Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 20:14

La collecte des ordures ménagères (poubelles, sacs jaunes, encombrants aujourd'hui) est actuellement perturbée sur les 28 communes de Morlaix communauté. 45 des 60 agents du service porté par Morlaix communauté sont en grève depuis hier. Ils contestent une réorganisation des services, et les nouvelles conditions de travail imposées à trois collègues, anciens salariés municipaux...

 

( http://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/morlaix/ville/morlaix-la-collecte-des-ordures-menageres-perturbee-04-10-2013-2256857.php )

 

Le malaise chez les personnels du service ordures ménagères de Morlaix Communauté est ancien et n'a pas disparu après les augmentations de salaire consenties en 2010 après un long conflit qui coïncidait avec le mouvement contre la réforme des retraites Fillon.

Il tient à un management qui passe trop souvent par la culpabilisation et la pression individuelle, la division des équipes, au développement de la précarité, et au manque de reconnaissance au travail. Trop souvent, les agents du service public sont traités avec dédain essentiellement comme une charge, un coût, alors que le rôle d'une communauté d'agglo dirigée officiellement par la gauche devrait être au contraire de valoriser leur travail et leurs compétences, de travailler en concertation avec eux pour rendre le meilleur service possible aux habitants.  

Le Parti Communiste manifeste sa solidarité vis à vis des personnels en lutte et souhaite que l'on refonde très vite sur de nouvelles bases la relation avec le personnel inter-communal dans la communauté d'agglo de Morlaix, afin de mieux respecter l'humain, le sens du service de ces fonctionnaires et leurs droits.

 

logo

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 19:14

Des salariés de GAD présents à Rennes pour manifester leur colère devant le comité d'entreprise ont été repoussés violemment par les CRS hier au pied de l'hôtel Mercure.

"Le Front de Gauche dénonce l'usage de la force contre des travailleurs qui ont tout lieu de se sentir trahis et méprisés par la CECAB, un groupe qui a fait le choix du licenciement massif de 900 salariés suite à de grosses erreurs de gestion qui lui sont imputables et alors que des solutions de reprises du site de Lampaul ont été proposées, celles-ci ayant été repoussées. 
La CECAB propose aujourd'hui des indemnités très insuffisantes aux salariés de Lampaul-Guimiliau.
Ceux-ci ne vont tout de même pas quitter sans se battre un emploi auquel ils ont voué plusieurs années de leur vie pour quelques centaines d'euros, alors qu'une fermeture de l'abattoir de Lampaul-Guimiliau exposerait beaucoup d'entre eux à subir de longues périodes de chômage et de précarité qui mettront en crise nombre de vies individuelles et familiales.
L'alternative la plus prometteuse aux licenciements massifs est sans conteste la reprise du site de Lampaul-Guimiliau en coopérative ouvrière, projet qu'un gouvernement de gauche devrait soutenir au nom de la sauvegarde de l'emploi ouvrier, du refus la désindustrialisation de la Bretagne, de la préservation d'outils agro-alimentaires performants au plus proche de la plus grande région d'élevage d'Europe.
La responsabilité d'un gouvernement de gauche, sur le plus long terme, est d'entrer en résistance contre le dumping social et la concurrence déloyale par la réduction des salaires en Europe et d'orienter une reconversion progressive de la filière agricole afin de permettre à tous d'accéder à une alimentation de qualité tout en préservant mieux l'environnement et en sortant de l'encouragement au productivisme, lié au libre-échange et à la dictature du prix mondial.
Face aux désastres sociaux dans l'agro-alimentaire breton, l’État doit cesser de plaider l'impuissance et avoir le courage de s'attaquer aux causes structurelles de cette crise".         
 
