Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 09:28

Ça y est, Macron et les députés socialistes avec la droite ont réussi à imposer l'extension du travail et de la consommation le dimanche. Ceci constitue une regression au niveau des droits et protections des salariés, mais aussi une régression de civilisation. 

Ce n'est pas pour rien que le Seigneur s'est reposé le septième jour et a créé Shabbat. C'est aussi le droit au repos, la récréation du monde, le sel de la vie et l'essence de la vie sociale et personnelle dont il est question ici.

Cette loi Macron porte en germe un projet de société ultra-capitaliste où rien n'échappe au règne de l'échange marchand. Cela contredit les valeurs humanistes de ceux qui considèrent que l'homme est autre chose qu'un homo oeconomicus, un être né pour travailler, gagner de l'argent et le dépenser. Qu'il doit se développer à travers les échanges sociaux, la culture, le loisir, le retour à soi, à sa famille et à ses amis.

La CFDT, l'alliée du PS social-libéral, va être contente, elle qui localement bataille a juste titre et avec pugnacité depuis des années contre le travail le dimanche, tout comme d'ailleurs la CGT.    

Le nombre de dimanches travaillés dans les communes passera de 4 à 12 en fonction de l'autorisation ou non du maire, sans garantie légale au niveau de la rémunération supplémentaire pour le travail le dimanche.

On met le doigt dans un engrenage qui va conduire à une américanisation plus complète encore de la société française, au nom du dieu Croissance et du dieu Profit, où l'on travaillera et consommera dans les hideuses zones commerciales des périphéries 7 jours sur 7, 24h sur 24. Bientôt les dimanches en famille devant la télé, chacun avec un livre sur le canapé devant un feu de cheminée, la partie de cartes ou le Monopoly, à la plage ou aux champignons ne seront plus qu'un lointain souvenir. Les parties de pétanque entre voisins, la match dominical, les footings dans les sous-bois aussi... Ou du moins certains ne pourront plus en profiter : tous ceux qui travaillent pour les grandes enseignes de la distribution.

 

Les travailleurs ne seront pas payés davantage pour autant. Généraliser le travail du dimanche, c'est le banaliser, et donc supprimer la rémunération supplémentaire. Le travail du dimanche ne créera pas beaucoup de croissance et d'emplois car les français n'auront pas plus d'argent pour consommer.  

Le temps social sera complètement annexé par le capitalisme et la religion de la consommation. Les citoyens seront bien dociles derrière leurs caddies et beaucoup de familles devront courir pour passer des bons moments de repos et de loisir ensemble.

On peut deviner les dégâts qu'occasionnera la généralisation du travail du dimanche sur les enfants dont on dit qu'il faut leur donner des meilleurs repères éducatifs si l'on veut qu'ils soient moins sensibles à la manipulation d'idéologues extrêmistes et qu'ils adhèrent à des valeurs de société républicaines et démocratiques.  

Ismaël Dupont

 

tout est bon dans le Macron!

Partager cet article
Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 13:40

ELECTIONS DEPARTEMENTALES

Personnes âgées – autonomie

Le Finistère, comme l’ensemble de la Bretagne, se caractérise pour un maillage de moyennes et petites villes qui, à côté des centres plus importants, assurent à la population de nombreux services de proximité. Dans ce domaine les établissements de santé et d’accueil des personnes âgées jouent un rôle primordial. Les approches comptable de la santé qu’ont développées les gouvernements successifs de droite comme socialistes mettent sévèrement en cause leur efficacité quant elles ne menacent pas leur existence par la fermeture successive de services et leur regroupement dans les centres plus importants. Il est de la responsabilité du département de jouer tout son rôle dans le maintien et le renforcement de ce maillage. Comme dans la prise en compte des capacités d’accueil notoirement insuffisantes en ce qui concerne les personnes âgées et la perte d’autonomie.

PERSONNES AGEES, AUTONOMIE

 

Il s’agit cette fois de compétences très largement affectées au département…et qui le resteront certainement.

Quelques points de départ :

Une société civilisée se doit d’assurer à chacun de ses membres de la naissance  à la fin de vie des conditions garantissant son intégrité et sa dignité. C’est d’autant plus obligatoire dans un pays riche comme la France .

