Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 17:03

A lire aussi sur Radio Nord Bretagne, un reportage sur cette action organisée par l'AFPS : 

A lire sur Nord Bretagne:
17 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens17 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens 1017 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens. 14 JPG17 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens. 1117 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens. 13 JPG17 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens. 8 JPG17 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens. 9 JPG17 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens. 3JPG17 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens. 4 JPG17 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens. 6 JPG17 avril Mlx rassemblement prisonniers palestiniens. 12 JPG               Photos Jean-Marc Nayet, 17 avril 2014.
Les militants de l'AFPS ont exigé à l'occasion de cette action la libération de Marwan Barghouti et des autres prisonniers politiques palestiniens retenus par l'Etat d'Israël, au nombre de 5200, dont 200 mineurs. Ils ont aussi popularisé l'action de parrainage de prisonniers palestiniens, pour éviter l'oubli, rappeler aux autorités israéliennes que le monde reste mobilisé sur la question de la violation des droits des palestiniens et partager d'une certaine manière la frustration de ne pouvoir communiquer.
Le même jour, quelques heures plus tard, grâce à une initiative du Front de Gauche et au vote unanime des 8 élus de l'opposition, les élus de la majorité de droite s'étant abstenus, une motion de solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens a pu être acceptée, manifestant aussi notre volonté d'encourager l'Etat français à moins de complaisance vis à vis de la politique d'Israël.
Ouest-france-19.04.14--1-.JPG    
Partager cet article
Repost0
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 15:39
CE SONT CES GENS ... QUI TROUVENT QUE NOUS COÛTONS TROP CHER !!!
 Ils veulent un sous-smic pour les jeunes, bloquent les augmentations de salaires et les pensions de retraites, spéculent sur le chômage qu'ils organisent et parlent de CRISE pour nous faire tenir tranquille... Alors que ce gouvernement lâche encore du lest à Gattaz, le chef des patrons !!!! ... Luttons pour une répartition des richesses équitable.

      Le palmarès 2014 des salaires des patrons

La crise ? Pas pour le CAC 40 ! 
 Si les entreprises se montrent chiches d'augmentations de salaires, nombre de grands patrons ont vu, eux, leur fiche paie grimper en flèche l'an dernier. 
 Le record revient à Thierry Breton, le patron d'Atos, qui a vu bondir ses émoluments de 74,5%, à 4,9 millions d'euros. Ceux de Nonce Paolini, à la tête de TF1, ont progressé de 40,4%, à 2,1 millions d'euros, comme le montre notre classement des salaires des grands patrons ci-dessous.

Pour réaliser ce palmarès, nous suivons les publications des documents de références des 120 plus grandes sociétés cotées à la Bourse de Paris et épluchons les rémunérations de leurs dirigeants. Pour cela, nous prenons en compte le salaire fixe, le variable, les extras (jetons de présence, avantages en nature, voire certaines rémunérations complémentaires comme des primes exceptionnelles). Ce à quoi nous additionnons les stock-options et actions gratuites attribuées au titre de l'année 2013 (ou de l'exercice 2012-2013 pour les firmes publiant leurs comptes de manière décalée).

  A l'heure où nous publions la première mouture de notre classement, le P-DG le mieux payé est Christopher Viehbacher, à la tête du groupe pharmaceutique Sanofi, avec 8,6 millions d'euros (+15,6% sur un an), dont plus de la moitié en actions et stock-options. L'équivalent de… 500 années de Smic ! Il devance de peu Jean-Paul Agon, le P-DG de L'Oréal et ses 8,5 millions d'euros (+8,9%). Bernard Arnault, le boss du géant du luxe LVMH, a récolté de son côté un peu plus de 8 millions et complète le podium (-16,1%).