bandeau Front De Gauche 
 
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 19:04
Le FN triomphe à Brignoles ?
Oui, si l’on en croit les divers commentaires qu’on entend en boucle depuis dimanche soir, 6 octobre, sur les media. Et quel tintamarre ! Au grand ravissement de la blanche colombe qui n’aime pas les étrangers et de ses seconds couteaux. Mais qu’en est-il en réalité ? Le Front national obtient 40,40% des suffrages exprimés. L’extrême droite arrive à 49,50% si l’on tient compte d’un candidat dissident. La candidate de l’Ump occupe la deuxième place avec 20,76 %. Quant au candidat communiste, il n’obtient que 14,58 % et est éliminé du second tour. Il paie probablement le soutien que lui a apporté la direction nationale du parti socialiste et de la présence, cette fois-ci, d’une candidate écologiste, soutenue par la section locale du même parti socialiste (8,89%) ! Bonjour la clarté. Rappelons que le siège de conseiller général était détenu par le parti communiste depuis 2012, siège invalidé par la suite. Pour mémoire, le FN avait remporté l’élection cantonale en 2011, avec 12 voix d’avance. Election elle aussi invalidée.
En regardant de près cette cantonale que constate-t-on ?  Un taux d’abstention particulièrement élevé : 66,66% ! Avec un tel score, on peut dire que c’est le parti des abstentionnistes qui a gagné. Quelles en sont les raisons ? Elles sont sans doute multiples : ras le bol après les deux précédentes élections, mécontentement généralisé contre la politique menée par François Hollande et son gouvernement, le caractère même de l’élection, une cantonale partielle sans enjeu, par définition peu mobilisatrice, etc.
Le président de la république aurait tort de ne pas analyser ce qui est en train de se produire à Brignoles, avec la victoire probable par défaut du Front national qui entre parenthèses n’a pas enregistré une avancée significative dans le canton.
Pour les différentes composantes du Front de gauche, cette élection doit être l’occasion d’ouvrir en grand les yeux. Il est nécessaire de se démarquer clairement du parti socialiste au risque d’être accusé de cautionner une politique anti sociale et d’en subir les conséquences, comme à Brignoles. Lors des prochaines Municipales le Front de gauche doit donc affirmer son autonomie en présentant partout des listes dès le premier tour d’autant plus que ces élections seront un grand test national. Dans le cas contraire, les électeurs, en particulier ceux de gauche, ne nous le pardonneraient pas. Ils iraient grossir les rangs des abstentionnistes ou s’égarer dans les bras de gens qui prônent la haine, la xénophobie et le racisme.
 
Angelo Leonetti*
 
* Un point de vue transmis par Louis Aminot, membre du Front de Gauche 29, du réseau des Communistes Unitaires.



Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 18:20

         

                                             L'enjeu des municipales à Plougonven
                                   Vendredi 11 Octobre 2013 à 20h 
                            Salle des associations de Saint Eutrope
Notre ennemi est le désintérêt de la politique et la résignation et notre force l'espoir et notre cohésion.
Nous avons besoin de tout le monde pour renverser l'ordre établi et nous donner les moyens de nos exigences humanistes.
Il est venu le temps de se ré approprier la politique et de croire qu'un changement contrairement au slogan de campagne mensonger de notre actuel gouvernement est possible.
Toutes et tous avec nous pour les municipales et le pouvoir reviendra à ceux et celles qui le subissent sans rien dire.
""La parole n'a pas été donné à l'homme, il l'a prise" (Louis Aragon).
Au plaisir de vous voir Vendredi,
Vanessa Bletterie, co-secrétaire du Parti de Gauche, Front de Gauche du pays de Morlaix.  
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 18:50

 

Le Président de la République a choisi le 55ème anniversaire de la Vème République pour venir en vanter la « stabilité » et la « plasticité ». Changer sans que rien ne change : quel hommage ! Tandis que la défiance à l’égard de la politique s’accroît et que la crise démocratique gagne du terrain, quoi de plus approprié en effet que de s’autoféliciter, de proclamer l’attachement indélébile des Françaises et des Français à ces institutions décrépies.

La Vème République est à bout de souffle. En réalité, les défauts originels de la Constitution sont toujours bien présents et ses déséquilibres ont été aggravés au fil du temps. Nous vivons dans une sorte de monarchie élective, flanquée d’une oligarchie politico-financière qui s’accapare des pouvoirs exorbitants sur les grands choix.

La souveraineté populaire a été rognée de toutes parts, que ce soit par les derniers traités européens adoptés contre l’avis majoritaire, ou par la réforme de la démocratie locale en cours d’examen. L’urgence n’est pas à une autocélébration vide de sens, mais à refonder le pacte républicain dans un nouvel essor démocratique.

