Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 16:28

 

Le processus de paix israélo-palestinien dans l'impasse.

 

Un million et demi de Gazaouis qui vivent de manière misérable dans une prison à ciel ouvert surpeuplée depuis 2006, dans l'indifférence apparente de la vieille garde du Fatah contrôlant l'Autorité Palestinienne de Cisjordanie, qui fait tout pour conserver son pouvoir contesté par ses preuves d'impuissance et ses soupçons de corruption et pour fragiliser le Hamas, maître de Gaza. Israël qui continue sa politique d'isolement et de morcellement des zones palestiniennes de Cisjordanie tout en annexant par la politique du fait accompli de ses bulldozers escortés par des militaires armés jusqu'aux dents des pans entiers de Jérusalem-Est et des territoires occupés afin d'étendre ses colonies et de les sécuriser, fût-ce en détruisant des maisons palestiniennes et des champs d'oliviers et en expropriant leurs propriétaires. Un processus de paix moribond depuis les échecs du sommet de camp David et le déclenchement de la seconde Intifada suite à la visite par Ariel Sharon de l'esplanade des Mosquées. Un processus de paix qui n'est réactivé artificiellement par les américains avec la complicité du Fatah, que pour donner le change, calmer les belles âmes avides de justice en Occident et faire patienter les palestiniens exaspérés...

 

C'en est trop pour Ziyad Clot, cet avocat français d'origine palestinienne par sa mère qui raconte ses quelques mois d'expérience en tant que négociateur de l'OLP dans les négociations de paix engagées avec les israéliens à la fin du deuxième mandat de Bush, dans un essai amer mais vivant et instructif publié en 2010 aux éditions Max Milo, Il n'y aura pas d'Etat palestinien.

Le titre de l'essai peut apparaître comme une abdication ou le signe d'un défaitisme dangereux pour les droits spoliés des palestiniens. Il est en réalité la présentation provocatrice et brutale d'une thèse fondée sur une perception pragmatique de la situation au Proche-Orient et qui l'amène à penser que les intérêts concrets et immédiats des palestiniens de Gaza, de Cisjordanie, et d'Israël, comme des réfugiés, seront mieux défendus dans le cadre de la revendication d'une place dans un Israël ou une Palestine multi-ethnique.

 

Cachez cette collaboration de l'autorité palestinienne à l'occupation que je ne saurais voir...

 

Rappelons un peu le contexte et l'enchaînement des événements avec les éléments d'information que rappelle Ziyad Clot. Suite à la victoire du parti de résistance islamiste Hamas aux élections législatives du 25 janvier 2006, Mahmoud Abbas tente dans un premier temps de faciliter la mise en place d'un gouvernement d'union nationale. Mais Washington et Condoleeza Rice qui se rend à Ramallah pour rencontrer le président palestinien exigent qu'Abou Mazen (le nom arabe de Mahmoud Abbas) dissolve le gouvernement du nouveau premier ministre Ismaïl Haniyeh, et le président de l'autorité palestinienne s'exécute. On voit bien que la promotion du respect de la démocratie dans les pays arabes et plus largement du sud dépend très largement des intérêts stratégiques des américains et de leurs alliés... Le Hamas n'est pas le parti laïc, tolérant, hostile à toute forme d'antisémitisme et la solution de la provocation stérile d'un terrorisme inefficace politiquement que l'on aimerait voir triompher chez les Palestiniens, mais il aurait fallu lui laisser sa victoire électorale et le combattre politiquement sans punir toute la population israélienne par l'embargo sur Gaza et une séparation du peuple palestinien évitable.

Face à la violente réaction du Hamas devant son éviction illégitime, les Etats-Unis garantissent que le Fatah sera soutenu matériellement et politiquement, que ses forces de sécurité seront renforcées. L'Egypte, la Jordanie, l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis contribuent au financement, à la formation et au développement des forces armées du Fatah.

Le 1er février 2007, les forces de Dahlan, chef de la sécurité du Fatah, prennent d'assaut l'université islamique de Gaza. Le Hamas répond par des attaques sur les postes de police du Fatah. L'Arabie Saoudite, en promettant de financer les salaires de l'Autorité palestinienne, amène les frères ennemis à trouver un accord et à s'engager à former un gouvernement d'union nationale mais les Etats-Unis de Bush font tout pour complaire au gouvernement israélien et faire échouer le projet de manière à continuer à isoler le Hamas. Comme l'Egypte et la Jordanie continuent à former et à armer les forces de sécurité palestiniennes, le Hamas se sent de plus en plus menacé à Gaza et engage en juin 2007 une série d'attaques contre les forces du Fatah. Le 15 juin 2007, les forces de sécurité du Fatah sont délogées de la bande de Gaza.

Entre cette date et la brutale offensive israélienne de trois semaines « Plomb durci sur Gaza » entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009 qui a fait 1400 morts côté palestinien, 50 blessés côté israélien, avec laquelle s'achève le récit de Ziyad Clot, le Hamas tente tant bien que mal de faire survivre la population de Gaza victime d'un embargo international voulu par les israéliens et les américains et accepté par l'Europe et l'Egypte, tout en purgeant violemment la société des partisans laïcs du Fatah et en envoyant quelques rockets sur la ville de Sdérot.

