Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 07:28

 

Les résultats provisoires des élections israéliennes n'annoncent rien de bon pour la suite. Benjamin Netanyahou, avec une courte victoire, serait appelé à former le prochain gouvernement. Ce politicien de l'ultra-droite nationaliste et anti-palestinienne, allié ou concurrent d'une extrême droite qui sort renforcée de ce scrutin, est un danger pour Israël, pour la région et avant tout pour le peuple palestinien. Il n'a fait qu'accélérer la colonisation alors même que l'ONU faisait de la Palestine un Etat observateur.

Beaucoup ne cessent de s'extasier aujourd'hui sur le succès du centriste Yaïr Lapid, présenté comme le Georges Clooney de la politique israélienne. Cet homme de droite se veut représentant modéré des « bobos » et de la classe moyenne. Il prétend vouloir négocier avec les palestiniens et s'affirme pour une solution avec la coexistence de deux États… mais il affirme que Jérusalem appartient à Israël et à personne d'autre. Il refuse le démantèlement des blocs de colonies. Il récuse le droit au retour des palestiniens. On se demande bien ce qui pourrait être négocié dans ce cadre et ce que son entrée au gouvernement pourrait bien changer à la politique d'occupation et de colonisation conduite jusqu'ici…

Le PCF se réjouit du bon résultat du Hadash - le front dirigé par le Parti communiste israélien - qui retrouve ses quatre députés. Le soutien aux forces de paix, anti-colonialistes et progressistes israéliennes s'impose plus que jamais.

 

logo

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 07:21
Le jeudi 31 janvier à 18h - un bureau de l'association Front de Gauche du Pays de Morlaix (ouvert à tous) se tiendra au local du 2, petite rue de Callac, à Morlaix.
On y parlera probablement, l'ordre du jour étant à discuter en début de réunion:
- point sur les adhésions à l'association et les finances
- campagne contre l'austérité et pour la proportionnelle, porte-à-portes, présence dans les luttes
- réalisation d'un journal du Front de Gauche Morlaix consacré à faire connaître nos points de vue
- préparation des municipales
- travail en groupes de travail ou en AG pour avancer des propositions concrètes et construire un projet à partir d'une enquête sur le réel
- préparation de la prochaine AG du Front de Gauche Morlaix, avec un débat public sur la Solidarité, à Pleyber-Christ le mercredi 20 février
- quelle implication concrète pour favoriser la solidarité sur le terrain le Front de Gauche du pays de Morlaix peut-il avoir?
- organisation des Assises départementales du Front de Gauche le samedi 30 mars 2013 à Pont de Buis.
 
Le compte de l'association est ouvert, il est toujours possible d'adhérer à l'association Front de Gauche du Pays de Morlaix, pour ceux qui ne l'ont pas fait, qui veulent s'y impliquer et/ou nous soutenir, et nous avons besoin d'un soutien financier pour nos activités militantes.
 
Rappel: les chèques pour l'adhésion (20€ adhésion annuelle plancher/ 12€ adhésion tarif réduit/ barème indicatif: 30€ - 1500€ de revenu mensuel/ 40€ entre 1500 et 1800€ de revenu mensuel; 50€ entre 1800€ et 2100€ de revenu mensuel...etc) peuvent être envoyés à notre trésorier Christian Corre - Le Fumé -29600 Plourin les Morlaix/ ou à: Front de Gauche du Pays de Morlaix/ 2, petite rue de Callac/ 29600 Morlaix.  
femme front de gauche morlaix
  
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 09:32

 

 

 

Le constructeur automobile Renault a annoncé hier une réduction de 7 500 postes, d'ici 2016, soit 17% de ses effectifs. C'est un véritable coup de massue pour les salariés français de Renault.

En se félicitant qu'il n'y ait « ni licenciement, ni fermeture d'usine » et en parlant d'un « cadre normal » de gestion des effectifs et du personnel, le satisfécit décerné par le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, est consternant !

Est-ce un hasard si cette annonce tombe quelques heures après l'accord MEDEF- CFDT qui entérine les accords compétitivité pour « éviter les licenciements secs »?

Ce qu'ont dénoncé les organisations non signataires CGT et FO, Carlos Ghosn l'applique aux salariés de Renault : un chantage sur l'emploi avec une augmentation du temps de travail, une baisse des salaires et une remise en cause des acquis sociaux. Bref des efforts qui vont reposer essentiellement sur les épaules des salariés alors que la trésorerie de Renault et les bénéfices réalisés permettent de continuer de verser des millions d'euros aux actionnaires.

Ce n'est pas le « coût du travail » qui pèse sur les résultats mais le coût du capital avec les profits massivement versés aux actionnaires au détriment de l'emploi.

Si Renault et les constructeurs français pâtissent d'une baisse importante des ventes de voitures particulières et utilitaires, les causes principales sont l'appauvrissement des Français et le ralentissement de l'économie. D'ailleurs le marché du véhicule d'occasion (4,5 millions) n'a jamais été aussi dynamique. En comparaison, il est à noter pour les véhicules de luxe que les résultats restent stables.

Comme l'affirment le PCF et le Front de gauche, les solutions, pour lutter contre le démantèlement du secteur de l'automobile, impliquent un changement de cap industriel et une relance économique par l'augmentation des salaires et du pouvoir d'achat.

Le PCF apporte son total soutien à l'action des salariés de Renault qui débrayent aujourd'hui, dans de nombreux sites.

 

logo

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 08:21

C'était dans l'Humanité Dimanche du 10 janvier, un débat entre le très libéral Michel Barnier, commissaire au Marché intérieur et aux services, et Françis Wurtz, ancien député européen communiste. On vous passe le service après-vente de Mr Barnier et on va se contenter de retranscrire les rappels accablants de Francis Wurtz.

 

220px-Francis_Wurtz_Front_de_Gauche_2009-03-08.jpg

 

HD: Existe t-il un modèle social européen?

 

Michel Barnier: Oui, il existe un modèle économique et social européen fondé sur l'économie sociale de marché...

 

Francis Wurtz: Je suis de ceux, nombreux en France comme le vote de 2005 l'a rappelé, attachés à l'idée européenne mais profondément critiques par rapport aux orientations, aux structures et à la fuite en avant actuelles. Nous vivons aujourd'hui une crise de légitimité de l'UE, et la question du modèle social en fait partie. Trois moments de la construction européenne ont dévitalisé ce modèle. D'abord à partir des années 1990, le développement profondément libéral du marché unique. Ensuite, l'instrumentalisation de l'élargissement à l'Est pour mettre en concurrence les modèles sociaux et tirer tout le monde vers le bas. Enfin, la gestion de la crise de l'euro conduit à l'instauration d'un régime d'austérité généralisé et durable. Ainsi, pour une majorité d'Européens et d'Européennes, ce "modèle" n'a plus rien de social. Cette notion comme celle d'économie sociale de marché ne parlent plus aux gens car leur vécu les contredit.