  Dans les entreprises où l'Etat est actionnaire, on est loin des 450.000 euros annuels imposés aux patrons du secteur public. Carlos Ghosn, aux commandes de Renault, par exemple, a certes vu sa rémunération glisser de plus de 20%, mais celle-ci s'affiche tout de même à 2,7 millions d'euros. Et encore, ce montant ne prend pas en compte les émoluments versés par le japonais Nissan, dont il est aussi le patron. En 2012, la firme nippone l'avait gratifié de près de 9 millions d'euros. Pas mal pour un secteur à la peine…

  A noter : il est possible de trier ces données. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur le titre de chaque colonne (Dirigeant, Entreprise, Rémunération totale, Fixe + Variable + Extras, Actions/Stock-Options).

Le palmarès 2014 des salaires des grands patrons :
Affichage des lignes 1 à 25 sur 42

(1) Exercice clos le 30 juin 2013
(2) Exercice clos le 31 mars 2013
(3) Les cases vides correspondent à des patrons nommés ou partis au cours de l'année 2012 ou 2013, dont l'évolution de la rémunération n'est pas pertinente.

Thomas Le Bars

© Capital.fr
Les augmentations de salaires seront médiocres en 2014

Les salariés ne doivent pas s'attendre à des augmentations phénoménales de leur fiche de paie cette année. Vu la faiblesse de la croissance, la plupart des entreprises françaises vont se montrer encore plus chiche qu'en 2013, si l'on se fie aux prévisions des différents cabinets spécialisés dans le conseil en ressources humaines, publiées ces derniers jours.

Ainsi, la moitié des 350 sociétés interrogées par Altedia ont revu à la baisse leur enveloppe dédiée aux revalorisations salariales, contre seulement 16% l'ayant augmenté. Au final, les augmentations ne devraient pas dépasser 2% en moyenne, voire 1,5% dans le seul secteur de la logistique et du transport, d'après ce cabinet.

Même son de cloche chez Hay Group, qui prévoit lui aussi des hausses de l'ordre de 2%. Cela représenterait un net ralentissement par rapport à 2013, alors que les revalorisations avaient déjà été médiocres l'an dernier, entre 2,3% (pour les cadres dirigeants et les non-cadres) et 2,4% (pour les cadres).

Aon Hewitt, de son côté, est un peu petit peu plus optimiste, avec une hausse moyenne de 2,5% cette année. Néanmoins, le cabinet a révisé en baisse son estimation, qui était de +2,8% en août dernier. Un recul lié au fait que l'inflation a été bien moins importante que prévu (0,9% sur l'ensemble de l'année, contre 1,8% anticipé dans le cadre du projet de loi de finances 2013).

Dans tous les cas, comptez davantage sur une augmentation individuelle que sur une revalorisation générale. Les entreprises privilégient en effet de plus en plus ces récompenses au cas par cas, en particulier pour les cadres et les cadres dirigeants. Un moyen de récompenser et fidéliser leurs meilleurs éléments sans pour autant faire bondir la masse salariale.