Pendant ce temps, Bush et Condoleeza Rice, enlisés en Afghanistan et en Irak, suscitant la détestation des peuples arabes dégoûtés par leurs politiques impérialistes et inéquitables, veulent faire croire en une résolution ferme d'avancer vers une paix négociée et une solution à deux Etats reconnaissant les droits respectifs des israéliens et des palestiniens sur la terre palestinienne sans menacer la survie, la puissance et le caractère de foyer juif d'Israël.

Les caciques de l'Autorité Palestinienne s'engagent dans les négociations avec beaucoup de scepticisme, ne se faisant guère d'illusion sur la volonté et la capacité du gouvernement Olmert succédant à celui de Sharon tombé dans le coma de faire des compromis à l'approche des législatives, mais forcés de faire comme s'ils avaient un interlocuteur de bonne foi prêt au compromis car il ne peuvent se maintenir au pouvoir malgré le mécontentement grandissant de la population des territoires occupées qu'avec l'appui des américains. « J'ai maintenant compris, écrit Ziyad Clot à l'issue de son expérience de négociateur, que l'Autorité Palestinienne, au fil des années, est devenue une autorité d'occupation. Elle est réduite à faire le sale boulot en Cisjordanie en lieu et place des Israéliens, avec le soutien des Américains et de l'Union Européenne ».

« Le processus de paix, ajoute l'auteur, est un spectacle, une farce, qui se joue au détriment de la réconciliation palestinienne, au prix du sang versé sur Gaza » (p.104)... Pendant que les Israéliens avec la complicité de la communauté internationale affament et privent de tout les gazaouis, que les israéliens obligent les négociateurs palestiniens à faire des compromis sur le droit au retour des réfugiés palestiniens tout en continuant à charcuter les territoires palestiniens de Cisjordanie et à mener une politique de nettoyage ethnique pour construire le tramway de Jérusalem, protéger les colonies et les multiplier sur les zones les plus favorables à l'installation, le Fatah endort son peuple de promesses de souveraineté et de dignité retrouvée tout en le décourageant de se révolter violemment.

Ziyad Clot était tout particulièrement chargé de la question du retour et de l'indemnisation des descendants de réfugiés palestiniens expulsés entre 1947 et 1949 (comme son propre grand-père maternel) et en 1967. Les 7 millions de réfugiés, chrétiens et musulmans, installés au Liban, en Jordanie, en Syrie, en Europe ou en Amérique, constituent aujourd'hui 70% des palestiniens, pour la plupart vivant à moins de 100km de la frontière palestinienne. Beaucoup, particulièrement en Jordanie et au Liban, sont considérés comme des citoyens de seconde zone victimes de discrimination depuis des décennies, vivant dans la misère et la frustration, et considérés comme potentiellement dangereux par des régimes d'états arabes qui composent avec Israël, qu'ils craignent.

Pour Ziyad Clot, si l'on veut prendre réellement en compte l'intérêt des réfugiés palestinens, qui est de pouvoir retourner chez eux s'ils le souhaitent ou d'être indemnisés pour que l'injustice de l'expropriation et de l'exil forcé qu'ils ont subi soit reconnue, comme l'intérêt des populations des territoires occupées ou des territoires placés sous administration palestinienne, victimes d'un véritable apartheid, il faut renoncer à cette chimère d'une solution à deux États. En effet, les israéliens ne laisseront jamais un État pleinement souverain et disposant d'un territoire suffisamment cohérent pour accueillir les réfugiés et vivre en dehors du goutte à goutte de la communauté internationale et de son aide humanitaire se constituer.

 

Est-il souhaitable et envisageable de renoncer à l'objectif de la paix dans la séparation en deux États?

 

Depuis les accords d'Oslo, Israël fait croire au monde arabe, à la communauté internationale et aux dirigeants du mouvement de résistance palestinienne qu'il est prêt à accepter la formation d'un Etat palestinien souverain, à condition que les États voisins fassent la paix avec l'État hébreu, qu'ils reconnaissent ses frontières, et que les forces organisées palestiniennes lui assurent sa sécurité. Pendant ce temps, la réalité sur le terrain s'aggrave: les discriminations dont sont l'objet les arabes israéliens se renforcent, la colonisation progresse en ne laissant à la population palestinienne que des lambeaux de territoires discontinus séparés par des centaines de barrages militaires qui asphyxient la vie économique palestinienne, et le regain des injustices et de la misère nourrissent un désarroi chez les palestiniens qui renforce les conflits internes et l'extrémisme.

Dès lors, pourquoi ne pas prendre acte du fait qu'Israël ne laissera jamais un État palestinien viable se former à ses côtés et ne fait qu'agiter cette promesse pour gagner du temps et poursuivre sans craindre de trop les foudres des américains et de la communauté internationale une politique d'expropriation et de marginalisation brutale des populations palestiniennes?

S'il existe de bonnes raisons de s'accorder avec ce constat, on peut se demander si la solution d'un Etat israélien pluri-culturel au pouvoir décentralisé et confiant une large autonomie aux communautés locales palestiniennes que semble préconiser Ziyad Clot est plus satisfaisante et plus réalisable. En effet, elle exigerait, comme le préconisait jadis la gauche israélienne universaliste et communiste, que les israéliens renoncent à leur programme sioniste de définition ethnico-religieuse de la citoyenneté israélienne et du droit à vivre dans l'État israélien et qu'ils acceptent le principe du droit au retour des réfugiés palestiniens. Comment, dans un contexte de droitisation et de la société israélienne et au vu des forts moyens de pression des petits partis religieux et d'extrême droite sioniste dans une Knesset élue à la proportionnelle, des partis de gauche, qui sont de surcroît également parfois sujets à l'angoisse concernant la forte natalité arabe et le risque d'un déséquilibre démographique altérant le caractère juif de l'Etat d'Israël, accepteraient une telle solution d'un Etat pour tous avec des citoyens égaux, reconnus dans leur droit à la différence?

