Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 18:35

Kevin Boucaud et Bruno ODENT

Humanité du Mercredi 13 Août 2014

 

Le dogme austéritaire imposé par Berlin nourrit la déflation. Le danger se précise si fortement que même la Bundesbank plaide désormais pour des hausses de rémunération outre-Rhin.

L’Allemagne n’échappe en rien à la très grosse fatigue de la croissance dans la zone Euro qui devrait apparaître ce 14 août à la livraison des statistiques officielles établissant les bilans du 2ème trimestre. Les instituts de conjoncture tablent au mieux Outre-Rhin sur u ne stagnation. Les investissements sont en berne et l’indice IFO du climat des affaires est en recul pour le troisième mois consécutif.

Les craintes d’être aspiré dans un cycle de déflation sont devenues si tangibles (0,6% de hausse des prix en mai) qu’elles provoquent un certain affolement des milieux dirigeants. Au point que la Bundesbank (Buba), la banque centrale, championne jusqu’alors toutes catégories des politiques austéritaires en Europe, plaide désormais pour une hausse des hausses sensibles de rémunération. Son patron, Ien Weldmann, explique qu’il est désormais « souhaitable que les rémunérations augmentent de nouveau davantage ».

Les hommes de la Buba prennent les choses tellement aux sérieux qu’ils ont décidé, au début de l’été, de rencontrer discrètement la confédération syndicale DGB pour lui signifier combien des augmentations sensibles seraient indiquées pour les prochaines négociations tarifaires (conventions collectives). Et, comme pour cultiver une sorte de comble de l’inversion des rôles, les banquiers centraux ont déploré, lors de ces entretiens, que la moyenne des hausses salariales enregistrées aujourd’hui par la statistique soit encore bien inférieure à un seuil de 3% qu’il faudrait dépasser.

Les contradictions du « modèle » qui sert de référence à tous les pays de la zone Euro éclatent ainsi en plein jour. Si les dirigeants syndicaux allemands n’ont pu qu’enregistrer avec satisfaction la nouvelle posture des économistes de la Buba, ils ne leur ont pas moins fait remarquer combien la moyenne générale des hausses de salariales était fortement plombée par l’extension phénoménale d’un secteur échappant au moindre accord tarifaire, du fait des déréglementations contenues dans les réformes antisociales impulsées par Gérhard Schröder au début des années 2000.

Le dogme monétariste revient à la figure de l’Allemagne tel un boomerang. La consommation, si elle est en hausse, ne parvient pas à prendre le relais et à accompagner le recul des ventes à l’export. Quand les pays de la zone Euro où se situent encore plus de 40% des débouchés des firmes germaniques sont plombés par l’austérité et ces « réformes structurelles » qui leur sont si fortement recommandées par … Berlin. Le modèle Allemand se révèle sous son véritable jour : il plombe l’Europe et empoisonne … l’Allemagne.   

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011