© Capital.fr
Dirigeant Entreprise Rémunération Totale Dont Fixe + Variable + Extras Dont Actions/Stocks-options Evolution sur un an (3)
Viehbacher Christopher Sanofi 8 648 326 € 2 964 976 € 5 683 350 € 15,6%
Agon Jean-Paul L'Oréal 8 517 300 € 4 022 500 € 4 494 800 € 8,9%
Arnault Bernard LVMH 8 070 873 € 3 575 539 € 4 495 334 € -16,1%
Castries (de) Henri Axa 5 323 146 € 3 538 114 € 1 785 032 € 12,5%
Margerie (de) Christophe Total 5 273 592 € 3 543 672 € 1 729 920 € 7,3%
Kessler Denis Scor 5 134 250 € 2 562 500 € 2 571 750 € 10,4%
Breton Thierry Atos 4 941 034 € 2 690 261 € 2 250 773 € 74,5%
Tricoire Jean-Pascal Schneider Electric 4 716 500 € 2 377 100 € 2 339 400 € 14,7%
Hennequin Denis (parti le 23/04/13) Accor 4 690 803 € 4 268 803 € 422 000 €
Potier Benoît Air Liquide 4 559 800 € 2 602 800 € 1 957 000 € 3,6%
Riboud Franck Danone 4 375 058 € 2 492 645 € 1 882 413 € -19,2%
Pilenko Thierry Technip 4 032 246 € 1 765 341 € 2 266 905 € -15,9%
Chalendar (de) Pierre-André Saint-Gobain 3 729 912 € 2 017 412 € 1 712 500 € 14,0%
Oudéa Frédéric Société générale 3 675 745 € 2 711 995 € 963 750 € 9,5%
Hermelin Paul (nommé le 24/05/12) Capgemini 3 512 285 € 2 606 500 € 905 785 €
Bonnafé Jean-Laurent BNP Paribas 3 440 375 € 3 440 375 € 0 € 8,1%
Lafont Bruno Lafarge 3 210 000 € 1 890 000 € 1 320 000 € -13,7%
Sagnières Hubert Essilor 3 176 205 € 1 655 205 € 1 521 000 € 5,7%
Aschenbroich Jacques Valeo 3 031 740 € 2 131 740 € 900 000 €
Combes Michel (nommé le 01/04/13) Alcatel-Lucent 2 884 100 € 1 516 500 € 1 367 600 €
Mestrallet Gérard GDF Suez 2 849 533 € 2 219 533 € 630 000 € -5,2%
Ghosn Carlos Renault 2 723 262 € 2 723 262 € 0 € -21,7%
Cuvillier Christophe (nommé le 25/04/13) Unibail-Rodamco 2 337 290 € 1 844 275 € 493 015 €
Charlès Bernard Dassault Systèmes 2 235 684 € 2 235 684 € 0 € 3,1%
Chifflet Jean-Paul Crédit agricole 2 140 439 € 2 140 439 € 0 € 38,8%
Partager cet article
Repost0
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 15:37

Les élections européennes c'est parti !

Pour la "région" grand ouest la liste sera conduite par Myriam Martin Invitée dans le cadre d'un débat sur le Grand Marché Transatlantique à Concarneau, elle passera la journée à Brest ce vendredi 25 avril

Elle tiendra une conférence de presse à 11 heures salle Gaston Tessier, rue Fonferrier, près de l’hôpital des armées. Pour toutes celles et ceux qui le souhaitent, rendez-vous dès 10 heures dans cette salle pour une rencontre avec notre candidate D'autres initiatives auront lieu le même jour.

 

Myriam Martin

Partager cet article
Repost0
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 06:26

rassemblement-12-avril-Morlaix.JPG                                         Rassemblement contre l'austérité à Morlaix - Samedi 12 avril 2014

 

Les objectifs de Manuel Valls: trouver à faire 50 milliards d'économie sur les services publics et la solidarité pour financer 50 milliards de cadeaux au patronat et soi-disant baisser le niveau de la dette et du chômage... On sait que ça ne marche pas, mais tant pis, il y a des appétits financiers à satisfaire pour les amis du monde de la finance qui nous gouvernent. 

 

D'ici 2017, 11 milliards de baisse des dépenses de protection sociale par le gel des prestations sociales famille, logement, invalidité. Faut-il rappeler qu'il y a 3,5 millions de mal logés en France, que les profits locatifs ont augmenté de 70% depuis 10 ans, que les expulsions ont été multipliées par deux entre 1998 et 2012? 

 

Baisse des salaires des 5,2 millions de fonctionnaires par le gel du point d'indice qui décroche par rapport à l'inflation. Suppression annoncée de dizaine de milliers de postes pour économiser 18 milliards sur les dépenses de l'ETAT. 

 

11 milliards de dotations retirées aux collectivités locales

 

10 milliards d'économies réalisés sur l'assurance maladie: des malades moins bien pris en charge, une santé de plus en plus inégalitaire. 

