Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 12:55
Jeremy Corbyn, cap à gauche pour le Labour

Les militants et sympathisants du Labour ont surpris l'Europe en choisissant le 12 septembre dernier un des représentants de l'aile la plus progressiste du parti travailliste, Jeremy Corbyn, en lieu et place de Ed Miliband, après son échec face à Cameron.

"Il est vrai que n'importe quel citoyen pouvait participer au vote, à la seule condition de payer un droit d'entrée de 3 livres sterling (environ 4 euros), ce qui a permis à plein de jeunes de voter, mais aussi sans doute à des syndicalistes et des anciens du Labour dégoûtés par Tony Blair. Ironie du sort, cette réforme interne avait été proposée par la droite du parti: les blairistes, fascinés par le modèle des primaires aux Etats-Unis, faisaient le pari que l'ouverture du vote au grand public affaiblirait l'influence des syndicalistes et achèverait d'ancrer le parti dans le fructueux marais du "centre"" (Alex Nunns, Le Monde Diplomatique, octobre 2015)

Une rupture complète avec 15 ans de néo-libéralisme et de néo-conservatisme avec le New Labour de Tony Blair et Gordon Brown. Les socialistes français feraient bien d'en prendre de la graine: quand les dirigeants socio-démocrates font la politique de la finance et de la droite, ils laissent des boulevards à la droite qui se radicalise d'autant plus et peuvent nourrir la fronde de leurs militants.

"Marginalisé depuis des décennies par ses collègues de la Chambre des communes, ignoré par les médias, ce candidat improbable a pourtant bénéficié d'un bouche-à-oreille aux allures de prodige, raflant 59,5% des voix dès le 1er tour et ridiculisant son principal rival, relégué à 40 points derrière avec un score de 19%. Une victoire sans précédent dans l'histoire politique du Royaume-Uni... Dépourvu du charisme d'un Alexis Tsipras ou des talents oratoires de son mentor Anthony ("Tony") Benn, meneur historique de l'aile gauche des travaillistes dans les années 1979 et 1980, M. Corbyn ne présentait a priori aucun danger pour ses collègues et concurrents de l'élite travailliste. Or son style direct et dénué d'effets de manches s'est révélé un atout précieux, marquant sa différence par rapport aux représentants de commerce médiatiquement surentraînés qui peuplent la classe politique britannique".

Alex Nunns, dans Le Monde Diplomatique, octobre 2015, poursuit en disant que la victoire de Corbyn s'appuie sur l'activisme dans les réseaux sociaux et militants de trois piliers:

- La jeunesse éduquée précarisée par la contre-offensive libérale post-2008, des emplois dégradés, des loyers prohibitifs, le triplement des frais de scolarité à l'université en 2012.

- le mouvement anti-guerre, Corbin étant le président de la coalition "Stop the war" (Arrêtez la guerre) qui a organisé la retentissante manifestation de 2 millions de personnes contre l'invasion de l'Irak en 2003, la plus grande protestation de masse de l'histoire britannique.

- le troisième groupe est celui du mouvement syndical qui n'en peut plus du gèle des salaires dans la fonction publique depuis des années, des privatisations, des services amputés. Plusieurs syndicats sont maintenant dirigés par des secrétaires généraux clairement marqués à gauche.

Corbyn est un pacifiste convaincu, qui s'oppose aux bombardements en Syrie, ne souhaite pas que le Royaume-Uni investisse dans une nouvelle génération de missiles nucléaires, se montre très critique sur le rôle de l'OTAN et l'extension de sa zone d'intervention. En matière d'économie, il se dit prêt à en découdre avec l'industrie financière de la City à Londres, à rétablir un contrôle politique sur la banque centrale, à renationaliser le chemin de fer et plusieurs services publics, balayant ainsi l'orthodoxie thatchérienne et blairiste. Sans prendre clairement position sur une sortie de l'Union européenne, il préfère mettre l'accent sur la construction d'une Europe sociale. Il a critiqué avec virulence, contrairement à Hollande, le traitement infligé à la Grèce et le grand marché transatlantique.

Combien de ces prises de position trouveront leur place dans la plate-forme du Labour? On ne sait pas car entre Corbyn et la base qui le soutient s'intercalent les notables du Parti et les Parlementaires qui ont fait carrière du temps du blairisme triomphant, c'est à dire qui l'ont basé sur les ruines de la gauche. Les blairistes, et notamment les parlementaires de l'aile droite du Labour, vont s'employer à savonner la planche de Corbyn auprès des médias et à le remettre en cause à la première défaite électorale du Labour.

Les conservateurs donnent déjà dans la stratégie de manipulation extrémiste la plus grossière en assimilant Corbin à un allié du Hamas, du Hezbollah et même de Ben Laden, car il défend les droits des palestiniens, les idées de justice internationale, de paix et de lutte contre l'impérialisme. Le premier ministre David Cameron avait donné le ton à travers un tweet plein de finesse: "Le Labour est maintenant une menace pour notre sécurité nationale, notre sécurité économique et la sécurité de vos familles".