Il est à espérer que la proposition d'un référendum d'initiative populaire qui fait si peur aux forces dominantes, ne soit pas cantonnée dans le domaine de la plasticité ou de l'élasticité de la République, utilisée dans une sorte de logique de l'édredon (Faut-il rappeler que la décision du dernier référendum a été contournée ?).

Une telle réforme est plus que souhaitable et devra bousculer la logique institutionnelle actuelle. L’heure est à donner le pouvoir au peuple. C’est ce que nous nommons VIème République.

 

Pierre Dharréville, Responsable de la commission « République, démocratie et institution » au PCF

 

logo

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 16:15

 

Lampedusa : le PCF dénonce des politiques sécuritaires et égoïstes

Combien faudra-t-il de morts pour que les gouvernements européens et l'Union européenne s'aperçoivent que « l'Europe forteresse » est une impasse ?

Combien faudra-t-il de morts pour qu'ils s'aperçoivent que les murs, les barrières, pour empêcher l'immigration sont à la fois inhumains, coûteux et inefficaces ?

Combien de morts encore faudra-t-il encore pour que l'on prenne conscience que l'avenir est à la coopération, et non à la concurrence ?

Combien de morts encore pour que cesse la cynique hypocrisie des gouvernements européens qui versent des larmes de crocodiles sur les victimes des guerres mais leur refusent tout asile ?

 

Les peuples européens, eux, ne sont pas égoïstes. Les habitants de Lampedusa l'ont encore une fois prouvé en portant assistance aux naufragés et s'occupant des corps sans vie rejetés par la mer.

Mais la crise est prétexte à d'immenses reculs sociaux et démocratiques qui menacent la solidarité. La paix, la justice, la solidarité censés être aux fondements de l'Union européenne ne sont plus que des oripeaux qui cachent à peine la cruauté du marché et de la concurrence.

Le PCF et ses partenaires du Front de gauche ont dénoncé et dénonceront toujours des politiques sécuritaires égoïstes inhumaines.

 

Il faut répondre « humanité » à ceux qui risquent leur vie pour fuir la misère et la guerre. Il faut répondre « solidarité et coopération » avec les peuples du monde. La concurrence et le libre-échange portent des logiques criminelles parce qu'elles divisent et mettent en compétition les peuples. Il faut répondre « paix » pour que l'Union européenne et l'ONU usent de tout leur poids diplomatique pour mettre fin aux conflits ; et ne pas se contenter d'une politique de la canonnière, a fortiori quand elle est à géométrie variable.

 

logo

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 07:32
Le mardi 8 octobre à 19h30, au 2, petite rue de Callac à Morlaix, l'association Front de Gauche du pays de Morlaix, tient son Assemblée Générale (ouverte à toute personne intéressée) avec ses adhérents de Morlaix, Plouigneau, Plougonven, Plourin, Saint Martin, Pleyber-Christ, Locquenolé, Saint Thégonnec, Plougasnou, Commana et de la région de Saint-Pol de Léon.
 
A l'ordre du jour: point sur les municipales dans le pays de Morlaix, échanges sur la situation du Front de gauche au niveau national, départemental et local, son fonctionnement. 
Organisation des activités militantes: contre la réforme des retraites, pour des politiques municipales vraiment de gauche associant les citoyens à la gestion des communes, pour dénoncer le coût du capital.

 

 

femme front de gauche morlaix



Partager cet article
Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 06:20

une-soixantaine-de-migrants-syriens-souhaitent--jpg

 

Près du quart de la population syrienne a quitté son domicile pour fuir des violences atroces et sur ces 6 millions de réfugiés, 2 111 600 sont réfugiés à l'étranger, dont 97% le sont dans les Etats voisins: ce Liban si opulent et si stable qui peut au risque de replonger dans la guerre civile accueillir 763 000 réfugiés syriens, cet Irak si tranquille et prospère qui en accueille 200 000, la Jordanie qui accueille 494 000 réfugiés, la Turquie 500 000, l'Egypte 126 000, beaucoup de réfugiés ayant fait l'objet de violences xénophobes dans ce dernier pays.

Face à "la grande tragédie de de ce siècle"   (Antonio Guterres, haut-commissaire de l'ONU pour les réfugiés), que fait l'Europe? Que fait la France? Le HCR demandait à ce que l'Europe accueille au minimum 10000 Syriens: l'Allemagne en a accepté 5000, l'Autriche et la Norvège 500.

