Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 17:17
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 08:30
Michel Tournier: un écrivain devenu de son vivant un classique (PCF)

Michel Tournier : « Un écrivain devenu de son vivant un classique »

Michel Tournier a rejoint les limbes, retrouvant Vendredi sur les rives de Speranza, l’île de l’Homme apaisé et réconcilié avec lui-même comme avec les mythes et tourments de l’humanité toute entière.

« Un grand auteur est celui dont on entend et reconnait la voix dès qu’on ouvre l’un de ses livres. Il a réussi à fondre la parole et l’écriture. » Michel Tournier exprimait ainsi, dans Le Miroir des idées, sa définition d’un grand écrivain. Au lendemain de sa mort, à 91 ans, et à la lecture de son œuvre romanesque si singulière on peut dire que Michel Tournier a réussi à incarner au mieux cette définition. Il compte parmi les écrivains les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle, devenu de son vivant un classique étudié tant à l’université que par les collégiens pour lesquels il créa en 1971 Vendredi ou la vie Sauvage adapté de son premier roman et premier succès Vendredi et les limbes du Pacifique (1967).

Michel Tournier fut cependant un romancier et conteur tardif. C’est dans un second temps, à 42 ans qu’il publia Vendredi, après avoir étudié la philosophie, traduit des textes allemands en fin germaniste qu’il était, travaillé comme attaché de presse, éditeur et homme de radio. Après ce bestseller, il se consacra principalement à l’écriture notamment avec cet autre roman majeur Le Roi des Aulnes qui obtint en 1970 le prix Goncourt à l’exceptionnelle unanimité. Cette histoire terrible et métaphorique d’un ogre qui fait basculer la Prusse orientale et le monde dans le sang et la guerre a été adaptée au cinéma par Volker Schloendorff.

Il est mort à Choisel là où il vivait depuis cinquante ans en homme apaisé. Il s’est endormi sans plus retrouver « cet espèce d’ahurissement dans lequel nous nous réveillons chaque matin » (Vendredi ou les limbes du Pacifique). Le PCF salue sa mémoire et son œuvre.

Le Roi des Aulnes est un pur chef d'oeuvre, un de ces livres qui résume sous une forme fabuleuse et métaphorique d'une poésie échevelée la folie d'une époque, celle du nazisme et du massacre des Innocents qu'a été la seconde guerre mondiale. Un de ses livres qui marque à vie, qui élargit notre sensibilité et notre imaginaire, à l'ouvrant en l'occurrence, à la manière d'un Hugo ou d'un Faulkner, au point de vue de le la jeunesse d'esprit ou de la folie sur la cruauté humaine.

La première page du Roi des Aulnes est déjà en elle-même un morceau d'anthologie;

"3 janvier 1938. Tu es un ogre, me disait parfois Rachel. Un Ogre? C'est à dire un monstre féérique, émergeant de la nuit des temps? Je crois, oui, à ma nature féérique, je veux dire à cette connivence secrète qui mêle en profondeur mon aventure personnelle au cours des choses, et lui permet de l'incliner dans son sens. Je crois aussi que je suis ici de la nuit des temps. J'ai toujours été scandalisé de la légèreté des hommes qui s'inquiètent passionnément de ce qui les attend après leur mort, et se soucient comme d'une guigne de ce qu'il en était d'eux avant leur naissance. L'en deçà vaut bien l'au-delà, d'autant qu'il en détient probablement la clé. Or moi, j'étais là déjà, il y a mille ans, il y a cent mille ans. Quand la terre n'était encore qu'une boule de feu tournoyant dans un ciel d'hélium, l'âme qui la faisait flamber, qui la faisait tourner, c'était la mienne. Et d'ailleurs l'antiquité vertigineuse de mes origines suffit à expliquer mon pouvoir surnaturel: l'être et moi, nous cheminons depuis si longtemps côte à côte, nous sommes de si anciens compagnons que, sans nous affectionner particulièrement, mais en vertu d'une accoutumance réciproque, aussi vieille que le monde, nous nous comprenons, nous n'avons rien à nous refuser.

