Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 08:40

Les syndicats CGT, FO, Solidaires, FSU appellent à la mobilisation contre la réforme des retraites du gouvernement le mardi 15 octobre. A Morlaix, une manifestation est prévue à 10h30 place de la Mairie.

Le Parti Communiste et le Front de Gauche appelent à une forte participation des citoyens, salariés et retraités, à ce rassemblement pour dire Non à une nouvelle réforme des retraites de régression sociale.   

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 08:04

Photos Guerlesquin 002

                                   Jean Dréan (au centre) à Guerlesquin avec nos camarades de Plougonven et de Guerlesquin

 

Madame Lebranchu Ministre

Monsieur Fichet Sénateur

Monsieur Bui député

 

Madame, Monsieur,

Pour battre Sarkozy, j'ai voté pour vous. A 80 ans, modeste militant aujourd'hui, je suis scandalisé, outré.

Nous vivons une époque, que vous confirmez, indigne de nos camarades qui aux risques de leur vie ont mis en place les fondations du social à la française.

Au gré de graves problèmes de santé, j'ai pratiqué sur décision: la clinique de la Baie, l'Hôpital de Morlaix, l'hôpital Morvan. Pasteur.

La qualité des personnels, leur engagement, leur dévouement au malade n'y suffiront pas: la Santé Publique à la française est en danger.

J'ai voté pour vous. En notant dans votre profession de foi:

- Réhabiliter 80 000 logements par an

- Doubler l'APA

- Adapter la société au vieillissement, choix judicieux confirmé par le diagnostic de France 25 : "Le problème majeur: le vieillissement de la population".

Hélas, qu'avez-vous fait de vos promesses électorales?

L'article du Télégramme du 28 septembre relatant l'action des personnels de la structure d'accueil du Bruc à Pleyber-Christ nous éclaire, ceci confirmant la situation, la pauvreté de la civilisation de la personne âgée sur le Finistère.

Je vous ai transmis régulièrement la multitude des appels au secours, de détresse de tous les maillons de la chaîne de vie du vieux sur le département. Il y aurait urgence à s'en préoccuper. Le programme électoral de Mr Hollande est un engageant: il promet une aide à la dépendance.

Pour nous, il faut un Droit universel à l'autonomie, seul en capacité de gagner le bien vieillir. Partout et pour tous.

- Allez-vous voter, faire voter cette loi?

- Allez-vous soutenir l'initiative de la FERPA (Fédération Européenne Retraites Personnes Agées) pour ce droit européen?

 

Toute votre politique va à l'encontre de ce choix: baisser le pouvoir d'achat des retraités.

 

Bien à vous.

 

Jean Dréan.  

 

 

   

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 07:31

Geneviève Fraysse (députée du groupe communistes et républicain, Front de Gauche) est intervenue le 2 octobre devant une salle presque vide (ses collègues avaient tellement de choses plus intéressantes à faire que d'écouter la vérité sur les difficultés des français et la réforme des retraites...).

Son discours vaut la peine d'être entendu pour mesurer le scandale du choix que sont en train de faire les socialistes.

 

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=6TCF8uoYFGM

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 06:37

 

Le Conseil constitutionnel a décidé, vendredi 11 octobre, de valider la loi du 13 juillet 2011, appelée loi « Jacob », qui interdit en France l'usage de la fracturation hydraulique pour explorer et exploiter les pétroles et le gaz de schiste.

Le PCF se félicite de cette décision. En effet, la technique de la fracturation hydraulique occasionne des dégâts considérables à l’environnement et au cadre de vie des populations. Elle est la seule qui existe aujourd'hui pour produire des hydrocarbures de schiste.

Aussi, la production des gaz et des huiles de schiste, dans l’état actuel des techniques, n’est acceptable nulle part.

L’avenir énergétique de la France ne passera pas par l’exploitation de davantage d’énergie carbonée, mais par la planification écologique de notre économie et l’utilisation cohérente de sources d’énergie non émettrice de CO2.

 

PCF Front de Gauche

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 06:34

Alcatel-Lucent : « une catastrophe sociale et industrielle »

 

Même s'ils le pressentaient, les salariés d'Alcatel-Lucent ont subi un choc brutal avec l'annonce de 10 000 suppressions d'emplois dans le monde et plus de 900 en France. Cette saignée de l'emploi industriel dans l'équipementier franco-américain s'ajoute aux 5000 postes déjà supprimés en 2013.