Et la France... Que fait-on pour les ressortissants de notre ancien protectorat (de 1918 à 1945) où beaucoup de vieilles personnes éduquées parlent encore Français? Pour ces Syriens qui connaissent et aiment notre pays? Que fait-on pour ce peuple martyr, victime d'une des pires dictatures que le monde ait connu?

L'aide médicale et humanitaire de l'Etat dans les camps de réfugiés syriens, on l'attend toujours!

L'ouverture des ambassades et des consulats dans les pays arabes pour des demandes d'asile et d'immigration légale, on l'attend toujours!

Et après, on va donner des leçons aux pays arabes et à tant d'autres alors que nous nous exonérons nous-mêmes des plus élementaires devoirs de fraternité et d'humanité...

Cette France là me révolte et me dégoûte. Nous avons oublié ce que notre identité et notre histoire doivent à tant de réfugiés: juifs d'Europe de l'est et d'Allemagne, polonais, russes, italiens, espagnols...

Je me sens flétri, deshonoré quand j'apprends qu'une quarantaine de Syriens sont réduits, avoir avoir dépensé des sommes folles et traversé des épreuves terribles pour quitter leur pays, traverser le Proche-Orient, et l'Europe, à faire une grève de la faim à Calais pour demander à être accueilli en Angleterre parce que la France à été incapable de leur trouver des solutions d'accueil. Des Syriens qui témoignent avec amertume dans un appel relayé par le Secours catholique (cf.? Ouest France du 4 octobre 2013): "Le gouvernement français et la police nous ont très mal traités et n'ont montré aucun intérêt pour notre situatiuon (...). Nous espérons rencontre sécurité et refuge en Angleterre".   

A Calais, des centaines de migrants vont d'un squatt à l'autre, persécutés par la police, aidés seulement par des particuliers et des associations: des Syriens désormais, mais aussi des Somaliens, des Soudanais, des Afghans, des Albanais que l'on condamne à vivre de manière inhumaine et ultra-précaire, rêvant d'un passage en Angleterre, la France ne voulant pas les intégrer et ne leur proposant pas de perspectives.

Le droit d'asile est un devoir pour des pays qui se disent civilisés, respectueux des Droits de l'Homme, tout comme offrir un toît aux demandeurs d'asile est également un devoir... Depuis des années, la France est devenue inhospitalière, brutale avec les réfugiés, les demandeurs d'asile, les immigrés cherchant à échapper à la misère.

Cela ne choque même plus à droite et au PS car on regarde plus la montée de la xénophobie et duy Front National en France que nos devoirs d'humanité et les efforts accomplis par les pays du Sud qui accueillent 90% des réfugiés. Notre Méditerranée ressemble au mur électrifié construit par les Américains pour protéger leur frontière avec le Mexique, auprès duquel des centaines de migrants meurent chaque année.

Cette politique sans coeur peut dans certains cas mêmes être perçue comme criminelle: depuis 25 ans, au moins 20000 migrants sont morts en tentant de rallier l'Europe.

Il est urgent de nous souvenir qu'avant d'appartenir à un territoire surprotégé et relativement riche, nous partageons une commune condition et une commune nature avec nos frères hommes, qu'ils soient Arabes, Africains, Européens de l'est.

 

Ismaël Dupont   

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 05:45
Naufrage à Lampedusa: la politique d'immigration de l'UE montrée du doigt
Des bateaux patrouillent pour tenter de retrouver les disparus après le naufrage au large de l'île de Lampedusa, le 3 octobre.
Des bateaux patrouillent pour tenter de retrouver les disparus après le naufrage au large de l'île de Lampedusa, le 3 octobre.
REUTERS/Enza Billeci

Par RFI

Selon le dernier bilan, le naufrage d'un navire de migrants clandestins qui s'est déroulé dans la nuit de mercredi à jeudi, a fait au moins 130 morts. Il s'agit de l'une des catastrophes les plus meurtrières que l'île italienne de Lampedusa ait connue. Alors qu'on dénombre encore 200 disparus, ce drame soulève une nouvelle fois la question de la politique migratoire répressive de l'Union européenne.

