règle d'or », c'est l'austérité qu'il envisage. Ajoutons qu'il envisage une hausse de la TVA.

Du reste, qui a dit au Front de Gauche que « la réussite » était interdite? Si des gens riches aiment ce pays, c'est pour une foule de bonnes raisons (valeurs, attachement à des relations et plaisir de faire fructifier quelque chose sur le sol du pays où l'on vit bien) qui ne se limitent pas à l'obsession de « planquer le magot ». De plus, en raison du projet ambitieux du Front de Gauche de développer de saines activités économiques en France, c'est cette réussite même qui séduira les gens de talent.

La richesse est un état de fait; il me semble utile de souligner qu'elle est nominale et non proportionnelle: Si l'on propose à une personne qui gagne 40 000 euros (revenus moyens modestes mais décents) de gagner 100 000 euros pendant 6 ans (soit 60 000 de plus par an * 6 = 360 000) pour revenir ensuite à 40 000, les 360 000 de plus sur 6 ans lui feront le même effet que si elle gagnait tous les ans pendant 6 ans à « La Roue de la Fortune »! Ces 360 000 sur 6 ans autorisent de beaux projets: maison, voiture neuve, études des enfants, etc ..., en un mot, une vie particulièrement confortable et ouverte aux projets d'avenir. Des revenus ANNUELLEMENT répétés de 360 000 euros, même taxés par le Front de Gauche, laissent un disponible plus que décent: La réussite n'est pas interdite!

Par contre il est urgent de rehausser les finances publiques en demandant à ceux qui le peuvent un effort à hauteur de ce qu'ils devraient. Ce principe est d'ailleurs constitutionnel.

C'est l'indécence de certains revenus qui est visée, au risque cependant que le Conseil Constitutionnel ne juge confiscatoire et anti-constitutionnelle cette mesure fiscale de taxation à 100%.

  • Le « Bouclier Fiscal »: Supprimé dernièrement, ce qui illustre le constat d'échec de la part même de ceux qui l'ont créé, le bouclier fiscal consistait à limiter à 60% puis à 50% des revenus la quasi totalité des impositions. Si, dans le principe, cela pouvait concerner tout un chacun , dans la pratique, le bouclier fiscal a servi à exonérer au maximum l'ISF (Imposition Solidarité s/ la Fortune). L'imposition de l'ISF en 2012 vient d'être allégée, alors que la crise est là.

  • Les « niches fiscales » dont une grande partie n'a pas d'utilité économique, privent la France de recettes importantes. Le Front de Gauche propose de supprimer celles qui sont inutiles et estime à 80 milliards d'euros le gain escompté. Le PS envisage aussi de supprimer des niches fiscales mais « limite l'effort » à 29 milliards d'euros. Le Front de Gauche supprimera toutes les niches économiquement inutiles. La différence de chiffrage avec le PS (80 milliards / 29 milliards) dénote les différences d'ambitions.

  • Des exonérations de plus-values diverses: Ainsi (mesure Coppé), lorsqu'une société cède des titres de participations d'une filiale qu'elle détenait depuis au moins deux ans (article 219 I-a quinquies du Code Général des Impôts), elle est imposée à 33,33% mais sur 5% de la plus-value seulement (principe de la plus-value: Prix de vente – prix d'acquisition à l'origine) Avant 2006 cette plus-value était imposée à 19% mais sur 100% de la plus-value: Exemple:

Plus-value: En 2000 une société acquiert 3 000 titres de 10 000 euros chacun = 30 000 000

elle les revend en 2012 au prix unitaire de 23 000 * 3 000 titres = 69 000 000 ==> Plus value 39 000 000

Avant 2006: 39 000 000 * 19% = 7 410 000 / en 2012: 39 000 000 * 5% = 1 950 000 * 33,33% = 649 935

==> PERTE due à cette mesure: 7 410 000 – 649 935 = 6 760 065

On viendra nous dire ensuite (cf. autres pays: Grèce ...) que l'austérité est inévitable, qu'il faut par exemple réduire les salaires supérieurs à 30 000 de 15% pendant 5 ans. Si on prend un salaire annuel de 40 000 euros, par exemple, la mesure d'exonération « Coppé » quasi-totale de cette seule plus-value entraînerait l'austérité désastreuse suivante:

40 000 * 15% = 6 000 euros / an * 5 ans = 30 000 euros

Ainsi: 6 760 065 (perte / Plus-value cession titres) / 30 000 = 225 personnes qui, pendant 5 ans et au-delà ..., paieront le prix fort en baisse de pouvoir d'achat voire en drame tout court s'ils sont obligés de revendre leur maison car leurs emprunts de 35% au départ seront passés mécaniquement à plus de 41%: On prévoit bien le drame américain des subprimes avec des maisons revendues à vil prix (reventes massives dues à la nécessité ==> Offre > demande).