 

Françis Wurtz: Je mets en cause cette concurrence à tout va, entre entreprises, entre Etats - par exemple, la compétition fiscale- entre acquis sociaux. Exemple: Renault. Ses salariés, en France, doivent accepter de renoncer à des acquis, sous la menace d'une délocalisation des emplois vers l'Espagne... où les salariés subissent le même chantage vis-à-vis de la Roumanie! Je conteste que cette hyper-concurrence génère le progrès social dans les nouveaux Etats membres. Je rentre de Hongrie: dramatique!

 

Michel Barnier: Mais depuis vingt ans, 2,7 millions d'emplois ont été créés grâce à cet ensemble économique commun. Mais, c'est vrai, nous ne sommes pas parvenus à supprimer la règle du droit de veto sur la fiscalité, d'où l'existence de la compétition fiscale. Je vous donne acte que nous aurions dû au moins harmoniser les bases des taux d'imposition sur les entreprises, comme la Commission l'a proposé. Par ailleurs, la Commission propose aujourd'hui une taxe sur les transactions financières.

 

Françis Wurtz: Que les impôts sur les sociétés n'aient pas été harmonisés n'est pas un oubli, c'est un choix. De la même manière, alors qu'il règne un quasi consensus parmi les économistes pour dire qu'il faut arrêter l'austérité, parce qu'elle conduit à la récession, les dirigeants européens refusent obstinément de changer de cap.

 

Michel Barnier: Malheureusement, beaucoup de pays ont été mal gérés et se sont endettés. Or, en nous endettant, nous nous mettons dans la main des marchés financiers, nous perdons notre souveraineté, nous créons des impôts pour les générations futures.

 

Françis Wurtz: N'oublions pas d'où vient l'explosion de la dette. L'endettement de la France, 90% du PIB aujourd'hui, était en 2007 de 62%. Face à la crise financière, les Etats membres ont mobilisé des centaines de milliards pour sauver le système financier et ensuite relancer l'économie pour éviter la dépression. Or on a accusé les peuples d'avoir "vécu au-dessus de leurs moyens". La solution n'est pas d'imposer l'austérité et de destabiliser la société, mais de donner à ces pays plus de moyens pour s'en sortir.

 

Michel Barnier: Mais que se passe t-il sans cette discipline collective et cette solidarité? La Grèce a reçu, dans le contrat global, 240 milliards d'euros! Quelle est la solution? Que ce pays sorte de l'euro? Que la Grèce reste seule à faire face? C'est précisément ce que nous n'avons pas accepté.

 

Françis Wurtz: La "solidarité"! La "troïka" restera une tâche indélibile sur l'Europe! Vous vouliez sauver la zone euro, mais la gestion de cette crise est terriblement contre-productive: la dette grecque au début de cette purge était de 115% du PIB; elle est prévue à 190% l'an prochain.

 

Humanité Dimanche: Quel rôle la BCE doit-elle jouer?

 

Michel Barnier: Son rôle est de garantir la stabilité monétaire...

 

Françis Wurtz: Entre décembre 2011 et février 2012, la BCE a prêté aux banques, à 1%, 1000 milliards d'euros, sans aucune condition d'utilisation. Ces milliards ne sont pas allés au financement de l'économie. Aujourd'hui, la difficulté d'accès au crédit bancaire, notamment des PME, est un gros problème. Se pose donc la question du fonctionnement de la BCE et des missions qui lui sont assignés par les traités. Autre grief: les critères d'attribution du crédit en général. Le refinancement des crédits bancaires par la BCE devrait être fait dans des conditions différentes selon qu'il s'agit de financer des investissements créateurs d'emploi, de la formation, de la création de valeur ajoutée utile à la société, ou qu'il s'agisse d'opérations financières. Enfin, un des manquements majeurs des traités, donc de la BCE, est l'interdiction qu'elle prête aux Etats membres pour financer le développement social et la transition écologique. 

 

Humanité Dimanche: Que faire en 2013 pour "retrouver" le modèle social européen?

 

Françis Wurtz: Vous pouvez aménager à la marge le marché unique, mais il est d'essence profondément libérale. Prenons la libéralisation de l'énergie, justifiée par la possibilité offerte aux consommateurs de choisir leur fournisseur. En France, 94% des usagers de l'électricité ont garder leur confiance à EDF. L'attente d'une ouverture à la concurrence n'existe donc pas. En revanche, cela oblige EDF à vendre à ses concurrents l'électricité à un prix inférieur à celui du marché.

 

Michel Barnier: Mais cela a permis à EDF d'aller conquérir des marchés extérieurs...

 

Françis Wurtz: Mon problème n'est pas de permettre aux entreprises françaises de tailler des croupières à leurs concurrents. La première mission d'une entreprise comme EDF est d'assurer l'accès à l'énergie pour tout le monde en France et en coopération pour tout le monde ailleurs. Pour 2013, je crois urgent et nécessaire d'aller vers des ruptures fondamentales avec le modèle européen actuel. Premier axe: enrayer cette politique d'austérité au profit du développement social et écologique. Deuxième axe: la question de la BCE, en particulier l'utilisation de sa capacité à créer de la monnaie pas seulement vis-à-vis des banques privées, mais aussi des Etats-membres pour favoriser le développement social et la transition écologique. Le troisième axe est celui de la démocratie. L'Europe actuelle est de plus en plus verticale; il faudrait qu'elle devienne de plus en plus horizontale avec une implication active des citoyens. Ainsi le PGE voulait lancer une "initiative citoyenne européenne" en faveur de la création d'une banque publique européenne dédiée au financement du développement social et de la transition écologique en utilisant le même droit que celui des banques privées d'emprunter. La Commission nous a répondu qu'aucun traité ne permet un acte juridique favorable à une telle initiative.

 

Françis Wurtz: Il faut donner une autre finalité à la construction européenne. Si le projet européen ne connaît pas des changements fondamentaux dans la prochaine période, vous allez détricoter, à votre corps défendant, l'appui des peuples européens.

 

Propos recueillis pour l'Humanité Dimanche par Fabien Perrier.       

