Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 11:59
Emmanuelle Cosse - Le Figaro

Emmanuelle Cosse - Le Figaro

Jean-Vincent Placé, Barbara Pompili... et Emmanuelle Cosse!

L'ancienne patronne d'EELV rejoint le gouvernement libéral autoritaire de Valls, Macron et Hollande juste après le vote de la déchéance de nationalité dont elle avait pourtant fait un symbole de la dérive droitière extrêmement grave du gouvernement et au moment où s'engageait un débat sur l'union de la gauche et des écologistes aux présidentielles pour tenter de déplacer le centre de gravité à gauche, de contrer Hollande et sa politique néo-libérale, de faire échec à la droite et à l'extrême-droite en remettant la gauche en mouvement.

C'est à n'y rien comprendre. Julien Beyou, le porte-parole d'Europe Ecologie les Verts, sur France Info hier, a eu des mots très durs et très justes contre la décision individuelle et individualiste d'Emmanuelle Cosse:

" Emmanuelle Cosse a pris "une décision perso et très opportuniste", a t-il déclaré, après la nomination ce jeudi de la secrétaire nationale d'EELV au ministère du Logement."Je dois dire que cela donne une image catastrophique" de la politique, a ajouté Julien Bayou, estimant qu'Emmanuelle Cosse entre "au gouvernement contre l'avis de son mouvement pour ne rien faire". "Le mandat est fini, on a voté le dernier budget utile. Emmanuelle Cosse le sait : pour un grand plan logement, il faut du temps et de l'argent. Et ce temps et cet argent ont été dilapidés", a estimé le porte-parole d'EELV.Selon lui, Emmanuel Cosse, Barbara Pompili et Jean-Vincent Placé "trahissent leurs convictions" en participant au nouveau gouvernement de Manuel Valls. "La confiance est rompue avec les écologistes comme avec les Français. Il faut organiser le rassemblement de ceux qui n'en peuvent plus de cette politique", a martelé Julien Bayou" (compte rendu de la rédaction de France Info).

Pour le reste, Ayrault aux affaires étrangères, c'est un coup politique de Hollande pour mettre un fidèle exposé médiatiquement face à l'omniprésent Valls et pour succéder à Fabius, bénéficiant de la retraite dorée et prestigieuse de la présidence du Conseil Constitutionnel, que les rumeurs disent malade.

Fleur Pellerin remplacée à la culture: elle avait réussi à mettre la presque totalité du monde culturel contre elle, comme Aurélie Filippeti, la faute à une présidence qui considère la culture comme un enjeu mineur, et minoré budgétairement, et qui est bien décider à avancer sur le dossier de la précarisation des intermittents. Le fait que la technocrate Fleur Pellerin soit remplacée par une autre femme de cabinet, inconnue du grand public, la conseillère culture de François Hollande, Audrey Azoulay, en dit l'on sur l'importance qu'on donne au ministère à l'Elysée. Jamais, dans le passé de la 5e République, la culture n'avait été traitée aussi mal.

Le bloc économique ultra-libéral Sapin-Macron-El Khomri reste le même, comme le bloc sécuritaire-autoritaire Valls-Urvoas-Cazeneuve.

Les radicaux qui ne représentent strictement rien dans la population sont là, comme les notables écologistes en rupture de leur parti et de leurs militants, pour donner l'illusion d'une base politique de gauche diverse et assez large.

En réalité, elle se rétrécit au sein même du PS puisqu'une ministre aubryiste historique comme Marylise Lebranchu, en dépit de sa très grande loyauté envers les orientations néo-libérales du gouvernement en matière d'austérité salariale dans la fonction publique, de refonte du statut des fonctionnaires, de réforme des collectivités, est évincée, peut-être pour sanctionner l'attitude des députés aubryistes qui ont voté contre la déchéance de nationalité.

Voici un extrait de la réaction de Pierre Laurent au remaniement ministériel:

« Le pays attend un changement de politique sur les grandes questions sociales, sur le chômage et sur le reste. Là, on maintient exactement le même cap. Il n'y a aucun signal (...) de la moindre inflexion sur les grandes urgences sociales du pays (...) On a l'impression d'oublier que Christiane Taubira a quitté le gouvernement il y a quelques jours (...) Il y a 117 députés de gauche qui ont voté contre la révision constitutionnelle hier. »

La Marseillaise, le 12 février 2016

Lire aussi dans Médiapart:

Emmanuelle Cosse au logement: un coup fatal porté à EELV
"Manuel Valls, Emmanuelle Cosse et le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, lors d’un meeting pour les départementales en mars 2015 © Reuters Courtisée depuis des mois par François Hollande, la secrétaire nationale d'Europe Écologie-Les Verts a accepté d'entrer au gouvernement comme ministre du logement. Ce choix risque de provoquer l'ultime explosion de son parti qui s'était prononcé contre un retour dans l'équipe gouvernementale. Ses amis et anciens camarades d'Act Up à Regards sont incrédules."

Partager cet article
Repost0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 11:41
Syrie: l'inavouable accord russo-américain par Denis Sieffert (Politis)

L’inavouable accord russo-américain
http://www.politis.fr/articles/2016/02/linavouable-accord-russo-americain-34078/

L’inavouable accord russo-américain

Il faut bien en finir avec cette guerre civile sans issue, fût-ce par le bas, le très bas même, avec l’écrasement de l’insurrection.