La presse tabloïd aux mains des milliardaires ultra-libéraux cible aussi Corbyn à travers des campagnes de dénigrement dignes des pires médias aux ordres dans les dictatures.

Pourtant, Corbyn et les forces sociales et espoirs qu'il incarne, se trouvent confrontés à la différence d'un Tsipras au paradoxe d'un mouvement anti-austérité épousant la direction d'un parti qui jusqu'ici défendait l'ordre établi et le consensus néo-libéral. "Pour réussir, M. Corbyn va devoir transformer le Labour en une force militante capable d'entretenir l'incroyable sursaut collectif qui l'a propulsé à la tête. Si l'excitation générée ces derniers mois se propage à d'autres secteurs de la population et que l'aventure suit son chemin, M. Corbyn a toutes ses chances. Si le mouvement retombe et que l'homme du renouveau reporte son assise sur les vieux centres du pouvoir, l'occasion sera perdue" (Alex Nunns).

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 08:08
Photo Le Télégramme: de gauche à droite, Didier Giffrain (collectif citoyen du Front de Gauche, Côtes d'Armor), François Rippe (Ensemble, n°6 sur la liste du Front de gauche dans le Finistère), Catherine Boudigou (Parti de Gauche, tête de liste Front de Gauche dans le Finistère), ?, Inès Gonse (Parti de Gauche, Côtes d'Armor), Xavier Compain (PCF, tête de liste régionale du Front de Gauche), Sylvie Larue (Ensemble, tête de liste en Ille-et-Vilaine), Noëlle Péoc'h (collectif citoyen Front de Gauche, n°3 sur la liste du Front de Gauche dans le Finistère), Michel Le Goff (PCF, n°2 sur la liste du Front de Gauche dans le Finistère), Solenn Halou (PCF, n°3 sur la liste départementale d'Ille-et-Vilaine)

Photo Le Télégramme: de gauche à droite, Didier Giffrain (collectif citoyen du Front de Gauche, Côtes d'Armor), François Rippe (Ensemble, n°6 sur la liste du Front de gauche dans le Finistère), Catherine Boudigou (Parti de Gauche, tête de liste Front de Gauche dans le Finistère), ?, Inès Gonse (Parti de Gauche, Côtes d'Armor), Xavier Compain (PCF, tête de liste régionale du Front de Gauche), Sylvie Larue (Ensemble, tête de liste en Ille-et-Vilaine), Noëlle Péoc'h (collectif citoyen Front de Gauche, n°3 sur la liste du Front de Gauche dans le Finistère), Michel Le Goff (PCF, n°2 sur la liste du Front de Gauche dans le Finistère), Solenn Halou (PCF, n°3 sur la liste départementale d'Ille-et-Vilaine)

Réunis au sein du Front de Gauche, le PCF, le Parti de Gauche, Ensemble, République et Socialisme ou des membres de collectifs citoyens, mèneront la liste « Pour une Bretagne sociale et écologique. L'humain d'abord ! ».

Son programme antilibéral, opposé « aux politiques d'austérité », veut défendre « le développement social et la transition écologique ». Pour l'un des chefs de file de la liste, Xavier Compain (PCF), si « la politique du gouvernement suscite déception et colère du peuple de gauche et de l’électorat de gauche », il ne faut pas pas compter « sur la droite revancharde et l'extrême droite pour offrir demain des réponses crédibles et sérieuses ».

Pour le Front de Gauche, ces Régionales ont ainsi un enjeu de poids : « Le choix est clair soit favoriser les logiques de marchés capitalistes et la mise en concurrence des territoires, des régions, soit nous voulons faire de la région un lieu du bien vivre ensemble avec des politiques plus solidaires ».

Démocratie, emploi, écologie

Le programme, qui se décline en cinq grands points, met notamment l'accent sur :

- l'emploi avec la création d'un fond régional pour l'emploi et la formation

- des territoires plus solidaires en empêchant la fermeture des hôpitaux de proximité pour garantir l'accès de tous à la santé et un moratoire régional sur la fermeture des services publics

- une région plus écologique en développant notamment le fret ferroviaire

- le développement de la démocratie et la citoyenneté en donnant la parole aux citoyens dans le contrôle et la gestion de la région (référendums sur les orientations budgétaires ou les grands projets).

Parmi les engagements prévus, Xavier Compain souhaite aussi voir la région sortir du nucléaire militaire, en se donnant le temps de la reconversion des personnels, en pointant du doigt l’Ile longue sur la presqu'île de Crozon. « Ce qui est mortifère c'est l'argent pour l'armement nucléaire et rien pour les besoins des êtres humains pour éduquer, se soigner et manger ».

Les listes du Front de Gauche seront menées dans les Côtes-d'Armor par Xavier Compain (PCF) syndicaliste, paysan, en Ille-et-Vilaine par Sylvie Larue (professeur, Ensemble), professeur, dans le Finistère par Catherine Boudigou (Parti de Gauche, médecin), et dans le Morbihan par Philippe Jumeau (PCF, professeur des écoles).