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 18:31

 

Compte rendu de l'Assemblée Générale du Front de Gauche du Pays de Morlaix

Lundi 14 janvier 2013

 

26 présents

 

 

1. Débat sur la situation politique

 

Pierre LS Actuellement, on est en plein enfumage gouvernemental et médiatique. On nous occupe avec des choses qui ne sont pas fondamentales. On parle de Depardieu, du mariage gay, quand il y a 150 000 SDF dans la rue et toujours plus de chômeurs. Le droit du travail se réduit d'année en année de plus en plus à peau de chagrin...

 

Alain M Depuis des années, les gouvernements, qu'ils soient de gauche ou de droite, n'ont pas amélioré le sort des ouvriers. On est dans un putain de pays où ceux qui gagnent du pognon n'en gagneront jamais assez... Les syndicats n'ont pas fait leur boulot chez nous. En Allemagne, il y a eu des grèves efficaces, des discussions avec les patrons qui ont pu donner des résultats.

 

Nicole L La signature de l'accord compétitivité-emploi avec le Medef par la CFDT, la CFTC, la CFE-CGC, témoigne du partage traditionnel entre des syndicats réformistes qui accompagnent les évolutions du droit du travail voulues par le patronat et des syndicats de lutte de classe qui s'opposent. La CFDT d'habitude est quand même portée par la base. Du coup, son attitude est révélatrice certainement de l'état d'esprit d'une partie de l'opinion: ses adhérents n'ont pas fait pression pour qu'ils ne signent pas l'accord. Cela nous interroge sur le rapport de force dans le pays: le mécontentement se généralise mais s'accompagne de résignation. Il ne faut pas taper sur les syndicats dans le contexte actuel: ils sentent sans doute qu'ils sont incapables de faire descendre dans la rue autant qu'au moment de la réforme des retraites. Après, il faut dire les choses telles qu'elles sont: plutôt que de mettre droite et gauche dans le même paquet, il faut dire haut et fort que ce n'est pas la gauche qui est au gouvernement mais seulement le PS et Europe Ecologie les Verts. La gauche, elle est aussi ailleurs. Les syndicats ne peuvent pas tout: ils n'ont pas accès à toutes les informations dans les CA. Ils ont des difficultés à mobiliser les salariés qu'a convaincu en partie une intense propagande idéologique menée depuis des années sur le thème: « la France a un modèle social privilégié, il faut s'en contenter et accepter de le réformer pour l'adapter à la mondialisation» , puis «c'est la crise, on est tous dans le même bateau, il faut faire des sacrifices ».

 

Alain R Il ne faut pas perdre de vue qu'il y a un problème de rapport de force dans ce pays. La classe ouvrière a été battue dans ce pays depuis 30 ans. Pas complètement battue, mais partiellement vaincue: on n'est tout de même pas dans une situation à l'anglaise où la classe ouvrière a été complètement laminée. Il faudra du temps pour remonter cela. Dans la situation où on est, ce n'est plus une question simplement de mobilisation sociale, mais de perspectives politiques. Pour l'instant, les luttes sociales sont surtout défensives: quand les gens sont en danger, ils luttent. Mais pour l'instant, cette perspective politique, on est pas assez forts pour l'installer. Mais c'est aussi parce qu'on est qu'au début de la phase de construction du Front de Gauche et de reconstruction d'une alternative. La situation que nous vivons est dangereuse mais aussi pleine de richesses, de virtualités. Dans les années 90, on rentrait la tête dans les épaules: ce n'est plus le cas aujourd'hui. Par rapport à l'intervention au Mali, c'est tout de même étonnant qu'il n'y ait pas plus d'opposition sur cette question. C'est évidemment une intervention néo-coloniale: il s'agit de protéger les intérêts d'Areva sur l'uranimum nigérien et malien. La France, ça fait 50 ans qu'elle soutient des gouvernements non-démocratiques issus de coups d'État militaires au Mali et ailleurs en Afrique: par quel miracle se préoccuperait-elle aujourd'hui essentiellement de démocratie?

 

Mikaël S En 2012, le Front de Gauche a milité pour une vraie revalorisation du salaire: on va encore vers un recul. La politique de ce gouvernement va diamétralement en opposition avec les orientations de notre programme « L'Humain d'abord ». Il ne faudrait pas qu'à terme on se retrouve dans la situation de la Pologne des années 70... Après, je ne sais pas si le plus important, c'est qu'on intervienne à propos de la guerre au Mali. Ce que les gens attendent, c'est d'abord de l'argent dans le porte-monnaie.

 

Babeth G Pour moi, l'intervention militaire au Mali, ce n'est pas rien, cela mérite qu'on en parle, qu'on se prononce dessus. Pensons aux populations maliennes, aux mères des soldats et au coût que va avoir cette guerre en pleine période de crise...

 

Pierre LS On est train de mettre les doigts dans un engrenage, on ne sait pas où ça va s'arrêter. Pensons à l'Afghanistan, à la Libye, à l'Irak... Je n'ai pas l'impression que le gouvernement à un plan de route clair par rapport à cette intervention militaire et mesure les risques.

 

Alain D Dans le contexte actuel, avec un gouvernement socialiste, le problème qui se pose est idéologique. Il faut se battre dans beaucoup de domaines actuellement. Il y a un mécontentement très fort vis à vis du gouvernement, du PS mais il y peut y avoir dans les mêmes têtes un mécontentement très fort, un refus très net, et en même temps un attentisme: on attend les prochaines élections. Ce qu'il faut faire comprendre aux gens, c'est que c'est maintenant qu'ils doivent se mobiliser. La question centrale est: est-ce qu'on se bat dans le contexte de ce que le capitalisme est prêt à lâcher ou est-ce qu'on se bat pour que prévale une autre logique? Pour sortir de la crise, il faut combattre l'austérité. Il est nécessaire d'aller dans le sens d'un rapport de force qui est idéologique. Faire changer le diagnostic des gens sur les responsabilités de la crise actuelle et les possibilités d'en sortir en échangeant au quotidien avec les personnes que l'on rencontre. Sinon, la prochaine fois, on va nous resservir l'idée qu'on ne peut pas faire autrement, que c'est pénible mais qu'on est bien obligé de composer avec les contraintes économiques... A côté de quelques avancées sociales non négligeables, il faut se poser la question: est-ce que la politique qui est conduite actuellement est une politique de gauche? Non, c'est une politique au service du capital: je crois qu'il faut le dire comme ça, sans prendre trop de gant. Est-ce qu'on va les laisser jusqu'à la fin du mandat arriver à des situations irréversibles? Ajouter de nouveaux pans à la démolition du code du travail. Non, c'est maintenant qu'il faut se mobiliser et en particulier qu'il faut faire pression sur les parlementaires de gauche pour qu'ils ne votent pas la loi transcrivant l'accord sous pression entre quelques syndicats et le patronat pour plus de flexibilité des salariés.