L'alternative à la solution des deux Etats préconisée par Ziyad Clot, dans le sillage du professeur de philosophie et président de l'université Al Qods de Jérusalem, n'est-elle donc tout aussi irréalisable? Est-elle même souhaitable si l'on songe au risque de violences internes né de l'histoire conflictuelle des juifs israéliens et des palestiniens, de la nécessaire limitation de l'immigration juive en Israël qu'implique le droit au retour des palestiniens et des inégalités sociales qui séparent actuellement juifs et palestiniens chrétiens ou musulmans?

Il n'empêche que la question mérite d'être posée, étant donné le rôle de leurre et d'écran de fumée que peut jouer l'espoir de création d'un État palestinien dans une situation où, en réalité, depuis l'assassinat d'Isaac Rabin, les gouvernements sionistes israéliens ne visent qu'à créer des situations irréversibles pour des politiques d'appropriation du territoire unilatérales afin de servir les clientèles électorales des colonies et le rêve mortifère d'Eretz Israël, un foyer de peuplement juif dans les frontières de l'installation hébreu antique.

 

Ismaël Dupont.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 09:19

Le collectif eau publique Morlaix/ Saint Martin des Champs s'est constitué il y a un an et demi pour réclamer le retour en gestion publique directe de l'eau dans le pays de Morlaix et s'est transformé en association loi 1901 en septembre 2010 afin de pouvoir avoir les moyens de se pourvoir en justice si besoin était.  Il compte à peu près 150 adhérents, dont des citoyens engagées et des organisations telles que Attac, la FSU, le PS, Europe Ecologie-les Verts, le PCF, la CFDT...

Quel est le contexte? L'alimentation en eau des morlaisiens et des Saint-Martinois est gérée par l'entreprise privée Véolia depuis 35 ans et le contrat entre la compagnie et le syndicat intercommunal SIVOM arrive à terme en 2011.

 

8 années sur les 10 années précédentes, les bilans financiers que Véolia a présenté aux élus s'affichaient déficitaires. Or, le tarif de l'eau à Morlaix et Saint Martin des Champs (4,74 EUR/ m3) est un des plus elevés de Bretagne: 30% supérieur à la moyenne du Finistère et 54% supérieur à celui de Lannion, ville qui présente des caractéristiques comparables mais qui est restée en gestion en régie directe. Parallèlement, comme l'objectif de Véolia est la rentabilité immédiate pour l'actionnaire et non le service de l'intérêt général, les réseaux sont mal entretenus, ce qui se traduit par un taux de fuite des canalisations d'à peu près 25%, tandis que de nombreux morlaisiens se plaignent d'avoir des pressions d'eau trop faibles ou trop fortes dans leurs robinets ou des eaux boueuses quasiment imbuvables par moment.

 

Le maire UMP de Morlaix, Agnès Le Brun, membre du SIVOM, est opposé à une gestion municipale. Les élus du Sivom ont néanmoins accepté de transmettre leurs chiffres à un comité de pilotage composé d'un membre d'Attac et de citoyens de Morlaix et de Saint Martin des Champs qui ont pu informer le comité eau publique. Le Sivom a aussi commandé l'an passé une étude menée par le Cabinet de consultants Rafaël Bert pour comparer les offres de contrats proposés par 3 opérateurs privés et le coût d'un retour en régie publique.

Les résultats de ces consultations ont été présentés au SIVOM il y a 15 jours par le cabinet BERT: il semblerait que selon leurs projections, le retour en régie publique présenterait un coût pour la collectivité de 15% à 35% plus elevé qu'une délégation de service public à un opérateur privé pour la distribution de l'eau, et de 30% plus elevé à 15% moins elevé pour l'assainissement.

 

Ces chiffres nous étonnent car dans les villes où l'eau est gérée en régie publique, le coût de l'eau est presque tout le temps bien moins élevé que là où c'est le privé qui s'en charge et les investissements faits pour améliorer la qualité des réseaux et diminuer les fuites sont en général amortis sur le long terme, ce que considère la régie publique mais non l'opérateur privé qui n'est pas assuré du renouvellement de son contrat.

 

Par ailleurs, à supposer que Véolia puisse annoncer aujourd'hui pour les prochaines années des coûts de gestion bien moins importants que ce qu'elle annonçait les années précédentes, n'est-ce pas parce que ses bilans déficitaires des années précédentes étaient mensongers? N'est-ce pas parce que le Sivom s'est décidé à gérer les plus grosses canalisations qui étaient mal entretenues jusqu'ici, socialisant ainsi les investissements et laissant les profits à l'opérateur privé? Dans ce cas, la facture pour l'usager ne devrait pas dimuner sensiblement même si Véolia rabaisse ses exigences en termes de facturation, car le Sivom devra recourir à davantage d'impôts pour financer ses nouvelles prérogatives...

 

C'est le 25 mars que le comité syndical du SIVOM doit statuer pour le retour en régie publique ou le renouvellement du contrat pour entre 8 et 12 ans avec Véolia ou un autre opérateur privé.