C'est une catastrophe sociale et industrielle pour les salariés et les familles des sites de Toulouse et de Rennes qui vont fermer. D'autres sites sont menacés comme celui d'Orvault, en Loire-Atlantique. Pour économiser 1 milliard d'euros, le PDG de la multinationale a donc annoncé un plan de bataille pour réduire les coûts fixes, ce qui dans la bouche d'un capitaliste veut dire licenciements, fermetures d'entreprises.

Au nom de la rentabilité, la mâchoire des actionnaires d'Alcatel-Lucent va se refermer et broyer la vie des salariés qui ont travaillé, mis leurs savoirs et leurs compétences au service d'une firme technologique française, à forte valeur ajoutée. Pour preuve, l'action de la multinationale a réagi à la hausse immédiatement suite à l'annonce du dépeçage industriel des vautours financiers.

Le PCF apporte sa totale solidarité aux actions des salariés d'Alcatel-Lucent et de leurs organisations syndicales. Ce n'est pas au coût du travail qu'il faut s'attaquer mais au coût du capital, aux profits des actionnaires.

 

Eric Corbeaux, responsable aux luttes au PCF

 

PCF Front de Gauche

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 06:05

Hier soir, les députés viennent de voter l'allongement de la durée de cotisation. Tout cela a été vite expédié. De notre côté, nous avions demandé une rencontre à Gwenegan Bui, notre député, pour lui expliquer pourquoi il ne fallait pas voter cette réforme des retraites, et on nous propose comme date de rencontre le 5 novembre, soit un mois après le vote de l'Assemblée Nationale sur ces réformes des retraites exigée par la Commission Européenne dans le cadre de ses nouvelles prérogatives accordées par la signature par Hollande du Traité Merkel-Sarkozy, le TSCG, en septembre 2012...  

 

Données générales à connaître:

 

La différence d'espérance de vie entre un retraité et un cadre: 7 ans.

Moyenne des années validées actuellement : 37 ans. A partir de 55 ans, les 2/3 des retraités sont licenciés, inaptes ou au chômage. La moitié des français seulement est dans l'emploi au moment de prendre sa retraite.

Aujourd'hui, c'est environ 13,5 % des richesses produites qui sont consacrées aux retraites (salaire socialisé, pour la solidarité, retiré au cycle du profit financier et de la consommation immédiate ou de l'épargne individualiste).

Retraite moyenne: 1256€/ mois (en 2011)

Aujourd'hui, la pension moyenne des retraitées est de 930 euros contre 1600 euros pour les hommes. 58 % de celles des hommes. Rançon, pour une part, de carrières plus courtes, mais aussi et surtout de salaires plus bas (moins 27% par rapport aux salaires des hommes).

La précarité d'une partie des personnes âgées est une réalité qui interpelle:

Minimun vieillesse trop bas: 782€ par mois.

A l'heure actuelle, 40% des retraites liquidées le sont au minimum contributif: 629€/mois.

600 000 retraités avec le minimum retraite. 1,6 millions sous le seuil de pauvreté.

 

 

Une nouvelle réforme de régression qui accrédite les arguments de la droite et du MEDEF, qui frappe durement les jeunes et les femmes

 

… et ne règle pas les problèmes de fond du manque de cotisations patronales et salariales, de contribution du capital, du partage du temps de travail et de l'affectation des gains de productivité aux salariés.

 

Pour la première fois, un gouvernement de gauche impose un allongement de la durée de cotisation et un recul de l'âge où chacun pourra, dans des conditions financières décentes, prendre sa retraite.

Pourtant, cela fait depuis 20 ans (les décrets Balladur de 1993) que l'on durcit les conditions d'accès à la retraite et que l'on fragilise notre système par répartition sans pour autant résoudre le déséquilibre financier du système.

A chaque fois, on comble les trous financiers creusés par la crise et le chômage, et les politiques d'exonérations de charges patronales et de laisser-faire face à l'explosion des prélèvements financiers et des revenus du capital par de nouveaux reculs des droits.

De 2001 à 2011, l'âge de la retraite a reculé de 2,1 ans en France (1,6 en moyenne européenne).

