Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 05:27

On nous présentait dans les années 1980 et 1990 dans le milieu des européistes de gauche et même du centre-droite le renforcément de l'intégration européenne comme un moyen de défendre notre modèle social dans la mondialisation et la rivalité avec la puissance anglo-saxonne ultra-libérale et comme un moyen de créer un monde multi-polaire, et d'exister comme puissance à côté des Américains pour proposer une alternative à l'impérialisme de la super-puissance.

Et voilà où nous en sommes: l'Europe se construit sans les citoyens, remettant en cause leurs droits démocratiques et sociaux, elle aligne les droits sociaux sur le moins-disant ultra-libéral et une conception anglo-saxonne de la vie économique et sociale et elle sert plus que jamais de gentil "toutou" des Etats-Unis aux prétentions vaguement humanitaires.

Hollande dans tout ça fait carpette face à Barroso et Merkel qui font carpette face aux Américains et aux intérêts des multinationales. Quelques jours après les révélations sur l'espionnage de l'UE par les services secrets américains, les négociations pour créer un grand marché de libre-échange permettant aux entreprises américaines de nous innonder de leurs produits aux normes sociales et environnementales très peu contraignantes, ce qui aura pour effet de rabaisser chez nous ces normes sociales et environnementales de production, vont continuer comme si de rien était.

Plus qu'un accord de libre-échange (les droits de douane sont déjà très bas, à l'exception de la culture et de l'agriculture), le but poursuivi lors de ces négociations est un "accord de convergence réglementaire", sur la suppression des "normes non nécessaires", existantes ou à venir. "Il s'agit d'harmoniser les normes sociales, environnementales, alimentaires, sanitaires, afin de protéger l'investissement de "formes d'expropriation indirecte" provoquées par des réglementations politiques qui nuisent à l'expansion des firmes et des profits... Si ce partenariat portant sur une gigantesque surface d'investissement était réalisé, les firmes transnationales, leurs filiales et boîtes aux lettres bénéficieraient d'un cadre ad hoc, pour se débarasser des processus démocratiques producteurs de règles et de droits" (journal de l'association ATTAC, juillet 2013: Lignes d'Attac ).

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 13:53

Avec sept camarades ce mercredi 3 juillet, nous sommes allés à la rencontre des personnels de l'hôpital de Morlaix et des usagers pour échanger sur la situation de l'hôpital public, faire connaître le dernier numéro du "Globule Rouge", le journal du PCF consacré à la santé et à la protection sociale et distribuer un tract sur la situation de l'hôpital et des services publics.

 

Voici le contenu de ce tract que nous distribuerons à nouveau devant la mairie de Plouigneau le samedi 6 juillet entre 9h00 et 12h, à l'occasion de la signature d"une pétition citoyenne pour le maintien de la perception :

 

Centre hospitalier, perception... Ensemble défendons tous les services publics

 

A l'hôpital

 

DSC_2550.JPG

 

Austérité imposée par l'Agence Régionale de Santé (ARS), menaces sur les postes, détérioration du climat social, attaques sur les acquis sociaux, remise en cause des remplacements... La politique d'austérité du gouvernement socialiste met gravement en cause la qualité du travail et des soins à l'hôpital de Morlaix. Ce qui a conduit l'intersyndicale SUD/ CGT à lancer un mouvement de protestation et à s'inviter au comité technique d'établissement (CTE) et au conseil de surveillance pour montrer la fermeté de son opposition au déficit de presque de 900 000 euros annoncé et aux conséquences qu'en tire la direction.

Réaction du directeur: "notre situation est délicate mais elle n'est pas pire que celle d'autres établissements bretons et français".

Ce qui revient à dire que c'est tout le système hospitalier qui est dans le rouge dans tout le pays.

 

Chez Agnès Le brun, maire de Morlaix et présidente du conseil de surveillance, même son de cloche avec en plus "le contexte impose que des mesures, visant à faire des économies, soient prises et cela sans qu'aun secteur ne soit épargné". On ne saurait mieux illustrer ses convergences avec la politique d'austérité du gouvernement.

