Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 12:49

I. Quelques causes des difficultés de l'euro

 

1. L'Europe est essentiellement un espace économique où les états sont en guerre économique. "La concurrence libre et non faussée", principe inscrit dans les traités, entraîne, dans chaque pays, des politiques anti-sociales: il faut produire moins cher que le voisin pour exporter plus que le voisin. La seule façon, pour les capitalistes, de produire moins cher est de réduire le coût du travail: baisse des salaires, mise à mal de ce qui protège comme la sécurité sociale ou les retraites.

 

2. L'Europe est un ensemble de pays très inégaux sur le plan économique et social. L'absence de solidarité et de coopération évoqué ci-dessus aggrave les différences: les déséquilibres commerciaux entre états s'accentuent. L'Allemagne vend beaucoup à ses voisins européens. L'excédent de sa balance commerciale est de l'ordre de 100 milliards d'euros pour l'année 2011. Par contre, la France, qui se désindustrialise, a un déficit de 60 milliards pour la même année. A ces déséquilibres commerciaux s'ajoutent les déséquilibres financiers: l'écart entre les pays les moins endettés et les plus endettés ne cesse de grandir. Tout cela destabilise la monnaie unique.

 

II. Les fausses solutions: sortir de l'euro

 

1. Le retour des frontières est une solution populiste (démagogique). Le repli sur soi caractérise le Front National dont le nationalisme étriqué, réactionnaire et dangereux est en cohérence avec d'autres thèmes racistes: fermer les frontières pour se protéger de la menace extérieure, expulser tous les étrangers, des ennemis potentiels et des parasites.

 

2. L'Europe, le bon niveau pour régler certains problèmes:

 

a) Sortir de l'Euro, ce serait faire exploser l'Europe à un moment où la réponse aux questions liées à la mondialisation passe par la constitution d'ensembles plus grands.

 

b) même très imparfaite, l'Europe a su trouver des solutions immédiates à la crise: la banque centrale européenne (BCE), en renflouant les banques, les a sauvées de la faillite qui nous aurait plongés dans le chaos.

 

c) sortir de l'euro aggraverait les logiques désastreuses du chacun pour soi. En plus de la concurrence qui pousse chaque pays à s'attaquer aux acquis sociaux, nous connaîtrions à nouveau la spéculation sur les monnaies nationales et la guerre entre elles. Chaque pays pourra utiliser l'arme de la dévaluation qui donne un avantage en faisant baisser le prix des produits exportés. On vend alors plus que le concurrent. La contrepartie est douloureuse: le retour de l'inflation causée par l'augmentation des produits importées et la baisse du pouvoir d'achat.

 

3. Le retour au Franc non seulement ne règlerait pas la question du pouvoir d'achat mais aurait encore des conséquences très négatives:

a) obstacle aux déplacements en Europe.

b) dévaluation très importante du Franc, monnaie moins forte que l'euro. Cela entraînera de l'inflation et un alourdissement de plusieurs milliards de la dette française.

c) augmentation des taux d'intérêt (ceux-ci déterminés actuellement par la BCE sont plus bas que du temps du franc): ralentissement de l'activité économique (emprunter coûte cher) et donc une augmentation du chômage.

 

III. Les vraies solutions: changer l'Europe

 

Puisque l'Europe est un cadre à maintenir, il faut construire de l'intérieur de l'Europe une Europe des peuples et non de la finance et des marchés.

 

1. l'Euro doit devenir un outil de coopération entre pays et non être au service des rentiers et de l'Allemagne, grande exportatrice, qui impose à tous un € fort. Il faut donc harmoniser:

- les politiques économiques pour éviter les disparités évoquées plus haut.

- les politiques sociales, par le haut et non par le bas, par exemple établir, par étapes, un SMIC européen qui empêche la concurrence inacceptable fondée sur l'exploitation des travailleurs.

 

2. D'une manière plus générale, l'Europe doit mettre en place des mécanismes de solidarité entre Etats et non livrer ceux-ci en pâture aux marchés privés comme les banques par exemple. Il faut, en particulier, revoir les missions de la BCE (donc le Traité de Lisbonne): celle-ci actuellement ne peut pas financer directement les Etats, ce que revendique le Front de Gauche. Elle finance les banques privées à des taux avantageux. Celles-ci prêtent ensuite- ou ne prêtent pas-  aux Etats à des taux qui peuvent être très élevés: les banques s'enrichissent, ainsi que les spéculateurs, les Etats s'appauvrissent (le montant des intérêts de la dette française égale 40 milliards d'€ en 2012).

 

3. l'Euro doit exclusivement servir les besoins de la population. Il doit donc favoriser l'investissement qui modernise les entreprises, le progrès social, l'augmentation des salaires, par exemple, la recherche. Comment? En instituant un crédit sélectif: crédits à taux zéro pour les dépenses utiles, crédits très chers pour les spéculateurs.

 

Conclusion

 

La monnaie n'est qu'un outil. La question essentielle est donc celle de son utilisation. Retour au franc? Mais pour faire quoi? Une politique libérale? Sociale?

L'Europe et l'euro ne sont pas la propriété des technocrates, souvent non élus, de Bruxelles, et qui agissent pourtant au sein d'institutions sans légitimité. Il faut donc "prendre le pouvoir" selon le slogan de l'affiche du Front de Gauche. Cela veut dire imposer d'autres logiques que celles du capitalisme: la préoccupation principale ne doit pas être le profit mais l'humain. "L'Humain d'abord" est le sous-titre de notre programme. Cela veut dire démocratiser l'Europe: donner plus de pouvoir au Parlement et tenir compte du résultat des référendums afin qu'elle évolue selon les désirs des peuples".

 

Roland Porcher

Avril 2012  

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011