Entre la guerre et le lâche abandon, existe-t-il un chemin ? C’est la question que l’on peut une nouvelle fois se poser à propos de la Syrie. Alors que l’aviation russe est en train d’écraser l’insurrection sous un déluge de bombes au nord d’Alep, le silence des grandes capitales est assourdissant. Sauf à s’inquiéter de l’afflux de nouveaux migrants en Europe. Tout juste a-t-on entendu quelques jérémiades onusiennes sur le « torpillage » des négociations de Genève par Vladimir Poutine. C’est bien le moins que l’on puisse dire. Doit-on pour autant entonner le refrain bien connu de la « lâcheté de la communauté internationale » ? C’est une figure classique du désarroi, mais qui n’est pas sans risque. Car il faut dire ce que serait le « courage ». Et la réponse n’est pas commode. En face de deux pouvoirs, celui de Moscou et celui de Damas, qui n’ont aucune limite dans l’exercice de la violence, et qui sont prêts à exterminer des populations entières pour arriver à leurs fins, on n’imagine a priori pas d’autres ripostes que la guerre.

Fort heureusement, nul n’est disposé à se lancer dans cette aventure. Sans doute aurait-il été possible, un temps, d’équiper les rebelles en armes anti-aériennes. Cela aurait pu être fait en 2013, lorsque Bachar Al-Assad a franchi la fameuse « ligne rouge » du recours aux armes chimiques. Cela n’a pas été fait, notamment parce que les Occidentaux craignaient que ces armes tombent entre les mains de jihadistes. Une autre solution aurait été de créer une zone d’exclusion aérienne. Mais l’ONU s’est contentée d’exiger le démantèlement de l’arsenal chimique de Damas. Ce que le régime syrien a immédiatement interprété comme un encouragement à lâcher en grand nombre des fûts de TNT sur la population.

Les amateurs de paradoxes noteront que c’est précisément parce que les plus modérés n’ont pas été aidés que les jihadistes, ceux du Front Al-Nosra en particulier, ont gagné en influence au sein de la rébellion.

À vouloir éviter les jihadistes, on n’a fait que les renforcer. Mais nous n’en sommes plus là aujourd’hui.

Depuis que Vladimir Poutine a commencé à mettre en œuvre au-dessus de Homs et de la province d’Alep une stratégie de la terre brûlée qui rappelle furieusement celle par laquelle il avait anéanti Grozny en 1999, la donne a changé.

L’inertie occidentale ne relève plus de la « lâcheté », ni même de l’impossibilité, mais d’un choix délibéré. Les États-Unis et les Européens ont fait de la guerre contre Daech, à l’autre extrémité du pays, leur priorité. Et les attentats ont attiré nos regards vers cet autre front, plus à l’est. Mais, la vérité est sans doute plus cruelle encore. Il semble surtout que Washington se soit rallié à Moscou. Puisqu’il faut bien en finir avec cette guerre civile sans issue, sortons-en, fût-ce par le bas, le très bas même, avec l’écrasement de l’insurrection et, accessoirement, des populations civiles.

Certes, le spectacle est peu ragoûtant, mais États-Unis et Union européenne ne sont pas directement impliqués dans le carnage, et Vladimir Poutine fait ça très bien. Il recueille même les louanges de John Kerry, le secrétaire d’État américain, qui juge que la diplomatie russe a des « idées constructives »… « Constructif », un étrange adjectif pour accompagner le fracas des bombes ! Les « idées », on en jugera ce jeudi à Munich lors du nouveau rendez-vous du groupe mal nommé « de soutien à la Syrie ». Mais on les devine déjà. Il s’agira pour Moscou d’imposer la candidature de Bachar Al-Assad à la présidentielle programmée pour 2017 en échange d’un cessez-le-feu observé à sa convenance. Mauvais calcul évidemment. Comment envisager que ce personnage, même « réélu », puisse être un jour réintégré dans la communauté internationale comme si de rien n’était ?

Comment imaginer que ce pays exsangue, vidé de la moitié de sa population, comptant par centaines de milliers ses morts, ses blessés, ses suppliciés, va se remettre à marcher comme un seul homme, droit derrière son dictateur ? Que le territoire démantelé va se reconstituer ? Que les Kurdes vont renoncer à une revendication historique tout près aujourd’hui de devenir réalité ? Et croit-on que la rébellion défaite ne va pas resurgir sous d’autres formes en confirmant cette loi du Moyen-Orient selon laquelle l’écrasement d’une opposition démocratique profite toujours aux mouvements les plus violents ? Espère-t-on que les quatre millions de Syriens qui ont fui la guerre civile vont faire demi-tour pour regagner leurs maisons en ruines ? Cela fait beaucoup d’illusions. Et un terreau de plus pour le terrorisme international !

Accessoirement, on s’étonnera aussi que les bombardements russes n’aient pas donné lieu dans nos régions à des mobilisations de la société civile. Sans doute les opinions publiques ont-elles été victimes de l’amalgame entre la rébellion et Daech. Sans doute le parrainage par l’Arabie saoudite de certaines factions rebelles a-t-il semé le trouble. Le peuple en a été oublié. Mais il y a peut-être d’autres causes à cette atonie. Que n’aurait-on dit si les bombes qui pleuvent sur Alep avaient été américaines ? On aurait hurlé, et avec raison. Aujourd’hui, rien. Quelques vestiges de nostalgie post-stalinienne seraient-ils à l’origine d’une certaine indulgence à l’égard de Poutine ? À moins que ce soit de l’anti-américanisme, en l’occurrence bien mal placé. Mais c’est déjà un autre débat.