Quant à la monstruosité...

Et d'abord qu'est-ce qu'un monstre? L'étymologie réserve déjà une surprise un peu effrayante: monstre vient de montrer. Le monstre est ce que l'on montre - du doigt, dans les fêtes foraines, etc. Et donc plus un être est monstrueux, plus il doit être exhibé. Voilà qui me fait dresser le poil, à moi qui ne peux vivre que dans l'obscurité et qui suis convaincu que la foule de mes semblables ne me laisse vivre qu'en vertu d'un malentendu, parce qu'elle m'ignore.

Pour n'être pas un monstre, il faut être semblable à ses semblables, être conforme à l'espèce, ou encore être à l'image de ses parents. Ou alors avoir une progéniture qui fait de vous dès lors le premier chaînon d'une espèce nouvelle. Car les monstres ne se reproduisent pas. Les veaux à six pattes ne sont pas viables. Le mulet et le bardot naissent stériles, comme si la nature voulait couper court à une expérience qu'elle juge déraisonnable. Et là je retrouve mon éternité, car elle me tient lieu à la fois de parents et de progéniture. Vieux comme le monde, immortel comme lui, je ne puis avoir qu'un père et une mère putatifs, et des enfants d'adoption.

...

Je relis ces lignes. Je m'appelle Abel Tiffauges, je tiens un garage place de la Porte-des-Ternes, et je ne suis pas fou. Et pourtant ce que je viens d'écrire doit être envisagé avec un sérieux total...".

Cette réflexion sur la fragilité et l'essence de l'humanité, dans une écriture à la fois savante, érudite, belle et accessible, Michel Tournier l'avait engagée dans le mémorable Vendredi ou les limbes du Pacifique, souvent bien plus profond qu'un essai de philosophie, et qui ouvre des interrogations vertigineuses comme Le Roi des Aulnes.

Michel Tournier, nous vous saluons fraternellement et nous vous sommes reconnaissants pour toutes les émotions littéraires et humaines fortes que vous avez fait naître en nous, pour les nouvelles perspectives que vous avez ouvertes sur l'homme, l'existence et sur votre temps. Vous étiez un contemporain capital, un homme discret, modeste et profond, et vous laisserez très certainement une trace très forte dans la littérature.

Ismaël Dupont.

Michel Tournier: un écrivain devenu de son vivant un classique (PCF)
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 06:59
Le Front de Gauche Plougonven organise une réunion publique pour discuter et rejeter le plan de fermeture des décheteries à l'échelle de Morlaix Communauté: Jeudi 21 janvier à la salle de Saint-Eutrope, 18h

Des décheteries communautaires de Morlaix Communauté emploient 16 agents: elles sont situées à Taulé, Saint-Thégonnec, Lanmeur, Plougonven, Morlaix, Saint-Martin, Plounéour-Ménez (plate-forme déchets verts), Pleyber-Christ, Plourin, Guerlesquin (plate-forme déchets verts).

En tant que membre de la Commission Environnement volontaire pour participer à ce groupe de travail, j'ai participé au printemps à trois réunions de groupe de travail sur la réorganisation et rénovation des décheteries rendue obligatoire par les nouvelles normes réglementaires pouvant conduire à la fermeture de certaines décheteries actuelles, pourtant construites dans un passé récent et à prix fort.

Les débats, conduits par le rapport d'un bureau d'étude sur l'état des décheteries communautaires, ont été intéressants, mais curieusement, dans le compte rendu du résultat de ces débats qui a été fait en Commission Environnement en avril 2015, on a prétendu que le groupe de travail avait déjà trouvé un consensus sur la fermeture d'un certain nombre de sites, là où il n'y avait eu que des échanges libres et contradictoires sans préconisations soumises à avis.