 

Tout cela n'est pas inexorable. Ce gouvernement et cette présidence "durs avec les faibles et faibles avec les forts" (Thierry Lepaon) sont également faibles politiquement car leur politique n'a guère de légitimité aux yeux des citoyens: elle ne s'appuie sur aucun mandat confié par le peuple.

Révoltons-nous contre cette politique pro-capitaliste qui remet en cause des conquêtes sociales fondamentales. Ouvrons le grand chantier du changement à gauche par un mouvement social d'ampleur! 

 

Dans la fonction publique, une journée de mobilisation est déjà prévue le 15 mai. 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 06:22

Présentation du débat du 24 avril par la CGT: 

 

Depuis maintenant plusieurs mois, voir années, la filière avicole est au cœur d’une crise. La filière export, celle qui a les plus grandes concentrations de salariés, subit de plein fouet la baisse, puis la disparition des restitutions européennes. Ces aides devaient compenser la disparité des valeurs monétaires pour permettre l’achat de poulet à des prix compétitifs. 

Dans ce secteur particulier, la France et le Brésil sont, essentiellement, en concurrence. La fin des restitutions était annoncée depuis plusieurs années. Pourtant la direction de deux principaux exploitants, Doux et Tilly Sabco, n’ont pas pris les dispositions pour anticiper cette situation. 

Près de 3000 salariés directs sont concernés. En 2006, les pouvoirs publics sont intervenus, lors de la grippe aviaire, pour tenter d’orienter cette filière vers des diversifications. Nous voyons aujourd’hui où nous en sommes. 

Par le Pacte d’Avenir, des aides supplémentaires ont été attribuées à la filière pour la remettre à flot et trouver des solutions. 

Tous les mois, c’est le même refrain qui revient chez Tilly, s’il n’y a pas de ressources financières, ce sont les payes qui ne seront pas versées, voir le dépôt de bilan annoncé. Ce perpétuel chantage, en période d’activité réduite, fragilise les salariés qui n’ont plus aucune perspective. 

Les pouvoirs publics sont mis à contribution sans aucune garantie pour le maintien de l’emploi et de l’activité. Cette situation devient intenable et nécessite des prises de décisions qui maintiennent une activité industrielle et les emplois. 

Les politiques publiques, pour être efficaces doivent être réfléchies et anticipées. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, et la direction de Tilly s’en sert particulièrement. 

Le syndicat Cgt de l’entreprise, confronté à cette réalité, entend ne pas baisser les bras en recherchant toutes les solutions possibles pour rassurer les salariés et obtenir des engagements de la direction sur ses intentions pour pérenniser une activité durable sur le site de Guerlesquin. 

Pour permettre de mesurer les enjeux, les difficultés et les potentialités, la Cgt organise un débat avec les acteurs économiques et sociaux concernés le jeudi 24 avril à 20h00 à Guerlesquin. 

Deux tables rondes sont prévues : la première sur l’avenir de l’activité économique en lien avec les politiques publiques, la seconde sur les perspectives pour les salariés. 

Partager cet article
Repost0
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 06:14
Aquilino Morelle... avec un nom comme ça, on croyait que c'était un compagnon du sous-commandant Marcos infiltré à Solferino... Mais non!  
Après le train de vie de Cambadélis et de Strauss-Kahn et les emplois fictifs des collaborateurs financés par la MNEF, les montres mirobolantes de Julien Dray, les chaussures de divas de Roland Dumas, les comptes cachés de Jerôme Cahuzac, voici un nouveau Golden Boy du Parti Socialiste pris la main dans le sac...  Un article de lecture réjouissante, vous allez voir...   
Aquilino Morelle. © (dr)A-t-il l’image d’un médecin intègre, adversaire de l’industrie pharmaceutique depuis son rapport sur le Mediator ? Mediapart a découvert qu’il avait travaillé en cachette pour des laboratoires pharmaceutiques, y compris à une époque où il était censé les contrôler. A-t-il la réputation d’être solidement ancré à gauche ? Il se comporte comme un « petit marquis » au Palais où il abuse des privilèges de la République. Est-il connu pour sa plume aiguisée ? Il a longtemps fait écrire ses discours par d’autres. Aquilino Morelle, conseiller politique du président et nouvel homme fort de l'Élysée, a beaucoup menti. 
A la une de Mediapart, le site d'investigation indépendant : www.mediapart.fr
Partager cet article
Repost0
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 05:46