Denis Sieffert éditorialiste à "Politis"

Denis Sieffert éditorialiste à "Politis"

Partager cet article
Repost0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 10:56

En proposant hier dans son allocution à TF1 et France 2 un référendum local sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, François Hollande a créé la surprise, car cela constitue un revirement par rapport à la justification de la légitimité du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes au nom de la raison technicienne des experts économiques et de l'aménagement du territoire, de la responsabilité des élus et de la valeur de la démocratie représentative et du prétendu message envoyé par des électeurs élisant depuis des décennies des élus locaux, régionaux, favorables à l'aéroport.

On peut considérer que cette "fausse bonne annonce est un piège" comme certains opposants historiques à l'aéroport mais il y a un tout de même un paradoxe à refuser la consultation directe du peuple sur ce projet qui soulève les passions et controverses depuis des années, qui impacte grandement, non seulement l'écologie, mais aussi l'aménagement du territoire des régions Bretagne et Pays-de-Loire. Nul de peut prétendre avoir la vérité révélée et décider pour tous, pas plus un petit groupe d'élus, de technocrates et de milieux d'affaires, que des associations et des activistes écologistes.

Le référendum permet une appropriation populaire de la question politique, un vrai débat public, un échange d'arguments sur le fond du dossier, sur ses tenants et aboutissants.

On dira: le diable est dans les (gros) détails.

S'il s'agit d'un référendum local à l'échelle de la communauté d'agglomération, du département, certains le voient aboutir sur la victoire certaine du Oui à Notre-Dame-des-Landes, disant qu'il risque de se transformer en référendum pour ou contre la ZAD, et de donner le coup de grâce à la résistance contre ce grand projet d'infrastructure à l'utilité et au modèle économique plus que douteux. Je ne sais pas s'il faut être aussi défaitiste sur la maturité politique du peuple: c'est en tout cas une position a priori qui n'est pas tenable.

Le Front de Gauche à l'occasion des élections Régionales en Bretagne s'était battu pour ce référendum tout en disant, avec plusieurs arguments (agricoles, écologiques, liés à l'aménagement du territoire, au mode de gestion capitaliste en PPP, aux priorités budgétaires pour l'Etat et la Bretagne) que, selon lui, cet aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne se justifiait pas et avait beaucoup plus d'effets négatifs que positifs.

Aujourd'hui, il faut exiger que ce soit, sinon tous les Français, ce qui pourrait s'entendre sur une question aussi emblématique, du moins tous les habitants des régions Pays-de-Loire et Bretagne qui soient consultés sur ce projet d'aéroport car la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes aurait des incidences sur notre aménagement du territoire, la fermeture des petits aéroports de proximité à l'ouest breton, la densification et l'étirement plus grand encore de la métropole nantaise avec une vitalité économique et démographique se déplaçant toujours plus à l'est de la Bretagne, sur l'axe Rennes-Nantes et le littoral sud du Morbihan.

La Bretagne souffre déjà du décrochage du centre-Bretagne et de l'ouest par rapport à l'est, la région débloque des budgets en lien avec les dessertes de transport pour Notre-Dame-des-Landes: il est normal que les bretons aient voix au chapitre.

Pour notre part, nous ne sommes pas opposés à ce référendum mais nous réclamons d'y participer en tant que finistériens, et nous savons que nous aurons tous les arguments à disposition pour montrer l'inutilité et la nocivité de ce nouvel aéroport à l'ouest de Nantes.

Ismaël Dupont

A lire aussi:

NDDL. Un référendum local après 20 ans de discorde [Chronologie]
http://www.ouest-france.fr/environnement/amenagement-du-territoire/notre-dame-des-landes/nddl-un-referendum-local-apres-20-ans-de-discorde-chronologie-4030617

NDDL. François Hollande demande un référendum local avant octobre
http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/nddl-francois-hollande-demande-referendum-locall-avant-octobre-11-02-2016-254553

Partager cet article
Repost0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 10:32
Le comité local de BREST de l'ANACR réuni en Assemblée Générale (Le Télégramme)

L'assemblée générale du Comité ANACR de Brest s’est déroulée au Cercle de la Marine, en présence d’une vingtaine de participants dont plusieurs sympathisants.

Le président Charles Paperon, ancien Résistant et Français libre de la 1ère DFL, ouvre la séance en demandant une minute de silence en l’honneur de nos camarades Résistants récemment disparus. Un tour de table permet à chacun de se présenter.

Il présente ensuite le rapport moral et d’activité, complété par Michel Madec et Edgard de Bortoli. Une longue discussion a lieu suite aux attaques terroristes sanglantes de janvier et novembre 2015, faisant près de 150 morts et des centaines de blessés, victimes innocentes de tireurs barbares voulant combattre et détruire notre société démocratique éprise de liberté et de respect des autres. Notre ANACR ne peut que participer à la lutte de ceux qui combattent les ennemis de notre République. Nos statuts sont clairs à ce sujet :
"l’ANACR lutte contre les idéologies d’inspiration fascistes, le négationnisme, la xénophobie, tous les racismes et toutes les formes de discrimination … et pour la Défense des Droits de l’Homme et de la paix ". Michel Madec ajoute l’importance des actions d’éducation à la citoyenneté et à la laïcité qui peuvent être entreprises dans les établissements scolaires.

En se référant à l’homme de paix que fut Stéphane Hessel, co-auteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, nous pensons que s’indigner c’est bien mais que s’engager, d’une façon ou d’une autre, c’est mieux.

Anacr. Le comité local lance un appel - Le Télégramme Brest 09/02/2016

http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/brest-centre-ville/anacr-le-comite-local-lance-un-appel-09-02-2016-10951689.php

Nous voulons maintenir vivantes les valeurs démocratiques, patriotiques, laïques et de solidarité de la Résistance », ont martelé, samedi matin, les membres de l'Anacr réunis en assemblée générale.