 

Yves A Dans cet accord, le Medef n'a rien lâché, contrairement aux fables qu'on nous raconte. Elle est tellement fière d'elle, Parisot, qu'elle envisage de modifier les statuts du medef car le gouvernement va au-delà de ses espérances. On est dans la continuité de la politique du gouvernement précédent. Un exemple: il est question que PSA bénéficie d'aides de l'Etat pour racheter la filière OPEL de Général Motors alors que le groupe vient d'annoncer des milliers de suppressions de postes en France. Le groupe a démenti, mais il avait fait de même quand les syndicats avaient annoncé les suppressions de poste, avant de les confirmer. Et tout cela alors qu'on dit qu'il n'y a pas d'argent dans les caisses et que l'on réclame que les entreprises qui licencient ou délocalisent remboursent les aides d'Etat. La continuité avec Sarkozy s'observe aussi sur la méthode de « négociation » posée par le gouvernement pour arriver à l'accord compétitivité emploi: les « partenaires sociaux » doivent s'entendre à tout prix, faute de quoi le gouvernement « devra prendre ses responsabilités »...

 

Patrick LN Ce qu'on a proposé pendant la campagne au niveau du Front de Gauche est en contradiction totale avec ce que le gouvernement propose. C'est du social-libéralisme, la continuité de Sarkozy. On est toujours en plein dans la lutte des classes et le gouvernement a choisi son camp: il est clairement complice du patronat et de la finance.

 

Michèle A Il est difficile de construire l'alternative politique, c'est ce qui est préoccupant, agaçant. Il y a un tel matraquage sur cette politique unique. On arrive pas à rendre crédit à l'idée qu'il y a une autre politique possible. On est tout le temps classé de farfelu, de gens qui n'ont pas les pieds sur terre.

 

François R Comment le Front de Gauche peut apporter une alternative politique dans ce pays? Il y a un enjeu essentiel dans la construction du Front de Gauche. Le réveil des luttes, ça été décembre 1995. La situation est encore pire aujourd'hui. La précarité menace tout le monde, les salariés hésitent à faire grève, à se mobiliser. On parle maintenant d' « employabilité » des gens: nous sommes en pleine régression culturelle vers le servage. On a atteint des sommets dans la régression sociale. Mais aux gens, on leur dit: il y a l'Espagne, le Portugal, la Grèce, c'est bien pire... Alors ne soyez pas trop mécontents de votre sort. Il y a encore un ingrédient de la situation qui complique tout: les gens en avaient ras le bol du gouvernement de droite et ont élu un gouvernement de gauche. Le beug... Comment faire pour rattraper ça? Aujourd'hui, les luttes des gens sont surtout défensives, quand l'emploi, les salaires sont directement menacés. Il n'y a plus de luttes pour la conquêtes de nouveaux droits sociaux. Le Front de Gauche a une responsabilité, celle de rappeler aux gens quelques idées fondamentales:

a)Non la crise n'est pas fatale. Elle est systématique, grave, mais de la responsabilité du système capitaliste. Des solutions existent, celles qui rompent avec la logique capitaliste.

b)Le rapport de force n'est pas favorable. Mais il n'est pas impossible de prendre des mesures qui l'améliorent un peu ainsi que la condition des salariés: par exemple, une loi pour interdire les licenciements boursiers...

c)Un élément politique fondamental. Le Front de Gauche doit se situer dans l'opposition à la politique du gouvernement socialiste. C'est maintenant qu'il faut le dire. Ne tombons pas dans le panneau de devoir nous justifier front contre front...

d) Les questions sociales ne sont pas les seules à cristalliser le mécontentement. Pensons à Notre Dame des Landes. Les jeunes sont capables de se mobiliser grandement contre Notre Dame des Landes. Il serait bon aussi que le Front de Gauche soit en mesure d'organiser des manifestations contre cette intervention pourrie au Mali. Hollande n'a même pas consulté sa propre majorité parlementaire. Un petit détail...

 

A la fin de ce débat de politique générale, nous avons décidé de rédiger dans la semaine deux communiqués du Front de Gauche Morlaix à envoyer à la presse: le premier pour condamner l'intervention militaire au Mali, dans ses modalités et ses motivations, le second pour dénoncer l'accord flexibilité-emploi qui constitue un nouvelle étape dans l'entreprise de démolition d'un droit du travail protecteur conquis par les luttes sociales.  

 

2. Débat sur le logement et le transport en préparation des municipales

 

Hervé P qui avait déjà beaucoup travaillé sur la question (surtout celle du transport) a réalisé une introduction pendant un peu plus de vingt minutes:

 

A. Le logement. C'est chez nous dans le Finistère que le logement pavillonnaire est le plus développé. Or, cela induit énormément de consommation d'espace pour les pavillons et leurs accès routiers, une artificialisation préjudiciable et rapide des terres agricoles. Il faut poser aussi la question du coût énergétique du logement individuel. Le logement collectif consomme moins d'énergie. Le pavillon individuel coûte plus cher que le logement collectif.

Aussi bien d'un point de vue social qu'écologique, il faut privilégier le collectif, mais aussi rénover l'existant, isoler l'existant dans les bourgs et engager les efforts des communes et de la communauté d'agglomération vers du collectif écolo inter-générationnel. On ne construit de l'individuel que là où il y a de la place, dans les zones non investies ou réhabilitées des bourgs.

B. Les transports. Le moteur à diesel ou à essence, c'est une impasse totale. La voiture individuelle aussi. Le moteur électrique aussi: ce n'est pas du renouvelable, une transition du parc automobile vers l'électrique exigerait le fonctionnement de davantage de centrales nucléaires.

Les solutions développées dans le cadre institutionnel jusqu'à présent -auto partagée, co-voiturage – ne sont suffisantes. Il faut développer les transports publics de proximité. La situation est très grave dans le Finistère: les lignes de transport en dehors des agglos (chez nous Morlaix-Saint Martin) ne sont quasiment que réservées aux scolaires, ou alors il y a des services à la demande pas souples du tout où il faut appeler la veille pour avoir une solution de transport collectif. Il faudrait mettre en place dans l'agglomération une douzaine de lignes de transports péri-urbaines, car la communauté d'agglomération a trois fois plus d'habitants (66000) que l'agglomération-Morlaix-Saint Martin-quartiers nord de Plourin. Il faudrait des petits cars de 20 à 30 places pour ces liaisons inter-urbaines, fonctionnant 6 jours sur 7. Les transports en commun devraient être gérés en régie publique directe, et rester payants, pour garantir la qualité du service, la multiplicité des liaisons et la fréquence des bus, et faire en sorte que ceux qui ne se déplacent pas ne paient pas pour les autres.