 

Sachant qu'une ville gérée par la droite, Saint Malo, où l'eau distribuée et assainie par Véolia était la plus chère en Bretagne, s'est décidée précipitemment en février 2011 à revenir en régie publique suite à des accusations de fraudes et de corruptions qui semblent fondées, il nous semble que les citoyens comprendraient mal un renouvellement de contrat avec Véolia, qui n'est pas à l'abri de poursuites judiciaires futures pour sa gestion opaque à Morlaix.

 

C'est pourquoi, après avoir assuré plusieurs projections suivies par des centaines de personnes et des élus du film documentairedénonçant les malversations et l'emprise sur les élus des multinationales de l'eau, "Water makes money" ,  le collectif Eau Publique-Morlaix Saint-Martin des Champs organise deux actions de sensibilisation des morlaisiens et des saint-Martinois pour faire pression sur le SIVOM qui semble s'orienter vers une perpétuation de la délégation de service public.

 

Le mardi 8 mars, à 10h30, au port de Morlaix, sur la petite place en face de l'IUT côté Léon, aura lieu une mise à l'eau symbolique avec baptême au mousseux d'un bateau de l'eau-bien public.

 

Le samedi 12 mars, toute la journée, aura lieu devant et derrière la mairie, devant l'intermarché du centre ville une votation citoyenne à laquelle nous espérons que des centaines de morlaisiens participeront pour indiquer leur préférence pour la régie publique ou la gestion privée, ou leur absention. L'annonce a été faite avec un argumentaire dans la page de l'opposition du bulletin municipal. Le dimanche 13 mars, la même votation citoyenne aura lieu à Saint Martin des Champs, la commune voisine.


Soyons nombreux à participer à ces actions pour rappeler aux élus que l'eau est un bien public qui doit être geré par les représentants de la collectivité afin d'assurer une gestion transparente et motivée par l'intérêt général et de ne pas nourrir des profits privés en surfacturant les services aux  usagers, en laissant les réseaux et la qualité de l'eau potable et de l'assainissement se détériorer.   

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 18:15

Compte-rendu réalisé par Daniel Ravasio

La compétitivité

 

Nicolas Sarkozy a présenté ses vœux au monde agricole. Lors de ses vœux à l’interpellation du monde agricole sur le manque de compétitivité de la « ferme France », il a annoncé un certain nombre de mesures et notamment des mesures visant à faciliter le regroupement des exploitations laitières.

Réponse d’André CHASSAIGNE

Je ne suis pas opposé par principe à des simplifications (regroupement).

Mais on apporte toujours des réponses aux difficultés du monde agricole uniquement en terme de compétitivité et on ne s’attaque pas à l’organisation agricole, en particulier à l’OMC.

Si on en reste à la recherche de compétitivité et rentabilité, dans ce cadre :

  • On en reste à une véritable course à l’échalote qui ne permet pas de résoudre à long terme les problèmes.

  • Cela peut donner une bouffée d’oxygène, assez dérisoire d’ailleurs, mais les problèmes de fond ne sont pas limités à la seule compétitivité : il faut prendre des mesures permettant de garantir des prix rémunérateurs aux producteurs.

La flambée des prix des matières premières agricoles

 

Avis d’André CHASSAIGNE

Il faut sortir l’agriculture de l’OMC : en étant dans l’OMC on est sur la spéculation ; on est avec des produits alimentaires qui sont considérés au même titre que les produits manufacturés.

Il faut une organisation mondiale de l’agriculture mais pas sur les mêmes créneaux que l’OMC, une organisation qui s’appuie sur des coopérations, qui préconise des mesures très strictes contre la spéculation, qui tienne compte de l’urgence alimentaire avant de tenir d’une approche de profits financiers.

Avis du syndicaliste agricole

Il y a nécessité d’une régulation. Il ne faut pas considérer les productions agricoles comme les autres marchandises

  • Il faut rétablir un niveau de régulation faisant appel à des prix planchers, par la constitution de stocks notamment de stocks stratégiques.

  • A l’échelle nationale il faut rentrer dans une ère de contractualisation (mise en adéquation de la production et de la demande des entreprises) permettant aux producteurs de pouvoir faire des prévisions et de pouvoir mieux anticiper.

Avis d’André CHASSAIGNE

Je suis dubitatif sur les résultats de la contractualisation.

  • La contractualisation a pour objectif de garantir des prix et d’avoir, par le biais des interprofessions, des regroupements et une force de frappe qui serait censé rééquilibrer, dans les négociations commerciales, les rapports producteurs – grande distribution.

  • La LME (loi de modernisation de l’économie) donne au contraire d’avantage de pouvoirs aux acheteurs.

  • Je préférerais qu’il y ait des encadrements avec des prix planchers, tenant compte des coûts de production, intégrant un système de coefficients multiplicateurs de façon à ce que, s’il y a des augmentations de prix au niveau de la vente aux consommateurs il y a une répercussion pour les producteurs.

Il faut d’avantage de solidarité sur l’ensemble de la chaine.

Quelques chiffres : En 2005 les producteurs de lait touchaient 32% du prix contre 26% en 2009.

Pour les industriels on est passé de 34% à 52 % tandis que pour la grande distribution on est passé de 28,5% à 17% [Attention : il y a des mécanismes se traduisant par le fait que les prix de la grande distribution ne représentent pas tout à fait la réalité].

Il est nécessaire de s’attaquer à la fabrication des prix.

 

La grande distribution affirme que la hausse des prix vient de l’amont !

 

Avis du syndicaliste agricole

L’ère de la volatilité dans laquelle on nous a fait rentrer a des conséquences que personne ne sait gérer :

  • Soit on fait ce choix et les conséquences doivent s’appliquer d’un bout à l’autre de la chaine.