 

  • le vieillissement de la population continue depuis des décennies est un progrès et non pas un problème comme le soulignent trop souvent les comptables qui nous gouvernent
  • si l’âge moyen augmente, il n’en est pas de même pour l’âge en bonne santé
  • les problèmes liés au vieillissement et à la dégradation d’autonomie sont des problèmes de santé et, à ce titre, doivent être pris en charge par la sécurité sociale.
  • L’augmentation de la productivité fait que jamais le travail des femmes et des hommes de ce pays n’a produit autant de richesses. Il n’y a donc pas un problème de moyens mais de choix de leur utilisation.

 

PERSONNES AGEES

 

L’hébergement des personnes âgées

 

L’éclatement des familles, l’éloignement géographique entre parents et enfants, les nouveaux mode de vie posent d’une façon totalement différente ce problème.

 

Le maintien à domicile

C’est le souhait très majoritaire des anciens tant que cela est possible.

Il implique de le permettre physiquement et d’en créer les conditions

  • adaptation des logements à une mobilité réduite
  • lutte contre l’isolement (transport, lotissements intergénérationnel, activités physiques, culturelles, mise en place de services à la personne,…)

 

Hébergement en établissement

 

De passage dans le Trégor le président du Conseil général indiquait qu’il allait manquer 2 000 places d’accueil des personnes âgées dans le Finistère. Au rythme actuel d’ouverture, combien d’années devront attendre les intéressé-e-s et leur famille ?

 

AUTONOMIE

 

La perte d’autonomie est un état de santé qui évolue et qui résulte de causes physiques, psychologiques, intellectuelles mais aussi matérielles, sociales, familiales …

Elle peut être totale ou partielle

Elle survient le plus souvent progressivement… mais peut aussi être brutale

Elle relève schématiquement de 3 situations : le grand âge, le handicap et l’invalidité.

 

Il n’y a donc pas une mais des réponses qui prennent en compte l’état de la personne, l’évolution prévisible, l’environnement familial.   

 

Nos propositions

 

Une réponse à la hauteur de la situation : le pôle public de l’autonomie :

 

Les difficultés financières croissantes du service public et son engagement insuffisant dans le domaine de l’autonomie ont conduit à des situations très diverses sur le territoire mettant ainsi à mal l’égalité des citoyens.

 

*le monde associatif avec sa générosité a contribué à apporter des réponses aux besoins dans un contexte qui génère souvent de la précarité pour les associations et pour leurs salariés

*le secteur privé ayant mesuré le potentiel s’est engouffré dans la brèche désireux de dégager le profit maximum de cet « or gris » dont font état les magazines.

De cet état de choses est née la proposition d’un pôle public de l’autonomie dans chaque département et d’un service public à la personne.

 

Des exigences fortes

 

Compte-tenu de l’importance des besoins et de leur évolution il ne peut pas être question de se contenter d’aménager l’existant. Il faut donc répondre en même temps à différentes exigences.

1 – une possibilité d’accès à tous

* ce qui pose la question de l’existence des solutions en terme  d’hébergement et de maintien à domicile (dans les 2 cantons : 30% de la population a plus de 60 ans. 40 % en 2040)

* prise en charge à 100 % par la sécurité sociale pour tous les frais médicaux (y compris appareillage optique, dentaire, auditif)

* hébergement pris en charge par la solidarité nationale sans récupération sur les familles

2 – une qualité égale de la prise en charge

* personnel qualifié en nombre suffisant (la situation actuelle entraînant , par manque de moyens, une forme de maltraitance institutionnelle pour les malades et une grande souffrance pour les soignants

* un plan de formation qualifiante pour toutes les personnes intervenant quel que soit le secteur (public, associatif ou privé)

* des conditions de travail et de salaire revalorisées

* un calcul de l’APA revalorisé avec un réel financement par l’état

* la prise en compte de la situation des aidant-e-s familiaux en leur permettant des « répits »

* mener des campagnes de prévention

*respecter les choix de vie

 

 

Bien entendu cela nécessite une action forte de la population contre la politique d’austérité menée actuellement par le gouvernement et par la mise en œuvre du titre de notre programme « L’humain d’abord »      

 

front de Gauche Morlaix

Partager cet article
Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 13:02

L'espace est réduit mais rappelons que Madame Le Maire et sa majorité de droite ont décidé unilatéralement de s'octroyer 50% de la page d'expression politique, contre 25% à chacun des deux autres groupes (auparavant, c'était 1/3 de la page pour la majorité municipale, 2/3 pour les deux groupes d'opposition), alors qu'elle a tout le reste du bulletin municipal pour faire la promotion de sa politique.  Bel exemple d'ouverture démocratique!