 

Ismaël D Je crois qu'Hervé a raison d'insister sur la nécessité de développer des liaisons de bus péri-urbaines avec une vraie fréquence des trajets et un réseau diversifié. C'est un enjeu fondamental pour réduire les émissions de CO2, pour facilité la mobilité des personnes, particulièrement des jeunes et des personnes âgées, pour limiter la présence de voitures dans les centre-villes et réduire les coûts associés à l'usage systématique de la voiture. Actuellement, on est loin du compte. Seule l'agglomération Morlaix/ Saint-Martin est vraiment pourvue d'un réseau du bus conséquent. Je crois beaucoup à la souplesse des minis bus ou de taxis subventionnés par la collectivité qui permettraient de relier les bourgs et petites villes de la circonscription entre elles et à Morlaix. Prenons l'exemple sur ce qui se passe dans les pays du Maghreb ou du Proche-Orient comme la Turquie, avec une possession moins généralisée des voitures individuelles et un pouvoir d'achat moindre certes. Des taxis collectifs et mini-bus permettent de circuler très efficacement de villes en villes et de villes en villages à moindre coût. Cela demande bien sûr en France que la collectivité y consacre des moyens. Sur le logement, je crois qu'il faut prendre en compte plusieurs choses, les besoins de la société- et là, l'enjeu écologique de la lutte contre l'étalement urbain pour éviter les déplacements en voiture et le grignotage des terres agricoles peut être déterminant, mais il faut aussi l'associer à une prise en compte de l'intérêt des communes urbaines et rurales qui cherchent à avoir un dynamisme au niveau de leur population pour survivre et maintenir la qualité des services publics - , les besoins individuels et les attentes des gens, le ressenti des citoyens par rapport à leurs besoins. Il y a une réalité que nous ne devons pas occulter, c'est que dans la communauté d'agglo de Morlaix, la ville-centre perd des habitants tandis que des communes situés dans un rayon de 5 ou 15 kilomètres et qui offrent des solutions d'achat de maisons individuelles avec jardin à des prix raisonnables en gagnent. Pour Morlaix, cette perte de population est préjudiciable car les classes moyennes qui vont vers les communes environnantes, c'est des rentrées d'impôt en moins, la nécessité d'augmenter les impôts pour un nombre de plus en plus restreint de foyers imposables afin de faire face aux dépenses incompressibles liées aux équipements et aux services d'une ville-centre, ce qui crée un cercle vicieux amenant les gens à s'installer dans les communes périphériques. C'est ainsi que la ville s'endette et s'appauvrit. Il y a une offre de logement à Morlaix, mais qui ne correspond pas toujours aux attentes des gens, d'où la tentation de s'y adapter en offrant de nouvelles solutions pour des lotissements, l'installation de maisons individuelles neuves afin de conjurer cette dépopulation. Au niveau du logement social, toutes les communes ne sont pas non plus aussi bien pourvues: on passe de 22% de logement social à Morlaix à 5 ou 10% dans certaines communes environnantes qui ont 80% logements en propriété individuelle, avec des conséquences importantes sur le pouvoir d'achat. Il y a donc une multiplicité de points de vue sur la question à prendre en compte et le critère social, l'attente des gens, ne peuvent être occultés par une prise en compte légitime de l'enjeu environnemental.

 

Yves A Avant de parler de réduction du transport individuel et pour qu'il soit envisageable de se passer de la voiture individuelle, il faut développer un réel service public du transport. Cela veut dire: pas de transporteurs privés chargés de missions de services publics. Un exemple de mauvais établissement des priorités: on a quasiment interdit aux franciliens l'accès en voiture à Paris sans installer les équipements compensatoires. Il faut faire attention à ne pas heurter les gens en les culpabilisant sur leurs pratiques de conduites automobiles mais commencer par être positifs et parler d'abord nécessité de développer le transport public.

 

Elisabeth R L'exposé d'Hervé P est très intéressant et nous montre vers où il faut tendre mais bien sûr il nous faudra du temps pour que ça évolue: il faut échelonner les changements de pratiques et mettre à disposition progressivement les moyens de les rendre effectifs.

 

Christian C Il faut commencer par mettre en place des liaisons par train et par bus correspondant aux besoins des gens, notamment professionnels, mais prendre en compte aussi le fait que les gens apprécient le confort et la liberté du transport individuel. Même si de plus en plus les gens font du covoiturage.

 

Patrick LN Il faut du transport collectif offrant des solutions souples et aider aussi à la généralisation des déplacements individuels sans voiture, à pied ou à vélo, par exemple par un ascenseur au niveau du viaduc à Morlaix.

 

Jean D C'est vrai qu'il faut chercher à lutter contre l'étalement urbain, le mitage: il y a par exemple des maisons partout actuellement le long de la route entre Morlaix et Plouigneau. Des lotissements écologiques et inter-générationnels adaptés proches des bourgs avec de la végétation seraient préférables. En tant qu'ancien cheminot, je m'inquiète que le Front de Gauche ne soit pas assez proposant sur l'aménagement du pôle gare à Morlaix, sur la multiplication des liaisons en train de proximité, par exemple entre Morlaix et Plouigneau, Roscoff et Saint Martin des Champs (train-tram), avec des trains qui s'arrêtent quasiment à la demande. Il y a 60 personnes tous les jours qui prennent leur voiture depuis le Léon et à partir de bourgs situés près de la voie Roscoff-Morlaix pour travailler dans la galerie commerciale du Géant ou à proximité. Cela crédibilise une solution par le train. Le projet ferroviaire rail-route de Saint Martin des Champs interroge également: on doit se tenir au courant et être à l'initiative sur ces questions là.

 

Annie M L'exposé d'Hervé P était très bien pour avoir une base de réflexion mais on n'arrêtera pas du jour au lendemain le pavillonnaire qui correspond aux attentes des gens. Il faut respecter les choix de vie des gens. Pour le transport, l'intérêt, c'est d'échelonner les transformations possibles en ayant des objectifs écologiques et sociaux mais aussi en recensant les besoins des populations. Il faut que les gens désapprennent à utiliser systématiquement leur voiture: cela prendra du temps.