  • Soit on choisit d’encadrer et on sera dans un régime beaucoup plus stable.

La LME oblige à des négociations annuelles : il y a nécessité de négociations plusieurs fois par an.

Ce qu’on a fait de la LME ne fonctionne pas : les négociations sur les tarifs se tiennent effectivement mais les compensations prévues n’ont pas vu le jour.

Avis d’André CHASSAIGNE

Le gouvernement doit reconnaître que la LME est un échec.

  • Il faut tout remettre à plat.

  • Il faut des mesures plus strictes (ex = temps de paiement).

  • Il s’attaquer à la domination de la grande distribution.

  • Il faut étudier les marges des industriels.

  • L’observatoire des prix et des marges doit faire son travail en allant au fond des choses [Ce n’est pas le cas aujourd’hui : il y a des blocages], obtenir tous les renseignements sur la réalité des prix et des coûts.

Le dumping social

 

Avis d’André Chassaigne

Quand la FNSEA propose, notamment en terme de charges sociales, de s’aligner sur ce qui se passe dans d’autres pays, il s’agit d’essayer de régler les problèmes en tirant vers le bas.

L’Europe doit, au contraire, tirer vers le haut : il faut une politique européenne plus exigeante au niveau du social, ne permettant pas d’avoir tant de distorsion de concurrence.

L’Europe, telle qu’elle est construite sur la base de la libre concurrence pour répondre aux impératifs du système économique, n’est pas à même de prendre ces décisions là. Il faut donc faire évoluer l’Europe vers une direction beaucoup plus sociale, tenant compte de l’humain avant de tenir compte du fric.

Avis du syndicaliste agricole

On ne peut pas avoir une Europe qui livre les marchés d’une manière très libérale sur des mécaniques d’encadrement qui sont nationales.

Si l’Europe décide de libéraliser, elle doit mettre en place une harmonisation d’un cadre social et d’un cadre économique.

Si on n’est pas capable de corriger les mécanismes actuels de distorsion de concurrence (ex : Allemagne) soit par un ajustement de la France soit par une harmonisation Européenne, on aura des problèmes (perte de parts de marché) avec des répercussions sur l’emploi.

Avis d’André Chassaigne

Une image :

Dans une maison qui prend l’eau, il y a 2 solutions : déplacer le lit et mettre un parapluie ou réparer le toit. Pour le moment on met en œuvre la 1ère solution.

Il faut donc transformer la maison Europe de façon à faire plus de social.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 14:31

Lien avec l'interprétation de Brel: http://www.wat.tv/video/jaures-jacques-brel-xx6q_2frhb_.html


Ils étaient usés à quinze ans
Ils finissaient en débutant
Les douze mois s'appelaient décembre
Quelle vie ont eu nos grand-parents
Entre l'absinthe et les grand-messes
Ils étaient vieux avant que d'être
Quinze heures par jour le corps en laisse
Laissent au visage un teint de cendres
Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

On ne peut pas dire qu'ils furent esclaves
De là à dire qu'ils ont vécu
Lorsque l'on part aussi vaincu
C'est dur de sortir de l'enclave
Et pourtant l'espoir fleurissait
Dans les rêves qui montaient aux cieux
Des quelques ceux qui refusaient
De ramper jusqu'à la vieillesse
Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

Si par malheur ils survivaient
C'était pour partir à la guerre
C'était pour finir à la guerre
Aux ordres de quelque sabreur
Qui exigeait du bout des lèvres
Qu'ils aillent ouvrir au champ d'horreur
Leurs vingt ans qui n'avaient pu naître
Et ils mouraient à pleine peur
Tout miséreux oui notre bon Maître
Couverts de prèles oui notre Monsieur
Demandez-vous belle jeunesse
Le temps de l'ombre d'un souvenir
Le temps de souffle d'un soupir

Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 13:26

Les communistes 7 sept

 

 

Lien avec le clip d'un concert Alexis HK et les Saltimbanks: http://www.youtube.com/watch?v=31J3mUI6ua0&feature=related. Autre lien avec l'interprétation de la chorale de Attac Morlaix lors d'une des grandes manifs contre la réforme des retraites, en octobre 2010:  http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/morlaix-a-la-manif-on-ne-lache-28012

 

Les paroles originales:

 

Du fond de ma cité HLM
Jusque dans ta campagne profonde
Notre réalité est la même
et partout la révolte gronde
Dans ce monde on avait pas notre place
On avait pas la gueule de l'emploi
On est pas né dans un palace
On avait pas la CB à papa

SDF, chômeur, ouvriers
Paysans, immigré, sans papiers
Ils ont voulut nous diviser
Faut dire qu'ils y sont arrivés
Tant que c'était chacun pour sa gueule
leur système pouvait prospérer
Mais fallait bien qu'un jour on se réveil
et qu'les têtes s'remettes à tomber

Refrain :
On lache rien, on lache rien
on lache rien, ON lache riiiiiien
On lache rien (wallou)
On lache rien (wallou)
On lache rien, on lache rien

Ils nous parlaient d'égalité
et comme des cons on les a cru
Démocratie fait moi marrer
Si c'était le cas on l'aurai su
Que pèse notre bulletin de vote
face à la loi du marché,
C'est con mes chers compatriotes mais on s'est bien fait baiser
Que paise les droits de l'homme face à la vente d'un airbus
Au fond y a qu'une règle en somme
se vendre plus pour vendre plus
La république se prostitue sur le trottoir des dictateurs
Leurs belles paroles on y croit plus,
Nos dirigeants sont des menteurs