Le comité de Brest de l'Association nationale des anciens combattants de la résistance (Anacr) tenait son assemblée générale, samedi, au Cercle interarmées, Espace Océan, 13, rue Yves-Collet, sous la présidence d'Edgar Bortoli. Si une vingtaine de personnes étaient présentes, plusieurs d'entre elles se sont inquiétées de la baisse des effectifs et souhaité réagir pour tenter une action pour y remédier. Elles ont rédigé un texte en ce sens. Le voici : « Nous voulons maintenir vivantes les valeurs démocratiques, patriotiques, laïques et de solidarité de la Résistance, alors qu'en France et partout dans le monde, les discours et les actes barbares et criminels fascistes se multiplient ». Les personnes intéressées sont donc invitées à prendre contact avec Edgar Bortoli, tél. 06.40.05.98.32.

Partager cet article
Repost0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 09:57

ZIKA : Un pôle public du médicament pour une réponse globale à la menace

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de déclarer la menace d’épidémie du virus Zika, «d’urgence de santé publique de portée mondiale».

Ce virus transmis par un moustique a vu exploser, en Amérique du Sud, le nombre de cas de microcéphalies (malformation congénitale dont souffrent les enfants nés avec une tête et un cerveau anormalement petits), liées aux contaminations materno-fœtales.

L’épidémie s’étend principalement en Colombie, au Salvador, en Équateur, au Brésil et en Jamaïque, des pays où la contraception n’est pas promue, voire autorisée et l’avortement n’est pas dépénalisé et où les femmes sont loin d’avoir la maîtrise de leur propre corps.

Outre ce continent incluant les Antilles, de nombreux autres pays s’ajoutent depuis, en Afrique comme en Asie du Sud-Est.

Le PCF demande que la France intervienne auprès de l’ONU pour qu’un plan mondial de lutte contre la pandémie soit acté, s’engageant à aider financièrement les pays les plus touchés.

Cela doit nécessiter une réponse d’investissement en conséquence, de l’industrie pharmaceutique alors que SANOFI vient de déclarer en France un nouveau plan social tout en s’apprêtant à verser plus de 7 milliards de dividendes à ses actionnaires.

Le PCF invite le Gouvernement à impulser une politique audacieuse de relance de notre recherche pharmaceutique et d’investissement, alors que des centaines de millions sont versés à ces mêmes multinationales au travers du Pacte de Responsabilité et du Crédit impôt recherche. Il réaffirme l’exigence de mise en place d’un Pôle public du Médicament en France comme en Europe pour contribuer à une réponse globale à ce type de menace.

Le PCF, aux côtés des salariés et de leurs syndicats, continuera de défendre l’emploi et le développement d’un pôle industriel et de recherche pharmaceutique en France et en Europe.

Le PCF exprime aux personnes victimes du virus, notamment aux Femmes, toute sa solidarité, en exigeant que les mesures de prévention, de dépistage et de surveillance soient prises, et que leur soit enfin reconnu, dans le monde, le droit à la contraception et à l’avortement

Zika: un pôle public du médicament pour une réponse globale à la menace (PCF)
Partager cet article
Repost0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 11:50

C’est sur TF1 que Jean-Luc Mélenchon a décidé hier soir de rendre publique sa candidature à l’élection présidentielle. Certes, la formule est un peu alambiquée : il « propose » sa candidature. Mais il ne fait aucun doute que cette proposition est davantage qu’une hypothèse. Un site – jlm2017.fr – est déjà en ligne et il en a fait la promotion de façon réitérée lors de l’émission.

Mélenchon a jeté toute son énergie dans cette nouvelle bataille. Il s’y sent conduit par une analyse de l’état de la gauche. D’abord, il a récusé encore une fois l’hypothèse d’une primaire de toute la gauche. On le comprend : elle n’a aucun sens tant les bases politiques communes se sont davantage dissoutes pendant le quinquennat.

Il fait ensuite mine de ne voir aucune force favorable à une primaire de l’autre gauche. Il n’en est évidemment rien : l’idée d’un rassemblement des forces opposées à gauche à la politique gouvernementale s’exprime et se défend. Mais il récuse cette possibilité. Il est convaincu d’être le seul représentant crédible d’une alternative au hollandisme. En fait et plus au fond, il ne croit plus à une dynamique possible autour des partis et des forces constituées, notamment au Front de gauche.

Il décide donc de se présenter en s’adressant directement au peuple. D’où son choix d’un média de plus large audience – le 20 heures de TF1. D’où surtout son modèle d’une mobilisation citoyenne "à la Bernie Sanders" dont il fait aujourd’hui sa référence.

La gauche, selon lui, n’est plus une réserve de mobilisation. Il fera donc campagne au nom du peuple. Son slogan est trouvé : "La France insoumise, le peuple souverain". Sa visée est « l’intérêt général humain ». Sa méthode se trouve dans la sortie des traités européens et dans une laïcité affirmée.

Sur ces bases, Jean-Luc Mélenchon escompte un soutien direct et massif à travers son site Internet. Il met ses alliés de la gauche de gauche devant le fait accompli. Il ne négociera rien. C’est à prendre ou à laisser. On verra rapidement ce qu’il en est de ses espoirs de rassemblement citoyen sur une telle base.