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/regionales-2015/regionales-le-front-de-gauche-presente-ses-tetes-de-liste-24-10-2015-10825154.php#f4FB33HuLXpKmo6S.99

Catherine Boudigou (Audierne, médecin à Plouhinec, ancien conseillère régionale écologiste, tête de liste Parti de Gauche du Front de Gauche en Finistère), Xavier Compain (agriculteur, syndicaliste, membre de la direction nationale du PCF et animateur du pôle Agriculture-Pêche-Forêt, tête de liste régionale et dans les Côtes d'Armor) et Sylvie Larue (Ensemble, tête de liste dans l'Ille-et-Vilaine)

Catherine Boudigou (Audierne, médecin à Plouhinec, ancien conseillère régionale écologiste, tête de liste Parti de Gauche du Front de Gauche en Finistère), Xavier Compain (agriculteur, syndicaliste, membre de la direction nationale du PCF et animateur du pôle Agriculture-Pêche-Forêt, tête de liste régionale et dans les Côtes d'Armor) et Sylvie Larue (Ensemble, tête de liste dans l'Ille-et-Vilaine)

 Pour une Bretagne sociale et écologique: l'humain d'abord! Le Front de Gauche a présenté ce samedi 24 octobre à Rennes ses têtes de liste et ses axes de projet pour les Régionales
Les têtes de liste en Ille-et-Vilaine

Les têtes de liste en Ille-et-Vilaine

 Pour une Bretagne sociale et écologique: l'humain d'abord! Le Front de Gauche a présenté ce samedi 24 octobre à Rennes ses têtes de liste et ses axes de projet pour les Régionales
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 06:55
Henri Le Gall, Jean-Pierre Demaimay (Douarnenez) et Michel Tudo (Lanmeur), 3 des 14 délégués du Finistère présents

Henri Le Gall, Jean-Pierre Demaimay (Douarnenez) et Michel Tudo (Lanmeur), 3 des 14 délégués du Finistère présents

Martine Le Nozerh, membre de la direction départementale du PCF Finistère, ouvrière retraitée de l'agro-alimentaire, ancienne trésorière fédérale, élue à la tête du Comité Régional de coordination et d'animation du PCF avec Philippe Jumeau: le nouveau binôme d'animateurs du CRAC

Martine Le Nozerh, membre de la direction départementale du PCF Finistère, ouvrière retraitée de l'agro-alimentaire, ancienne trésorière fédérale, élue à la tête du Comité Régional de coordination et d'animation du PCF avec Philippe Jumeau: le nouveau binôme d'animateurs du CRAC

A la table: Joël Gallais, secrétaire départemental du PCF Morbihan, Xavier Compain, chef de file des communistes et tête de liste Front de Gauche pour les Régionales, Denis Kermen, secrétaire départemental du PCF Ille-et-Vilaine et directeur de campagne de Xavier Compain, Philippe Jumeau, animateur régional du CRAC et tête de liste du Front de Gauche dans le Morbihan, et Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère: Yannick Le Cam, secrétaire départemental des Côtes d'Armor, qui accueillait la conférence régionale dans sa ville de Saint Brieuc, a fait le mot d'introduction en parlant avec émotion des trois éminents communistes costarmoricains disparus le mois passé

A la table: Joël Gallais, secrétaire départemental du PCF Morbihan, Xavier Compain, chef de file des communistes et tête de liste Front de Gauche pour les Régionales, Denis Kermen, secrétaire départemental du PCF Ille-et-Vilaine et directeur de campagne de Xavier Compain, Philippe Jumeau, animateur régional du CRAC et tête de liste du Front de Gauche dans le Morbihan, et Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère: Yannick Le Cam, secrétaire départemental des Côtes d'Armor, qui accueillait la conférence régionale dans sa ville de Saint Brieuc, a fait le mot d'introduction en parlant avec émotion des trois éminents communistes costarmoricains disparus le mois passé

Martine (Plozévet), Manu (Morlaix), et Anne-Marie (Brest)

Martine (Plozévet), Manu (Morlaix), et Anne-Marie (Brest)

Conférence régionale du Parti Communiste de Bretagne à Saint Brieuc le jeudi 22 octobre: premier compte rendu rapide et photos de Jean-Luc Le Calvez

C'était une conférence régionale presque exclusivement consacrée aux élections Régionales des 6 et 13 décembre 2015, intervenant plus de 3 mois après la conférence régionale de Pontivy du 27 juin où les communistes avaient décidé à une très grande majorité (plus de 90%) de constituer une liste de rassemblement de gauche de transformation sociale anti-austérité et anti-libérale indépendante du PS avec les partenaires du Front de Gauche et tous ceux qui voudraient construire avec nous un projet vraiment de gauche pour les bretonnes et bretons.

La conférence régionale a fait le point sur l'état d'avancement de la campagne de la liste Front de Gauche aux Régionales, les discussions et négociations des mois passées, les démarches à entreprendre sur le mois et demi de campagne qui nous reste.