REFRAIN

C'est tellement con, tellement banal
de parler d'paix, d'fraternité
quand des SDF crève sur la dalle
et qu'on mène la chasse au sans papiers
Qu'on jette des miettes aux prolétaires
Juste histoire de les calmer,
qu'ils s'en prennent pas aux patrons millionnaires
trop précieux pour notre société
C'est fou comme ils sont protégés tout nos riches et nos puissants
Y a pas à dire ça peut aider
d'être l'ami du Président
Chers camarades, chers électeurs,
chers citoyens consommateurs
le réveil à sonné il est l'heure
D'remettre à zéro les compteurs

Tant qu'y a d'la lutte, Y a dl'espoir
Tant qu'y a dl'a vie, Y a du combat
Tant qu'on se bat c'est qu'on est debout
Tant qu'on est debout on lâchera pas
La rage de vaincre coule dans nos veines
maintenant tu sais pourquoi on s'bat
notre idéal bien plus qu'un rêve
Un autre monde , on a pas l'choix

REFRAIN

(Merci à Imen pour cettes paroles)
Du fond de ma cité HLM
Jusque dans ta campagne profonde
Notre réalité est la même
et partout la révolte gronde
Dans ce monde on avait pas notre place
On avait pas la gueule de l'emploi
On est pas né dans un palace
On avait pas la CB à papa

SDF, chômeur, ouvriers
Paysans, immigré, sans papiers
Ils ont voulut nous diviser
Faut dire qu'ils y sont arrivés
Tant que c'était chacun pour sa gueule
leur système pouvait prospérer
Mais fallait bien qu'un jour on se réveil
et qu'les têtes s'remettes à tomber

Refrain :
On lache rien, on lache rien
on lache rien, ON lache riiiiiien
On lache rien (wallou)
On lache rien (wallou)
On lache rien, on lache rien

Ils nous parlaient d'égalité
et comme des cons on les a cru
Démocratie fait moi marrer
Si c'était le cas on l'aurai su
Que pèse notre bulletin de vote
face à la loi du marché,
C'est con mes chers compatriotes mais on s'est bien fait baiser
Que baise les droits de l'homme face à la vente d'un airbus
Au fond y a qu'une règle en somme
se vendre plus pour vendre plus
La république se prostitue sur le trottoir des dictateurs
Leurs belles paroles on y croit plus,
Nos dirigeants sont des menteurs

REFRAIN

C'est tellement con, tellement banal
de parler d'paix, d'fraternité
quand des SDF crève sur la dalle
et qu'on mène la chasse au sans papiers
Qu'on jette des miettes aux prolétaires
Juste histoire de les calmer,
qu'ils s'en prennent pas aux patrons millionnaires
trop précieux pour notre société
C'est fou comme ils sont protégés tout nos riches et nos puissants
Y a pas à dire ça peut aider
d'être l'ami du Président
Chers camarades, chers électeurs,
chers citoyens consommateurs
le réveil à sonné il est l'heure
D'remettre à zéro les compteurs

Tant qu'y a d'la lutte, Y a dl'espoir
Tant qu'y a dl'a vie, Y a du combat
Tant qu'on se bat c'est qu'on est debout
Tant qu'on est debout on lâchera pas
La rage de vaincre coule dans nos veines
maintenant tu sais pourquoi on s'bat
notre idéal bien plus qu'un rêve
Un autre monde , on a pas l'choix

REFRAIN
nov 2010

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 11:34

Lien avec le clip: http://www.dailymotion.com/video/x5oepy_jean-ferrat-camarade_music

 

 

C'est un joli nom Camarade
C'est un joli nom tu sais
Qui marie cerise et grenade
Aux cent fleurs du mois de mai
Pendant des années Camarade
Pendant des années tu sais
Avec ton seul nom comme aubade
Les lèvres s'épanouissaient
Camarade Camarade

C'est un nom terrible Camarade
C'est un nom terrible à dire
Quand, le temps d'une mascarade
Il ne fait plus que frémir
Que venez-vous faire Camarade
Que venez-vous faire ici
Ce fut à cinq heures dans Prague
Que le mois d'août s'obscurcit
Camarade Camarade

C'est un joli nom Camarade
C'est un joli nom tu sais
Dans mon cœur battant la chamade
Pour qu'il revive à jamais
Se marient cerise et grenade
Aux cent fleurs du mois de mai

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 11:22

Lien avec le clip dailymotion: http://www.dailymotion.com/video/xckhpt_jean-ferrat-ma-france_music

 

De plaines en forêts de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j'ai vécu à ce que j'imagine
Je n'en finirai pas d'écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d'été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche
Quelque chose dans l'air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont monsieur Thiers a dit qu'on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes
Ils n'en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu'il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
En remplissant l'histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstiné de ce temps quotidien
Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche
A l'affiche qu'on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu'elle monte des mines descende des collines
Celle qui chante en moi la belle la rebelle
Elle tient l'avenir, serré dans ses mains fines
Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 11:06

Lien http://www.wat.tv/audio/jean-ferrat-chant-partisans-unc6_2h237_.html

Interprétation des Motivés:  http://www.youtube.com/watch?v=WYLpN-l_zAI

 

LE CHANT DES PARTISANS
(Chant de la Libération)


Ami, entends-tu
Le vol noir des corbeaux
Sur nos plaines?
Ami, entends-tu
Les cris sourds du pays
Qu'on enchaîne?
Ohé! partisans,
Ouvriers et paysans,
C'est l'alarme!
Ce soir l'ennemi
Connaîtra le prix du sang
Et des larmes!