 

Plus que jamais, la participation des citoyens

 

Les morlaisiens sont-ils d’accord pour que des associations comme COALLIA et l’ORPAM soient fragilisées faute de subventions, que des projets comme la maison des associations ou l’épicerie solidaire soient mis en danger faute de moyens, que des cadeaux soient faits à des entreprises comme VEOLIA, que l’état retire 1,5 millions d’euros à leur ville …

Sur tout cela, ils ont leur mot à dire. Un citoyen écouté retrouve le chemin des urnes. Avec 60% d’abstention, cela vaut la peine !

Participer, s’informer, échanger, renforce le lien social et nous en avons aussi besoin pour lutter contre les ségrégations et les peurs agitées ?

Une participation citoyenne forte, comme en Grèce, peut aussi nous faire sortir des politiques austéritaires qui aggravent les inégalités et fragilisent les services publics.

 

Les élus du Front de Gauche à Morlaix: Michèle Abramovicz, Loïc Digaire, Ismaël Dupont

 

 

 

conseil Municipal 5 avril 5 avril 2014 intervention Ismaël

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 12:59

Soutien au Peuple Grec

 

TSPIRAS Altra Europa


Nous appelons à participer

 

au Rassemblement Jeudi 12 février 2015 18h devant la Banque de France à Brest

 

et au Rassemblement du samedi 14 février 2015 11h00 à Quimper Place Terre au Duc

 

La Grèce a un besoin urgent de notre solidarité. Les jours à venir sont cruciaux. Le nouveau gouvernement d'Alexis Tsipras a engagé la négociation pour faire respecter le mandat de son peuple. En appliquant son programme de redressement social et économique et de restauration démocratique, Syriza peut réussir le changement en Grèce et, avec nous, changer les règles en Europe pour sortir de l'austérité. La troïka, Angela Merkel, les libéraux et la finance le savent. Ils veulent refermer la brèche.

 

Nous devons être aux cotés du gouvernement grec. Les citoyens européens doivent faire pression sur leurs gouvernements pour qu'ils respectent le vote des Grecs, changent les règles imposées par la BCE et la troïka et laissent respirer la Grèce. Le temps nécessaire doit être laissé à Syriza pour reconstruire le développement du pays sur de nouvelles bases, au lieu de continuer à les asphyxier. C'est notre combat commun. Tous les peuples européens ont besoin de sortir de l'austérité et d'agir pour des solutions européennes et solidaires.

 

Aussi les organisations signataires appellent à un rassemblement jeudi  12 février à 18 h devant la Banque de France*  jour du Conseil Européen et avant l'Eurogroup du 17.
 

Autres signataires : Solidaires , ATTAC, PCF, Parti de Gauche, Ensemble, EELV Brest

Partager cet article
Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 12:28
la vidéo de BFM Tv de Manuel Valls dans un lycée marseillais:  affligeant !
Partager cet article
Repost0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 08:09

Elections départementales 2015

 

                                              Propositions environnementales

 

  Lutte contre les inondations :

 

-Accélération de la réfection des talus et plantations de haies bocagères.

 

-Arrêté préfectoral contre l'abatage des bois surplomblant une vallée ou bordant une rivière.

 

-Mise en place de bassins de rétention et de biefs en amont des rivières pour éviter les crues au maximum.

 

-Interdiction de la destruction de talus déjà en place et condamnation de ces actes pour les propriétaires ne respectant pas ces règles.

 

-Retour aux cultures fourragères et céréalières et diminuer celle du maïs.

 

  Participation Citoyenne :

 

-Rapprochement des citoyens et implication publique vers un mode de consommation alternatif (ESS, SEL, SCOP, AMAP, Economie Circulaire, lutte contre l'obsolescence programmée etc).

 

-Sensibilisation à l'environnement dans l'enseignement public et privé.

 

-Soutien au maraîchage et à l'agriculture écologique, équitable, garante d'un rendement à taille humaine et ne pratiquant pas de monoculture.