Les 60 participants environ de cette conférence régionale du PCF Bretagne ont voté à l'unanimité pour les candidats présentés par le Parti Communiste sur la liste du Front de Gauche, soutenue par le PCF, Ensemble, le Parti de Gauche, République et Socialisme, et des militants citoyens non encartés du Front de Gauche: Pour une Bretagne sociale et écologique: l'Humain d'abord!

L'ensemble des adhérents du PCF aura à se prononcer sur cette liste des candidats communistes département par département sur la liste du Front de Gauche, par une consultation interne entre le lundi 26 octobre et le vendredi 30 octobre, avant le dépôt des listes entre le 2 et le 8 novembre.

Voici les candidats que les délégués des fédérations et sections PCF de Bretagne présents à la Conférence Régionale ont validé:

Côtes d'Armor:

Xavier Compain (tête de liste départementale et régionale du Front de Gauche)

Christine Hervio

Françoise Mongin

Gaëlle Bellamy-Caerou

Didier Flageul

Michel Guégan

Michel Le Gac

Finistère:

Michel Le Goff, ouvrier de l'agro-alimentaire, syndicaliste, délégué central d'entreprise chez Bigard, élu du Front de Gauche à Bannalec, 52 ans (n°2 sur la liste du Front de Gauche dans le Finistère, derrière la tête de liste du Parti de Gauche)

Claudie Bournot-Le Gallou, employée de banque, adjointe au maire au Relecq-Kerhuon, 57 ans

Véronique Blanchet, Pont l'Abbé, formatrice, ancienne vice-présidente de la Communauté de Commune Pays Bigouden Sud, candidate aux dernières régionales, législatives, municipales, départementales et Sénatoriales pour le Front de Gauche, 52 ans

Erwan Rivoalan, Brest, bibliothécaire, syndicaliste, 43 ans

Martine Bescou, Plouhinec, retraitée, ancienne adjointe au maire, candidate aux départementales pour le Front de Gauche dans le Cap Sizun, 61 ans

Jeremy Lainé, Guimaëc, technicien anti-parasitaire, ancien élu à Lanmeur, candidat aux dernières départementales pour le Front de Gauche et aux dernières régionales, 36 ans

Daniel Jouan, Fouesnant, ouvrier de la metallurgie (soudeur) retraité, 67 ans

Anne-Marie Alayse, Brest, chercheuse Ifremer retraitée, candidate Front de Gauche aux dernières régionales, syndicaliste, 65 ans

Camille Glidic-Le Calvez, Ile de Batz, serveuse en crêperie, candidate aux dernières municipales à l'Ile de Batz, 28 ans

Ille et Vilaine:

Cyril Dallaois (N°2 sur la liste départementale du Front de Gauche conduite par Sylvie Larue, Ensemble)

Solenn Halou (n°3 sur la liste)

Michel Demolder

Françoise Payen

Blandine Nemé

Denis Kermen

Edouard Le Bert

Gwendoline Lobre

Romain Hipeau

Morbihan:

Philippe Jumeau (tête de liste départementale)

Anita Kervadec

Louis-Marie Quéré

Catherine Queric

Stephane Leroux

Florence Marvin

Marc Bacci

Christelle Rissel

Gérard Lucas

Françoise Jaffré

Les 60 délégués de la conférence régionale, après avoir débattu de la manière dont conduire la campagne des Régionales, de la consultation d'après premier tour par rapport au second tour, ont mis en place le Comité d'Animation et de Coordination Régional du PCF, chargé notamment du projet et des initiatives d'ampleur régionale, avec un binôme paritaire de deux animateurs élus à l'unanimité: Philippe Jumeau (Morbihan) et Martine Le Nozerh (Finistère).

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 06:50
Châteaubriant: pour la mémoire de l'espoir et de la lutte vibrante des 27 otages fusillés, ce dimanche 25 octobre 2015

La 74ème cérémonie des fusillés de Châteaubriant se déroule le dimanche 25 octobre 2015.

27 otages fusillés, le 22 octobre 1941, par l'armée allemande sur ordre du Führer Adolf Hitler, en représailles de la mort du Feldkommandant de Nantes, Karl Hotz, tué deux jours plutôt par de jeunes résistants français.

Voici le programme complet de la 74ème cérémonie qui se déroule le dimanche 25 octobre 2015:

10h00 : hommage aux 9 fusillés de la Blisière en forêt de Juigné les Moutiers.

13h00 au Théâtre de Verre : départ du défilé "Porteurs d'histoire" avec les enfants des écoles et tous les volontaires.

13h45 au rond point Fernand Grenier : départ du défilé de la mémoire avec l'Harmonie de Châteaubriant.


14h30 : cérémonie officielle à la carrière des fusillés sous la présidence de Mme Odette Niles, Présidente de l'Amicale et de M. Alain Hunault, Maire de Châteaubriant.

15h00 : allocution de M. Philippe Martinez, Secrétaire Général de la Confédération Générale du Travail.

15h30 : évocation artistique et historique " 70 ans contre l'oubli" mise en scène par Mme Claudine Merceron de la compagnie nantaise " Théâtre d'Ici ou d'Ailleurs" avec la participation de 80 comédiens (adultes et enfants) amateurs et professionnels. Entrée gratuite.