NOTA: Cet exemple ne concerne pas que les sociétés du «CAC 40 ». Le mode de transmission des entreprises familiales via des holdings (holding = société qui détient les titres d'autre(s) société(s)) familiales est extrêmement répandu et utilisé. Grace à l'optimisation fiscale, le repreneur peut mettre à profit ses économies pour le règlement de la soulte aux frères et soeurs non repreneurs de l'entreprise familiale.

Cet exemple illustre que nous ne vivons pas « au-dessus de nos moyens » puisque précisément ces « moyens » (recettes fiscales) sont délibérément diminuées dans un but politique: La médisance fiscale, pardon pour le lapsus, la moins-disance fiscale est un cadeau politique à une classe de la société qui présente la note aux autres.

La volonté est de casser toute résistance, toute velléité d'exigence légitime de ce qu'on appelle le « peuple » (le débat sémantique sur la notion de « peuple » et de celle de « populisme » n'est ni anodin ni une question de mots creux). Le but, par la culpabilisation des salariés et par leur résignation, est de tendre vers un salariat le plus mal payé possible et auquel toute accession sociale sera désormais interdite. Il s'agit d'un choix de société et nullement d'une nécessité économique. D'ailleurs on voit bien que « l'austérité » envoie tous les pays dans le mur et que même les « marchés » sanctionnent l'austérité (fameuse note AAA qui descend) car elle fera baisser les recettes fiscales et donc les capacités à régler la dette. Les gouvernements voient bien cela mais continuent la même politique.

Cela semble plutôt un jeu fin entre « marchés » qui sont dans leur rôle de s'alarmer de l'austérité et gouvernants qui brisent toute résistance de la classe qui travaille ... à la grande satisfaction des marchés.

Les mots ne sont pas innocents: La notion même « d'AUSTERITE » porte la connotation moyen-âgeuse de résignation et d'obéissance sans critique à l'ordre établi et immuable. Le capitalisme prétend avoir inventé la fin de l'histoire. Donc que chacun reste à sa place et à son rang: Les riches avec les riches, les autres au Pôle Emploi. On observera aussi que le pendant de « austérité » sont les mots « espoir » ou « espérance » que les libéraux déclinent à toutes les sauces et de « compassion » (Membres de la Commission européenne: « Les Grecs ont toute notre compassion »).

La question des recettes est à mettre en relation avec les économies que le Front de Gauche envisage de réaliser en réformant le système bancaire. L'exigence qui sera portée de prêts directs de la BCE à des taux très bas à un pôle financier public est à mon avis l'une des deux priorités (l'autre étant la hausse ambitieuse des recettes fiscales).

Soit un PIB de 2 000 milliards et une dette actuelle supérieure à 80%, soit 1 650 milliards environ: Un emprunt de 1% pour l'éponger représenterait 16,5 milliards alors que, aux conditions actuelles, un taux de 2,80% représente 46,20milliards, soit 30 milliards de perdus au bénéfice des racketteurs de la finance qui empruntent à bien moins de 1% auprès de la BCE.

Une récente étude de la CGT Finances nuance le projet du PS: Le PS est favorable à une banque publique d'investissement dont le seul rôle, par définition, sera le financement alors que la CGT prône un POLE Financier Public associant divers acteurs déjà existants (DEXIA, Etc...) spécialisés dans la mise en oeuvre de divers projets d'investissements publics. Le volontarisme du Front de Gauche, partisan d'un POLE financier public apparaît ici puisqu'il se propose d'orienter les investissements du futur (industries de l'écologie, ...).

Avec son seul volontarisme fiscal, le Front de Gauche a le programme le ... plus économe ou le plus économique comme on voudra, contrairement à ce que prétendent les détracteurs de tous bords: Si les mesures promises frôlent bien les 130 milliards d'euros, les recettes fiscales envisagées sont de l'ordre de 192 milliard d'euros, soit un bénéfice, enfin, et non un déficit plus ou moins contenu, et sans « austérité ».

