Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 05:35

Le Télégramme consacrait hier ses cinq premières pages à la mort d'Edouard Leclerc. Le Mahatma Gandhi, Einstein ou de Gaulle en leur temps ont-ils reçu le traitement de faveur nécrologique de ce businessman finistérien?

 

470778_edouard-leclerc-magasin.jpg

 

Il est vrai que l'urgence pour la caste politico-médiatique qui prétend régir nos consciences est de réconcilier les citoyens avec "le monde de l'entreprise", avec le fric qui est fait sur leur dos...

Edouard Leclerc serait donc un "visionnaire", "un personnage messianique" , voire un chevalier sans peur et sans reproche brandissant "l'étendard de la défense du consommateur". (Yves Drévillon). Délaissant un peu les superlatifs convenus et s'intéressant à l'homme plutôt qu'à l'icône du monde des affaires, Dominique Le Bian-Rovier voit en Edouard Leclerc une forme de Marlon Brando du CNPF: "un personnage mystérieux" , "un original qui rêvait de créer une chocolaterie ou une usine de transformation des métaux précieux à Landerneau", "un être blessé" (pensez-vous, d'anciens amis et associés l'ont trahi pour fonder Intermarché...), "un mystique qui se référait souvent au message biblique".

 

Comme Dominique Le Bian-Rivier est un journaliste honnête et non servile, il laisse entendre au détour d'une phrase que Leclerc était un "homme multiple" "dont la jeunesse a été sujet à controverse après la Libération" .

L'allusion restera dans le clair-obscur, aussi mystérieuse que le personnage... A t-on le droit de dire dans le journal des Coudurier que l'inventeur de la grande distribution fut un "collaborateur" dans sa jeunesse ? 

Il est vrai qu'Edouard Leclerc était jeune alors, sorti d'un séminaire où on l'avait certainement couvé aux idées réactionnaires et à la haine du rouge: cela explique probablement l'élégance du Télégramme qui, en récapitulant les grandes dates de la vie d'Eduard Leclerc, acomplit un grand saut salutaire entre 1926, date de sa naissance à Landerneau, et 1949, date de "l'ouverture de la première épicerie dans un hangar de la rue des Capucins, avec un capital de 5000 francs" .

La success story est sauve: sur la photo de la page 3, on voit le jeune ambitieux et désargenté Edouard Leclerc balayer lui-même le pas de porte de son épicerie fort rustique de la rue des Capucins.

Ce personnage "multiple" , bon catholique au demeurant, est, n'en doutons pas, un autre homme que celui qui a été emprisonné et jugé à la Libération pour avoir dénoncé un réfugié communiste espagnol et des résistants, dont François Pengam, arrêté le 21 mai 1944 à Landerneau à 19 ans et fusillé 6 jours plus tard, après sans doute d'horribles tortures.

François Pengam, arrêté en même temps que cinq autres jeunes du "patronage catholique des Gars d'Arvor", était FTP (Franc Tireur et Partisan) depuis 1942. Sa famille a adressé un courrier à la chancelerie de la Légion d'Honneur pour exprimer son "profond désarroi" quand en 2010 Nicolas Sarkozy a décoré Edouard Leclerc.

Edouard Leclerc a été emprisonné six mois à la Libération. Dans ses dépositions au groupe de résistant FTP de Landerneau, il avoue avoir renseigné les allemands et leur avoir donné des noms de résistants, dont celui de François Pengam. Il se rendait régulièrement à la Kommandantur où il rencontrait l'officier Herbert Schaad, le responsable du Kommando de 20 personnes dirigé par le lieutenant Krüger qui traquait les résistants et les torturait au manoir de Colleville, à Landerneau.

Finalement, Edouard Leclerc bénéficia d'un non-lieu. Le procureur de la République écrivit à la famille de François Paugam que: "Examiné du point de vue mental, il a été reconnu irresponsable de ses actes".  Personnage multiple en effet que ce futur milliardaire à demi fou à 17 ans...

Mais il semblerait, comme l'indique Boris Thiolay dans l'article daté de 2010 de L'Express d'où nous reprenons ces informations ("Le passé trouble d'Eduard Leclerc pendant l'Occupation" :     http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-passe-trouble-d-edouard-leclerc_886250.html), que Edouard Leclerc ait reçu un certificat médical de complaisance obtenu grâce à un ami de son père, qui organisait l'aide alimentaire à la population de Brest et avait une influence sur les autorités issues de la Résistance.