 

A la perception de Plouigneau

 

Manifestation-perception-de-Plouigneau 2529

 

Dans le cadre de la MAP (Modernisation de l'Action Publique) version socialiste de la RGPP chère à Sarkozy, la direction départementale a présenté un projet de "réorganisation du réseau des trésororeries". L'objectif, dans le cadre austéritaire fixé par Bruxelles est de réduire d'une façon drastique la dépense publique. Ce projet de "réorganisation" se traduirait, entre autres, par la fermeture de la perception de Plouigneau et le regroupement avec Lanmeur.

Unanimement repoussé par les syndicats, ce projet a été clairement rejeté par la centaine de personnes réunies à Plouigneau à l'appel de 7 maires du canton et du Front de Gauche. 

 

Bartolone écoute... et ne dit rien

 

Hospitaliers et Front de Gauche ont manifesté ensemble leur mécontentement et leur exigence d'une autre politique à Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée Nationale, en visite dans le Finistère. Ce dernier a écouté poliment... et n'a pipé mot avant d'aller porter la bonne parole dans la salle réservée aux seuls militants et sympathisants socialistes.

 

Ayrault se glorifie de faire pour la première fois reculer le budget de l'Etat en 2014

 

Cette soumission aux impératifs de l'Europe va se traduire par des "économies" de 14 milliards (7,5 milliards du budget de l'Etat, 5 milliards à la sécurité sociale et 1,5 milliards aux collectivités locales). Conséquence de ces choix désastreux, la suppression de 14400 postes dans la fonction publique (défense, économie finances, écologie et développement durable, agriculture, sport, affaires étrangères,...). 

Depuis le début de son quinquennat Hollande a donc supprimé 28 000 postes.  

 

En 2015, comme l'a déclaré le nouveau ministre du budget, digne successeur du sieur Cahuzac, le Parti Socialiste a l'intention de poursuivre cette néfaste politique au même niveau malgré les conséquences dramatiques sur l'économie de la France et les conditions de vie des français.

 

Ca suffit! Ce n'est pas ce qu'ont voulu les Français!

 

Toutes celles et tous ceux, et nous en sommes, qui ont chassé Sarkozy l'année dernière, ne l'ont pas fait pour que perdure la même politique. 

Les grandes phrases, les postures et les moulinets n'y changent rien: c'est toujours la Finance qui commande, c'est toujours le MEDEF qui a l'oreille du gouvernement. Et cela se traduit parfois, comme dans l'ANI, par des régressions que même la droite n'avait pas osé proposer. 

 

Maintenant la coupe est pleine. Les résultats de toutes les élections partielles le montrent clairement: Il faut changer de cap. 

 

La responsabilité  personnelle de chaque élu-e, de chaque ministre est engagée pour mettre fin à cette néfaste politique et pour avoir le courage de prendre les décisions qui permettront enfin de répondre aux défis de notre temps, aux exigences de la France et aux besoins de la population.

 

Partis politiques, élus, mouvement syndical, associations, population, chacun dans ses responsabilités, mais ENSEMBLE, nous avons la force de faire prévaloir ce choix.

C'est que proposent le Parti Communiste Français et le Front de Gauche.

 

196

 

 

 

 

 

   

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 13:31


Monsieur de Président de la République

Palais de l'Elysée

55, rue du Faubourg Saint-Honoré

75008 Paris

 

 

Monsieur le Président

 

Les négociations sur le Grand Marché Transatlantique peuvent officiellement démarrer depuis que le Conseil des ministres du Commerce de l’Union européenne a adopté le 14 juin dernier le mandat de négociation confié à la Commission.

Vous le savez, nous contestons le bien fondé de ce projet. Il a pour but de démanteler les « barrières douanières et règlementaires » entre l’Union européenne et les Etats-Unis d’Amérique. Les droits de douane étant plus élevés en Europe, cela donnerait un avantage de 30% aux produits américains. La  Commission européenne prévoit des suppressions d’emplois dans des secteurs stratégiques et admet une hausse des gaz à effet de serre. L’abolition des barrières règlementaires conduirait par exemple l’Europe à autoriser les poulets lavés au chlore et le boeuf aux hormones, à abaisser les normes environnementales sur la pollution automobile ou la construction. Les entreprises auraient le droit d’attaquer devant des tribunaux privés les Etats coupables d’avoir fixé des normes sociales ou environnementales qui limitent leur profit.