 

Le projet du gouvernement non seulement ne remet pas en cause les aspects les plus régressifs de la réforme Sarkozy-Fillon de 2010 (41,5 ans de cotisation et recul de l'âge légal de départ à 62 ans) mais confirme que dorénavant, il faudra cotiser 43 ans à l'horizon 2035 – ce qui touchera la génération née en 1973 et les suivantes: à partir de ceux qui partent en retraites à l'horizon 2020 (55 ans aujourd'hui) la durée de cotisation augmentera d'un trimestre tous les 3 ans.

 

Tous les salariés de moins de 55 ans seront donc frappés par l'allongement progressif de la durée de cotisation. Les salariés qui ont actuellement 40 ans devront cotiser 43 ans! Et dire que la jeunesse était censée être la priorité du candidat Hollande...  

 

L'allongement couplé à la décote, c'est une double peine pour les jeunes: baisse des pensions, nécessité de travailler plus longtemps, difficulté à s'insérer dans le travail. Encouragement à la capitalisation.

 

Avec 43 ans de cotisation requis (172 trimestres), il sera impossible au plus grand nombre de partir à partir de l'âge légal d'ouverture du droit qui reste fixé à 62 ans. A moins d'accepter une pension très largement diminuée par la décote, qui s'applique lorsque des trimestres de cotisation manquent (une baisse de 5% par année manquante). La décote est une pénalité inique qui veut qu'un salarié avec une retraite incomplète voit sa pension amputée plus que proportionnellement aux années de cotisation qui lui manquent.

A l'heure actuelle, en moyenne, une carrière dure 35 ans (source Eurostat). En 2012, les salariés qui ont liquidé leur retraite l'ont fait avec 151 trimestres au compteur.

Pour les jeunes générations, qui n'ont, en moyenne, pas plus de 30 trimestres cotisées à l'âge de de 30 ans, le départ sera difficilement envisageable avant 66 ans. Beaucoup devront attendre 67 ans (âge de la garantie du taux plein, quelle que soit la durée de cotisation) pour pouvoir partir avec une pension complète.

 

Qu'est-ce qu'on aurait pu mettre en place comme réforme de progrès à la place de celle-ci, d'inspiration libérale, pro-austéritaire et pro-patronale?

 

Principes généraux à rappeler:

Le but de la vie en société, ce n'est la compétitivité, ni même la croissance, la hausse des profits pour une petite minorité, et de l'autre l'austérité et le travail à vie, la précarité ou le chômage pour le peuple.

Les années les plus dures du travail se situent entre 60 et 65 ans. Ce sont aussi les meilleures années de la retraite, car après la santé et l'énergie ne sont plus les mêmes et vont décroissants.

Le partage du travail, le partage du temps de vie entre travail et activités non rémunérées mais socialement et individuellement fructueuses, la qualité de vie des vieux sont des enjeux de civilisation fondamentaux : des réponses à la hauteur demandent une meilleure répartition des richesses produites par le travail.

« On vit plus longtemps donc on doit travailler plus longtemps ». C'est au contraire parce que l'on travaille moins longtemps que l'on vit plus longtemps.

 


Revendications sur lesquelles il ne faut pas céder:

  • Le retour au droit à la retraite à 60 ans, avec 75% minimum du salaire d'activité (calculé sur les dix meilleures années). Limiter le décrochage entre la période d'activité et la retraite.

  • Les pensions doivent évoluer comme le salaire moyen.

  • Validation des années d'études. L'élévation du niveau d'études, de qualification est un investissement collectif répondant aux exigences des entreprises. Elle doit être reconnue et ne pas pénaliser les jeunes dans leurs droits à la retraite. L'âge du 1er emploi chez les jeunes est en moyenne 24 ans, et de 27 ans chez les très diplômés.

  • Reconnaissance de la pénibilité par des départs anticipés: ici la prise en compte de la pénibilité est très restrictive (deux ans maximum d'anticipation pour 25 ans d'exposition... soit au mieux un départ à 60 ans).