 

Alain D Ce que Hervé vient de dire nous oblige à lever le nez du guidon. Ceci dit, il faut remettre les choses en perspective: le transport est un besoin et une liberté, le logement un besoin. Il faut partir de la réalité du territoire. Le périmètre de vie est différent du périmètre administratif. Le périmètre de vie dépasse la communauté d'agglo. Il y a une énorme disparités en terme de revenus entre les gens qui habitent sur la communauté d'agglo. Le revenu médian va de 14000 à 23000€ par ménage et par an. Il y a deux façons de vivre complètement différentes: certaines communes ont 40% de foyers imposables, d'autres 60%. A Morlaix, il y a une vacance au niveau des logements de l'ordre de 12%. En terme de logement, les réponses à apporter ne sont pas forcément les mêmes partout même s'il y a des invariants qui peuvent être les mêmes. Il faut aussi prendre en compte le contexte dans lequel cela va se faire. J'ai été frappé dans le cadre du dernier Débat d'Orientation Budgétaire au Conseil Municipal de Morlaix du fait que ni le groupe PS, ni le groupe Idées, ne s'est élevé contre la politique de l'État vis à vis des collectivités locales. Pourtant, cette année, il y a 1,8% d'augmentation des prix alors que les dotations de l'État sont gelées. L'an prochain et l'année suivante, ce sont 750 millions d'euros qui vont être retirés aux collectivités locales. Le combat des élus peut peut-être encore faire changer les choses. Il faut que nous ayons à la fois une vision de ce que l'on veut mettre en place comme logique et une vision claire de la réalité.

 

Alain R S'agissant des transports, il est nécessaire de trouver des points de regroupement efficaces: cela va de la question du stationnement à celle de la liaison entre modes de transports différents. Or, qu'est-ce qu'on constate? Dans le projet de nouvel aménagement de la gare de Morlaix, c'est un parking privé payant qui s'installe. Dans ce cadre, beaucoup préfèreront aller à Brest ou à Rennes en voiture plutôt que de payer et le train et le parking. Il faut aussi quand on parle de réduire les transports polluants et l'usage de la voiture individuelle poser la question des services publics de proximité. Dans certaines communes, il faut faire 8 ou 9 km pour trouver une poste désormais. Il faudrait un plan de circulation au niveau des services publics de proximité. Sur la question du logement, il faut bien prêter attention au fait que l'on ne fait pas toujours délibérément le choix du pavillonnaire. A Plounéour Menez, on trouve de jeunes couples qui ont d'abord vécu à Morlaix, attirés par les possibilités qu'offre la ville et des loyers modérés. Au moment de s'installer, ils choisissent le bourg parce qu'ils en viennent ou pour avoir plus grand avec leurs enfants. Il n'y a rien à louer à Plounéour. Il n'y a pas non plus d'anciennes maisons avec un peu de cachet à vendre, tout est accaparé par des touristes, des résidences secondaires, des gens qui viennent d'ailleurs. Du coup, on fait construire. Avec 13€ du mètre carré le terrain, cela reste abordable. Vous voyez le parcours tel qu'il est: le pavillon en lotissement, c'est parfois la seule possibilité de se loger. Il faut raisonner avec les trois catégories de logement: logement social, logement privé locatif, propriété privée. Il y a une expérience intéressante qui est pratiquée désormais de plus en plus dans les bourgs: c'est la reprise par les communes ou communautés de commune de vieilles maisons pour en faire du logement social en les rénovant et les isolant. Mais il faut avoir conscience que rénover de l'ancien, cela coûte plus cher que de construire du neuf. Le problème que pose le locatif privé, en général, ce sont les appétits des investisseurs privés. De plus, il y a beaucoup de résidences pavillonnaires dégradées qui sont des logements sociaux de fait. De mon point de vue, il faut aussi développer le logement privé accessible au plus grand nombre: il faut des aides à l'achat de maison. Pas n'importe quelle maison, pas n'importe où. Il faut trouver particulièrement un système d'aides pour les jeunes, pour qu'ils deviennent propriétaires.

 

Mikaël S Le transport en commun, c'est une bonne chose mais je ne crois pas trop à un arrêt de l'automobile pour demain. Je crois davantage à des avancées technologiques qui pourraient faire face aux problèmes rencontrés. Il faut continuer dans la demande de consultation auprès de la population. Continuer à avancer sur ces choses, mais en prenant en compte l'avis de la population.

 

François R Il y a une erreur que le Front de Gauche ne peut pas se permettre de faire, c'est d'entamer une culpabilisation des citoyens sur l'usage de la voiture. Les questions de transport et de logement posent des questions essentielles: quels types de modalités voulons-nous pour prendre pour prendre les décisions? Comment pouvons-nous consulter les gens? Il faut réfléchir aux modalités de la consultation. Il ne suffit pas d'avoir des idées, de bonnes idées: il faut éviter un travers qu'ont souvent les Verts, celui de l'hyper-culpabilisation. Il faut être compris des gens. On peut articuler les deux préoccupations. Donner un point de vue sur le type d'articulation des transports que nous voulons et se demander quel type d'aide on veut pour le réaménagement de l'habitat ancien. A Morlaix, notamment, il y a pléthore d'appartements ou de maisons anciennes qui pourraient être occupés par des jeunes.

 

Hervé P Je suis allé au sabre sachant très bien à qui je m'adressais. Je propose une politique, des mesures concrètes. Jean-François Huon m'a fait part qu'il avait déjà proposé au sein de la commission transports de Morlaix-Com la remise en service des liaisons ferroviaires de proximité entre les gares de Taulé, Plouigneau, Pleyber-Christ et celle de Morlaix. J'ai un dossier complet sur les politiques de transport possibles et souhaitables au niveau de Morlaix-Communauté: cela serait bien de constituer un groupe de travail pour voir comment on peut élaborer et faire valoir des propositions précises.

 

A la fin de la réunion, nous avons décidé d'attendre le résultat de la coordination départementale du mercredi 16 janvier pour voir si les Assises départementales du Front de Gauche pouvaient avoir lieu à Morlaix ou plutôt à Pont de Buis le 30 mars.

 

Yves A a annoncé l'imminence de journées de solidarité avec les palestiniens, animées notamment par l'AFPS, mais pas que, à l'occasion de la venue du Trio Joubran (samedi 16 février), du spectacle à partir des poèmes de Mahmud Darwich au théâtre (jeudi 14 février), et d'un ciné-débat à la Salamandre (vendredi 15 février) animé par le président de l'AFPS et parrain de Salah Hamouri, Jean-Claude Lefort. Le débat se fera à partir d'un film sur les prisonniers palestioniens.  

