Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 08:31
Ce mercredi 17 décembre, M. Guilcher et la droite morlaisienne et saint-martinoise vont probablement engager le SIVOM sur une prolongation de contrat avec Véolia sur 5 ans, prétextant le choix de ne pas faire payer à l'usager des investissements élevés et prétendument imprévus pour l'entretien de la station de relevage du square Weygand devant le port et le château d'eau de Keriven. 

Le SIVOM qui pourrait et devrait (suivant les termes du nouveau contrat d'affermage avec Véolia, prenant effet au 1er janvier 2012, le SIVOM devait prendre en charge lui-même les gros travaux, contrairement au précédent contrat, ce qui expliquait la baisse de 1€ de la facture pour l'usager) prendre lui-même la charge des travaux en empruntant (il se rembourse ensuite sur l'augmentation de la part SIVOM sur la facture de l'usager) va les confier à Véolia qui empruntera et fera les travaux en échange d'une prolongation de contrat de 5 ans.
Si j'ai bien lu les chiffres et fait les calculs, le SIVOM met en avant une économie globale (assainissement +eau potable) de 12€ HT pour 70m3, de 20 € HT pour 120 m3 pour l'usager. 

En réalité, sur le long terme, cela change absolument rien pour l'usager et sa facture puisque de toute façon les travaux devront être remboursés: tout dépend du temps d'amortissement de l'emprunt que l'on prend en compte. Le SIVOM pourrait étaler le remboursement des investissements sur la durée qu'il veut. 
La décision du SIVOM et de la droite morlaisienne correspond en réalité à un choix politique. 
Certes, il y a sans doute moins de travail pour le président M.Guilcher en confiant les travaux et la charge de l'investissement à Véolia: cela évite de faire passer des appels d'offre, de contrôler le suivi... 
Mais fondamentalement, il s'agit d'autre chose: deux ans après le début du contrat, le SIVOM fait semblant de découvrir qu'il y a des gros travaux de réfection qu'il n'aurait pas anticipés (il n'y a pas eu de plan pluri-annuel d'investissement au moment du passage du nouveau contrat) et qui, de toute façon témoignent que Véolia n'a pas fait son "boulot" d'entretien lors des précédents temps de contrat de DSP, ce qui justifie en bonne logique libérale que l'on "récompense" aujourd'hui Véolia en prolongeant de 5 ans son contrat.  

De la sorte, et c'est sans doute l'objectif poursuivi par la droite et Véolia, Morlaix compliquerait le retour de la gestion de l'eau en régie publique en cas de transfert en gestion communautaire car il faudrait dédommager davantage Véolia. S'il y a un retour en régie dans 6 ans, au moins 300 000€ à rembourser, qui n'apparaitront pas dans les dettes actuelles du SIVOM.
 
Mais Morlaix s'est inspiré de l'exemple de Lanmeur qui (merci M. Fichet) a aussi prolongé son contrat de 5 ans avec son délégataire, sans étude ni débat public, comme la loi le lui permet (à condition que la durée totale du contrat n'excède pas 20 ans), en prétextant de gros travaux à réaliser, confiés au délégataire. 
C'est important qu'il y ait du monde aujourd'hui à 17h30 à l'ancien lycée de Kernéguès devant le SIVOM. Si certains veulent se déguiser en père Noël, ou avec des bonnets de Noël, c'est un élément de spectacle et de symbole pour la presse. 
Le collectif eau-publique va demander à s'exprimer en Conseil du SIVOM. Le nombre de personnes mobilisés pour l'eau publique dans le public sera déterminant pour en obtenir la possibilité et faire pression. 
Pour ce qui est du vote, François Hamon, maire PS de Saint Martin, s'est simplement abstenu en bureau du SIVOM sur cette délibération dont il ne maîtrisait pas semble t-il les tenants et aboutissants, alors que les élus PS de Saint Martin il y a deux ans avaient tous voté pour la régie publique directe, sauf Gilbert Plassart, l'ancien président du SIVOM, qui avait voté contre les consignes de son groupe pour la reconduction du contrat avec Véolia. 
Cette fois, le lundi, ils n'avaient pas encore pris de décision définitive: abstention (position incohérente par rapport à leur position il y a deux ans) ou opposition. Le PS morlaisien et le collectif eau publique plaident auprès d'eux l'opposition à cette prolongation de contrat. 
S'ils votent contre avec JP Cloarec, il y aura égalité de voix, mais la voix du président est déterminante et compte double dans ce cas là. La droite morlaisienne et saint-martinoise (1 élu au SIVOM) a donc toutes les cartes en main, même si le collectif eau publique espère que les élus de gauche demanderont un vote à bulletin secret, ce qui pourrait compliquer la tâche de la droite pour que la voix du président compte double. 
Un sacré passage en force pour Véolia et le SIVOM afin de se soustraire à la décision démocratique.
M. Guilcher, président du SIVOM, a refusé que le collectif eau publique puisse prendre la parole en assemblée du SIVOM cet après-midi. Bel exemple d'ouverture démocratique!  
Ismaël Dupont,
Elu PCF/ Front de Gauche à Morlaix.  

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011