Les manifestations prévues sur le département normalement à 11h00

 

Brest

Quimper

Morlaix

Quimperlé

Châteaulin

Carhaix

 

Manif 1er mai 2012 (12)                                       Morlaix, 1er Mai 2012

 

Tract CGT de la Manifestation de Brest

 

L'austérité, le pacte de responsabilité: c'est Non! 

 

"Zéro cotisation sur le SMIC = une escroquerie" 

 

"Zéro charge" est la revendication du Medef depuis fort longtemps. Le gouvernement Valls y répond: sur le Smic, il supprime toutes les "charges". C'est un cadeau pour le patronat de 2000 euros par an et par salarié et un encouragement à payer les travailleurs au SMIC. 

 

A ce cadeau s'ajoutent la diminution des cotisations sociales familiales sur les salaires jusqu'à 3,5 fois le SMIC, la suppression d'une contribution payée par les entreprises d'un montant de 6 milliards, la baisse de l'impôt sur les sociétés et les 20 milliards de crédit compétitivité emploi. Au total, le gouvernement offre 38 milliards au patronat. 

 

Le gouvernement annonce que le SMIC net augmentera au 1er janvier de 1,36€ par jour: c'est dérisoire! Mais il s'agit d'une escroquerie car l'augmentation du salaire net sera obtenue en baissant les cotisations salariales. Ce sera autant d'argent en moins qui financera les prestations maladie, chômage, famille ou logement.

 

Comment ces prestations seront-elles payées demain si l'argent des cotisations patronales et salariales ne rentre plus dans les caisses? Le gouvernement ne le dit pas.

 

Il n'y a pas besoin d'être expert pour comprendre que bientôt le gouvernement et le Medef nous diront que la Sécurité Sociale n'a plus d'argent et qu'elle ne peut plus verser ce qu'elle payait auparavant. 

 

Le Capital coûte cher, pas le Travail! 

 

Le coût du travail, les cotisations sociales, le niveau du Smic sont de faux débats. 

Cela fait presque 30 ans qu'on nous dit qu'il faut baisser le coût du travail. 

Aujourd'hui les mesures d'exonérations sociales et fiscales en faveur des entreprises sont de 200 milliards par an. 

200 milliards offerts au patronat sans qu'il n'ait jamais de comptes à rendre, c'est 10 fois le déficit annuel des régimes de retraite, c'est 30 fois le déficit annuel de la Caisse nationale d'assurance maladie. Et cela ne marche pas. 

 

Non seulement ces cadeaux successifs n'ont pas permis d'enrayer le chômage massif, mais cela a contribué à créer le déficit public!  

Partager cet article
Repost0
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 05:43
Avec M. Valls, c’est plus d’austérité !
vallser-600x250-2

Rome, Athènes, Madrid, Lisbonne, Bruxelles, autant de capitales qui ont vu, à l’appel de la Confédération syndicale européenne, d’immenses foules manifester et  marcher pour qu’enfin on sorte de l’austérité et pour un autre partage des richesses.