Avec notre bureau à Bruxelles,

Tous les pays riverains de la Méditerranée en appellent depuis dix ans à la solidarité des pays du reste de l'Europe. La règle qui prévaut depuis 2003 est en effet que les candidats à l'asile dans l'Union européenne n'ont le droit de déposer de demande que dans le pays par lequel ils sont entrés dans l'UE. Les pays du sud ont donc l'impression d'être laissés seuls face à un afflux de migrants de plus en plus important.

► À (RE)ECOUTER : Lampedusa, l’île des faux espoirs pour des milliers de migrants

Une série d'outils communs ont cependant été mis en place, parmi lesquels on peut citer des aides financières ou encore l'agence Frontex de surveillance des frontières

européennes. Il y a aussi un important volet de communication avec les pays de départ, en particulier les accords de réadmission par lesquels plusieurs pays du sud de la Méditerranée s'engagent à accepter le retour d'immigrés partis clandestinement vers l'Union européenne.

Les débats vont repartir de plus belle dès la rencontre lundi des ministres de la Justice à Luxembourg. Une rencontre où sera lancé le système Eurosur, destiné à repérer et à sauver les embarcations de migrants. Même si la Commission européenne souligne qu'il y a plus de candidats à l'asile en Allemagne ou en France que dans les pays méditerranéens.

« Couloirs humanitaires »

A la télévision italienne, la ministre de l'Intégration, Cécile Kyenge, originaire de République démocratique du Congo et première Noire dans un gouvernement italien, a réclamé l'instauration de « couloirs humanitaires pour rendre plus sûres ces traversées sur lesquelles spéculent des organisations criminelles ». Elle demande aussi des facilités administratives pour accueillir ces migrants.

 

Cecile Kyenge

Ministre de l'Intégration italienne

Nous sommes face à une situation d'urgence (...) C'est donc la responsabilité de l'Europe.

 

04/10/2013 par RFI

 

→ À (RE)LIRE : Les migrants africains souvent «aux mains de mafieux sans scrupules et racistes»

 
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 19:19

Quand la vérité jaillit au détour d'une phrase

A quelques jours des élections en République Fédérale Allemande, Yves Calvi avait mis à l'antenne sur la 5 une émission sur la situation en Allemagne.

Ses invités, triés sur le volet, "spécialistes reconnus" comme de bien entendu discouraient d'une façon très urbaine des avantages de la politique menée par ses dirigeants qu'ils soient de droite ou de gauche. Mettant en exergue la confiance des Allemands dans leurs dirigeants, affirmant d'une façon péremptoire qu'il y avait pour la France bien des leçons à prendre Outre-Rhin... et oubliant, bien entendu, de citer l'explosion des bas salaires, l'absence de salaire minimum, le développement de la misère pour des couches de plus en plus nombreuses de la population et l'envol de la précarité.

Dans la dernière partie de l'émission la question d'un téléspectateur fut posée aux différents intervenants : "compte-tenu des différences de positions entre la France et l'Allemagne n'y a-t-il pas un risque de quitter le couple Français-Allemand et une tentation de rapprochement entre l'Allemagne et l'Angleterre ?"

Après quelques minutes de silence l'un des politologues asséna une réponse sans réplique : la question n'avait pas de sens vu que dans l'état actuel de la construction européenne l'accord franco-allemand était une absolue nécessité. Quelles que soient leurs différences les dirigeants des deux pays étaient obligés de trouver un accord.  Etonnamment aucun invité n'a réagi à cette déclaration d'importance.

Si cette analyse est exacte une question vient immédiatement à l'esprit : "Dans ces conditions pourquoi François Hollande s'est-il couché devant les exigences d'Angela Merkel au sujet du dernier traité européen ?

Après avoir "roulé les mécaniques" pendant toute sa campagne électorale en déclarant qu'il était hors de question de signer ce traité en l'état, pourquoi a-t-il paraphé sans la moindre modification, au mot et à la virgule près, le texte concocté par Merkel et Sarkozy ? N'y avait-il pas, dès le départ une acceptation sans combattre de ce texte qu'il n'a pas osé présenter au peuple français ?

N''est il pas temps d'instaurer une VIème République où la souveraineté du peuple sera enfin respectée et où "démocratie" ne rimera plus avec tromperie et délégation de pouvoir ?

POSER LA QUESTION C'EST APPORTER LA REPONSE

Alain DAVID
le 3.10.2013

 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011