Depuis 6 mois, les discussions se mènent en bureau exécutif de Morlaix Communauté et en bureau des maires et non de manière publique pour savoir quelles décheteries seront fermées, lesquelles on rénovera, où on en bâtira.

La réflexion collective de se fait pas en assemblée, au vu et au su de tous, en Conseil Communautaire ou en Commission Environnement, mais dans des tractations sur lequel nous n'avons pas en tant qu'élus communautaires de droit de regard et d'intervention.

Les décheteries de Saint Thégonnec, Pleyber-Christ, Guerlesquin, Plougonven, Plounéour-Ménez semblent condamnées.

Une nouvelle décheterie pourrait être créée à Plouigneau, et une nouvelle plateforme de compostage des déchets verts s'impose à Morlaix, la plateforme du Pillodeyer n'étant pas aux normes et posant des problèmes de sécurité et environnementaux.

Il semblerait que le plan de réorganisation des décheteries dans son état actuel implique un coût de 7 millions d'euros pour les habitants des 27 communes de Morlaix Communauté, incluant le démontage de décheteries ne datant pas de plus de 15 ans, avec pourtant un service de proximité moindre et peut-être même des restrictions à l'accès des décheteries.

Cela pose question. Les citoyens doivent s'emparer de cette question qui les concerne. C'est pourquoi Martine Carn et le groupe Front de Gauche de Plougonven organisent une réunion publique ouverte à tous sur le plan de réorganisation des décheteries pour en discuter avec les citoyens, qui ne doivent pas être tenus à l'écart du débat.

Venez nombreux à Saint-Eutrope Jeudi 21 janvier à 18h pour cette réunion publique sur les décheteries communautaires.

Ismaël Dupont

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 06:40
Le Télégramme, Morlaix - le 19 janvier 2016

Le Télégramme, Morlaix - le 19 janvier 2016

Le PCF du pays de Morlaix soutient l'action des facteurs qui sont soumis à une pression intenable du fait du non remplacement des arrêts maladie et autres arrêts et dont les heures supplémentaires tardent à être payées. Il dénonce les plans de réorganisation continuels à la poste au nom de la profitabilité pour l'actionnaire, au détriment des personnels et des usagers de ce service public qui est désormais complètement phagocyté par des logiques d'entreprise lucrative, avec, cette fois-ci notamment, le regroupement annoncé du centre de distribution de Guerlesquin sur celui de Plougonven et la fermeture possible du centre de distribution de Lanmeur. A chaque fois, la destruction des postes est le but, et le transfert des charges financières des bureaux de poste vers les municipalités, la réduction des horaires d'ouverture, manifeste aussi l'abandon de l'ambition de service public d'intérêt général à la La Poste. Le travail des salariés de la poste, dans ces conditions où ont leur demandent une productivité accrue et une diversification des tâches tout en supprimant du personnel, est de plus en plus pénible, d'autant qu'il heurte la déontologie souvent de salariés qui ont une culture de service public, et cette pénibilité n'est pas reconnue. Le mal-être au travail va crescendo. Le dialogue social est grippé.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 05:34

Boycott : Valls défenseur inconditionnel de l’apartheid israélien

http://www.france-palestine.org/Boycott-Valls-defenseur-inconditionnel-de-l-apartheid-israelien

Toujours plus, tel est le principe qui guide désormais le Premier ministre dès lors qu’il s’agit de répondre à une demande des soutiens inconditionnels de la politique israélienne.

Devant « Les amis du CRIF », il vient ainsi de déclarer à propos des appels au boycott : « Je pense que les pouvoirs publics doivent changer d’attitude vis-à-vis de ce type de manifestations », et ajouté « Je pense que nous allons prendre des dispositifs – mais toujours dans l’Etat de droit – qui doivent montrer que ça suffit, et qu’on ne peut pas tout se permettre dans notre pays. » !!! Propos nauséabonds et dangereux.