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 06:45

Après les distributions militantes à Brest (train de la COP 21 le dimanche 18 octobre) et à Clohars Carnoët ce week-end, 5 militants du Front de Gauche et du PCF- François Rippe (candidat aux Régionales, Ensemble et Front de Gauche Morlaix), Christian Corre, Jean-Luc Le Calvez, Serge Bazin, Serge Puil et Ismaël Dupont - étaient vendredi soir en gare de Morlaix pour distribuer dans le cadre de la campagne des Régionales de la liste Pour une Bretagne sociale et écologique: l'Humain d'abord! un tract du Front de gauche sur nos propositions pour le développement du ferroviaire en Bretagne dans le cadre de la COP 21.

Serge Puil et Serge Bazin devant la Gare de morlaix: photo Jean-Luc Le Calvez

Serge Puil et Serge Bazin devant la Gare de morlaix: photo Jean-Luc Le Calvez

LA COP 21 PASSE PAR LE TRAIN POUR TOUS

TER/TET !? MILLE FOIS OUI !

La région a fait des efforts considérables pour promouvoir, améliorer et rendre accessible le transport ferroviaire régional de voyageurs.

Les investissements réalisés depuis 2002 dans le cadre de deux conventions État/SNCF/Région (2002/2006 et 2006/2013) se montent à 340 000 000 €. Ils ont permis l’acquisition de rames nouvelles et la rénovation de rames existantes.

Cette amélioration de la qualité de service s'est accompagnée d'une politique tarifaire volontariste, sociale et incitatrice.

On note une augmentation de la fréquentation de 20% sur les périodes considérées. Le nombre de voyageurs jours passant de 17 000 à 21 000.

Il n'en reste pas moins que si les progrès sont évidents, nous sommes encore loin du compte pour que le train soit un mode de transport « naturel » et facile d'usage. 21 000 voyageurs/jour c'est encore peu car on sait que les Bretons sont parmi les Français qui se déplacent le plus souvent notamment dans le cadre des trajets « domicile travail ». 64,8% des bretons se déplacent en voitures, 2,5 fois par jour en moyenne. (Memento Transport Bretagne édition 2014 de l’Observatoire Régional des Transports de Bretagne ORTB )

Qui plus est l’abandon volontaire et progressif de certaines lignes, la faiblesse ou l’inadaptation de l'offre en nombre de trains et de créneaux horaires ne permettent pas de d’accroître sérieusement le nombre de voyageurs.

Par ailleurs alors que la Région avait fait de la présence humaine dans les gares une de ses priorités de très nombreux postes ont été supprimés par la SNCF, qu'il s'agisse de l'accueil, de la billetterie ou de la sécurité en gare, sans réaction de la région.

Nombre de gares ont été transformés en halte, nombre de guichets ont été fermés. La SNCF se prépare également à fermer ses boutiques à Concarneau, Douarnenez, et Crozon sans que les élus régionaux ne s'en émeuvent

MORALITE : TER IL Y A ENCORE DU PAIN SUR LA PLANCHE !

TGV ? OUI MAIS PAS QUE !

UNE POLITIQUE FERROVIAIRE REGIONALE OUTIL D'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

Tous les efforts semblent désormais consacrés à la réussite du projet de LGV Le Mans Rennes et sa déclinaison régionale qui permettra de relier Paris à Quimper et Paris à Brest en 3h08.

Notons que l’essentiel du gain de temps se concentre sur le trajet Paris Rennes (37 mn).

Le gain entre Rennes et Brest ne sera « que » de 10 mn (gain total 47 mn) au prix d’investissements considérables.

On peut donc craindre à bon droit que, dans la logique qui prévaut aujourd’hui, la réussite de cet objectif se réalise au détriment du maillage régional déjà mal en point.

Mettre 3h pour aller à Paris (à quel tarif d'ailleurs!?) pourquoi pas ! Mais certainement pas au détriment des liaisons intra-régionales et interrégionales qu'il nous faut préserver et développer.

Cette question intéresse à la fois l'aménagement, la revitalisation des territoires, le développement économique durable et la transition écologique.

Il est encore temps d'intervenir et d'infléchir la trajectoire du projet LNOBPL (Liaisons Nouvelles Ouest Bretagne Pays de Loire). La Commission du débat public a demandé un complément des procédures de concertation, reportant de fait les premières esquisses de réalisation. Par ailleurs les modifications internes au secteur ferroviaire et notamment le retour du secteur infrastructure (RFF) dans le giron de la maison mère participent de ce report.

LES BONS BARREAUX À LA BONNE ÉCHELLE

L'essentiel du trafic ferroviaire voyageur (le fret n'existe pratiquement plus en Bretagne) se concentre sur les lignes le long des côtes.

Il existe pourtant 5 barreaux Nord qui irriguent toute la région du Nord au Sud. Tous sont encore en service train totalement ou partiellement :

Brest/Landerneau/Quimper

Paimpol/Charhaix/Rosporden/Concarneau

Saint-Brieuc/Loudéac/Pontivy/Auray

La Brohinière/Ploermel

Saint-Malo/Dol/Rennes/Messac/Redon puis Nantes.

