Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 12:04

Pierre Laurent : « La politique ovationnée par le Medef est ouvertement de droite"

 pierre-laurent-pcf

Le communiste Pierre Laurent est attendu à La Rochelle, samedi 30 août, pour un débat consacré à « l'unité de la gauche ». C'est la première fois depuis qu'il est secrétaire national du Parti communiste français (PCF) depuis 2010. 

Après la nomination d'Emmanuel Macron à Bercy, estimez-vous que ce gouvernement est désormais de droite ?
 
 Les masques tombent. La politique ovationnée par le Medef est ouvertement de droite. Au Bourget [où François Hollande avait tenu un meeting en janvier 2012], la finance était l'adversaire. Aujourd'hui, elle triomphe à Bercy.

Pourquoi, dès lors, venir à La Rochelle ?

J'y vais pour parler dans les yeux aux socialistes et leur tenir un langage de vérité. Beaucoup sont sous le choc de la nomination du nouveau gouvernement. Il n'y a aucune issue favorable à attendre de cette politique : la catastrophe économique et politique est programmée. Nous avons donc l'impératif de construire une autre politique et un autre rassemblement.

 Ne craignez-vous pas de servir de caution à une photo de famille façon « gauche plurielle » ?

 Ceux qui croient cela se font de douces illusions. Le choix de Manuel Valls de rétrécir encore son gouvernement et d'orienter sa politique de la façon la plus droitière qu'on ait jamais connue pour un gouvernement de gauche interpelle l'ensemble de la gauche. Aucun socialiste attaché aux valeurs et aux racines communes qui nous ont rassemblés – je pense à Jaurès – ne peut laisser faire.

 M. Mélenchon a qualifié d'erreur votre présence à La Rochelle…

 Allons-nous laisser les militants socialistes sombrer dans l'amertume et le désespoir ? C'est le moment de leur dire qu'un autre chemin est possible. Le Front de gauche doit répondre présent pour organiser la riposte.
 
 Le gouvernement a-t-il encore une majorité à l'Assemblée ?
 
 Il voudrait la perdre qu'il ne s'y prendrait pas autrement. Chacune de ses décisions rétrécit le soutien dans sa majorité. Il n'est déjà plus majoritaire dans le pays, ni à gauche ni probablement chez les électeurs et les militants socialistes. S'il continue comme ça, il ne sera plus majoritaire à l'Assemblée.

 Vous appelez au « rassemblement » mais jusqu'à présent un travail commun entre les députés frondeurs, ceux d'EELV et du Front de gauche, n'a pas abouti…
 
 Ce travail a commencé. Mais s'il y a des constats communs, il y a aussi des débats sur les solutions. Nous sommes dans l'obligation de passer à une autre phase, celle de la confrontation, de la construction et de l'action commune.
 
 Sur quels sujets jugez-vous ce rapprochement possible ?
 
 Nous avons besoin de mesures de luttes contre la finance, de justice fiscale, de relance du pouvoir d'achat. Le thème de la VIe République doit aussi être travaillé, à commencer par la réforme territoriale. Nous lancerons à la Fête de l'Humanité une pétition pour exiger un référendum sur ce sujet. Il en va de même pour la démocratie sociale : notre riposte à l'attaque contre les seuils sociaux doit rassembler très largement.

 N'avez-vous pas été déçu de voir les députés frondeurs finalement voter le budget rectificatif ?
 
Même si je considère qu'ils ne vont pas assez loin, ce qui m'a surtout marqué, c'est l'apparition de leur mouvement et sa persistance. Avec les provocations de cette semaine, ce dernier ne peut que se poursuivre.


Partagez-vous l'objectif du Parti de gauche qui ne souhaite plus « rassembler les partis » mais « fédérer le peuple » ?
 
 Pourquoi opposer ? Il faut travailler d'un même mouvement au rassemblement de la gauche et du peuple. On ne peut laisser les forces vives de la gauche se désespérer, tout comme on ne peut pas abandonner les forces populaires qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Jugez-vous, comme M. Mélenchon, que le Front de gauche est un « échec » ?

 Je ne pense pas que ce soit un échec, même si nous n'avons pas atteint tous nos objectifs.

Vous retrouvez vos partenaires, le 6 septembre, pour une réunion de la dernière chance mais M. Mélenchon a laissé planer un doute sur sa participation…

 Il a souhaité prendre du recul et a décidé d'adopter une nouvelle posture à la fois dans son parti et dans le Front de gauche. Je respecte ce choix. Mais pour mener l'immense travail qui est devant nous, nous aurons besoin de tout le monde. Nous devrions les uns et les autres faire dominer ce qui nous rassemble par rapport à ce qui fait débat. C'est dans cet état d'esprit que je serai présent et que j'appelle l'ensemble des dirigeants du Front de gauche, et a fortiori ceux qui ont porté sa parole au premier plan comme Jean-Luc Mélenchon, à être présents.

Concernant le PCF, M. Mélenchon a jugé que « l'addiction au PS est parfois irrémédiable » et que les alliances passées aux municipales se renouvelleraient lors des cantonales et des régionales…
 
A la vitesse où vont les événements, je suis certain que dans le Front de gauche, ce qui peut l'emporter, c'est la volonté de repartir ensemble à la bataille. Nous n'avons pas le même diagnostic avec le Parti de gauche sur tout. C'est vrai. Quant aux futures élections régionales, nous devrions d'abord nous poser la question de l'ampleur des rassemblements politiques qui nous permettront d'imposer des objectifs de changement.

Eva Joly appelle à « une primaire de l'autre gauche » pour 2017. Y seriez-vous favorable ?

Ces débats sont prématurés par rapport à l'urgence de la construction d'un rassemblement qui sera capable de faire réellement le poids en 2017. La question à cette date ne sera pas de faire 11 %. Nous devons travailler à un rassemblement qui va très au-delà de ce que nous avons été capables de faire.
 
Raphaëlle Besse Desmoulières
Journaliste au Monde

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011