  • Garantir l'égalité professionnelle hommes/ femmes: en allongeant la durée de cotisation obligatoire, on sanctionne encore plus durement les femmes aux carrières incomplètes. Nécessité d'un vrai combat pour l'égalité professionnelle. Une étude a été réalisée à la demande de la CGT par la Caisse nationale d'assurance vieillesse sur l'impact d'une convergence des salaires des femmes sur ceux des hommes. Résultat: l'égalité salariale générerait à l'horizon 2050 18,5 milliards de cotisations supplémentaires pour le régime général et entraînerait une hausse moyenne de 20% des pensions féminines. Au final, l'égalité améliorerait le financement des retraites de 5 milliards net.

  • Tous les éléments de rémunération (intéressement, participation, primes des fonctionnaires...) doivent être soumis à cotisations et constituer des droits.

 

Les vraies solutions de financement du système des retraites :

 

Le problème n'est pas technique mais politique : il est de l'ordre du rapport de force à reconstruire, des fausses évidences à déconstruire, d'une population à remobiliser pour qu'elle sache reconnaître et combattre les politiques au service du capital.

Une politique qui affronte les logiques capitalistes et la finance, qui repartisse mieux les richesses produites par le travail.

 

  • « On vit plus longtemps, on doit travailler plus longtemps », c'est faux car la richesse produite par le travail augmente et la productivité aussi. D'ici à 2035 (22 ans), avec une croissance de 3 %, la masse de richesse produite peut doubler (comme elle a doublé entre 1980 et 2010). Aujourd'hui, un salarié travaille 2 fois moins mais produit 16 fois plus qu'au 19e siècle. Avec l'augmentation de la productivité, un nombre d'actifs décroissants peut financer les pensions d'un nombre croissant de retraités.

  • Politique de soutien au pouvoir d'achat de la classe populaire (relancer la consommation et l'activité économique par l'augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux). Dans notre pays, la somme des richesses produite repose pour 57% sur la consommation des ménages. En 2012, le pouvoir d'achat a reculé pour la première fois depuis la dernière guerre. La France compte 5 millions de chômeurs qui ne demandent qu'à cotiser et plus de 8 millions de pauvres.

  • La part des salaires dans les richesses créées est plus faible qu'à la sortie de la guerre alors que depuis 30 ans, la part des dividendes versés aux actionnaires est passée de 5 à 25%. Entre 1981 et 2012, en 30 ans, la part du coût du capital (intérêts plus dividendes) sur la richesse produite est passée de 16% à 29%, celle de la Masse salariale (salaires+ cotisations employeurs) de 73% à 67%.

  • Lutter contre l'évasion et la fraude fiscale : il y a 590 milliards d'avoirs français dans les paradis fiscaux et 60 à 80 milliards sont soustraits aux caisses de solidarité et au budget de l'Etat chaque année par la fraude fiscale.

  • Augmenter les revenus de la richesse produite. Revoir les exonérations et exemptions de cotisations: 200 milliards d'euros sont pris sur le budget de l'Etat chaque année pour des exonérations fiscales et sociales sans effet sur l'emploi, l'investissement.

  • 20 milliards d'euros: c'est ce que rapporterait la mise à contribution des revenus financiers des entreprises à la même hauteur que les salariés. Les prélèvements financiers représentent chaque année de 94 à 130 milliards d'euros.

  • Revoir le calcul de la cotisation employeur en fonction de la politique salariale et d'emploi et de la part des salaires dans la valeur ajoutée de l'entreprise.

front de Gauche Morlaix

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 06:00

La popu­lation de Gaza, qui com­prend 1,6 million de Pales­ti­niens, est privée d’eau potable. La seule res­source d’eau à laquelle elle ait accès - l’aquifère sou­terrain - est sur-​​utilisée et est main­tenant très polluée par l’intrusion de l’eau de mer et des eaux usées. L’ONU avertit qu’à moins qu’une solution ne soit trouvée pour fournir la bande de Gaza en eau salubre et abor­dable, l’aquifère de Gaza deviendra inuti­li­sable d’ici 2016, et sera endommagé de manière irré­ver­sible avant 2020. [1]
Aujourd’hui, seulement 5% de l’eau extraite de l’aquifère côtier est potable. La plupart des familles de Gaza sont obligées d’acheter de l’eau potable à des entre­prises privées à un coût élevé, cer­taines payant jusqu’à un tiers de leurs revenus pour l’acheter.
La portion de l’aquifère côtier qui court sous la bande de Gaza ne repré­sente qu’un faible pour­centage du total des res­sources en eau douce dis­po­nibles aux Israé­liens et aux Pales­ti­niens.