Les élu(e)s régionaux du Front de Gauche exigeront le maintien des lignes, l'amélioration du service rendu et la remise en service des tronçons abandonnés.

Une attention particulière sera portée, en terme de calendrier à la liaison Brest/Landerneau/Quimper pour laquelle un financement de 70 000 000 € a été arraché par la mobilisation des salariés de la SNCF, des habitants et des usager de la ligne et de la Région. Il faudra veiller de près à la réalisation des travaux face à une SNCF prompte à se désengager.

Les élu(e)s FdG seront disponibles et déterminés pour répondre aux revendications portées par les collectifs d'usagers luttant pour la réouverture des lignes supprimées telles la liaison Rennes/Fougères ou l'amélioration des trajets comme Saint-Malo/Dinan.

RECONQUÉRIR LE TRAFIC MARCHANDISE

Il reste sur la région Bretagne 10 à 15 agents affectés au service marchandise ! Ce chiffre parle de lui même. C'est totalement insuffisant !

Lors de travaux menés récemment pour la réfection des infrastructures de voies et la rénovation des gares sur le segment Redon/Quimper nombre d'embranchements fret ont été déferrés. Pour exemples ceux de Quimperlé et Lorient. D'autres l'ont été avant.

De ce point de vue la SNCF pratique la politique de la terre brûlée. Pas de retour en arrière possible. Du moins le croit-elle.

Or moins de train c'est plus de camions sur la route. Tout le monde sait ça !

La Région doit affirmer sa volonté de favoriser les transports propres, le ferroviaire et le maritime.

D'ailleurs l''avenir des ports bretons, régionaux et départementaux est intiment lié à leur raccordement au réseau ferré.

UNE POLITIQUE DES TRANSPORTS FERROVIAIRES INTER RÉGIONALE ET OUVERTE A L'EUROPE

RENFORCER L'ARC ATLANTIQUE

Les Régions de l'arc Atlantique (Bretagne, Pays de Loire, Poitou Charente, Aquitaine) ont le plus grand intérêt stratégique à défendre et à promouvoir l’axe ferroviaire Brest/Toulouse par Quimper et Redon/Nantes/Bordeaux alors que les propositions rampantes de la SNCF sur ces trajets consistent à passer par Paris.

GAGNER LA VOIE FERREE CENTRE EUROPE ATLANTIQUE

Dans le même esprit la Région Bretagne doit se rapprocher des régions Pays de Loire, Centre, Bourgogne Franche Comté pour valider l'hypothèse de la Voie Ferrée Centre Europe Atlantique dédiée au trafic marchandise. Cette ligne peut assurer entre Nantes et Chagny, point de regroupement et d'éclatement, le trafic conteneur en provenance et à destination du Centre Europe, du Sud Est Europe et de la partie sud de l’Allemagne.

Elle doit avoir des prolongements dans la desserte des ports bretons, départementaux et régionaux.

PAS DE TABOUS FISCAUX ET BUDEGETAIRES POUR FAIRE AVANCER LE TRAIN

Alors pas de tabous ! La multi-modalité cohérente des transports passe par une offre ferroviaire voyageurs et marchandises en phase avec les objectifs de la transition écologique et la modernisation économique durable.

Les élu(e)s FdG pèseront pour mettre en œuvre des politiques incitatrices et conditionnelles destinées à accompagner les entreprises choisissant le transport ferroviaire.

Elles et ils promouvront les possibilités d'une fiscalité adaptée prenant en compte l'ensemble des coûts réels externalisés et cachés à la charge de la collectivité.

Elles et ils se mobiliseront pour obtenir de nouveaux financements :

- taxes sur les bénéfices des sociétés d'autoroutes

- création d'un Livret d'épargne pour la modernisation et le développement des infrastructures ferroviaires

- récupération des intérêts de la dette du système ferroviaire français (1,5 milliard d'€) après sa reprise par l'État (la France ne finance que 32 % du ferroviaire contre 50 % en Allemagne ou 90 % en Suède)

DES TRAINS ACCESSIBLES POUR TOUS, UN FRET FERROVIAIRE EFFICACE C'EST

MOINS DE CARS, MOINS DE CAMIONS SUR LES ROUTES : MOINS DE POLLUTION, MOINS DE MACRON !

LES 6 ET 13 DECEMBRE PROCHAIN, ELECTIONS DES CONSEILLERS REGIONAUX

AVEC LE FRONT DE GAUCHE ON SE MELE DE CE QUI NOUS REGARDE

XAVIER COMPAIN SYLVIE LARUE

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 06:40
photo Ouest-France

photo Ouest-France

Par Ouest-France

Vendredi soir, à Quimper, des associations culturelles bretonnes, ont invité des candidats aux élections régionales à s’exprimer sur la question.

Vendredi soir, à Quimper, la fédération d'associations culturelles bretonnes Kevre Breizh a invité cinq candidats aux élections régionales à s’exprimer sur la question de la langue bretonne.