Ce faisant, il a délibérément décidé d’instrumentaliser l’antisémitisme, bien réel mais que nous combattons sans faiblesse, et de reprendre à son compte les thèses odieuses assimilant toute mise en cause de la politique d’Israël à de l’antisémitisme.

Ce qui serait consternant chez un commentateur est une faute gravissime pour un Premier ministre qui accepte, pour des raisons politiciennes à courte vue, de se transformer en porte-parole des officines vouées à la défense et à la promotion de la politique la plus extrémiste et raciste jamais mise en œuvre en Israël.

Non, ces déclarations, ces effets de tribune et coups de mentons bravaches ne nous feront pas taire. La campagne pour le Boycott, le Désinvestissement, les Sanctions (BDS) n’est pas une campagne française. C’est une campagne internationale lancée depuis 10 ans à l’appel de la société civile palestinienne et ce sont les succès qu’elle remporte, en France notamment avec les exemples de Veolia, Orange, Safège ou Poma, qui la rendent insupportable aux supporters inconditionnels d’Israël.

N’en déplaise à Manuel Valls, nous la poursuivrons et la développons en France en toute clarté avec comme seul objectif celui de contraindre Israël à se conformer au droit international.

Le Bureau national

--
Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Fax. : 09 56 03 15 79
Suivez l'AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

Valls, défenseur inconditionnel de l'apartheid israélien (AFPS)
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 05:00

Manuel Valls à Davos pour se poser en chef de la transgression à gauche http://www.huffingtonpost.fr/2016/01/20/manuel-valls-davos-chef-transgression-gauche_n_9015988.html?ir=France

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 09:45

Intervention d'Ismaël Dupont, secrétaire départemental du Finistère, au Conseil National le samedi 16 janvier place du Colonel Fabien:

Les régionales en Bretagne ont donné des résultats très décevants pour nous malgré le talent et l'abnégation de nos candidats, Xavier Compain au premier chef, et malgré l'unité du Front de Gauche, obtenue avec difficulté pour ce qui est de la participation du Parti de Gauche, ce qui nous a fait partir en campagne très tard. La participation de deux anciens élus régionaux PCF à la liste de Le Drian au premier tour, décisions individuelles prises contre la volonté exprimée de 90 % des adhérents, a semé aussi un certain trouble. Xavier Compain a su faire du commun au niveau des communistes et du Front de Gauche. Nos 3,8 % démentaient les 5 ou 6 % dont nous créditaient les sondages quelques jours avant. Ces résultats s'expliquent par la surexposition de Le Drian, ministre de la défense, dans le contexte post-attentats, par l'évacuation du pluralisme et du débat régional dans les médias mais aussi par l'éclatement, le manque de lisibilité et de visibilité positive du Front de Gauche, des flottements et désaccords stratégiques, l'absence de campagnes nationales du Front de Gauche en dehors des élections ces dernières années.

Jamais sans doute le risque d'effacement, de plongée dans l'insignifiance du PCF et de toute la gauche de transformation n'a été aussi grand.

L'enjeu pour moi, c'est d'éviter l'identification de la gauche au centre-droit libéral autoritaire de Hollande-Valls. De résister à la montée dans l'électorat populaire de l'abstention et du vote FN , qui apparaît de plus en plus comme un vote de classe non progressiste.

Nous avons besoin de reprendre pied sur le terrain avec des batailles idéologiques et sociales en lien avec les urgences vécues et ressenties par la population en donnant de la perspective en terme de projet, de propositions concrètes, sans rester prisonnier d'un agenda gouvernemental et parlementaire qui nous situe dans une posture de réaction oppositionnel. Nous devons reprendre l'offensive.