Israël continue d’exploiter 90% de l’eau douce dis­po­nible pour l’usage exclusif d’Israël - en par­ti­culier l’aquifère sou­terrain de la mon­tagne de Cis­jor­danie occupée - alors que les Pales­ti­niens ont accès à moins de 10% de cette res­source. Israël le fait en vio­lation du droit inter­na­tional de l’eau, qui prévoit que ces res­sources soient par­tagées « équi­ta­blement et rai­son­na­blement » entre Pales­ti­niens et Israé­liens. Il y a une solution, et elle com­mence par la mise en œuvre des droits des Pales­ti­niens à l’eau. Si les Pales­ti­niens avaient accès à leur part légitime des res­sources en eau dis­po­nibles, et si Israël levait son blocus sur la bande de Gaza, qui res­treint les impor­ta­tions d’eau ainsi que l’entrée des maté­riaux et pro­duits néces­saires pour rénover et réparer ses infra­struc­tures qui se dété­riorent, une grande part des pro­blèmes de l’eau à Gaza seraient résolus.
La cam­pagne "Soif de Justice", qui agit pour les droits des Pales­ti­niens à l’eau, a besoin de votre aide ! Si cette pétition atteint les 100.000 signa­tures, les ambas­sa­deurs de la cam­pagne inter­vien­dront auprès des gou­ver­ne­ments euro­péens pour leur pré­senter vos signa­tures, et leur demander qu’ils prennent des mesures concrètes. N’attendez pas que l’aquifère de Gaza soit irré­mé­dia­blement inuti­li­sable, signez cette pétition maintenant http://www.france-palestine.org/Petition-Gaza-a-court-d-eau, et aidez-​​nous à garantir les droits de Gaza à l’eau !

[1] Équipe locale des Nations Unies dans les ter­ri­toires pales­ti­niens occupés, Gaza en 2020, un endroit vivable ?, Août 2012, rapport en Anglais à l’adresse : http://www.unrwa.org/userfiles/file/publications/gaza/Gaza%20in%202020.pdf

Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris

 

 

un drapeau pour Gaza...à Morlaix 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 05:52

Publication: 07/10/2013 07h42 Huffingtonpost

Esther Benbassa

Sénatrice EELV du Val-de-Marne, Directrice d'études à l'EPHE

Il n'y a pas que notre Ministre de l'Intérieur à nous laisser entendre que les Roms ne sont pas intégrables et que la meilleure solution pour eux (pour nous ?), c'est qu'ils rentrent chez eux. Si Sarkozy l'avait dit aujourd'hui, le peuple de gauche se serait mobilisé en masse, aurait crié au scandale, serait descendu dans la rue. Mais là, non, voyons, M. Valls a peut-être bien raison, n'est-ce pas ? Si on ne le suit pas sur cette voie bien glissante, les Français ne seront-ils pas tentés de voter Front national ?

Suivre la vague

Bravo au Front national, dirai-je. La gauche s'ingénie maintenant à piloter la France en ne lâchant pas des yeux la droite radicale ou simplement la droite de la droite. C'est là que réside la victoire de Marine Le Pen. Ses idées n'ont pas seulement pénétré dans la population, elles déteignent aussi sur la gauche. Notre président de la République n'a même pas éprouvé le besoin de recadrer M. Valls. Parce que pour gagner les municipales, ou ne pas trop les perdre, il ne faut pas hésiter à jouer avec les peurs du peuple. A jouer avec le feu.

Pour l'instant, les résultats de cette belle stratégie peinent à se manifester. Il suffit de regarder du côté de Brignoles... Le Premier Ministre a eu un peu plus d'audace, et peut-être de réalisme, en recadrant, lui, son ministre de l'Intérieur, même à demi-mots, à son accoutumée, mais à la manière, disons, de l'honnête homme qu'il est, sans plus. C'est presque du courage quand 65% des Français sondés disent partager les vues dudit ministre sur la non-intégrabilité des Roms.