Le Costamoricain René Louail (Europe Écologie-Les Verts) a rappelé l’importance de la pluralité linguistique au sein de la Bretagne : « Le gallo, c’est aussi une chose d’importance. »

Pour Xavier Compain, le candidat du Front de gauche et défenseur d’une liste citoyenne, « il faut reconnaître le breton en France, au même titre que les langues de l’immigration ».

Isabelle le Bal (liste de Marc Le Fur, droite et centre) prône « l’intégration de la langue bretonne à tous les niveaux de l’enseignement, en particulier dans les filières lycéennes professionnelles ». Une initiative partagée par l’ensemble des débatteurs.

Christian Troadec, pour la liste Oui la Bretagne, a vanté le modèle d’enseignement corse imposé à tous les enfants de l’île. Et ambitionne, en Bretagne, d’atteindre « 10 % d’élèves scolarisés en filière bilingue », contre 3 % actuellement.

Paul Molac (liste Le Drian, PS et apparentés), qui a regretté que le débat ne se déroule pas en breton, appelle à « une alliance des acteurs de terrain et des élus » pour une ratification rapide de la charte européenne des langues régionales.

Ce samedi 24 octobre, une manifestation parcourra les rues de Carhaix, à partir de 14 heures, pour défendre les langues régionales. Elle rejoindra l'espace Glenmor et le Salon du livre en Bretagne.

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 06:31

Courage et détermination des 33 députées qui sont entrées au parlement il y a 70 ans

Hier, mercredi 21 octobre 2015 était le 70e anniversaire de l'élection des premières femmes à l'Assemblée Nationale. Nous voulons saluer le courage et la détermination des 33 députées qui sont entrées au parlement, en dépit des résistances, des attaques, des préjugés sexistes et de classe, certaines d’entre elles étant ouvrières ou employées.

Dans l'histoire tumultueuse du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, dans les luttes qui ont graduellement installé le droit de vote et d'éligibilité dans notre pays, les femmes en étaient toujours privées; qu'il fût censitaire ou universel, le suffrage restait masculin. La contestation de cet état de fait, cependant, n'a cessé de grandir. Ainsi, en 1925, le PCF présentait des femmes à des positions éligibles, qui ont siégé jusqu'à l'annulation de leurs élections par les préfets. A l'issue de la seconde guerre mondiale, le combat héroïque des femmes dans la Résistance a rendu cette évolution incontournable ; elles avaient combattu en première ligne pour la démocratie, il n'était plus possible de les en exclure. C'est un communiste, Fernand Grenier, qui porte le coup de grâce à l'exclusion des femmes de la vie politique.

C'est cette exigence de progrès et de conquête qu'il s'agit de remettre au goût du jour. En 2015, le Sénat et l'Assemblée Nationale sont très loin d'être paritaires. Il importe de prolonger le combat mené et gagné en 1945 et de l'achever en permettant aux femmes d'accéder pleinement à la vie démocratique du pays. Là aussi, les obstacles sont immenses, mais ensemble nous pouvons les faire tomber dans la continuité du combat de ces 33 premières députées dont nous sommes les héritiers et les héritières.

Laurence Cohen, Responsable nationale du PCF « Droits des femmes et féminisme »,

Courage et détermination des 33 députées qui sont entrées au Parlement il y a 70 ans
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 06:28

Benyamin Netanyahou s'est livré le hier, devant le 37e Congrès sioniste mondial à Jérusalem à une gravissime déclaration négationniste, visant à exonérer Hitler de ses responsabilités dans le génocide des Juifs. Selon lui, le grand mufti Haj Amin Al-Husseini en aurait été le véritable inspirateur lors d'une rencontre avec Hitler en 1941 alors que le dirigeant nazi, aux dires de Netanyahou « ne voulait pas exterminer les juifs, mais seulement les expulser ».
Cette réécriture ignoble de l'histoire, au mépris de toutes les preuves historiquement établies de l'intention d'extermination des Juifs par le régime nazi, doit être condamnée avec la plus extrême sévérité. Cette déclaration en dit long sur la haine des Palestiniens qui anime à ce point le Premier ministre israélien qu'il en est prêt aux mensonges les plus odieux. Au moment où les thèses racistes de l'extrême-droite progressent à nouveau dans toute l'Europe, cette déclaration est parfaitement irresponsable.

Le gouvernement français et les autorités européennes doivent la condamner sans attendre et cesser leur politique de complaisance à l'égard de ce gouvernement israélien et de sa politique criminelle, qui constitue aujourd'hui le premier des obstacles à tout processus de paix juste et durable en Israël et la Palestine.

Déclaration du PCF, 21 octobre 2015

Netanyahou et Hitler: une réécriture ignoble de l'histoire
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 06:25

Servier condamné : le PCF demande la création d'un pôle public du médicament

La nouvelle est tombée le 22 octobre. Pour la première fois, les Laboratoires Servier sont condamnés pour avoir produit et maintenu un produit « défectueux ». C'est une première étape et une perspective pour les victimes et leurs familles. C'est d'abord à elles et à eux que nous pensons et leur confirmons notre totale solidarité.