  

Alors quand, en page 5 du Télégramme, le journaliste du Télégramme Yann Le Gall s'exclame "derrière l'enseigne, combien de Landernéens connaissent l'homme?", on peut penser que c'est peut-être finalement une bonne chose pour l'honneur du patronat et de la famille qui préside aux destinées de la ville (dont Patrick Leclerc est maire) que le rideau protecteur de l'oubli et du secret soit tombé sur la vie d'Edouard Leclerc. Les journaux locaux ne sont d'ailleurs peut-être pas complètement étrangers à l'ignorance crasse des Finistériens touchant la vie d'Edouard Leclerc et qui fait que les Landernéens "se rendent presque instinctivement"  (comme des bêtes?) dans la grande surface Leclerc sans connaître son inventeur.

 

Heureusement, on a trouvé à Landerneau des témoins capables de parler de lui comme un type "simple", "aimable", "un grand communiquant" . Le maire Patrick Leclerc, sait aussi trouver en toute objectivité des mots justes et forts pour qualifier l'oeuvre de son célèbre parent, à qui l'on doit le dynamisme de notre chère Bretagne, que n'embellissent pas qu'un peu les grands hangars des supermarchés Leclerc poussant un peu partout comme des champignons sur la mousse de spacieux parkings ornant les abords des villes et des bourgs:  

"Personnellement, j'ai connu quelqu'un d'humain, passionné par le patrimoine religieux, la peinture, la littérature. Il est resté humble, attaché à son territoire, soucieux de son économie. (...). S'il n'y avait pas eu Edouard Leclerc, comme d'autres, peut-être que la Bretagne ne serait pas ce qu'elle est".    

 

Le socialisme est également reconnaissant à ce bienfaiteur qui a su combattre pour le pouvoir d'achat des masses bien plus efficacement que Marx, Krazuki and co...

François Hollande considère que Edouard Leclerc a fait de "la défense des consommateurs et d'une certaine éthique commerciale un combat incessant". Moscovici loue au travers de la personne de Edouard Leclerc la réconcilation de l'intérêt et de la vertu, de la morale et du calcul égoïste: "Initiateur de la distribution à bas prix, il fit de la défense du consommateur l'un des piliers de sa stratégie commerciale. Son esprit visionnaire était unanimement reconnu". Jean-Yves Le Drian ne fait pas dans l'originalité, puisque que le chef d'entreprise rusé qui réussit est forcément "visionnaire"  dans la novlangue néo-libérale contemporaine: "Edouard Leclerc était un visionnaire qui avait fait le choix, osé à cette époque, de vendre à prix de gros les produits de la vie courante. Il restera incontestablement cet entrepreneur breton devenu le père de la grande distribution". Pierre Maille, le président du Conseil général du Finistère, loue aussi l'efficacité sociale de cette machine de guerre économique que le supermarché Leclerc: "Son action à la tête du mouvement Leclerc a été à l'origine de la création de milliers d'emplois".  

 

De quels emplois parlez-vous, Pierre Maille? Ceux des milliers de petits commerçants indépendants que les supermarchés Leclerc ont mis sur la paille. Ceux des paysans que le modèle d'agriculture productiviste promu par la grande distribution a perdus. Ceux des caissières et petits employés des magasins Leclerc condamnés toute leur vie aux bas salaires, travaillant souvent à temps partiel, en CDD, sur des horaires impossibles, et qui baissent la tête devant des gérants tyranniques pour ne pas perdre un emploi qu'ils ne sont pas sûrs de retrouver. Ceux des producteurs sur-exploités des marchandises bas de gamme vendues dans les magasins Leclerc? Ceux des libraires, des éditeurs et des écrivains que Edouard Leclerc voulaient encourager à être "compétitifs" en s'opposant à la loi Lang sur le prix unique du livre?  

 

Si Leclerc est célébré, c'est peut-être parce qu'il est un des premiers promotteurs de l'idéologie de l'individu-consommateur en recherche de prix bas qui s'est imposée au détriment de la conscience citoyenne et des pratiques de défense d'une juste rémunération du travail des producteurs. Leclerc et ses épigones, en créant la grande distribution et sa propagande consumériste, n'ont pas peu contribué à rendre nos concitoyens schizophrènes: voulant avoir tout au moins cher et ce faisant, acceptant la dégradation de la qualité des produits et des conditions de travail.

 

Dès les années 50, Leclerc s'est paré du costume du défenseur du consommateur, à qui il garantissait les prix les plus bas en limitant les marges des grossistes (30% à l'époque) et des détaillants (20% au moins). Ses marges, il ne les réalisait pas sur les prix mais sur les volumes. Martine Orange, dans L'Histoire secrète du patronat (La découverte, 2009), retrace les débuts tonitruants d'Edouard Leclerc dans le monde des affaires:

 

"Son magasin est dans un vilain hangar, les cartons y sont entassés. Pourtant, on s'y presse. Les autres commerçants hurlent à la concurrence déloyale. Les grossistes entrent en guerre, menaçant à la fois les industriels qui le fournissent et les commerçants qui veulent l'imiter. C'est le début d'une très longue bagarre. Mais Edouard Leclerc esquive les coups. Il se raproche des exploitants agricoles, si nombreux dans le pays du Léon. Par l'intermédiaire de leurs coopératives, il leur promet de vendre leurs artichauts et leurs choux-fleurs à des prix beaucoup plus intéressants que ceux promis par les grossistes. Et, en plus, il leur garantit des volumes. Car il fait de plus en plus d'émules: des commerçants viennent rejoindre le groupe d'adhérents Leclerc. Ils s'organisent en réseau, partagent les bonnes affaires et le nom des fournisseurs avantageux. Supervisant le tout, Leclerc groupe les achats et demande à peine 4% à 7% de marge pour l'ensemble des services fournis".