Les barons socialistes, de leur côté, suivent la vague. Il s'agit d'être réélu. Les temps sont durs. Et même lorsque certains maires de gauche font un travail positif avec les Roms et oeuvrent avec imagination et détermination pour aider à leur intégration, ils préfèrent parfois ne pas trop ébruiter leurs succès. En ces matières, même un succès pourrait vous faire perdre des voix...

Belle politique du "bouc émissaire" dont certains de nos dirigeants s'imaginent qu'elle fera oublier à leurs électeurs la gouvernance à l'aveugle d'un exécutif dont le bateau tangue sensiblement à force de manquer d'audace et d'inventivité. Le vrai coup de génie du FN est d'avoir fait suffisamment peur à ce même exécutif et à une partie du peuple de gauche avant même d'engranger de bons scores électoraux.

A quoi donc sert la gauche ?

Ce n'est pas parce que les Français se droitisent qu'il faut les caresser dans le sens du poil. Est-ce vraiment notre rôle, à nous, la gauche, de les prendre par la main et de les conduire, doucement, vers le précipice ? D'autres peuples avant nous ont suivi cette pente fatale. Et le réveil, hélas, vient bien souvent trop tard.

Au lieu de communiquer efficacement sur sa politique, et sur les choix, vraiment de gauche, que la gauche, au gouvernement comme au Parlement, parvient parfois à mettre en oeuvre, on a l'impression que l'on s'ingénie plutôt à assurer la promotion médiatique des dérapages de M. Valls. On s'étonnera, après cela, que les idées du FN fassent leur chemin sûrement dans les esprits.

La gauche n'a pas été portée au pouvoir pour faire, avec les Roms (c'est vrai, ils ne votent pas), ce que Sarkozy a fait et ce que le FN veut faire. La gauche n'a pas été portée au pouvoir pour cette politique du "bouc émissaire". Sarkozy a perdu, d'ailleurs. Et les socialistes peuvent au final, eux aussi, laisser des plumes à ce petit jeu-là. Si les Roms posent des problèmes aux riverains, ce qui est vrai, n'y a-t-il pas d'autres moyens de les résoudre que ceux qu'on veut nous vendre ?

Abstentionnistes, levez-vous !

Mercredi dernier, je me suis rendue à une soirée organisée par le collectif "Stop Le Contrôle Au Faciès". 13 personnes ayant subi un contrôle d'identité abusif avaient porté plainte contre l'Etat et le Ministère de l'Intérieur. Elles venaient, toutes les treize, d'être déboutées par la justice. Un des plaignants, par ailleurs militant associatif, a tiré les leçons de ce jugement et du refus du Ministre de l'Intérieur (toujours lui) d'instaurer la délivrance de récépissés, le meilleur moyen de limiter efficacement la multiplication des contrôles abusifs. Il a simplement appelé l'assistance à ne pas aller voter aux prochaines échéances électorales. C'était clair, net, et logique.

Curieusement, cela, on dirait que la gauche - une certaine gauche - ne veut pas l'entendre. M. Valls défend sa police. Pas ceux qui, citoyens de ce pays, sont quotidiennement contrôlés si souvent sans motif, en raison de leur tenue vestimentaire, de la couleur de leur peau, de leur lieu de résidence. Le lendemain de cette triste soirée, je suis revenue à la charge. Et j'ai demandé à M. Valls, dans l'hémicycle, comment - et quand - il entendait remédier à cette pratique du contrôle à la tête du client. La réponse a été évasive.

Les populations objet de ces brimades sont souvent accusées d'être abstentionnistes. A la dernière élection présidentielle, elles sont sorties du bois. Elles ont voté. Pour Hollande. Pour la gauche. Croit-on vraiment qu'on les y reprendra ? L'abstentionnisme tous azimuts a de belles heures devant lui. Et on sait à qui il profitera. Au FN. A cette allure, non seulement les bonnes recettes socialistes ne réussiront pas à stopper l'avancée du FN, mais elles feront aussi perdre les voix des fidèles et loyaux électeurs de gauche.

Jeux du cirque

Les poncifs réactionnaires, racistes, xénophobes sont décidément fort tendance. On ne les entend pas dans la bouche de nos seuls politiques. Ils sont aussi très en vogue chez maints "intellectuels" de seconde zone qu'on invite à s'exprimer librement lors de colloques prétendument "contradictoires". Ça fait démocrate. Belle démocratie que celle-là, qui encourage une salle à moitié acquise à ne surtout pas remettre en question les clichés qui l'aveuglent.