 

A Paris et dans quelques autres villes, samedi dernier, comme une réplique du scrutin municipal et en opposition au discours de politique générale du Premier ministre, une marche, rassemblant pour la première fois la gauche politique de transformation, dont les forces du Front de gauche et le Nouveau parti anticapitaliste, des associations féministes, de droit au logement, des sans-papiers ou des syndicats de salariés, d’enseignants, des élus socialistes et écologistes, a vu des dizaine de milliers de participants se donner la main pour clamer la demande d’égalité, de justice et de valorisation du travail qui parcourt le pays. Un premier pas important, réduisant l’écart existant dans certains débats entre les acteurs politiques, syndicaux ou sociaux était franchi. Certes, des efforts restent à accomplir, des obstacles à surmonter pour constituer un véritable Front populaire d’un type nouveau. Mais aujourd’hui, le réussir apparait moins utopique qu’hier. Même si les résultats des élections municipales n’en rendent pas compte, le refus de l’accaparement des richesses mondiales par une minorité de soixante-sept familles à l’échelle mondiale est de plus en plus rejeté. Ce système est injuste, inefficace et sera de plus en plus invivable socialement et écologiquement. D’ailleurs, de partout, d’officielles paroles, comme au Fonds monétaire international et même à la Banque centrale européenne, commencent à s’inquiéter et reconnaissent, à voix basse pour le moment, que l’austérité c’est l’impasse. Le pouvoir Hollande-Valls aurait pu profiter de ces nouvelles études et du rejet de l’austérité et du chômage par les électrices et électeurs pour relancer un débat public sur les autres choix possibles, combinant progrès de la justice sociale, fiscale, réduction du chômage, efficacité économique et environnementale. Au lieu de cela, le Premier ministre et le Président de la République ont choisi la méthode autoritaire et austéritaire, mettant au pas le groupe socialiste et une partie du groupe écologique au Parlement, nommant à l’Elysée, un ancien ministre des affaires européennes de N. Sarkozy, qui coiffe l’ancien secrétaire du Parti socialiste qui occupe un strapontin pour les affaires européennes, tandis qu’on parle de nommer l’ancien ministre de l’économie à la Commission de Bruxelles.

 

Le dispositif général vise donc à adapter notre pays, ses institutions, son économie, son droit social, aux canons de l’Europe ultralibérale pour mieux satisfaire les demandes du grand patronat et des marchés financiers. Nombreux sont sans doute celles et ceux qui en déclarant faire confiance au nouveau Premier ministre, ne mesurent pas les conséquences des annonces faites lors de la déclaration de politique générale. Elles se résument ainsi : pluie de cadeaux au grand patronat et ceinture pour les travailleurs, les étudiants, les services publics. Au fameux pacte dit de « responsabilité », de plus de 30 milliards d’euros, s’ajoutera la suppression des cotisations patronales pour les emplois rémunérés au SMIC, la baisse des cotisations sociales patronales de la branche famille sur la majorité des emplois payés jusqu’à 3,5 fois le SMIC, 12 milliards d’euros de baisse d’impôt sur les sociétés et de la  contribution sociale de solidarité. Ainsi, les sociétés les plus importantes bénéficient d’un nouveau cadeau de 42 milliards par an. Et les prétendues aides promises aux salariés n’en sont pas puisque M. Valls leur donne leur propre argent, en abaissant le niveau du salaire brut, en réduisant une partie des cotisations sociales des salaires ce qui hypothèque l’avenir de la protection sociale et du système de retraite. En même temps, c’est le patrimoine commun de tous nos concitoyens qui est attaqué dans ses fondements. Plus de cinquante milliards d’euros de coupe budgétaire, dont 19 milliards dans les services publics de la Nation, 10 milliards dans l’assurance maladie, 10 milliards enlevés aux collectivités locales. Autant de ponctions qui vont considérablement réduire l’activité du pays et faire progresser d’autant le chômage. A ceci s’ajoute la mise en cause arbitraire, sans consultation de nos concitoyens, de toute l’organisation territoriale avec la suppression des départements et des régions, au nom d’une organisation coïncidant avec les directives impulsées par les institutions européennes contre la démocratie locale et les services publics de proximité.

 

Ces orientations sur d’une extrême gravité. La plupart des organisations syndicales les contestent au nom de la justice et de l’efficacité et organiseront dans les semaines à venir des journées d’action unitaire dont celle du 1er mai. Nombreux sont les électrices et électeurs socialistes ou écologistes, jusqu’à une partie de leurs élus et parlementaires, qui appellent à sortir de cette logique qui ne fait qu’alimenter les rapaces de la finance contre le travail.