 

-Sensibilisation aux conséquences de nos comportements sur la qualité environnementale.

 

Loïc Digaire, pour le groupe de travail Environnement, agriculture

femme front de gauche morlaix

 

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 09:06

Georges-Wolinski-1280x640

 

Wolinski, 80 ans lorsqu'il a été tué le 7 janvier, dessinait depuis des décennies. Son trait, féroce et incisif, se faisait tendre pour croquer la classe ouvrière. Wolinski a oeuvré dans "l'Humanité" de 1977 à 1984.

José Fort le raconte: "Wolinski vient de loin. Fils de juif tunisien. Rapatrié vers le Nord froid et gris au moment de la décolonisation. Service militaire à Reggane, le centre d'essai de la bombe atomique française. Il aurait pu succéder à son beau-père et à sa boutique, lui que son instituteur notait "d'intelligence moyenne mais d'un esprit vid" et qui rêvait de devenir "architecte ou médecin de marine". Il a suivi - heureusement - un autre chemin..." (L'Humanité, numéro spécial du 15 janvier 2015). 

Ces dessins de Wolinski dans l'Huma, couvrant particulièrement la période 1977-1978, il y a 36-37 ans déjà, nous montrent que si les enjeux n'ont pas changé fondamentalement, il y a plus que jamais besoin d'héritiers à Wolinski, Charb, Cabu et compagnie, pour dénoncer avec humour et sens du résumé les injustices et indécences du temps. 

 

Wolinski ce que ça m'a fait de dessiner pour les cocos

Wolinski dessin frigo l'huma du 15 janvier

 

Wolinski L'huma 1977

 

Wolinski L'huma 1977 b

 

Wolinski L'Huma 1977 c

 

wolinski l'huma 1977 d

 

Wolinski l'huma 1977 e

 

Wolinski L'Huma 1977 f

Wolinski L'Huma 1978 a

Wolinski L'Huma 1978 b

 

Wolinski L'Huma 1978 c

Wolinski L'huma 1978 d

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 09:05

Sine-nous-voulons-un-monde--jpg

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 08:59
BCE

Dans le but de dissocier nos concitoyens et ceux d’autres pays européens, des ministres, des journalistes, qui  prétendent pourtant être des apôtres de la construction européenne, racontent un énorme mensonge à propos du remboursement de la dette de la Grèce.

Ils tentent de faire croire que si ce pays ne payait pas son énorme dette chacune et chacun d’entre nous devrait payer 731 euros sous forme sans doute d’augmentation d’impôt. Pour énoncer une telle affirmation ils se basent sur le fait que théoriquement la France a prêté 40 milliards d’euros à la Grèce.

Faisons d’abord remarquer que l’actuel gouvernement choisi par le peuple grec n’est en rien responsable de cette dette. C’est même pour obtenir sa renégociation que nos amis de Syriza ont été élus largement. Il propose d’ailleurs un mécanisme de restructuration de cette dette qui ne coûterait à aucun autre peuple.

L’Allemagne, elle-même s’est bien vue annuler une énorme dette en 1953 sans que le monde ne s’écroule.

L’endettement en Grèce est le résultat de la fraude fiscale, de l’évasion fiscale, de l’exonération d’impôt pour les plus grandes fortunes et aussi des politiques d’austérité qui ont conduit à asphyxier l’économie et à détruire des activités.

Ajoutons que les grands bénéficiaires de ces choix d’austérité et des prêts ont été les banques qui ont disposées d’argent très peu cher auprès de la Banque Centrale Européenne.  Elles re-prêtent ce même argent avec des taux d’intérêt très élevés aux  Etats, particulièrement l’Etat grec. Voilà qui leur a permis d’empêcher de substantiels profits. A l’origine nous avions à faire à une majorité de dettes privées.

Ce sont les institutions européennes qui ont décidées de transférer ces dettes privées en dettes publiques pour sauver le secteur bancaire qui depuis au moins l’année 2012 s’engraisse sur ces dettes grâce aux taux d’intérêts élevés qui aboutissent à ce que les frais financiers (autrement dit la charge de la dette) soient l’un des principaux poste budgétaire des Etats. Ceci n’existait pas en France avant les années 1980.  