J'ai vécu ça samedi, à un colloque qui se déroulait à Nantes. L'un des rédacteurs en chef d'une revue ultraréactionnaire a pu débiter ses dangereuses fadaises, sans que personne tente vraiment de l'arrêter. Rien ne nous a été épargné. Et nous y sommes tous passés, "bobos", intellos, parlementaires, immigrés, musulmans, Roms, et je ne sais qui encore, tous fossoyeurs de notre belle civilisation judéo-chrétienne !

Misère de la pensée actuelle, minée par le défaut de créativité et d'énergie. C'est l'air du temps. Donnons aux spectateurs ce qu'ils attendent. Il faut que le sang coule, même s'il est pour l'instant symbolique. Débat d'idées ? Non, combat de gladiateurs.

Qu'une mairie socialiste subventionne ces jeux du cirque et donne l'occasion à de pareilles idées de s'exprimer sans vergogne a de quoi faire réfléchir. Mais après tout, si un ministre socialiste se permet le genre de propos que tient M. Valls, pourquoi un réactionnaire patenté se gênerait-il pour le faire?

Ainsi le cercle se referme-t-il sur lui-même. La réaction nourrit la réaction. Bravo, les socialistes, vous êtes d'excellents pédagogues, qui travaillez pour l'avenir du FN et de la droite !

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 05:45
Propos sur les Roms. Le Mrap va porter plainte contre VallsLe Mrap va déposer plainte contre Manuel Valls.
Le Mrap va déposer plainte contre Manuel Valls.
  • Photo : AFP

 
Le Mrap va déposer plainte contre Manuel Valls devant la Cour de justice de la République (CJR) pour « incitation à la haine raciale » en raison de ses propos controversés sur les Roms.

 « Nous allons déposer plainte la semaine prochaine devant la commission des requêtes de la Cour, qui exercera son filtre », a précisé Me Pierre Mairat, avocat du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap).

 « Les Roms servent déjà de boucs-émissaires »

 Le Mrap reproche au ministre de l’Intérieur des propos tenus le 24 septembre sur France Inter. Les Roms sont « des populations qui ont des modes de vie extrêmement différents des nôtres et qui sont évidemment en confrontation », avait-il notamment déclaré. « On estime ses propos insupportables, dans un contexte où les Roms servent déjà de boucs-émissaires », a ajouté Me Mairat.

 Le conseil national de l’association a donc décidé « à l’unanimité » de lancer ces poursuites, précise le Mrap dans un communiqué.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 18:18
INVITATION 
 
Réunion d'information et de débat sur la réforme des Retraites du gouvernement Ayrault: une réforme injuste et inacceptable!

ENSEMBLE, MOBILISONS-NOUS POUR LUI FAIRE ÉCHEC.

Le JEUDI 10 OCTOBRE à Saint Martin des Champs (salle Gallouédec)  à 20 H

à l'appel du Front de Gauche du Pays de Morlaix (citoyens engagés, PCF, Parti de Gauche, Fédération pour une alternative sociale et écologique, Gauche Unitaire, Gauche Anticapitaliste), du NPA, de Europe Écologie les Verts, de ATTAC, de la Ligue des Droits de l'Homme, de la FSU, du Comité Chômeurs et Solidaires.

Introduction au débat par des représentants du NPA, du Comité Chômeurs et Solidaires, de EELV et du Front de Gauche.  

 

 

NOTRE APPEL COMMUN - une Pétition citoyenne que vous pouvez aussi signer en contactant: frontdegauchemorlaix@gmail.com et en mentionnant vos noms/prénoms/localité.

 

Ensemble, défendons nos retraites !

 

La réforme des retraites conçue par le gouvernement Ayrault n'est pas acceptable. Elle ne doit pas être votée au Parlement.

Les réformes de 1993, 2003, 2007 et 2010 ont déjà réduit les droits à pensions de plus de 30 %, en aggravant les inégalités déjà fortes entre les pensions des femmes et celles des hommes. Elles doivent donc être remises en cause.