 

Mikaël S s'est proposé de réserver une salle pour faire une réunion publique du Front de Gauche à Pleyber-Christ. Nous avons décidé d'y tenir notre prochaine Assemblée Générale du Front de Gauche sur le thème de la Solidarité le mercredi 20 février 2013 à Pleyber-Christ (18h, salle du Rouallou).

 

Nous avons fixé le prochain bureau du collectif Front de Gauche, ouvert à tous, le jeudi 31 janvier 2013 à 18h, 2, petite rue de Callac à Morlaix.

 

Compte rendu réalisé le 16 janvier par Ismaël D.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 17:53

 

Communiqué du Front de Gauche du pays de Morlaix:

 

Il y a quelques semaines, le Président Hollande et sa majorité PS/ EELV poussaient à l’adoption du Traité Merkozy sans en bouger une ligne, il proposait un budget 2013 amputé de 30 milliards mais épargnait les revenus du capital.

 

Aujourd’hui, l’accord de 3 syndicats (CFDT, CGC, CFTC) avec les patrons du MEDEF pour casser le code du travail va encore accentuer la précarité dans laquelle des millions de familles sont contraintes de vivre.

Ce texte marque une grave régression des droits sociaux des salariés. Il contient de multiples dispositions pour faciliter les licenciements et accentuer la flexibilité. (1)

Le chantage à l’emploi est généralisé par des accords permettant la baisse des salaires et l’augmentation du temps de travail, ce sont les accords de « compétitivité/emploi » voulus par Nicolas SARKOZY.

Cet accord s’inscrit totalement dans les attentes du patronat que le gouvernement précédent n’avait pu imposer devant l’opposition majoritaire des Français. Hélas, force est de constater que sous un emballage « de gauche », avec le gouvernement actuel, c’est le capital qui triomphe !

Durant la campagne présidentielle, le Front de Gauche pointait le manque de volonté du candidat Hollande à affronter réellement la finance, mais nous n’imaginions pas l’ampleur et la rapidité avec laquelle le nouveau gouvernement allait céder face aux pressions du MEDEF, qui prévoit aussi de s'attaquer aux retraites complémentaires.

Cet accord doit encore être transformé en loi au Parlement. Il reviendra aux parlementaires qui se disent de gauche de s'y opposer: leur responsabilité personnelle est engagée.

Car cette orientation politique est non seulement injuste, mais inefficace. Elle amènera la France comme l’Union Européenne à la récession, pour le seul profit des actionnaires et des spéculateurs. Elle conduira notre peuple au désastre, pénalisera ceux qui ont voulu le changement le 6 mai pour le seul bénéfice des tenants du capital.

Cette voie là, le Front de Gauche la refuse et en propose une autre : celle du partage des richesses, d’une fiscalité juste, de la relance des activités socialement et écologiquement utiles.

Aujourd’hui la charge des dividendes versés aux actionnaires est le double du montant des cotisations des salariés. C’est cela qu’il faut changer de toute urgence en imposant aux revenus du capital de participer à la même hauteur que les travailleurs à l’effort national.

 

(1)Une fois encore, le patronat profite de la fragilité sociale que la crise financière a installée en Europe et singulièrement en France pour imposer des reculs sur la protection des salariés. Le fil conducteur de cet accord est fondé sur la logique contestable de la réduction du coût du travail. Par exemple il sera possible de faire des CDD d’un mois alors qu’ils sont interdits aujourd'hui. Les majorations de la cotisation chômage pour les CDD de 1 à 3 mois, non dissuasifs pour les entreprises, inscrivent naturellement ces types de contrats dans le droit du travail.

Les salariés qui refuseraient la baisse de salaire seraient licenciés pour « motif personnel », de même, tout salarié qui refuserait un changement de poste ou une mutation géographique pourrait être licencié pour « motif personnel».

Pour la négociation sur le niveau global de l’assurance chômage à venir au printemps 2013, le MEDEF annonce déjà la couleur: pas d’augmentation de l’enveloppe. Ce qui veut dire également que les nouveaux droits qui seraient accordés aux chômeurs se feront au détriment des chômeurs, une nuisance échangée contre une concession prise à ceux qui la subissent. La représentation des salariés dans les CA des entreprises de plus de 5000 salariés, outre qu’elle n’équilibre pas la représentation des salariés (2 salariés) face aux représentants économiques et financiers de l’entreprise, ne précise pas les conditions de leur désignation (élus sur listes des Organisations Syndicales ou représentant des actionnaires salariés). Quant à l’assurance complémentaire, elle n’est pas une revendication des Organisations Syndicales des salariés qui lui préfèreraient une évolution positive de la sécurité sociale financée par tous les revenus. Le compte épargne formation quant à lui laisse le futur demandeur d’emploi seul face à son employeur pour en défendre l’usage ou tout simplement pour en faire accepter la charge potentielle en temps.

En conclusion tout ce qui est contraignant pour les salariés s’appliquera immédiatement et ce qui pourrait contraindre les employeurs est soumis à de futures négociations.

 

front de Gauche Morlaix

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 10:26
Communiqué du Front de Gauche du pays de Morlaix : les faux semblants d'une guerre néo-coloniale.
 
Le président Hollande décide sans consultation du Parlement de l'intervention militaire au Mali et l'annonce au travers d'une opération de communication digne des néo-conservateurs vantant la guerre au nom des droits de l'homme, de la paix, de la démocratie et de la lutte contre le terrorisme.   
Même si la barbarie des bandes armées qui sèment la terreur au Nord du Mali devrait inciter les Nations-Unies à agir pour protéger les populations civiles, l'armée française n'avait pas à être engagée seule en première ligne dans le soutien à un gouvernement malien qui n'a rien de démocratique, pas plus que ses prédécesseurs corrompus soutenus par la France parce qu'ils servaient nos intérêts économiques.  
C'est en effet en particulier la sécurisation de notre approvisionnement en uranium, nécessaire au fonctionnement de nos centrales nucléaires, bien plus que la défense des populations civiles maliennes, qui motive cette intervention militaire. Elle s'inscrit dans la trop vivante tradition des guerres néo-coloniales et des prétendues « guerres humanitaires ».
Nous nous sentons solidaires du peuple malien qui souffre depuis des mois mais nous ne voulons pas que la France se substitue aux forces armées de l'ONU et de l'Union Africaine alors que tout n'a pas été fait politiquement en amont pour empêcher le développement de cette violence islamiste dans le Sahara.
Rappelons que l'instabilité en Afrique est très largement due aux ventes d'armes et aux interventions militaires passées de l'Occident et qu'un gouvernement social-démocrate devrait faire autre chose, en pleine période de crise, que de consacrer le deuxième budget de l'Etat et 30 milliards d'euros par an à l'entretien des forces militaires, avant de les exercer dans des guerres aventureuses. 
 
front de Gauche Morlaix
 
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 07:50

L'UMP de Sarkozy en rêvait, le gouvernement PS-EELV l'a fait: faire avaler aux organisations syndicales, en isolant celles, les plus représentatives (CGT et FO), qui refusent l'ultra-libéralisme et le social-libéralisme, plus de flexibilité et une nouvelle casse du droit du travail pour suivre le modèle allemand de renforcement de la compétitivité par la précarisation des salariés. 