Montez de la mine,
Descendez des collines,
Camarades!
Sortez de la paille
Les fusils, la mitraille,
Les grenades...
Ohé! les tueurs,
A la balle et au couteau,
Tuez vite!
Ohé! saboteur,
Attention à ton fardeau:
Dynamite!

C'est nous qui brisons
Les barreaux des prisons
Pour nos frères,
La haine à nos trousses
Et la faim qui nous pousse,
La misère...
Il y a des pays
Ou les gens au creux de lits
Font des rêves;
Ici, nous, vois-tu,
Nous on marche et nous on tue,
Nous on crève.

Ici chacun sait
Ce qu'il veut, ce qui'il fait
Quand il passe...
Ami, si tu tombes
Un ami sort de l'ombre
A ta place.
Demain du sang noir
Séchera au grand soleil
Sur les routes.
Sifflez, compagnons,
Dans la nuit la Liberté
Nous écoute...

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:58

Accroche à ton cœur un morceau de chiffon rouge
Une fleur couleur de sang
Si tu veux vraiment que ça change et que ça bouge
Lève-toi car il est temps

Allons droit devant vers la lumière
En levant le poing et en serrant les dents
Nous réveillerons la terre entière
Et demain, nos matins chanteront

Compagnon de colère, compagnon de combat
Toi que l'on faisait taire, toi qui ne comptais pas
Tu vas pouvoir enfin le porter
Le chiffon rouge de la liberté
Car le monde sera ce que tu le feras
Plein d'amour de justice et de joie

Accroche à ton cœur un morceau de chiffon rouge
Une fleur couleur de sang
Si tu veux vraiment que ça change et que ça bouge
Lève-toi car il est temps

Tu crevais de faim dans ta misère
Tu vendais tes bras pour un morceau de pain
Mais ne crains plus rien, le jour se lève
Il fera bon vivre demain

Compagnon de colère, compagnon de combat
Toi que l'on faisait taire, toi qui ne comptais pas
Tu vas pouvoir enfin le porter
Le chiffon rouge de la liberté
Car le monde sera ce que tu le feras
Plein d'amour de justice et de joie

 

 

Lien vers un clip militant avec une interprétation par une chorale: http://www.youtube.com/watch?v=qwbY-tAsS6I

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:38

  

On doit le poème à Eugène Pottier (1816-1887), membre du Conseil de la Commune de Paris. Il a commencé à écrire ce texte en en prison en 1871 mais il n'a été publié qu'en 1887 dans un recueil de chants révolutionnaires.

La musique été écrite en 1888 par le militant socialiste lillois Pierre Degeyter (1848-1932). Pour la petite Histoire, la paternité de la musique fut contestée par Auguste Degeyter, frère de Pierre, qui gagna son procès en 1908. Auguste se suicida en 1916, en ayant semble-t-il envoyé à son frère une lettre pour avouer avoir menti. Cette situation peu compatible avec l'esprit de solidarité de la chanson mit néanmoins Pierre Degeyter dans une situation difficile. Il fut aidé matériellement par la municipalité de Saint-Denis et l'Ambassade de l'URSS et fut considéré officiellement comme auteur de lamusique.
L'Internationale, d'abord chantée dans le milieu des partisans de Jules Guesde, devint de plus en plus populaire dans les milieux socialistes de l'époque. Elle fut choisie comme hymne officiel par la Seconde Internationale en 1892. L'URSS adopta l'Internationale comme hymne national de 1918 à 1944 avant de la remplacer par une chanson plus patriotique. Cette chanson reste l'hymne international des partis communistes et socialistes. L'Internationale fut le premier hymne à être joué au-delà de la Terre car il fut diffusé en 1966 par le premier vaisseau terrestre (soviétique) qui se posa sur la Lune.

 

Debout ! les damnés de la terre
Debout ! les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère :
C’est l’éruption de la fin
Du passé faisons table rase
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain
C’est la lutte finale
Groupons nous et demain
L’Internationale
Sera le genre humain.

Il n’est pas de sauveurs suprêmes :
Ni dieu, ni césar, ni tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !

Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer quand il est chaud !

 

L’Etat opprime et la loi triche ;
L’Impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux.

C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois ;
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
« Egaux, pas de devoirs sans droits ! »

 

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?

Dans les coffres-forts de la bande
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende
Le peuple ne veut que son dû.

 

Les Rois nous saoulaient de fumées.
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !

S’ils s’obstinent, ces cannibales,
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

 

Ouvriers, Paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs ;
La terre n’appartient qu’aux hommes,
Le riche ira loger ailleurs.

Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours !

 

 

 

L'internationale en Breton.

 

Deux versions de l'Internationale en breton sont proposées. Elles sont l'oeuvre de deux bretons qui ont en commun une origine modeste, une volonté farouche de s'instruire, associée un engagement politique progressiste. Les deux courtes biographies qui suivent sont assez parlantes à ce sujet. L'un des deux aura une véritable carrière politique.

Charles Rolland , né à Lannéannou en 1862 et mort en 1940 à Guerlesquin, fut un compositeur très productif de chansons en breton dont une grande partie sur feuilles volantes. Il exerca de nombreux métiers comme horloger, facteur et chapelier. Trés engagé politiquement à gauche et d'un anticléricalisme virulent, il utilisa son talent de compositeur et de polémiste pour propager ses idées en breton et en français.