Partager cet article
Repost0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 09:27
Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de TF1 (AFP-Le Monde)

Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de TF1 (AFP-Le Monde)

On le sentait, Jean-Luc Mélenchon ne pensait qu'à ça depuis 2012, se remettre en selle pour les fièvres narcissiques d'une nouvelle campagne présidentielle où le candidat de la gauche de gauche de toute façon ne pouvait être que lui, selon lui.

C'est désormais chose faite, Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa candidature aux Présidentielles sur TF1 hier soir, refusant "la petite scène des (hypothétiques) primaires de la gauche", sans qu'elle fasse l'objet de discussions ou d'une validation collective impliquant les différentes composantes et les militants au niveau du Front de Gauche.

C'est Mélenchon, très gaullien, au-dessus des partis, face aux Français.

Comme souvent avec lui, on est agacé par la politique du fait accompli, les accents mégalos et le fait césariste qui prime, à rebours de tous les discours sur la VI ème République et la lutte contre les excès du présidentialisme, le projet et le collectif avant l'égo.

Jean-Luc Mélenchon, qui est brillant, plutôt constant dans ses discours depuis des années, bien connu maintenant et qui utilise aussi assez bien les médias, du moins pour y être invité car il sait y créer l'événement et la sensation, même si ça se retourne parfois contre sa crédibilité, a bien sûr des arguments à faire valoir pour faire un score correct au premier tour des présidentielles (les sondages à 15 mois des présidentielles lui donnent 10% d'intentions de vote, mais cela ne veut pas dire grand chose) mais il sera sans doute en deçà de 2012 car depuis, Jean-Luc Mélenchon a déçu et énervé plus d'un de ses électeurs de 2012 par ses foucades, ses excès, son discours pas toujours respectueux et manquant de mesure, certaines saillies populistes.

Nous ne nierons pas sa contribution très forte, décisive, à la réussite de la campagne du Front de Gauche en 2012, qui, même sans être à la hauteur des espérances qu'elle avait fait naître à un moment au niveau du résultat numérique, a permis de mettre l'accent sur les questions sociales et démocratiques dans cette présidentielle, et de remettre la rupture au goût du jour.

Bien sûr, le fond des idées qu'il défend contre le libéralisme, l'austérité, le pouvoir de l'oligarchie reste juste, mais il aurait été intéressant de pouvoir décider de manière collective des moyens de leur donner le plus efficacement possible un débouché dans le réel en faisant en sorte de ne pas multiplier les candidatures à la gauche de Hollande ou Valls, sous peine d'être tous condamnés à la marginalité et à un second tour droite-extrême-droite qui ne peut contenter personne à gauche.

Croire à son étoile est une condition pour réussir le pari de convaincre mais cela ne suffit pas.

Surtout, ce sera difficile pour Mélenchon de rassembler et de faire campagne en comptant sur les seules forces d'un Parti, le Parti de Gauche, qui ne compte plus que quelques milliers d'adhérents (moins de 10 000) et peu de ressources. Il y a bien sûr tous les militants, tous les électeurs du Front de Gauche et de ses composantes, mais ils vont probablement être très partagés.

D'où l'appel au peuple, au "nouveau parti des internautes", mais quand on se met a priori en marge de toute construction unitaire dans la gauche de gauche en mettant tout le monde devant le fait accompli, quand on met sa personne, pensée comme le sauveur suprême, avant la construction collective du projet, c'est plus difficile d'élargir.

Pour nous, le projet, le programme, et la construction politique, importent bien plus que le casting, que le bonhomme: nous n'excluons pas de voter et d'appeler à voter pour Jean-Luc Mélenchon, si c'est le mieux à même en 2017 d'être utile pour mobiliser autour des idées de rupture avec l'austérité, le libéralisme, et de donner quelques chances à la victoire d'une gauche différente du néo-libéralisme et du néo-conservatisme de Valls et Hollande, mais nous sommes échaudés par l'expérience du partenariat compliqué au niveau du Front de Gauche avec Jean-Luc Mélenchon, et actuellement fort sceptiques et agacés par ces pratiques individualistes dont on peut discuter le sens des responsabilités.

Déclarer sa candidature à la présidentielle sur la chaîne de télévision de Bouygues avant de le faire dans sa camp politique et face aux militants du Parti de Gauche ou du Front de Gauche, c'est tout un symbole.

Ismaël Dupont

******

Sur Public Sénat:

La "proposition" de candidature à la présidentielle du porte-voix du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon n'a été "ni discutée ni décidée" avec le Parti Communiste.

La "proposition" de candidature à la présidentielle du porte-voix du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon n'a été "ni discutée ni décidée" avec le Parti communiste, a assuré mercredi soir à l'AFP Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

"Cette proposition n'a été ni discutée ni décidée dans le cadre du Front de gauche", composé du Parti de gauche, du PCF et d'Ensemble de Clémentine Autain, a-t-il déclaré, assurant l'avoir apprise "en regardant TF1".

"On se s'explique toujours pas pourquoi il n'est pas possible de discuter avec Jean-Luc Mélenchon", a-t-il ajouté, alors que le Parti communiste participe au processus d'une primaire de la gauche et des écologistes, totalement refusé par le député européen.

Selon M. Dartigolles, "le peuple de gauche est très inquiet de la tournure que prennent les événements, très inquiet de la manière dont 2017 se présente". "Le peuple de gauche n'a pas besoin d'une candidature en solo, il n'est pas préoccupé par le casting, ce qu'il attend c'est une nouvelle espérance", a-t-il observé.

Jean-Luc Mélenchon a annoncé sur le plateau du 20 heures de TF1 mercredi qu'il proposait sa candidature à la présidentielle de 2017.