 Les dirigeants de la CFDT sont bien récompensés de leur travail pour réformer le "système français" sur une voie compatible avec les intérêts du patronat: après Nicole Notat qui est devenue PDG d'un cabinet de consultants travaillant pour la finance et membre du Conseil Européen, c'est François Chérèque qu'on nomme inspecteur général des affaires sociales et président du think thank social-libéral proche du PS Terra Nova.   

La collaboration de classe, ça paie...

Concrètement, cet accord "compétitivité-emploi" conclu le 11 janvier 2013 veut dire que le CDI est déjà du passé, que les licenciements sont facilités, que la collaboration entre le MEDEF et les syndicats "réformistes" pour le plus grand profit du capital est élevée au pinacle par le gouvernement.

Tout cela est lamentable et appelle une réaction des parlementaires authentiquement de gauche qui ne peuvent accepter cet accord conclu sur le dos des salariés et surtout des salariés eux-mêmes qui doivent cesser de se faire tondre sans lutter par le gouvernement.

Ne les laissons pas nous imposer cette nouvelle régression sociale!

 

Voici l'analyse particulièrement éclairante que fait ATTAC FRANCE de l'accord:

 

Accord sur la réforme du marché du travail : en attendant la Troïka

 

En signant avec le Medef un accord « au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l’emploi », trois syndicats minoritaires ont donné en France un aval anticipé aux  réformes structurelles du marché du travail imposées par la Banque centrale européenne, la Commission européenne et le FMI dans le Sud de l’Europe. Tout y est : baisse des salaires en cas de menace sur l’emploi, prédominance de l’accord d’entreprise sur l’accord de branche et sur la loi, facilitation des mobilités forcées et des licenciements. Le Wall Street Journal félicite les patrons français d’avoir « gagné une nouvelle flexibilité ». 

 

L’accord signé le 11 janvier par le Medef, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC confirme la possibilité, déjà adoptée par la majorité précédente, d’accords d’entreprise dits de « maintien dans l’emploi », avec une baisse des salaires, en cas de « graves difficultés conjoncturelles ». Les salariés qui refuseraient la baisse de salaire seraient licenciés pour « motif personnel », exonérant l’entreprise de toute obligation de reclassement. De même, tout salarié qui refuserait un changement de poste ou une mutation géographique pourra être licencié pour « motif personnel », dès lors que l’entreprise a signé un accord sur la mobilité.

 

La « sécurisation des licenciements » tant souhaitée par le Medef se traduit aussi dans l’accord du 11 janvier par une réduction des délais de contestation des plans sociaux et des licenciements, ainsi que par une priorité donnée à la conciliation prudhommale, avec des indemnités minimes dont l’acceptation par le salarié interdit ensuite toute poursuite judiciaire.

 

Plus profondément encore, l’accord du 11 janvier dynamite toute la législation sur les plans sociaux : un accord d’entreprise peut prévoir une procédure totalement différente de celle prévue par la loi ; et s’il ne parvient pas à obtenir la signature des syndicats, l’employeur peut déposer son plan social à l’Inspection du travail, qui doit motiver un éventuel refus dans un délai de 2 à 4 mois.

 

En guise de contreparties, l’accord prévoit essentiellement un renchérissement limité des CDD de très courte durée (moins d’un mois), la généralisation de la complémentaire santé pour les salariés des PME et une majoration de 10% pour les  heures complémentaires des salariés à temps partiel. Des avancées qui seraient appréciables si elles n’étaient pas payées aussi cher.

 

Car la France et l’Europe s’enfoncent dans une grave récession, provoquée par les politiques d’austérité et par la frilosité des banques qui réduisent leurs crédits pour préserver leur bilan. Les brèches ouvertes par l’accord du 11 janvier ne vont certainement pas « accélérer la création d’emploi » comme l’annonce le gouvernement ; elles vont plutôt faciliter le passage du tsunami de licenciements qui s’annonce et accélérer la montée du chômage.

 

Attac appelle les parlementaires français à corriger les graves dangers que présente ce texte et invite tous les acteurs sociaux à organiser ensemble la résistance et la construction d’alternatives à ces politiques suicidaires pour les salariés et pour les peuples européens. Dans cette perspective, les nombreuses forces syndicales et associatives européennes engagées dans le processus d’Altersommet se réuniront début juin à Athènes en vue d’affirmer haut et fort qu’une autre Europe est possible.

 

Attac France,

Le 14 janvier 2013

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 07:40

Le Front de Gauche du Tregor organise une réunion publique sur le thème:

 

‘’L’alternative à l’austérité c’est possible’’

JEUDI 31 janvier 2013 à 20h00 (au lieu du 20 janvier comme initialement prévu)
 Ancienne Bibliothèque, Centre Savidan à Lannion
Avec la participation de Frédéric Boccara
« Membre des économistes atterrés »
Fred_Boccara.jpg
 
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 17:38

INVITATION

 

pierre-laurent-copie-1.jpg

 

Les communistes du Finistère vous invitent à l’inauguration de leurs nouveaux locaux, ainsi qu’à la réception qui suivra,

 

Mardi 22 janvier 2013

A partir de 18h30

5 rue Henri Moreau et 6 rue André Berger à Brest

En présence de :

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti Communiste Français

 

 

5, rue Henri Moreau - 29200 Brest – Tél : 02 98 43 47 78 – pcf29@wanadoo.fr

 

 

INITIALEMENT PREVUE LE 17 JANVIER, LA VENUE DE PIERRE LAURENT A ETE DECALEE POUR CAUSE DE RENCONTRE PAR FRANCOIS HOLLANDE DES RESPONSABLES DE PARTIS A LA SUITE DE LA DECISION D'INTERVENTION MILITAIRE AU MALI...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011