Les dépenses publiques ont diminué depuis les années 80 par rapport au PIB. Comme le soulignait Dominique PLIHON lors d'une conférence à Plourin Lès Morlaix organisée par ATTAC, ce critère est capital. Cela signifie que les dépenses nécessaires à une société qui évolue sur le plan économique ne sont pas exagérées, qu'elles sont nécessaires et qu'elles ont même diminué au fil des années.

Autre clivage donc entre le Front de Gauche et le PS: Le PS envisage bien de créer des postes d'enseignants mais il précise que le nombre des fonctionnaires ne sera pas augmenté. C'est donc un système de vases communicants: La réforme de l'impôt sur le revenu que le PS envisageait initialement illustre à mon avis ce propos.

François HOLLANDE (comme le MODEM), envisageait le prélèvement à la source d'un nouvel impôt inspiré de la CSG qui aurait fusionné l'impôt sur le revenu actuel et la CSG.

Ce nouvel impôt, progressif (alors que la CSG ne l'est pas), devait générer le même total de prélèvements de 47% que les prélèvements tant fiscaux que sociaux actuels.

Mes propres commentaires:

Le prélèvement à la source que le PS appelait le le PSR - Prélèvement Simplifié sur le Revenu aurait été précompté par l'employeur. L'année suivante, le contribuable aurait quand même souscrit une déclaration de revenus (pour prise en compte des revenus autres que salariaux) pour solder l'impôt et informer l'employeur du nouveau taux de précompte sur le revenu.

Les pays qui pratiquent le prélèvement à la source connaissent des difficultés de gestion de l'impôt, contrairement à ce que l'on pourrait croire (en Espagne, ce sont les banques qui prélèveraient l'impôt et le reversent: c'est l'apothéose!)

D'une part, la mesure vise manifestement à supprimer des agents des impôts mais, d'autre part, on peut craindre aussi qu'une part des prélèvements du nouvel impôt ne sera pas reversé à l'Etat ou bien qu'il sera reversé trop tard (multiples dangers: Difficultés de l'entreprise, mauvaise foi ...). Cette mesure peut provoquer bien des impayés portant sur un impôt unifié qui mettront les finances publiques en difficulté.

Aux dernières nouvelles (Alternatives Economiques, n° 312 d'avril 2012, page ), le PS aurait remis "aux calendes" ce projet de réforme de l'impôt sur le revenu. Mais, malgré ce revirement, sa stratégie se dévoile ici.

Dans l'exemple pris plus haut par hypothèse ce serait 225 personnes qui se verraient amputer de 15% leur salaire pendant 5 ans, pour compenser le déficit public lié à l'exonération quasi-totale d'une seule plus-value de cession de titres par une holding que l'on supposera familiale.

La personne (sur les 225 concernés par l'exemple) qui aura dû revendre sa maison par incapacité à rembourser désormais l'emprunt n'aura, elle, plus rien à transmettre à ses propres enfants que "l'espérance"  ou "la compassion" de son voisin riche.

  • Droits d'enregistrements:

L'une des priorités fiscales de l'actuelle majorité aura été par exemple de rehausser sensiblement les limites de taxation des donations en ligne directes aux droits d'enregistrement. Jusqu'au 31/07/2011, chaque parent pouvait donner jusqu'à 159 325 euros tous les 6 ans à chaque enfant en franchise de droits d'enregistrements.

Depuis le 31 juillet 2011, c'est désormais tous les 10 ans (à cause de la crise) que cette franchise est définitivement atteinte. La limite est de 159 325 actuelle est en principe revalorisable tous les ans.

On est de toutes façons bien loin des 15 000 euros par enfant et par parent (100 000 francs) tous les 10 ans au début des années 1990.

Dans cette logique de « l'austérité », on voit bien se dessiner le renforcement de la propriété entre les mains des plus aisés financée par le dénuement croissant des plus démunis. D'où la spirale perverse: Les riches de plus en plus riches, regorgeant de tous les biens matériels, n'auront de cesse que de placer l'argent en exigeant des rendements financiers de plus en plus importants. Pour y parvenir, les banques nous joueront à marche de plus en plus forcée le sketch de la dette: La France est en déficit chronique, je suis contrainte d'augmenter le taux du prêt à cet état pour me garantir ... et surtout pour garantir les rendements financiers des produits sophistiqués d'une certaine clientèle.