Nous considérons que ce projet de libre échange a pour objet de favoriser non les peuples, mais l’avidité d’un capitalisme financiarisé et mondialisé dont on voit partout les dégâts. Il menace notre modèle de société et nie la souveraineté des citoyens en Europe. Pourtant, il n’a jamais fait l’objet d’un débat public ni même, dans sa globalité, d’un débat au Parlement.

Nous estimons que les événements récents révélés par Edward Snowden rendent encore plus nécessaire de ne pas s’y engager.

La Commission, qui négocie en notre nom, le fait en effet sur la base d’un mandat secret, alors que les dirigeants des Etats-Unis y ont eu, eux, accès à travers un espionnage récemment révélé !

Comment dans ces conditions entamer des négociations ? Ces derniers événements, d’une rare gravité, devraient, à eux seuls, rendre caduque ce projet. Comment en effet mener des négociations quand la partie avec laquelle on négocie espionne en permanence ? Les Etats-Unis voient dans le projet de Grand Marché Transatlantique le moyen de défendre ses intérêts de grande puissance. La Commission européenne y voit l’occasion de favoriser le développement des multinationales et du système financier. Le peuple français comme ceux des autres pays européens n’ont rien à y gagner.

En conséquence, nous vous demandons solennellement Mr le Président de bloquer immédiatement ces négociations.

Dans cet espoir, veuillez croire, Monsieur le Président, à nos plus salutations les plus distinguées.

 

Front de Gauche (PCF, Parti de Gauche, Gauche Unitaire, République & Socialisme, C&A, PCOF, FASE, Gauche Anticapitaliste, Alternatifs)

 

bandeau Front De Gauche

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 11:25

L'ONG Adalah (orga­ni­sation de défense juri­dique des Pales­ti­niens d’Israël) a lancé une pétition demandant le retrait du plan Prawer concernant les bédouins du NEGUEV. Vous trouverez ci-dessous le communiqué de l'AFPS et la traduction en français du texte de la pétition.

Signer et faites signer la pétition le plus massivement possible!

Pour signer, cliquez sur le lien suivant http://www.avaaz.org/en/petition/Stop_Prawer/?tPqFXbb


Une loi scélérate approuvée en 1ère lecture le 24 juin à la Knesset

Cette loi, connue sous le nom de Plan Prawer-​​Begin, vise à contraindre plu­sieurs dizaines de mil­liers de bédouins du Néguev (Pales­ti­niens d’Israël) à quitter leurs terres et leurs vil­lages pour les regrouper dans des villes et quar­tiers qui leur seraient assignés.

Elle s’inscrit dans l’objectif stra­té­gique des auto­rités israé­liennes : pré­server à tout prix la « majorité juive », au prix d’une véri­table épuration eth­nique à l’intérieur même d’Israël. Pour cela, l’installation de popu­la­tions juives est encou­ragée dans le Néguev comme en Galilée où les popu­la­tions pales­ti­niennes sont impor­tantes. Mais il leur faut aussi casser le tissu social et déstruc­turer les com­mu­nautés pales­ti­niennes dont les droits ances­traux sur la terre sont niés.

C’est l’objet de ce plan. Déplacer les popu­la­tions des « vil­lages non reconnus » dans des zones de regrou­pement, autrement dit les couper de leurs racines, de leurs maisons, de leur mode de vie, c’est les réduire à l’inactivité et les clochardiser.

Le débat à la Knesset a été par­ti­cu­liè­rement houleux et les députés arabes vio­lemment pris à partie. Le vote a été acquis à 3 voix de majorité. La loi doit revenir à deux reprises devant la Knesset pour être applicable.

Il est encore temps d’actionner tous les leviers pos­sibles pour faire échec à cette loi scé­lérate. Nous appelons nos groupes locaux à prendre toutes ini­tia­tives pour demander une inter­vention d’urgence du gou­ver­nement français et appelons à signer, faire signer et par­tager la pétition d’Adalah (orga­ni­sation de défense juri­dique des Pales­ti­niens d’Israël).


Texte de la pétition en français

Arrêtez le Plan Prawer !

