Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 11:33

J'ai entendu ce midi au journal de 12h30 de France Culture la fin d'une interview de Robert Hue, le grand timonier du NEP (nouvel espace progressiste) qui estimait pendant le congrès du PCF à l'automne dernier,  à l'unisson des commentaires les plus caricaturaux des éditorialistes et journalistes anti-communistes, que celui-ci était  " un outil vieillissant prisonnier de sa matrice bolchevique", ce même Robert Hue qui disait ne pas vouloir s'inscrire dans la création d'"un nouveau bloc politique à la gauche du PS".

Aujourd'hui, l'intéressé a fait très fort: je n'ai entendu que la fin de son entretien (1 minute) - entretien que je mettrai en lien dès que possible - mais cela a suffi à me mettre en colère, et avec moi je pense la majorité des communistes qui ont eu l'occasion de l'entendre.  

Voilà un ancien secrétaire national du PCF, deux fois candidats aux présidentielles, qui a appelé à voter dès le premier tour en 2012 pour un grand progressiste devant l'éternel, devenu depuis François II, afin d'éviter la démagogie radicale qu'incarnaient selon lui le programme et le candidat du Front de Gauche, et qui aujourd'hui nous dit: "la méthode choisie pour la réforme des retraites est la bonne", les "partenaires sociaux" seront consultés avant toute nouvelle loi, les régimes spéciaux ne font pas des fonctionnaires des privilégiés (concession à ce qui lui reste de réflexes progressistes), "ce qui n'empêche pas de les aménager", car il n'y a aucune question tabou pour la gauche, et même si l'allongement de la durée de cotisation n'est pas à privilégier a priori,  on ne peut exclure que cela soit considéré consuellement comme un moyen efficace de combler le problème de financement des retraites.

Quel autre but avait ce verbiage mollasson et contradictoire sinon de rassurer Billancourt en disant: "Hollande et Ayrault font du bon boulot, ne vous inquiétez pas, il faut juste un peu déplacer le curseur à gauche" ou encore "les syndicats - FO, CGT, FSU - ne doivent pas s'enfermer dans une attitude de contestation et de rejet radical de la réforme des Retraites, il faut qu'ils se mettent sereinement à la table des négociations et qu'ils n'oublient pas qu'ils sont par définition des partenaires sociaux... de qui Mr Hue, du MEDEF et de ses porte-paroles au gouvernement?

Voir qu'un ancien dirigeant communiste utilise cette expression de tradition libérale ou sociale-démocrate de "partenaires sociaux" est stupéfiant et pathétique, navrant pour lui. Imaginez ce que se serait passé s'il avait été au bout de sa logique: le PCF n'existerait plus et une partie de ses cadres serait peut-être aujourd'hui en train d'imposer l'austérité au peuple en gouvernant avec les néo-libéraux, comme cela s'est passé en Italie.

Non décidemment, Robert, reste où tu es, sur les velours confortables et sous les plafonds rococos du Luxembourg. Nous ne te regrettons pas trop...

 

 

 

 

   

     

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011