 

Refusons les régressions sociales

« On vit plus vieux, il faut donc travailler plus longtemps ». Augmenter la durée de cotisation, c’est en réalité programmer la baisse des pensions. Baisse immédiate pour tous ceux – chaque année plus de la moitié des nouveaux retraités – qui passent directement du chômage, ou de l’inactivité, à la retraite, et qui ne pourront jamais atteindre cette durée. Baisse à venir pour les nouvelles générations entrées plus tard dans la vie professionnelle du fait de l’allongement des études et qui connaissent déjà un chômage massif, aggravé par l’incitation faite aux seniors qui le peuvent de prolonger leur activité. On oublie aussi de rappeler que l’allongement de la durée de cotisation et la décote pénalisent plus fortement les personnes aux carrières courtes, en majorité des femmes. L’espérance de vie augmente, mais l’espérance de vie en bonne santé, elle, diminue depuis plusieurs années. La souffrance au travail se développe, de nouvelles pathologies apparaissent. Les plus dures années au travail sont entre 60 et 65 ans. Les meilleures années de la retraite sont entre 60 et 65 ans. L'allongement de la durée de cotisation, c'est la double peine. Nous ne pouvons pas l'accepter.

 

L’austérité sans fin est suicidaire

Le gouvernement justifie cette nouvelle réforme par l'allongement de la durée de vie. Mais le déficit actuel ne doit rien au vieillissement de la population. Il s’explique par la récession qui se creuse en Europe, détruit des millions d’emplois et diminue les cotisations sociales induites par l’emploi. Cette récession provient essentiellement des politiques de réduction des dépenses publiques et de baisse du « coût du travail » menées partout en Europe par les gouvernements en accord avec la Commission. Si, comme cela semble être le cas, le gouvernement inscrit la réforme dans le cadre de ces politiques, il ne pourra que retenir des pistes entraînant une nouvelle baisse du niveau des pensions. Ce qui diminuerait encore le pouvoir d’achat des retraités, aggraverait la récession et entraînerait une nouvelle hausse du chômage. Sans qu’au bout du compte les déficits ne soient réduits !

 

Il est possible de faire autrement

L’augmentation de l’espérance de vie ne date pas d’aujourd’hui. Par le passé, elle s’est accompagnée d'une diminution du temps passé au travail et d’une amélioration du niveau de vie, grâce à un partage de la richesse produite. C'est à nouveau la voie à suivre.

Pour augmenter le volume des cotisations sociales, il faut en finir avec l’austérité, relancer l’emploi par une réduction du temps de travail, une sécurisation de l’emploi, de la formation et du revenu, une augmentation des minima sociaux, une politique audacieuse d’investissement en matière sociale et écologique. Une voie supplémentaire, toujours négligée, pour répondre au besoin de financement des retraites, est la réalisation de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, à la fois par l’accroissement du taux d’activité des femmes, la suppression des inégalités salariales et la lutte contre le temps partiel subi. Il s’agit là de choix politiques de justice et de solidarité. La part des salaires a chuté d’environ 6 points au cours des dernières décennies en faveur des dividendes.

 

Pour une large mobilisation citoyenne

La question des retraites pose celle de la société dans laquelle nous voulons vivre. La retraite à 60 ans par répartition n’est pas un fardeau, elle est une transmission continue et solidaire de la prise en charge d’une génération par la suivante. C’est pourquoi elle dépend aussi de l’avenir que la société sera capable d’offrir aux jeunes générations. Nous ne pouvons accepter la paupérisation programmée des futurs retraité-es, la destruction des solidarités sociales, l’idéologie absurde du « travailler toujours plus » dans une société productiviste et inégalitaire.

Pas un trimestre de plus, pas un euro de moins !

 

Appel national du collectif citoyen « Ensemble, défendons nos retraites » (www.retraites2013.org)

 

Organisations du pays de Morlaix qui soutiennent l'appel, participent à la collecte de signature et à la réunion publique: Front de Gauche du pays de Morlaix (PCF, Gauche Anticapitaliste, Parti de Gauche, FASE, Gauche unitaire, citoyens engagés), NPA, Comité Chômeurs et Solidaires, FSU, ATTAC, EELV, Ligue des Droits de l'Homme.  

 

Le jeudi 10 octobre à 20h à la salle Gallouédec de Saint Martin des Champs ces organisations invitent les citoyens à une réunion publique d'information et de débat sur la réforme des retraites discutée au Parlement.








Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011