Partager cet article
Repost0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 16:47

Le texte de loi pour la prolongation de 3 mois de l'état d'urgence a été adopté hier au Sénat par 315 voix contre 28, dont tous les Sénateurs communistes et Front de Gauche qui ont voté contre, et une partie des écologistes.

Aucun sénateur n'avait voté contre l'instauration de l'état d'urgence en novembre. Elle avait été adoptée par 336 pour et 12 abstentions (11 Communistes Républicains Citoyens et 1 écologiste).

A l'Assemblée Nationale, un amendement prévoyant le retrait de la loi de l'article 2 sur la déchéance de nationalité a été repoussé par 176 voix contre 118. Ont voté contre la la déchéance de nationalité tout les députés PCF et Front de Gauche, la majorité des écologistes, des socialistes frondeurs et une partie des Républicains.

L'article 2 du projet de loi inscrivant la déchance de nationalité dans la Constitution n’a été voté, mardi 9 février, qu’avec 14 petites voix d'avance, par 162 voix contre 148 (et 22 abstentions). Le vote a révélé une fracture croissante entre partisans et opposants du texte, au sein même de la majorité socialiste. Si 119 socialistes ont voté pour, 92 ont voté contre, bien au-delà de l'aile gauche du parti ou des "frondeurs". Le texte divise également au sein du groupe Les Républicains (LR), où 32 députés ont voté pour alors que 30 ont voté contre. Le groupe Front de gauche, les "frondeurs" socialistes, la majorité des écologistes ainsi que des radicaux de gauche ont voté contre.

Voir la déclaration de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, au sortir de ce vote:

Révision constitutionnelle : « Mettre un terme à l'examen du texte en votant contre »

Le vote à l'arraché, hier soir à l'Assemblée, de la déchéance de nationalité confirme que la révision constitutionnelle peut être mise en échec. Elle ne rassemble pas les 3/5 des parlementaires nécessaires à sa ratification. J'appelle l'ensemble des députés de gauche et les partisans de la République à mettre un terme à l'examen de ce texte en le rejetant cet après-midi lors du vote solennel à l'Assemblée nationale.

La révision constitutionnelle proposée par le Président de la République n’apporte aucune réponse aux enjeux auxquels doit faire face notre peuple. La banalisation et la glorification de l’état d’urgence alimentent l’illusion d’une solution sécuritaire. L’invocation de la déchéance de nationalité contribue à nourrir des réflexes identitaires dangereux et des analyses erronées de la situation. Dans le même mouvement, la réforme pénale qui s’annonce vise à faire entrer dans le quotidien des mesures d’exception réduisant les droits et libertés individuelles. Les communistes s’opposent à cette dérive sécuritaire du pouvoir et à l’approfondissement des logiques de division populaire. A l’inverse, c’est en étant pleinement elle-même, en s’appuyant sur la vitalité démocratique de notre peuple que la République pourra relever le défi de l’avenir. C’est en s’efforçant d’honorer sa promesse de liberté, d’égalité et de fraternité qu’elle parviendra à recréer une unité.

Jamais la précipitation et l’improvisation ne devraient présider à la modification des textes fondamentaux de la République. Le tournant pris pas ce débat est de plus en plus politicien et nauséabond. Il ne sert une fois de plus que les idées d’extrême droite dont notre peuple doit se dégager d'urgence.

Le Parti communiste français appelle à amplifier l'action pour une véritable visée d'émancipation humaine. C’est une tout autre modification constitutionnelle qu’il faut mettre à l’ordre du jour, d’une tout autre ampleur et d’un tout autre contenu : pour un nouvel acte fondateur d’une VIème République s’appuyant pleinement sur la souveraineté populaire et la participation citoyenne.

Pierre Laurent

Pierre Laurent

Eliane Assasi

Eliane Assasi

Voici le discours d'Eliane Assassi, sénatrice communiste Front de Gauche de Seine St Denis, et présidente du groupe CRC (Communistes, Républicains, Citoyens) hier, mardi 9 février au Sénat: 

Une justice soumise, dans bien des circonstances, à la puissance administrative et à la puissance policière

La France vit depuis plus de deux mois et demi sous un régime d’état d’urgence. Sa mise en œuvre dès le 13 novembre pour rétablir la sécurité et pour répondre à la terrible angoisse de nos concitoyens, suscite aujourd’hui des interrogations, une inquiétude croissante et l’hostilité d’associations et de personnalités dans leur diversité.

Depuis le 16 novembre, le Parlement est accaparé par cette question de l’état d’urgence et par la regrettable — très regrettable — initiative sur la déchéance de la nationalité.

Congrès de Versailles, première prorogation de l’état d’urgence, propositions de loi d’initiative sénatoriale pour « renforcer l’efficacité de la lutte anti-terroriste » ou pour « prévenir les actes terroristes dans les transports »… projet de loi de réforme du code de procédure pénale, projets de loi d’application de la révision constitutionnelle… ce second projet de prorogation prend place au sein d’un Maelstrom, couronné par le débat constitutionnel qui se déroule en ce moment même à l’Assemblée nationale.

Monsieur le Ministre, vous connaissez bien la principale critique à l’égard de votre dispositif : celle de l’inefficacité dans la lutte contre le djihadisme de Daech. Sur les quelque 3 200 perquisitions administratives, seules 4 enquêtes ont été ouvertes pour des faits de terrorisme et seule une personne a été mise en examen à ce jour…

Le temps me manque pour détailler les effets désastreux de ces perquisitions hors droit, de ces assignations parfois si excessives que les avant-projets de lois d’application de la révision constitutionnelle envisagent même de les assouplir quelque peu.

