Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 07:58

Vincent Peillon a eu raison de dénoncer l'importation dans l'école privée, au sacrifice de l'exigence de neutralité de l'école pour favoriser la liberté de conscience et de prévention de toute forme de discrimination, y compris l'homophobie, du débat sur le mariage pour tous, à travers des initiatives spontanées, des lettres de principaux aux familles associées au bulletin de note, et surtout la lettre d'Eric Labarre à ses 8500 directeurs d'établissements le 2 décembre dernier soulignant que "la reconnaissance de la différence des sexes et l'accès à ses origines étaient des droits essentiels pour permettre à chaque jeune de construire son identité et sa personnalité".

Les débats avec les élèves sur des sujets qui traversent la société ont leur légitimité dans le cadre de cours adaptés (ECJS, SES, philosophie), lorsqu'ils sont encadrés par des enseignants formés pour de telles discussions, veillant à la bonne tenue des échanges entre élèves.

Les lycéens sont en pleine construction de leur identité, certains grandissent dans des familles homoparentales, d'autres s'interrogent sur leur désir: un discours condamnant implicitemment comme contre-nature ou immorale l'homosexualité peut dès lors être reçu avec violence et souffrance par les jeunes concernés. Rappelons avec le ministre Vincent Peillon que "la prévalence des suicides chez les jeunes homosexuels est de cinq fois supérieure que chez les jeunes hétérosexuels".  

Les débats qu'entend organiser l'enseignement catholique dans les écoles sont d'ailleurs on ne peut plus fermés, posant comme préalable que le "mariage est l'union d'un homme et d'une femme".

 

Il ne s'agit pas de contester le droit à l'Eglise catholique, aux représentants des différentes confessions représentées en France, aux croyants, d'intervenir dans ce débat en se réclamant de certaines valeurs morales, religieuses ou politiques, mais cette campagne d'idées ou de propagande ne doit pas se faire à l'école auprès de jeunes qui doivent avant tout construire leur réflexion personnelle en développant un esprit de libre examen et en acquiérant des connaissances positives, auprès de jeunes qui sont de toute manière sensibles aux valeurs de solidarité, de tolérance, d'égalité, et qui pourraient de ce fait être choqués par une campagne de stigmatisation des homosexualité.

 

Cette affaire nous rappelle, comme l'écrit le SNES Bretagne dans un communiqué, qu'"alors que le rectorat et les collectivités territoriales se complaisent dans une gestion en complémentarité des deux réseaux, la mission d'enseignement déléguée au réseau privé confessionnel garde de solides différences avec celle du réseau public gratuit et laïque.

 Pourtant ces dernières années, plusieurs familles n'ont pas eu d'autre choix que d’inscrire leur enfant dans le réseau privé faute de places dans un établissement public de secteur. La montée en puissance des effectifs scolaires en Bretagne jusque 2030 au moins, nécessite sans plus attendre la construction de nouveaux collèges et lycées publics pour répondre à la volonté des familles d'accéder au service public gratuit et non confessionnel, véritable choix revendiqué par des familles toujours plus nombreuses. Afin de garantir à toutes les familles l'accès à un établissement public de proximité, les autorités académiques et les collectivités territoriales doivent au plus vite se concerter et programmer la construction de nouveaux établissements publics".

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011