 

Cette majorité qui proteste et qui manifeste pourra, le 25 mai prochain, peser sur le cours des choses en rejetant l’austérité en France et en Europe et en se prononçant pour la refondation de la construction de cette dernière, grâce au bulletin de vote du Front de gauche à l’occasion des élections européennes. Voilà qui comptera !

 

Patrick Le Hyaric

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 14:12

Déclaration de Myriam Martin, tête de la liste Front de gauche dans le Grand Ouest.


Seita à Carquefou : fermeture et délocalisation pour les profits. 

La Seita à Carquefou, dans la banlieue de Nantes, c'est 327 salariéEs dont un certain nombre vienne des usines de Strasbourg et de Metz, fermées en 2008, quand Imperial Tobacco a racheté Altadis.

Le même cauchemar se répète : la direction, à l'occasion d'un comité central d'entreprise aujourd'hui 15 avril, a confirmé la fermeture de l'usine de Carquefou.

La production va être délocalisée en Pologne.

Au 327 suppressions d'emplois supprimés à Carquefou s'en ajoutent trente autres du centre de recherche de Bergerac en Dordogne.

Cette fermeture n'a rien à voir avec la santé conséquence du tabagisme.

Elle est uniquement causée par la recherche du profit.

Imperial Tobacco a engagé un plan d'économies de 385 millions d'euros d'ici 2018 et entend en même temps maintenir ses profits. 
La marge bénéficiaire du groupe reste à un haut niveau et les dividendes versés aux actionnaires en 2013-2014 ont augmenté de 10%.

Menant la liste du Front de gauche pour les élections européennes dans la circonscription du Grand ouest, je dénonce le silence du gouvernement face à cette délocalisation et j'apporte tout mon soutien et ma solidarité aux salariéEs qui ne veulent pas être victimes de la rapacité patronale. 

 

Myriam Martin

Partager cet article
Repost0
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 13:37
fête du 1er Mai 2013 OF 013
Depuis 50 ans la section PCF (membre du Front de Gauche) organise une fête le 1ermai.
Cette fête c’est d’abord un moyen d’expression en direction de la population, une offre de rencontre autour du PCF mais aussi du Front de Gauche pour toutes les personnes qui veulent lutter pour une société plus juste et solidaire.
Le jeudi 1er mai 2014 nous organiserons donc notre 50ème fête du Viaduc.
Elle se place juste après les élections municipales (souvenons nous du bon score obtenu par le Front de Gauche sur la ville de Morlaix et de la campagne active qui y a été menée) et juste avant les élections européennes. Pour toutes ces raisons, nous avons l’ambition de lui donner un relief particulier : présence d’un responsable national PCF ou/et présence d’un candidat PCF aux élections européennes sur la liste du Front de Gauche ; partie artistique plus conséquente et plus visible (une scène spéciale sera montée à cette occasion) ; …
Elle se tiendra Place Allende suivant le programme suivant :
  • 12 h 15 : inauguration de la fête par Ismaël DUPONT ; apéritif animé par Claude BONNARD et son orgue de barbarie.
  • 12 h 45 : restaurant
  • 13 h 45 : « Célestino Lopez », le batteur aux mains d’or.
  • 15 h : meeting suivi par des discussions
  • 16 h 15 : « VODOO REVIVAL » [Groupe de compos et reprises 60 / 70. rock, reggae, blues, funk … composé de NELLY au chant, TCHAK : guitare/chant (Chihuahua, Assez), ERIC CATFISH : guitare/chant (Blues train, Escalier C), OLIVIER à la basse (Carbon, Mescan ) et YO à la batterie (the dirts )].
  • Tout au long de l’après-midi de nombreux stands seront ouverts (dont un stand du Front de Gauche du Pays de Morlaix).


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011