 

Leclerc défend son système novateur avec la dernière énergie face aux défenseurs des boutiquiers, ou petits commerçants, tel Pierre Poujade ou ses héritiers, les adhérents du syndicat Cidunati, qui mettent justement en cause son passé collaborationniste.

Au nom du progrès, les politiques et l'administration vont bientôt le soutenir contre les intérêts des corps de métiers du passé.

Le système Leclerc, fait de prix bas, de marges tendues, de gros volumes, de libre service, de magasins aux gros espaces et aux grands parkings, fait tache d'huile: les savoyards Jean et Denis Defforey jettent les bases du groupe Carrefour au début des années 1960 (l'appelation ne sera adoptée qu'en 1967), Gérard Mulliez, l'héritier du groupe Phildar crée lui Auchan, les familles Guichard, Bouriez et Halley créant elles respectivement Casino, Cora et Promodès.

 

Les enseignes de grande distribution deviennent bientôt un passage obligé pour les industriels et les agriculteurs et imposent leur prix à leur convenance. Aujourd'hui, 69% du commerce alimentaire est aux mains des grandes enseignes, contre 58% aux Pays-Bas et 60% en Allemagne. Carrefour et Leclerc sont en position dominante dans 60% des zones commerciales.

 

"Désormais sans grande concurrence, écrit Martine Orange, ils pratiquent les prix qu'ils veulent, obligeant les fournisseurs à leur consentir des réductions de plus en plus importantes, menaçant de les abandonner s'ils résistent, s'approvisionnant massivement en Chine ou dans d'autres pays à bas coût pour faire baisser les tarifs. Tout cela, naturellement, au nom du seul intérêt des consommateurs. Officiellement, la grande distribution est un secteur à très faible marge, à peine 2% ou 3%. Il semble pourtant qu'il y ait beaucoup d'argent qui circule. Etre responsable d'un hypermarché, c'est avoir l'assurance d'être millionnaire en euros en moins de cinq ans. Les familles fondatrices, elles, sont toutes devenues milliardaires en trente ans".

 

L'argent, c'est justement une réalité trop prosaïque sans doute pour que le Télégramme en parle: celui gagné par les employés de Leclerc comme celui accumulé par la famille Leclerc. Pourquoi faire intervenir de telles trivialités quand on parle d'un "visionnaire", quand on cherche à qualifier l'histoire d'amour entre Leclerc et les bretons? En plus, Patrick Leclerc prend bien soin de rappeler que "le moteur (d'Edouard) n'était pas l'argent mais sa passion de bâtir". Sans nous parler de la fortune des Leclerc, on nous apprend tout de même que le chiffre d'affaires des centres E. Leclerc était malgré la crise en 2011 en croissance de 5,5%, s'élevant à 37,8 milliards d'euros.

Ces montagnes d'or s'entassent aux dépends des producteurs (à qui l'on impose des prix de vente très bas qui impliquent des rémunérations très basses pour les travailleurs du secteur primaire, bien souvent employés hors de France), des salariés du groupe, et bien sûr également des consommateurs.

 

Ironie du sort ou prescience, L'Humanité dimanche faisait son dossier il y a 5 jours sur "l'art de faire du fric sur la pauvreté dans la grande distribution".

 

Michel-Edouard Leclerc, le fils, posant en révolutionnaire résistant à la hausse des prix oppressant le pouvoir d'achat des familles populaires, laquelle s'incarne sur la publicité Leclerc dans un CRS la matraque prête à frapper, a prévu d'adapter ses produits vendus à une clientèle de plus en plus pauvre, en réduisant les doses courantes des produits pour stabiliser les prix ou les rendre meilleur marché. Les profits seront identiques ou plus grands, mais le consommateur aura l'impression de mieux s'en sortir en achetant des produits qui ne seront pas meilleur marché au kilo.

 

Leclerc-pub.gif

 

Cette évolution du marketing traduit bien le cynisme de la prétention de Leclerc et de la grande distribution à oeuvrer en faveur de l'intérêt général en cassant les prix. Non décidemment, Leclerc, ses héritiers et ses imitateurs, ne sont pas les humanistes que l'on prétend célébrer aujourd'hui.

 

  

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011