Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 16:59

Il l'a dit: "Le pacte de responsabilité est une très bonne nouvelle. C'est, dans un pays en difficulté, le moment où on décide de construire un compromis national du même type que celui qui a existé en 1945"

(Arnaud Montebourg).   

 

Depuis la primaire socialiste de 2011, le candidat de "l'aile gauche du PS" et le chantre de la démondialisation est allé à la soupe, a mangé son chapeau et, de désillusions en remises au pas, ne craint plus non plus de vanter l'entrée des chinois dans le capital de Peugeot, prélude à de nouvelles délocalisations, ou le grand marché transatlantique. Cela a inspiré à Claude Cabanes, dans L'Humanité du 19 février, un éditorial cinglant, à la hauteur de cet imposteur: 

 

Mort d'un ministre

Monsieur Montebourg est mort. C'est une façon de parler naturellement... On ne va pas appeler à la rescousse quelque Bossuet moderne pour prononcer l'éloge funèbre devant le corps du disparu, auquel on souhaite longue vie... Non. Le mort c'est le ministre: il a été englouti corps et biens avec ses convictions affirmées à gauche, avec son oeil d'aigle sur les intentions du monde de la finance, avec sa fibre combattante, qui ont sombré dans les eaux glacées de la conversion au libéralisme absolu. On l'a compris hier matin sur France Inter: il ne restait que l'avocat! Grand expert en fleurs de rhétorique et en enfilage de perles, certes... Mais si la politique de la France ne se fait pas à la corbeille, comme disait de Gaulle, sa politique industrielle ne se fait pas au prétoire. Maître...

Evidemment, on se doutait depuis quelque temps que le ministre du redressement productif avait calé son pilote automatique sur la fréquence de l'Elysée. "Il faut douter de tout", disait Karl Marx, en latin, même de la conscience politique de M.Montebourg. Mais, tout de même, voir le président de la République et quelques-unbs de ses ministres donner "le baiser aux maîtres du monde" a laissé baba même mon voisin, électeur socialiste depuis 40 ans. Et la comparaison mise en oeuvre hier devant les micros entre le pacte Gattaz-Hollande et le chantier ouvert à la Libération par le Conseil National de la Résistance pour arracher la France à la fosse commune n'est pas digne d'un homme d'Etat.

Pourtant, les mêmes "maîtres du monde" réunis autour de la vaisselle de la République avaient lâché le morceau il y a moins d'un mois à Davos au cours du Forum économique mondial. Ils étaient convenus qu'ils avaient "fait le job": ils avaient délibérément tapé sur le clou des inégalités et transformé le fossé entre riches et pauvres en abîme. Ainsi, à table, avant la sarabande de fruits rouges, M. Montebourg aurait pu interpeller ses voisins (ses nouveaux camarades, messieurs Nestlé, Samsung, Général Electric, Siemens, etc.) sur ce fait, source infinie de vertige: 1% des hommes les plus riches de la planète possèdent l'équivalent de ce que possèdent les 99% restants, soit 110 000 milliards de dollars!

Quel appétit! Pour atteindre cette performance, ils ont asservi à leurs fins toutes les règles de la marche des sociétés et du monde. Même madame Lagarde, directrice du FMI, s'en inquiétait au mois de janvier dans les colonnes du Financial Times: "Les bénéfices de la croissance ont profité à trop peu de gens. Ce n'est pas bon pour la stabilité".

Et c'est sur ces gens là que l'on compte pour sauver la patrie? Cette allégeance du chef de l'Etat aux grandes multinationales a peut-être une signification plus large: l'élément d'une entreprise de "droitisation" du pouvoir politique et de la société française..."  

 


 


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011