Le gouvernement serait-il bipolaire ? Aujourd’hui la prorogation de l’état d’urgence stricto sensu est proposée alors que dans le même temps les excès sont en partie reconnus dans les avant-projets précités. 
Peut-être ces derniers n’ont-ils pour objectif que d’amadouer une gauche récalcitrante ?

Si le dispositif de l’assignation ne respecte pas les libertés publiques selon votre propre aveu, il faut modifier ce projet de loi dès aujourd’hui. C’est ce que nous vous proposerons de faire par voie d’amendement.

Monsieur le Ministre, mes chers collègues, je repose mot pour mot la même question que j’ai posée le 20 novembre dernier : « des mesures très larges doivent être prises pour faire face à la situation, mais ne peuvent-elles pas l’être dans le cadre de notre droit commun avec un contrôle de l’autorité judiciaire ? »

Pouvons-nous accepter de maintenir cette situation qui brise l’équilibre des pouvoirs, avec d’une part, un pouvoir exécutif surpuissant et d’autre part des pouvoirs législatif et judiciaire rabaissés.

L’état d’urgence c’est un état d’exception.

Il entraine une mise en cause significative des droits des citoyens : ce qui suscite interrogations et critiques au-delà même de nos frontières.

Est-il appréciable, Monsieur le Ministre, que notre pays soit pointé du doigt par une association aussi reconnue et rigoureuse qu’Amnesty International ?

Je le dis une nouvelle fois — c’est une constante dans mes interventions depuis le congrès de Versailles — la dérive sécuritaire en cours, les propos martiaux, la remise en cause des libertés publiques c’est une victoire de Daech.

Oui ces intégristes assassins « nous tendent un piège politique » pour reprendre la formule de l’ancien garde des Sceaux, Robert Badinter, qui souligne par ailleurs que « ce n’est pas par les lois d’exception et des juridictions d’exception qu’on défend la liberté contre l’ennemi ».

Des forces comme Daech se nourrissent de la violence, du sang, et du malheur. 
Oubliez-vous que ce sont des dizaines de milliers de bombes déversées sur l’Irak qui ont donné naissance à ces combattants qui mêlent fanatisme et soif de vengeance contre la destruction insensée de leur pays de leur peuple ?

Face à ce phénomène, l’arme absolue c’est la liberté, la démocratie, la paix.

Oui il faut assurer la sécurité de notre peuple. Il faut pour cela donner les moyens humains et matériels à nos forces armées et à notre police, il faut réorganiser notre Renseignement qui lui aussi a été victime de l’austérité.

Cette politique de sécurité doit prendre place dans un vaste effort de reconstruction de notre société dévastée par des décennies de crises.

Monsieur Valls m’a heurtée quand il nous a répondu ainsi qu’à d’autres : « expliquer c’est déjà vouloir un peu excuser ».

Comme s’il pouvait exister une bienveillance de la part de ceux qui s’efforcent d’expliquer. Certes, une grande part de libre arbitre est à prendre en compte, mais le fléau de la radicalisation ne prend pas ses seules racines dans les parcours personnels. Pour mieux lutter et combattre, il est nécessaire de comprendre l’ensemble en cherchant toutes les explications.

Oui, le fanatisme religieux se nourrit de terribles fractures : là où la République faillit, là où « liberté, égalité, fraternité » ne demeurent que paroles vaines.

Combien de jeunes tomberont-ils encore dans le fanatisme ? Si des actions d’envergure ne sont pas menées sans attendre, en urgence, en grande urgence !

Le Conseil d’État dans son avis sur ce projet de loi de prorogation a lui-même signalé que l’état d’urgence doit demeurer temporaire. Cependant le « péril imminent » qui justifie l’état d’urgence, a été contourné. Ce péril imminent, selon les propos du Premier ministre lui-même à la BBC, demeurera jusqu’à l’éradication de Daech. Ce péril imminent devient donc un péril permanent.

En conséquence, l’orientation préconisée par le Conseil d’État lui-même est de faire entrer dans le droit commun l’état d’urgence ce qui sera l’objet du prochain projet de réforme du code de procédure pénale.

Monsieur le Ministre, il faut dire la vérité : l’état d’urgence va devenir permanent et la justice soumise, dans bien des circonstances, à la puissance administrative et à la puissance policière.

Pour conclure…, à mon sens, l’état d’urgence dépasse largement la réaction à la menace terroriste. C’est l’accélération du processus que nous pressentions : la montée en puissance de l’autoritarisme dans les démocraties occidentales. La violence libérale qui est à l’œuvre sur le plan économique et social exige un État fort comme le souligne par exemple l’affaire des Goodyear. Avec l’état d’urgence, le pouvoir exécutif s’affirme, le Parlement et la Justice s’inclinent.

Nous sommes en guerre martelez-vous ! Mais quels sont donc vos projets de paix, Monsieur Le Ministre ? Comment allez-vous apaiser notre pays, redonner l’espoir ? Comment allez-vous participer à l’essor de la fraternité en France et dans le monde ?
Nous sommes de plus en plus nombreux à être las des propos guerriers et des coups de menton.

Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir comprendre, à vouloir des actes et un discours de justice, de progrès de réconciliation ; des actes et un discours républicain et —enfin ! – des actes et un discours de gauche !

Vous l’aurez compris, le groupe CRC voter contre cette prorogation de l’état d’urgence.

Partager cet article
Repost0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 12:45

A lire sur le site de la section PCF de Quimper: http://quimper.pcf.fr/82604

Finistère : le chômage continue à progresser

Les chiffres du chômage dans notre département à la fin de l'année 2015 marquent une nouvelle dégradation.