Lorsqu'on nous dit (Thierry Breton): "Quelle France allons-nous laisser à nos enfants avec la dette qui explose" pour nous culpabiliser, la vraie question objective est: "Quelle France les riches héritiers enrichis vont-ils laisser aux enfants des autres paupérisés?" La gestion de la dette ne pose pas un problème de transfert entre générations mais celui du transfert actuel et sans cesse répété entre classes sociales.

Il faut ajouter que les droits d'enregistrement sont la principale source de financement des départements. Or, des missions leur ont été transmises (R.S.A. et Aide Perte Autonomie) avec des moyens de plus en plus indigents. Le crédo libéral est connu: Les recettes fiscales, non, la limitation des dépenses par diminution de la masse salariale, oui ==> Supprimez du monde.

Jean-Luc MELENCHON a raison: La finance doit être remise à sa place en l'affrontant et non en la cajolant.

Le projet du Front de Gauche, présenté comme "populiste" par certains est surtout marqué par le volontarisme POLITIQUE: Le politique est aux commande et non les marchés.

La taxation à 100% des revenus de plus de 360 000 euros sera-t-elle refusée par le Conseil Constitutionnel? Ce qui importe, même dans cette hypothèse, c'est, à la différence du PS, la volonté POLITIQUE de remettre la société en marche sans cette frayeur des "marchés".

 

Jean-Luc Capelle. Inspecteur des finances publiques

Partager cet article
Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 13:22

Dans l'Humanité de ce mardi 10 avril paraît un bel appel de philosophes à voter Front de Gauche, nouvelle preuve de l'élan et de l'enthousiasme que suscitent notre projet et notre campagne chez des gens qui réfléchissent et n'ont pas abandonné toute croyance en la capacité de la politique de changer la société et la vie des gens. Cet appel vient après la déclaration de soutien de Régis Debray à Mélenchon et au Front de Gauche et éclipse les contorsions de plateaux du philosophe médiatique simpliste - nietzschéen de gauche auto-proclamé et bien-pensant en devenir-  Michel Onfray. CF. la déclaration de Régis Debray:

"Je ne suis plus un militant, je veux simplement rester fidèle à une trajectoire politique ancienne, à un certain nombre de principes qui ont orienté ma vie et, en marge de mon travail littéraire, j’ai publié cette rêverie d’un promeneur solidaire, pour un simple relevé de position personnelle. Je constate que Jean-Luc Mélenchon est le seul à réclamer notre sortie des commandements intégrés de l’Otan, posture tout à fait gaullienne, et un retrait immédiat de nos troupes de l’Afghanistan pour mettre fin à une aventure impériale aussi contre nature que promise à l’échec. C’est là faire preuve à la fois de courage et de bon sens. À l’heure qu’il est, mes sympathies vont à cet homme pour qui la politique ne se détache pas de l’histoire et qui ranime les fondamentaux du mouvement ouvrier et humaniste, où un Jaurès aurait pu se retrouver." ( Régis Debray).  

 

Appel des philosophes pour le Front de Gauche

L’Humain d’abord, le programme du Front de Gauche, renoue avec les sources de la pensée philosophique, celle qui affirme avec Protagoras que l’homme est la mesure de toute chose.

L’Humain d’abord ! quelle étrangeté : soit il s’agit d’une évidence qui devrait être partagée par tous ; soit on s’étonne d’un retour de la primauté de l’humain au moment même où il faut intégrer la prise en compte de l’écologie. Et pourtant il faut répéter l’humain d’abord parce que l’humain a été peu à peu perdu de vue par des choix politiques entretenus par des années de propagande libérale, ne considérant que des flux financiers, des évaluations quantitatives et des notations. Ce qui pourrait à la rigueur être un moyen devient but et principe totalitaires.

En pratiquant une forme d’intervention qui fait place au peuple en le rendant de nouveau visible, audible et actif, la candidature du Front de Gauche fait le pari de la réflexion collective et de l'éducation populaire. Aux Lumières qui ont combattu le fanatisme et l’obscurantisme, s’ajoutent aujourd’hui celles qui remettent l’humain au cœur des processus politiques.
Ne pas désespérer, ne pas se moquer, mais comprendre, dit l’adage spinoziste. Avec le Front de Gauche, nous pensons que la crise ne doit pas servir de prétexte au sommeil de la raison et de l’action. C’est au cœur des ténèbres que luisent les lumières de l’espoir. Il ne faut donc ni se moquer ni désespérer de la politique. Il faut comprendre qu'il n’y a pas d’autre réponse à la situation actuelle que celle qui viendra du peuple, donnant de nouveaux champs où exercer sa décision et son appréciation.