 


 

D'origine modeste, Marcel Hamon ( 1908-1994) était originaire de Plufur. Il devint professeur de philosophie à 23 ans. Syndicaliste dans les années 1920 puis militant, il fut candidat communiste aux élections législatives dès 1934. Durant la Seconde guerre mondiale, Marcel Hamon fut responsable de « l'Organisation spéciale » dans le Maine-et-Loire (1941-1942). Il devint responsable national du Service B, service de renseignements des francs-tireurs et partisans français (1943-1944), puis responsable FTPF pour l'Ouest en juin 1944. Secrétaire de Maurice Thorez, il fut député des Côtes-du-Nord (1945-1951), maire de Plestin-les-Grèves de 1971 à 1977 et conseiller général du canton de 1973 à 1979. Sa vie et sa carrière ont été l'objet d'un travail universitaire

 

 

An Internationale
Laket en brezoneg gant  (Marcel Hamon)

 

War sao , tud doanet d'an douar
War sao an dud paour o deuz naon
Ar skiant a c'hop hag a lavar
Skei ar bed n'eun taol d'an traon

An traou koz a c'hall monet pell
Mevellien kaez, wae zao, war zao
Sklepomp anez a-benn bouell
Skuiz omp o veza esklao

Ar gann diweza a zo
Oll arog, ha souden
Breudeur drez-oll a vo
Elec'h enebourien

Nann n'a neus ket a zalvar braz
Na Doue, na mestr, na hun all
Produer, krog ebarz da benn-baz
N'em sov da hun gant ar re all
Da lak' al laeron da vont da goll
Da sklerijenn ar spered
Hon c'hoel c'hoezomp ta drez oll
War houarn tom a vez skoet

Mahet a vemp ar pez zo permet
N'em wada renkomp vit paea
Ar pinvidik n'euz dever ebed
Ar paour zo mad da vac'hata
Dan ar vaz o plega hon chouk
Deveriou ha droejou da bep den
Skouiz ez omp o chom atao mouk

Selet pebeuz pennou zo dioute
Rouez ar glaou, an hent houarn
Biskoaz n'euz gret ar botred vraz se
Nemat ober vel al louarn
Ebarz ar prejou an Aoutroune
Eman hon labour hag hon foan
Mankout ra d'emp tapout ane
Petramant chom atao dindann

Ar rouez a veve c'hanomp ive
Peuc'h etrezomp , tann d'ar re wask
Blegomp ket ken breman d'an arme
En teilh, lakomp fuzul ha kask
Met , ma deuz c'hoant an dreberien tud
D'ober d'emp evel al loeo
Ar fusul na chomo ket mud
Hag evite vo an tenno

Ouvrier, payzant, mum a hez
Ar bopl vraz euz ar re 'deuz poan
An douar n'hell ket beza dez
N'eus ket ar blas d'ar fenean
Ped zo o veva deuz hon gwad
Med ar brini a zo war dro
'N o fonz pa devo bed hon zroad
Neuze an heol a lugerno !

 

 

An Internationâl em brëzonec (traduction de Charles Rolland)

 

War memeuz tôn evel en gallek

War zao ! tud daonet an Douar !
Kent mervel gant an naon , war zao
Ar skiant a gomz ag a laar
Reï an diveza taol-chao !
Ar Bed-koz a bez d'an traon !
Meveillen paour , war sao ! atao !
Greômp vit mad dezi he c'haon
Bezomp maest lëc'h beza esklao !

Diskan (bis)

Ar gann divëza zo,
Holl , war zao a warc'hoaz,
N'o er bed met eur vro
Da vihan a da vraz !

En trezomp neuz salver ebed
Na pab, na roue, na den all !
Demp hon unan a vezo red
Ober aman ar gwir ingal :
Benn harz laëron braz da noazout,
Derc'hel ar spered en he blom !
A dao d'an ouarn keït m'he tom !!

Ar Stâd so fall ! pep lezenn kamm
An dëog a oad ar paour-kaez den ;
Deveriou d'ar re vraz neuz tamm
Gwiriou ar paour zo eur gomz ven
Awalc'h dindan Vaest kastizia
Al Lëaldet ' c'houlenn trëo all
Dindan-hi 'veffomp memeuz tra
Gant deveriou , droëjou ingal !?

Udur ! en kreïz ho brassoni,
Mistri war an holl labour
Deuz gret biskoaz met ransoni
Laerez poan ar micherour ;
Rag en em prez an dud didalve
Kement ve kroûet ve teuzet ;
Goulennomp vo rentet hep dale
D'ar bobl kaez ar pez so gleêt ?

Micherourien a koërijen.
Memprou a labour ar bed-man,
Ar bed so d'al labourerien !
An dud didalve diwarn-han !
Deuz hom c'hoejen hint holl lard mad :
Na pa deufe eur sort brini
Eun deîz an douar da gwitâd
An heol ‚zalc'ho da lugerni !

Garz ebed ken kreïz-tre pep Bro !
An holl dud breudeur war ar bed !
Ar brezellou zôd er blôto !
Dao d'ar re vraz c'hoaz m'ar be red
Evit-hê n'effomp biken ken
A villerou de n'em drailla !
War zao ! ar skiant so ho ren
Demp vo red terri pe blega !?!

 

  

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011