A partir de cette date le pouvoir de l’époque a décidé de modifier le statut de la Banque de France qui permettait de disposer de l’argent pour l’investissement public à taux d’intérêt nul. C’est ce que devrait continuer à faire la Banque Centrale Européenne si elle se mettait au service de l’intérêt général et non pour les spéculateurs. Les dettes privées ont été transférées dans un fonds européen garanti par les Etats. La France participe à celui-ci pour une valeur de 40 milliards de garantie d’emprunts. C’est ce qui explique la somme mise en avant par des commentateurs.

Mais notre pays touche aussi chaque année des intérêts sur cette somme et l’Allemagne encore plus. Autrement dit, les grecs paient depuis des années en réduction de leurs droits sociaux, en vente de leurs biens publics et en contributions diverses des sommes qui constituent un transfert de leur richesse vers les banques et aussi vers les pays du nord de l’Europe.

On est très loin ici d’une nécessaire solidarité européenne. La restructuration de la dette hellène ne conduirait donc pas du tout à l’appauvrissement d’autres peuples. Par contre elle constituerait un manque à gagner  potentiel pour les rapaces de la finance.

Voilà qui les fait s’agiter, manipuler les bourses, accentuer l’évasion de capitaux, faire pression sur le nouveau gouvernement grec et les peuples refusant d’accepter le verdict des urnes. La Banque Centrale Européenne sortant totalement de son rôle menace de ne plus alimenter les banques grecques pour créer un climat de panique chez toutes celles et ceux qui sont des déposants, des épargnants et ceux qui ont besoin de crédits pour investir ou maintenir une activité. Ce n’est rien d’autre qu’un coup d’Etat financier au moment où cette même Banque Centrale Européenne crée plus de 1000 milliards d’euros pour fournir des liquidités aux banques privées de toute l’Union européenne. Cet argent serait mieux utilisé pour la relance économique, l’investissement, la création d’emploi que pour la spéculation. Voilà qui devrait faire l’objet d’une mobilisation populaire pour que la Banque Centrale Européenne joue un rôle positif au service de l’intérêt général. Le gouvernement grec n’a besoin que de 12 milliards d’euros pour mettre en œuvre son programme social et de relance. Une goutte d’eau donc comparé aux intérêts de la dette et aux sommes que va mettre en circulation la Banque Centrale Européenne !

 

Il faut donc briser le mur de l’argent.

 

L’argument selon lequel une difficulté de la Grèce à rembourser conduirait à augmenter les impôts ici,  est faux. Cette somme est déjà inscrite dans la dette française. Rappelons que l’Etat paie déjà beaucoup d’intérêts sur cette partie de la dette aux banques. Ce sont toujours les banques qui s’engraissent. Si ces 40 milliards de la dette grecque étaient annulés cela augmenterait le déficit public de manière comptable de la même somme mais ne conduirait en rien à une augmentation des impôts. Le budget de l’Etat ne comporte aucune ligne de remboursement de la dette.

 

Le seul impact d’une telle annulation serait peut-être la perte des recettes correspondant aux intérêts versés par l’Etat grec. Mais le gouvernement de la Grèce ne demande rien de tel. C’est l’agence d’Etat France Trésor qui emprunterait si nécessaire sur les circuits financiers. Mais les taux d’intérêts auxquels on emprunte, les exigences des marchés financiers, les fluctuations de la valeur de l’euro jouent un rôle bien plus important que les décisions du gouvernement grec. Le mur du mensonge répété en permanence doit aussi être brisé. C’est au contraire un mouvement de solidarité ample qui doit s’affirmer sur une demande simple : le respect du vote du peuple grec qui n’en peut plus de l’austérité, du chômage, de la mal vie, et de la vente de son pays au plus offrant.

 

Ce débat nous concerne au premier chef. Réussir une politique anti austérité en Grèce c’est dégager la voie pour des choix de gauche en France et ailleurs en Europe. C’est du reste ce dont a peur la grande coalition  constituant les piliers du mur de l’argent.

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 08:14
Nous avons le plaisir de vous annoncer la création du site de notre Groupe Local, que vous pourrez consulter en suivant ce lien:
 et également de notre blog:
Yves Abramovicz, responsable AFPS pays de Morlaix

logo AFPS
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011