 

Nous appelons le gou­ver­nement israélien à retirer le Plan Prawer qui envisage le dépla­cement forcé de plus de 70.000 Bédouins arabes ori­gi­naires de la région, citoyens d’Israël, hors de leurs terres ances­trales dans le désert du Naqab (Néguev) au Sud d’Israël. Le gou­ver­nement d’Israël doit recon­naître les vil­lages “non reconnus” des Bédouins arabes et leurs droits ances­traux sur les terres, cesser les démo­li­tions de maisons, fournir les ser­vices fon­da­mentaux et engager un dia­logue signi­fi­catif avec la com­mu­nauté bédouine arabe et les diri­geants poli­tiques arabes. Il est temps de réparer un tort his­to­rique, de mettre en pra­tique une véri­table égalité et de garantir le respect des droits de l’homme.

Pourquoi c’est important

Der­nière mise à jour : La pro­po­sition de loi Prawer-​​Begin sera pré­sentée en pre­mière lecture demain, lundi 24 juin 2013. Signez et dif­fusez cette pétition pour arrêter cette légis­lation dévas­ta­trice ! Demain Adalah et le Forum de Coexis­tence du Neguev trans­met­tront vos signa­tures aux prin­cipaux décideurs.

Le 6 mai 2013, la Com­mission des lois minis­té­rielle a approuvé la pro­po­sition de la “Loi de régle­men­tation de l’établissement des Bédouins dans le Néguev – 2013” (Pro­po­sition de loi Prawer-​​Begin). La pro­po­sition de loi Prawer Begin a été déposée sur le bureau de la Knesset le lundi 27 mai 2013 ; cependant, la pro­po­sition n’est pas allée en pre­mière lecture. La loi servira d’arme de mise en oeuvre du Plan Prawer-​​Begin, cadre poli­tique global du gou­ver­nement pour la com­mu­nauté bédouine arabe. S’il est pro­mulgué en tant que loi, le plan entraî­nerait le dépla­cement de force de dizaines de mil­liers de Bédouins arabes, citoyens d’Israël, vivant dans les vil­lages non reconnus du désert du Naqab (Néguev) au Sud d’Israël. Le Plan Prawer-​​Begin dépos­sèdera les Bédouins de leurs pro­priétés et de leurs droits his­to­riques sur cette terre, détruira la structure sociale de leur com­mu­nauté et condamnera des mil­liers de familles à des vies de pau­vreté et à un chômage chronique.

Les repré­sen­tants des vil­lages bédouins ont à plu­sieurs reprises essayé d’engager un dia­logue sur le plan avec le gou­ver­nement, mais ont été éconduits. Ils affirment que la loi et la poli­tique qu’elle contient sont fondées sur des visions fausses et dis­cri­mi­na­toires des Bédouins pré­sentés comme des intrus sur leur terre. Le Plan Prawer-​​Begin ignore le fait que la plupart des vil­lages bédouins existent dans leur empla­cement actuel depuis avant la création de l’Etat d’Israël ou ont été créés quand le Gou­ver­nement Mili­taire Israélien a déplacé de force les Bédouins arabes vers le Siyag, région du Naqab, dans les années 1950.

Une solution juste et fai­sable demande d’abord et avant tout la recon­nais­sance du fait que les habi­tants bédouins des vil­lages non-​​reconnus sont des citoyens égaux aux droits égaux. Les vil­lages interdits doivent être reconnus et orga­nisés selon des normes d’aménagement équi­tables et les droits de pro­priété des Bédouins sur la terre doivent être for­mel­lement reconnus.

 

Pour plus d’information, consultez les sites de :

Adalah – Centre Juri­dique pour les Droits de la Minorité Arabe d’Israël – www.adalah.org

Forum de Coexis­tence du Neguev pour une Egalité Civique – www.dukium.org

 

logo AFPS

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 07:18

Après l'éviction de Delphine Batho qui ne protestait pas contre les conséquences sociales de l'austérité mais contre la réduction du budget et des moyens humains au ministère de l'écologie,  Noël Mamère a posé hier soir sans détours la question du bien-fondé de la participation des écologistes au gouvernement. Disons que cela aurait pu être un prétexte pour sortir dignement de ce guêpier, mais dans la foulée, les élections municipales auraient été compliquées...

  

"Il faut que notre parti, avec les ministres, organise au plus vite une réunion de crise pour savoir si nous devons rester dans ce gouvernement... Quand vous avez deux ministres de l'Écologie en un an qui sont virés comme des malpropres (...) vous êtes quand même en droit de vous interroger si vous devez continuer de jouer le rôle d'idiot utile ou faire tapisserie dans un gouvernement (...) qui n'a que faire de la transition écologique". "Cette éviction" permet de montrer que pour François Hollande et Jean-Marc Ayrault, "l'écologie, ce n'est qu'une utilité au moment des élections pour les gagner, et après, ce n'est plus du tout une priorité"."L'écologie est victime de maltraitance" (Nouvel Observateur.fr).