Par son projet de VI° République et de révolution citoyenne, le Front de Gauche prolonge la démarche des philosophes du XVIII° siècle qui refusaient que le peuple soit considéré comme un enfant ayant toujours besoin de maîtres. Par la planification écologique, le Front de Gauche entend réintroduire une progression commune réfléchie, autonome, prenant en compte le long terme et l'intérêt général de l'humanité, se gardant ainsi des excès d’une modernité parfois aveugle sans renoncer au pouvoir émancipateur de la raison. En faisant du bonheur un axe essentiel de son projet, le Front de Gauche nous rappelle que la vie humaine ne peut se passer d’une interrogation philosophique sur son sens et sur les conditions matérielles de sa réalisation ici et maintenant. Le projet du Front de Gauche est parent des espoirs soulevés par les révolutions citoyennes à l'œuvre en Amérique Latine, qui veulent remettre le buen vivir – le bien vivre - au centre de la cité.

Pour toutes ces raisons, nous, philosophes de cœur et philosophes de métier, nous appelons à voter pour le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon.

 

Premiers signataires: Benoît Schneckenburger, Laurence Pauche, Christophe Miqueu, Henri Pena-Ruiz, Denis Collin, André Tosel, Lucien Sève, Jean Terrel, Jean-François Dupeyron, Mathieu Accoh, Yvon Quiniou, Yves Vargas, Luc Vincenti, Jean-Pierre Cotten, Janine Reichstadt, Marie Perret, Léa Batoux, Hervé Ferrière, Nicolas Bouteloup, Viviane Teste, Roman Czapski, Nicolas Lart, Laurence Le Bail, Vincent Jarry, Thierry Desfresnes, Pierre Crétois, Julien Daviaud, Jean-François Robredo, Clarisse Vincent, Denis Kermen, Carlos Lobo, Arnaud Tomès, Thomas Maurice, Céline de Belsunce, Catherine Pellenq, Bernard Maudire, Simone Mazauric, Cécile Ambert, Paul Sereni, Caroline Barbaras, Marie-Laure Segal, Nathalie Rubel, Aurélie Pierre-Mériaux, Sébastien Charbonnier, Frédéric le Plaine, Fabrice Dewolf, Jerôme Lamy, Vincent Legagneux, François Dehoze, Jean-François Grellety, Anne Monnier, Joelle Longerinas, Baptiste Dericquebourg, Michel Brossard, Bernard Stimbre, Josette Veyssière, etc.  

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 12:19
Front de Gauche en Finistère

Les candidats du front de Gauche aux Législatives de Juin 2012 

2012 - Front de Gauche - 1ère Circonscription Finistère 
André BERNARD - Janine CARRASCO
Le Blog 
André BERNARD - Quimper - Fouesnant - Briec
 http://frontdegauchequimper.blogspot.com/
Blog Communistes Quimper 

2012 - Front de Gauche - 2ème Circonscription du Finistère
Jacqueline HERE - Eric GUELLEC
Le Blog de Jacqueline HERE


2012 - Front de Gauche - 3ème Circonscription Finistère
Bertrand SEYS - Christine PANAGET
Le Blog de Bertrans Seys - Parti de Gauche

2012 - Front de Gauche - 4ème Circonscription Finistère
Ismaël DUPONT et Marie HUON
Le Chiffon Rouge - PCF - Front de Gauche - Morlaix

2012 - Front de Gauche - 5ère Circonscription Finistère
Isabelle MAZELIN - Yannick HERVE
http://fdg29-5.elunet.fr/

2012 - Front de Gauche - 6ème Circonscription Finistère
Noëlle PEOC'H
http://www.finistere6-lhumaindabord.fr/

2012 - Front de Gauche - 7ème Circonscription Finistère
Françoise PENCALET-KERIVEL - Jean-Yves LEVEN
Front de Gauche Françoise Pencalet-Kérivel 7ème circonscrition 
Collectif Antilibéral du Pays Bigouden

2012 - Front de Gauche - 8ème Circonscription Finistère
Marcel TILLY - Christine OBIN
http://frontdegauche-finistere-8eme.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011