Il nous faut je crois travailler à clarifier et muscler notre projet en le définissant comme alternative cohérente et globale à la domination du capitalisme européen et international. Aujourd'hui, il me semble qu'une bonne partie de notre divorce avec les classes populaires vient du verrou qu'oppose l'Europe à tout changement progressiste et du fait que l'horizon de l'Europe sociale ne convainc pas nos électeurs potentiels, l'euro et l'Europe étant perçus comme des outils de mise en concurrence et des obstacles démocratiques. Je crois qu'il faut repenser une rupture passant par le travail sur des propositions de transformations structurelles comme le contrôle des banques, des sociétés d'assurance, des grandes entreprises et services publics d'intérêt social. Ne pas hésiter à parler de nationalisations, définies de manière plus exigeantes qu'en 1981.

Il faut aussi reprendre le chemin d'un discours et de lutte des classes. Rassembler, non pas seulement le plus petit dénominateur de l'union républicaine et progressiste, mais sur la révolte, sur l'idée que cette société inégalitaire et brutale, cette société post-démocratique de privilèges, est odieuse et qu'une autre société, de partage des richesses, est possible.

Dans notre communication, il me semble qu'il faut, un peu comme nous l'avons fait en 2012, en y association des propositions ambitieuses impliquant une autre utilisation de l'argent, un autre partage des richesses, de nouvelles branches des services publics et de la protection sociale.

Je pense en particulier à trois priorités sur lesquelles nous pouvons rencontrer l'adhésion et l'intérêt des gens :

- le chômage et la précarité des jeunes. L'égalité d'accès aux études. Une formation et une éducation délivrées des logiques libérales.

- le financement de l'hôpital public que l'on est en train de détériorer très gravement aujourd'hui. Pendant la campagne des régionales, nous avons organisé une réunion publique sur ce thème avec la participation de syndicalistes de l'hôpital de Morlaix et souhaitons aujourd'hui créer un comité de défense de l'hôpital.

- l'abandon des personnes âgées : il nous faut dénoncer le sous-effectif et la maltraitante institutionnelle dans les structures d'hébergement malgré le dévouement des personnels, le sous-financement et la désorganisation de l'aide à domicile, le retour de la misère chez les vieux à petite retraite : il faut exiger la mise en place de réformes de structure immédiates et d'un vrai plan de financement pour bâtir une société de tous les âges et créer une cinquième branche de la Sécurité sociale financée en partie par une ponction des profits pour financer l'accès effectif au droit à l'autonomie pour tous et la prise en charge des personnes âgées.

Intervention d'Ismaël Dupont au CN le dimanche 17 janvier :

Je voudrais alerter comme d'autres camarades avant moi sur les risques du mouvement de balancier pour le brouillage de la lisibilité du projet du PCF, s'il y avait remise en cause de la stratégie politique que sous-tendait le Front de Gauche. L'élargissement et le dépassement du Front de Gauche, pourquoi, son abandon par contre risquerait de déboussoler beaucoup de militants et de sympathisants. Il y a selon certains un large consensus sur l'échec du Front de Gauche. Cet échec est en effet patent par rapport aux objectifs initiaux que l'on s'était donné avec le Front de Gauche et aux espoirs qu'il avait naître, ambitions plus ou moins optimistes :

- devenir majoritaire à gauche

- lutter contre l'hégémonie du PS à gauche

- détourner le PS de son évolution libérale-démocrate

- résister à la montée du FN dans l'électorat populaires

Toutefois, cet échec du Front de Gauche est à nuancer.

Que ce serait-il passer si nous ne l'avions pas créé ? 2012 a remis la rupture, l'insurrection citoyenne à l'ordre du jour et dans le débat public.

Le Front de Gauche a certes coïncidé avec une érosion de notre nombre d'élus mais il nous a permis de conquérir de nouveaux électeurs, de nouveaux militants, particulièrement dans des zones géographiques où nous avions une faible implantation.