 

La direction d'EELV a tranché hier soir, malgré le budget 2014 qui prévoit un plan de 20 milliards d'euros d'austérité, malgré la casse des services publics, du droit du travail, des droits à la retraite, malgré l'absence de toute concession de François Hollande et du PS aux besoins de la transition écologique, et malgré l'expulsion manu militari de la rebelle pourtant bien timide Delphine Batho (à qui ni Notre-Dame des Landes, ni la centrale à gaz de Landivisiau ne posait vraiment de problème), Mme Duflot et Mr Canfin restent au gouvernement jusqu'à la rentrée de septembre au moins, repoussant aux calendes grecques le moment de prendre une décision.

 

Pourtant, Cécile Duflot avait elle-même critiqué le budget...

Est-ce la direction d'EELV s'est déjà trop compromise avec la politique de droite du gouvernement pour se désolidariser du PS sans bénéficier d'accords de complaisance avec lui aux municipales pour limiter la casse que lui vaudra de toute façon sa perte de crédit dans l'électorat de gauche et écologiste?

Est-ce qu'ils sont devenus majoritairement sociaux-libéraux à l'instar de Cohn-Bendit, ce qui expliquerait aussi leur hargne contre Montebourg actuellement qui aurait "dû" être le premier limogé du gouvernement à la place de la "gentille Delphine Batho"?

Est-ce que c'est l'opportunisme de certains dirigeants qui emporte la mise?

 

Toujours est-il que cette nouvelle dérobade des dirigeants d'EELV par rapport à leur responsabilité qui serait de quitter ce gouvernement qui n'a rien d'écologiste et rien de gauche fera des remous chez les militants Verts et EELV et sera à garder en mémoire par les électeurs...

 

Qui ne démissionne pas du gouvernement et renonce à dire trop fort son opposition pour ne pas être limogé est objectivement responsable et complice des décisions prises.  

 

Pour clore sur une note savoureuse cette triste histoire qui illustre encore une fois la nature monarchique proprement stupéfiante du pouvoir Hollande et des institutions de la Ve République, on peut comparer avec le Parisien les communiqués de l'Elysée sur la démission de Cahuzac et le limogeage de Batho, en mettant d'un côté en mémoire le politicien corrompu, arrogant, très libéral, impitoyable pour le peuple et ami des puissants, et de l'autre Delphine Batho, qu'en haut lieu on aimait probablement surtout en photo :       


Voici le premier : «Je remercie Jérôme CAHUZAC pour l’action qu’il a conduite depuis mai 2012 comme ministre du Budget pour le redressement des comptes de la France. Il l’a fait avec talent et compétence. Je salue la décision qu’il a prise de remettre sa démission de membre du Gouvernement pour mieux défendre son honneur.»

Voici le second : «Sur proposition du Premier ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions de Madame Delphine BATHO et a nommé Monsieur Philippe MARTIN, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie.»

Ismaël Dupont

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 07:09

 Delphine Batho : «  une sanction qui frappe une ministre qui a dit la vérité »

 

Alors que le débat sur les orientations budgétaires 2014 ne fait que commencer, ce matin, sur les ondes de RTL la ministre de l’écologie Delphine Batho a fort justement qualifié le budget de son ministère, en baisse de 7%, de mauvais. Elle a été convoquée dans la foulée, puis congédiée du gouvernement manu militari par François Hollande.

 

L’austérité a plongé notre pays dans la récession. Elle provoque chômage de masse et précarité. Elle est vécue comme une véritable trahison par toutes celles et ceux qui, ont voulu au printemps dernier le changement. Aujourd’hui cette mauvaise politique provoque une crise gouvernementale, avec la sanction qui frappe une ministre qui a tout simplement dit la vérité.

 

Après l’échec de Villeneuve sur Lot pour lequel l’exécutif n’a toujours pas engagé une analyse de fond, la décision de François Hollande est une nouvelle illustration d’un déni de la réalité et d'une fuite en avant qui n’ont que trop duré. Il est urgent de changer.