Ce jugement confirme qu'il est urgent de faire la transparence dans le monde de l'industrie pharmaceutique. L'opacité sur les financements et les profits, le silence sur les niveaux de toxicité, les choix stratégiques uniquement guidés par le profit financier maximum et immédiat ne peuvent plus durer.

Il est urgent de mettre en place un pôle public du médicament de la recherche, de la production, de la distribution des médicaments. L'affaire Servier donne le signal de la nécessité de ce vrai changement.

Servier condamné: le PCF demande la création d'un pôle public du médicament
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2015 5 23 /10 /octobre /2015 07:43
Des régions et une alimentation justes et durables

►Utiles au quotidien, écologiques, créateurs d'emplois, le transport public ferré devrait être une priorité stratégique du gouvernement et des Régions

► De déréglementations en privatisations, à force de casse du service public, la situation est devenue invivable pour les usagers comme pour les salariés

► Le vote du 6 décembre pour la liste du Front de gauche sera l'occasion de porter des exigences avec les moyens correspondant dans ce domaine aussi

L'alimentation est un enjeu économique, social, un enjeu de santé publique, et un enjeu écologique. L'accès à l'alimentation se caractérise par une inégalité sociale et territoriale très forte. La part du budget consacré à l’alimentation ne cesse de progresser, et plus les ménages sont pauvres, plus cette part est élevée. L'agriculture doit être pensée et appréhendée dans son ensemble : de la juste rémunération des producteurs, en passant par les circuits courts, la relocalisation, le développement de transports durables et l'accès à une alimentation saine pour toutes et tous.

L'accès à une alimentation saine pour toutes et tous

C'est une alimentation respectueuse de l'environnement des producteurs et des consommateurs. Notre modèle agricole, fondé sur la mécanisation, la sélection génétique et les intrants a certes permis une augmentation exceptionnelle des rendements, mais il a surtout permis de dégrader notre terre, de tuer des écosystèmes et d'agresser notre santé.

Une prise de conscience croissante des dangers de l'agriculture industrielle pour les producteurs, les consommateurs et l'environnement d'une manière général, a fait par exemple exploser la demande de produit dits « biologiques ». Mais cette exigence de produits de qualité, répondant à des normes environnementales, au respect des terroirs ou du goût, est aussi l'objet d'une exploitation.

C'est ainsi que le capitalisme vert prospère en faisant des produits biologiques un marqueur social et en entretenant la représentation pour les plus modestes : « le bio, c'est pour les riches ».

Quand nous savons que l’obésité est près de deux fois plus répandue dans les catégories les moins favorisées (16,7 % chez les ouvriers, 16,2 % chez les employés) que dans les catégories plus aisées, il est important d'apporter une réponse publique à toutes et tous sur l'alimentation.

Les circuits-courts

La grande distribution réalise des marges de 30 à 50 % sur les produits frais : ainsi des cerises vendues 5 à 6€ le kg ne rapportent au paysan que 0,90€ qui ne couvrent même pas les charges d'exploitation. Certaines enseignes vont même plus loin en rachetant à vil prix les terres de paysans en faillite pour les exploiter directement avec une main d’œuvre sous-qualifiée et sous-payée.

Pour dénoncer ce fonctionnement injuste pour l'agriculteur comme le consommateur, des associations et entreprises inscrites dans l'économie sociale et solidaire ont développé une offre alternative à la grande distribution ce que l'on appelle des circuits-courts, c'est à dire, un seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur.

► Nous inciterons tous les restaurants collectifs existants sur le périmètre de la Région (lycées, hôpitaux, administrations ou collectivités locales...) à appliquer un cahier des charges d’approvisionnement imposant comme priorité la qualité et le terroir (AOC, AB, labels, savoir faire régionaux, sans OGM...), le bilan carbone des transports et la transparence du prix payé aux producteurs et transformateurs.

Relocaliser la production et la consommation

Relocaliser la production a d’abord un intérêt pour la préservation de l’environnement, car cela permet de réduire l'empreinte carbone quant à l'acheminement des produits de leur lieu de production à leur lieu de distribution. C’est également un intérêt pour l’emploi, car cette disposition permet de favoriser une agriculture qui ne demande qu’à se développer et se diversifier.

► C'est pour cela que nous proposons la création d'aides régionales à l’agriculture pour favoriser l’installation de jeunes agriculteurs, pêcheurs, forestiers mais aussi pour le secteur coopératif, associatif, artisanal de transformation et de commercialisation.

Les liens entre agriculture, alimentation et lutte contre la précarité doivent devenir un axe de réflexion pour les politiques publiques.

Ces liens sont indissociables d'une véritable révolution des modes de production est nécessaire pour passer d’un modèle agricole productiviste à une agriculture agro-écologique, respectueuse de l’environnement et de la santé, contribuant à la lutte contre la pollution et le changement climatique.

Le 6 décembre : Votez Front de gauche !

Des régions et une alimentation justes et durables
Des régions et une alimentation justes et durables
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011