Les régionales ne sont pas forcément représentatives de l'audience du Front de Gauche sur les dernières élections. Aux dernières départementales, dans le Finistère, la moyenne des résultats du Front de Gauche, là où nous avons pu présenter des candidats, était de 9 %. A Morlaix, le Front de Gauche a réalisé 15,5 % aux présidentielles, 15,5 % aux municipales en 2014. Le PCF dans la dynamique de 2012 a gagné dans le département de 15 à 20 % d'adhérents en plus. Le Front de Gauche dans une certaine mesure a contribué à nous rendre à nouveau audibles et utiles.

Par rapport à l'idée de soutien à des primaires à gauche, j'ai des interrogations. Des primaires supposent l'adhésion à un minimum de projet commun et ensuite on choisit le candidat le plus indiqué pour faire gagner ce projet.

Rassembler à gauche. Évidemment c'est une nécessité, mais avec qui ? Sur quelle base ? En accompagnement ou non des politiques capitalistes, libérales, européennes.

J'ai peur qu'en officialisant notre adhésion à l'idée de primaire à gauche, on précipite l'effacement du Front de Gauche déjà bien entamé et notre réorientation sur une stratégie de gauche plurielle.

Certes, conserver un groupe à l'Assemblée et au Sénat à l'issue des élections de 2017 est un vrai enjeu, mais il y en a d'autres.

Or, le capitalisme financier et l'Europe libérale rendent inefficaces et obsolètes le projet social-démocrate.

S'il devait y avoir des Primaires à gauche, ce qui est très hypothétique, et auxquelles nous participerions, cela voudrait dire quelque part engagement à soutenir le candidat et son projet issus des primaires. Or, si, comme c'est probable, Mélenchon et le NPA se présentent au 1er tour des présidentielles contre un éventuel candidat commun de la gauche, qui aurait toute chance de venir du PS, vers qui vont se tourner nos électeurs ? Nos militants ? Qui incarnera la voie de l'autre gauche, de la tradition révolutionnaire ? Je crois qu'on se mettrait en porte-à-faux d'une grande partie de notre électorat qui considère aujourd'hui que le PS mène une politique de droite.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 08:09
Manifestation anti-fasciste à Quimper pour une Bretagne ouverte et solidaire le samedi 23 janvier à 14h
Manifestation anti-fasciste à Quimper pour une Bretagne ouverte et solidaire le samedi 23 janvier à 14h

Les communistes finistériens participeront également à ce rassemblement pour la tolérance, l'accueil des migrants et réfugiés, contre la haine raciste de l'extrême-droite, dans l'organisation duquel la section PCF de Quimper est partie prenante.

Soyons-y nombreux.

C'est essentiel après les intimidations de l'extrême-droite à Fouesnant (40 personnes à la manifestation organisée par l'extrême-droite contre la présence de réfugiés irakiens, contre 400 personnes au rassemblement citoyen anti-raciste et pour l'accueil des migrants organisé en réponse à cette manifestation de l'extrême-droite), les intimidations racistes contre une commerçante guadeloupéenne (donc française) à Quimper, les violences d'ADSAV et de l'extrême-droite radicale bretonne à Pontivy à l'automne.

Le ventre d'où est sortie la bête immonde est encore vivant.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 20:56

Emploi : en finir avec l'échec et le fiasco, prendre une toute autre direction

Le plan pour l'emploi présenté par François Hollande se heurte à des réalités qui ne peuvent être dissimulées derrière des annonces qui ne régleront rien. Aucun pouvoir nouveau pour responsabiliser vraiment les entreprises et les banques afin qu’elles créent des emplois. Pas de moyens financiers nouveaux (2 Mds€ pris ailleurs) et, même, une confirmation de la baisse des dépenses pour le monde du travail à travers la transformation du CICE (40 Md€) en exonérations pérennes de cotisations sociales.

F.Hollande maintient le scandale du Crédit impôt recherche (CIR)c, il amplifie et renforce la politique de baisse du coût du travail au lieu de s’attaquer à une baisse du coût du capital (dividendes, charges bancaires, spéculation, etc.). Et donc il poursuit la diminution des dépenses publiques et sociales. Il annonce une sécurisation, oui mais des licenciements ! c’est contraire à celle des salariés.