 

Olivier Dartigolles, porte parole du PCF

 

 

batho.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 06:42

"De l'importance des statistiques en politique" (Bernard Friot, sociologue, auteur de L'enjeu des retraites, L'enjeu du salaire, membre du PCF: vidéo de Réseau Salariat)

 

Vidéo de 11  minutes à voir absolument car elle remet en place un certain nombre d'idées toutes faites:  

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wLvIKdJBZUI#at=628

Voici une vidéo que nous a signalé notre ami du Front de Gauche Morlaix et du Parti de Gauche, Patrick Le Nan.

 

" Les statistiques, objet d'une manipulation politique permanente", c'est ce que démontre Bernard Friot dans 11 mn de contre-intoxication magistrale montrant comment on grossit l'importance relative du sous-emploi aujourd'hui par rapport aux années 60 (avec le faible taux d'emploi des femmes, il n'y avait que 67% de taux d'emploi des 20-60 ans en 1962 contre 76% aujourd'hui), ou encore comment on met en avant avec des chiffres mensongers le "fait scandaleux" qu'un quart des jeunes sont en chômage (alors que le chômage ne concerne qu'un quart des 30% d'actifs entre 15 et 24 ans), et pareillement pour les vieux, afin de justifier des mesures catégorielles de lutte contre le chômage qui démantèlent le salaire et le droit du travail.

TUC, emploi-jeunes, emplois d'avenir, contrats de génération, les faux-sialistes sont des spécialistes de cette attaque au nom de la lutte contre la discrimination générationnelle du droit social commun et des salaires et contrats garantis.

"Les jeunes et les vieux ont aujourd'hui remplacé les femmes, l'exode rural, l'immigration, pour servir d'armée de réserve pour casser le salaire". "Le sauvetage de l'emploi se fait toujours au détriment du salaire". "Il y a toujours un danger à naturaliser les catégories démographiques". " Toute l'ambition de la classe dirigeante est de diviser le salariat, notamment sur la base de la mise en scène médiatique des catégories démographiques ou de genre" au détriment des inégalités sociales nées de l'organisation du travail et de la confiscation des richesses produites.  

Que les jeunes s'attaquent à leurs parents ou grands-parents retraités, trop privilégiés et qu'au nom de la lutte contre le chômage des jeunes, des vieux, on multiplie les sous-emplois, voilà le but poursuivi par le MEDEF... 

   

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 06:20

Le président bolivien Evo Morales, à Moscou, le 1er juillet. Le président bolivien Evo Morales, à Moscou, le 1er juillet. | AFP/MAXIM SHEMETOV

Les Boliviens sont en colère. "La vie du président a été mise en danger", "les lois du trafic aérien ont été violées"... L'objet de leur courroux ? Le refus par la France, le Portugal et l'Italie du survol de leur territoire par l'avion du président Eva Morales, mardi 2 juillet.

Dans la soirée, le dirigeant bolivien revient d'une réunion de pays producteurs de gaz naturel à Moscou. Une rumeur court alors qu'Edward Snowden, l'ex-consultant de la National Security Agency (NSA) à l'origine des révélations sur les pratiques de surveillance et d'écoutes du renseignement américain, recherché par les Etats-Unis, se trouve à bord de l'avion. Coincé depuis le 23 juin dans la zone de transit de l'aéroport Cheremetievo à Moscou, où il est arrivé en provenance de Hong Kong, ce jeune homme de 30 ans se retrouve piégé dans des limbes juridiques. Prétextant des raison techniques, selon les autorités boliviennes, la France et la Portugal décident de fermer brutalement leur espace aérien.

"Mais après avoir obtenu des explications auprès de certaines autorités, nous avons déterminé qu'il semblait y avoir une rumeur infondée sur la présence de M. Snowden à bord de l'avion, a expliqué le ministre des affaires étrangères bolivien, David Choquehuanca. Nous ne savons qui a inventé ce mensonge." Son homologue de la défense, Ruben Saavedra, estime que le département américain d'Etat était peut-être derrière cette décision.

"Nous avons des soupçons sur le fait que ces deux pays ont été manipulés par une puissance étrangère, en l'occurrence les Etats-Unis, afin d'intimider l'Etat bolivien et le président Evo Morales".

Ainsi interdit de passage au-dessus de l'Hexagone, l'avion présidentiel bolivien est contraint de faire une escale imprévue en Autriche.