44 170 chômeurs de catégorie A, en hausse de 3,1% sur un an.

72 950 pour l'ensemble des catégories A, B ou C, l'équivalent de la moitié de la population brestoise, soit une progression de 6,2% en un an.

Pire encore pour les 50 ans et plus, qui représentent près d'un chômeur sur quatre : + 10,1% sur un an, et +11,4% pour les femmes de plus de 50 ans.

Et le nombre de chômeurs de longue durée (1 an et plus) s'accroît de 13,4% en un an, ils représentent 45,4% des demandeurs d'emploi du département, presque 1 sur 2.

Combattre le chômage, ou les chômeurs ?

Ici comme ailleurs, les choix libéraux du gouvernement Hollande-Valls-Macron n'ont qu'un résultat : produire toujours plus de chômage et de précarité, tandis que les profits financiers s'envolent et que les inégalités se creusent.

Plus de chômeurs, et des chômeurs moins protégés.

Car le gouvernement, allant au-devant des désirs du MEDEF, envisage la dégressivité des allocations chômage.

C'est la double peine : perdre son emploi, et subir en plus la baisse de ses indemnités.

Alors que le chômage de longue durée ne cesse de s'aggraver, que moins d'un chômeur sur 2 est indemnisé, que 25% d'entre eux touchent moins de 625 € par mois !

François Hollande a une grande capacité d'oubli, surtout concernant ses déclarations. Comme celle-ci, de janvier 2014 : « Ce n'est pas au moment où il y a un taux de chômage élevé qu'il faut réduire les droits des chômeurs ».

Chômeurs moins bien accompagnés aussi dans leur recherche d'emploi, car les choix austéritaires du gouvernement affaiblissent tous les services publics, et parmi eux Pôle emploi dont les agences ne sont plus ouvertes l'après-midi que sur rendez-vous.

Pour faire reculer le chômage, il faut changer de politique !

Envoyer 500 000 chômeurs en formation comme le propose F. Hollande, encore faudrait-il s'en donner les moyens, aurait surtout un effet cosmétique sur les statistiques, sans rien changer à la situation de l'emploi.

Quant à accentuer encore plus la politique d'allègements de charges et autres cadeaux aux entreprises sans aucune contrepartie, comme le CICE, les effets en sont déjà mesurables : toujours plus pour les dividendes, et moins pour l'emploi, les salaires, les retraites, l'école, la santé, le logement social...

Pour lutter contre le chômage, sécuriser les parcours de vie, il faut prendre une autre direction, cesser d'abdiquer devant les exigences de la finance, rompre avec l'austérité, réorienter les ressources monétaires et budgétaires vers l'emploi et la formation, les salaires, les services publics, les investissements utiles, donner aux salariés et aux citoyens de réels pouvoirs de décision et de contrôle.

Résister à l'offensive libérale, et construire un nouveau projet, cela doit aller de pair, car aucune avancée ne pourra être gagnée sans ouvrir un chemin d'espoir, avec au bout une autre perspective, celle d'une société dont le moteur ne serait plus la logique financière mais le développement des capacités de tous, dont la visée ne serait plus la marchandisation de toutes les activités mais l'émancipation humaine, où un travail qualifié et justement rémunéré pour chacune et chacun ne serait plus une utopie, mais un objectif à atteindre ensemble.

Finistère: le chômage continue à progresser
Partager cet article
Repost0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 12:41

à lire sur le blog de la section PCF de Quimper:
http://quimper.pcf.fr/82576

Piquet de solidarité avec le peuple palestinien jeudi 11 février à 17h30 rue Kéréon à Quimper

Le groupe du pays de Cornouaille de l'Association France-Palestine Solidarité consacre son piquet mensuel de solidarité avec le peuple palestinien à la question de l'appel au boycott, action citoyenne pour le droit international et les Droits de l'Homme.

Cette action pacifique et citoyenne qui fut utilisée avec succès contre le régime d'apartheid en Afrique du Sud (boycott des oranges Outspan), est actuellement réprimée par des tribunaux français quand elle concerne des militants engagés pour la solidarité avec le peuple palestinien.

Ci-dessous le communiqué de l'AFPS du pays de Cornouaille :

Communiqué

Le groupe du Pays de Cornouaille de l’Association France-Palestine Solidarité estime que l’appel au boycott est une action citoyenne pour obtenir l’application du droit international et des droits de l’homme, qu’il s’agisse d’Israël ou de tout autre pays. En France des militants ont été poursuivis ou même condamnés pour cela. Ceci est considéré comme inacceptable par l’AFPS qui demande le rejet de tous les amalgames, le respect de la liberté citoyenne et l’abrogation des circulaires qui demandent aux procureurs de poursuivre les militants. De son côté Israël a créé un département ministériel, doté d’un énorme budget, pour attaquer la liberté d’expression et le droit au boycott, mis en œuvre aussi par des citoyens israéliens qui n’acceptent pas la politique d’occupation et de colonisation des territoires palestiniens occupés. Dans le même temps la France est la seule démocratie où l’appel au boycott par un mouvement associatif ou citoyen pour critiquer la politique d’un État tiers est interdit. Dans ce souci de défendre l’action citoyenne, le groupe du Pays de Cornouaille de l’AFPS organise son piquet de la solidarité avec le peuple palestinien, le jeudi 11 février, à 17 h 30, Rue Kéréon à Quimper.

--------------------------------------
Pour le groupe de l’AFPS, Yves Jardin

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011