Sous couvert de « compléter » le pacte de responsabilité et le CICE, tant décrié à gauche et par le monde du travail, F. Hollande a pour objectif d’intégrer le plus largement possible tout le pays à la feuille de route égoïste du patronat au détriment du pays lui-même.

Une toute autre direction est à prendre avec une campagne de longue haleine pour l’emploi – son développement et sa sécurisation – ouverte à tous les citoyens et à toutes les forces sociales qui le souhaitent, Nous voulons bien relever le défi d’un état d’urgence pour l’emploi, de la France et ses régions jusqu’à l’Europe. Mais avec une évaluation démocratique, en y mettant les moyens et en impliquant de façon contraignante les banques et les entreprises : elles ne peuvent pas utiliser leur argent contre l’emploi, la recherche et le développement des capacités efficaces de production.

- Nous disons chiche pour évaluer vraiment le CICE et le pacte de responsabilité, car tout montre que le patronat n’a quasiment pas développé les entreprises avec cet argent mais l’a plutôt utilisé pour ses profits, pour spéculer et exporter ses capitaux.

- François Hollande propose de donner 2.000 euros à chaque PME-TPE qui embaucherait un jeune en prenant en charge ses cotisations sociales ? Ces cotisations manqueront alors aux comptes sociaux !

- Nous proposons au contraire qu’un Fonds public soit créé pour prendre en charge tout ou partie des intérêts payés par les entreprises aux banques pour leurs investissements si, nous disons bien si, ces investissements créent des emplois et améliorent les qualifications et qu’au contraire elles paient une sur-cotisation au contraire lorsqu’elles alimentent le chômage. Une partie des 40 Mds du CICE pourrait être affectée à ce fonds.

- Le PCF se félicite que l’on parle de sécurisation, lui qui est porteur très tôt d’un projet du 21è siècle de « Sécurité d’emploi ou de formation » pour un développement des capacités de tous, de l’emploi et une maîtrise des mobilités. Mais ce qui est dessiné par le Président est une sécurisation des patrons, des licenciements et des profits, pas des salariés, ni même des entreprises et de leur développement efficace.

- Même si 500.000 formations de chômeurs sont annoncées, cette "sécurisation" qui va à coup sûr dégonfler les statistiques, se ferait à moyens constants puisque l’Etat annonce 2Md€ … prélevés sur le reste du budget public existant (y compris sur le budget de l’enseignement). Donc moins de dépenses pour les services publics : moins de dépenses de santé ou pour l’école ou l’université ou le logement. Croît-on que cela va sécuriser les autres domaines de la vie de nos concitoyens, qu’ils soient chômeurs ou travailleurs ?!

Plutôt que de créer des contrats facilitant les licenciements, nous proposons de développer les CDI mais aussi de réfléchir à des contrats de réelle sécurisation avec un double volet : emploi et formation ; et une double responsabilité : de l’employeur et d’un service public de l’emploi profondément rénové.

Car en sécurisant les salariés et en développent leurs qualifications, leurs capacités créatrices, d’innovation et de recherche, on sécurise du même pas la création de richesses efficace par les entreprises.

François Hollande annonce des conférences pour la formation dans chaque région réunissant le patronat, les préfets, les services de l’Etat et les salariés. Pour qu’elles adaptent les formations aux besoins des entreprises. Nous disons « chiche » ! Mais à condition qu’elles incluent les banques, y compris la banque publique d’investissement, qu’elles ne portent pas que sur la formation mais aussi sur des engagements chiffrés et contraignants d’emploi par les entreprises répondant aux exigences de développement social et écologique.

« Etat d’Urgence pour l’emploi » ? Qu’attend F. Hollande pour interpeller aussi nos partenaires européens afin de créer un Fonds européen pour que les immenses liquidités créées chaque mois par la BCE n’aillent pas à la spéculation mais au développement de l’emploi et des services publics. Le Traité de Lisbonne nous y autorise (article 123.2).