L'avion du président Morales a été contraint de stationner sur le tarmac de l'aéroport de Vienne. L'avion du président Morales a été contraint de stationner sur le tarmac de l'aéroport de Vienne. | REUTERS/HEINZ-PETER BADER

 

Après vérification, Vienne confirme que Snowden ne se trouve pas à bord. La France, le Portugal puis l'Italie autorisent finalement, dans la nuit, le survol de leur territoire.

  

"PARANOÏA"

Mais le mal est fait. Evo Morales a passé la nuit de mardi à mercredi dans un hôtel de Vienne et l'indignation monte en Amérique latine. "C'est un attentat contre la vie du président Morales", a déclaré le ministre des affaires étrangères vénézuélien, Elias Jaua, dont le pays est l'un des principaux alliés de la Bolivie. En déplacement à Minsk, en Biélorussie, où il accompagne le président Nicolas Maduro en visite officielle, il a fustigé "une agression grossière, brutale, impropre et non civilisée" de la part "de gouvernements d'Europe et des Etats-Unis" qui "mettent en danger la vie d'un président".

Le ministre des affaires étrangères de l'Equateur, Ricardo Patiño, pays où le jeune Américain a également envisagé de se réfugier, a estimé que "cela semble une terrible offense au président Morales". "Il n'est pas possible qu'ils aient osé refuser à un président sud-américain le passage par leur espace aérien [parce qu'ils] suspectaient que dans l'avion du président Morales pouvait se trouver M. Snowden. Ça me semble une énorme offense, pour le moins", a ajouté le ministre, évoquant "la paranoïa" de certains pays après les révélations de l'ancien consultant pour le renseignement américain.

Manifestation devant l'ambassade de France en Bolivie, mardi 2 juillet à La Paz. Manifestation devant l'ambassade de France en Bolivie, mardi 2 juillet à La Paz. | AP/Juan Karita

A La Paz, quelques dizaines de personnes ont manifesté devant l'ambassade de France pour protester contre le refus initial de Paris d'ouvrir  son espace aérien au président Morales. "Vive la Bolivie, vive le président Evo" ont crié les manifestants, agitant des drapeaux boliviens. Par ailleurs, des communautés indigènes proches de Morales ont annoncé de prochaines manifestations devant les ambassades des Etats-Unis, de France, du Portugal et d'Italie, taxées d'hostilité envers la Bolivie.

La Bolivie est l'un des 21 pays à qui Edward Snowden a demandé l'asile politique et s'est dite "prête" à examiner cette demande. Parmi ces pays figure également... la France.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 06:15

Mélenchon, très posé, est une nouvelle fois victime d'une mise en parallèle ultra-grossière du Front de Gauche avec le FN. Entre les deux, la télé capitaliste a bien choisi son camp...

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 06:09
Avant son arrivée en Afrique du Sud Barack Obama avait manifesté voire claironné le souhait de se rendre au chevet de Nelson Mandela...
Mais patatras ! On apprenait samedi dans les premiers journaux du matin sur France-Inter que la famille de Madiba ne souhaitait nullement qu'il s'y rende. Elle évoquait une attitude inappropriée des E-U à l'égard d'un certain nombre de pays ainsi que l'utilisation de leurs drones à des fins qui le sont tout autant.
Mais cette information éminemment politique disparut à la vitesse d'un éclair de l'antenne ! mais par quel pouvoir?... Mystère...
S'ensuivit illico presto une autre info reprise en boucle par tous les médias et tout le jour durant selon laquelle Barack Obama ne souhaitait  pas se rendre auprès de Nelson Mandela par respect pour la famille !!!
Et hop...trop fort, mais  tard. Ce qui constituait sans conteste un camouflet pour les E.U se transforma sans sourciller en une délicate attention de la part du fringant Barack, toute honte bue.
Ainsi celui qui n'a pas fermé Guantanamo ,celui dont la NSA espionne le monde entier, celui qui ne lève pas le petit doigt pour la libération de Mumia Abu Jamal devenait le pourfendeur des injustices, à la pointe de la lutte contre l'apartheid, le hérault de la liberté ! alors que ce n'est qu'en 2008 que Nelson Mandela fut retiré de la liste états-unienne des terroristes !N'est-ce pas merveilleux ?

 

Jean-Paul Primet




Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011