Voilà ce dont il faut discuter . Il y a urgence .

Emploi: en finir avec l'échec et le fiasco: prendre une toute autre direction (PCF)
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 13:55
Militants écologistes assignés à résidence, syndicalistes poursuivis au pénal, harcelés pour la couleur de leur peau, interdiction de manifester… tous suspects ? Et jamais la répression n'aura été aussi violente
Et maintenant, la justice condamne les 8 de Goodyear à de la prison ferme.

Leur « crime » ? Avoir retenu 30 heures, sans violence, deux dirigeants de l'entreprise qui procédait à la fermeture du site et 1200 suppressions d'emplois.

Ce jugement, par lequel Hollande, Taubira et Valls ont décidé d'intimider tous les salariés qui se battent pour leurs droits et leur emploi, est inacceptable.
Le 11 janvier, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, présentait ses vœux devant 600 personnalités. Nous vous en livrons les extraits concernant la République et le refus de la constitutionnalisation de l’état d'urgence.

« 2016, ce doit être l'année de la République pour tous, pas celle de l'état d'urgence et de la déchéance de la nationalité qui, sous prétexte de combattre le terrorisme, en vérité ferait de trois millions d'adultes binationaux des sous-citoyens. Face aux crimes, des millions de Français ont dit, toute cette année 2015, leur attachement aux valeurs de la République. Mais ce mot est chaque jour sali par celles et ceux qui l’embrassent pour mieux l’étouffer ».

Vœux du PCF– 11 janvier 2016 -discours de Pierre Laurent – extraits «

[...]La République, ce n’est pas un slogan publicitaire ou un talisman que l’on brandira tel une tresse d’ail devant des vampires. La République c’est une construction démocratique modifiée au fil des siècles, de la révolution à ce jour, dans de divers combats. Pour nous, comme pour Jaurès, elle ne peut être que sociale et laïque, c'est-à-dire respectueuse de tous, attentive à donner à chacun les moyens de son épanouissement et de son émancipation. […]

Il y a un an, la France disait son désir de paix et de République pour refuser la peur et la division. Des voix s'élevaient pour dire le mal-être des plus discriminés. C'est à tous qu'il fallait répondre pour hisser la République vers le meilleur. Las, rien n'a été fait à part de beaux discours. Et depuis le choc du 13 novembre, c'est l'espoir du 11 janvier qui est fauché et trahi. Plus question de solidarité, mais seulement de surveillance. Plus question de liberté, mais seulement de suspicion. Des moyens pour la police, très bien Monsieur Hollande. Mais, où sont les profs, les éducateurs, les formateurs, les maîtres d'apprentissage, les personnels soignants, les espaces culturels, les emplois associatifs, que la France – soi-disant en état d'urgence sociale – attend ?

Disons-le haut et fort : l’égalité n’est pas compatible avec l’austérité ! Il faut sortir de la camisole libérale, faire mordre la poussière aux fondamentalistes de l’austérité. [...] Alors Monsieur le Président de la République, vous voulez changer la Constitution, d’accord. Nous aussi. Mais nous ne voulons pas la changer sous la dictée du terrorisme. Nous voulons la changer pour donner plus de pouvoirs au peuple, en finir avec ce régime plus personnel encore qu’une monarchie. […] Mais si c’est pour décider cette incroyable déchéance de nationalité, si c'est pour faire entrer dans le droit commun l'état d'exception, alors c’est non, c’est mille fois non. […]

2016, sera donc encore et toujours une année de combat. Et nous serons au rendez-vous pour relever la gauche du fossé dans lequel les gouvernants s'acharnent à l'enfoncer, sous le regard réjoui de la droite et de Madame Le Pen. [...] »

A voir dans son intégralité sur www.pcf.fr
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011