Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 07:47

Neruda-conseil-general.jpg

 

L'article consacré à Pablo Neruda dans le dernier Pen ar Bed du Conseil Général pèche par omission, inexactitudes et contrevérités historiques.

Il est dit qu'il fut sénateur et un poète engagé.

Où? On ne le saura pas. Or, une des raisons d'être de Neruda fut son engagement au parti communiste chilien en juillet 1945. Il fut ensuite élu sénateur communiste. Condamné à la clandestinité et à l'exil jusqu'en 1950.

Candidat, en 1970, du parti communiste à l'élection présidentielle, il se retire lorsque Allende accepte d'être le candidat unitaire des 7 partis de gauche. L'auteur de l'article, en disant qu'il fut compagnon de route d'Allende, voudrait-il faire croire qu'il devint sympathisant socialiste? C'est travestir la réalité. Tout comme l'ensemble du PC chilien, il milita activement pour l'élection d'Allende.

L'auteur parle aussi de "dissident", sans précision, mais ce qui laisse supposer quoi?

A propos de son parti, voici ce que dit Pablo Neruda:

"J'ai trouvé dans mon parti, le parti communiste chilien, un groupe important de gens simples, qui avaient laissé loin derrière eux la vanité personnelle, le mythe de la dictature, les intérêts matériels. Je me suis senti heureux de connaître des gens intègres qui luttaient pour l'honnêteté collective, c'est à dire pour la justice.

Je n'ai jamais eu de difficulté avec mon parti, qui a remporté avec modestie d'extraordinaires victoires pour le peuple chilien, mon peuple.

Que dire de plus? Je n'aspire qu'à être aussi simple que mes camarades, aussi tenace et invincible qu'eux. Jamais l'orgueil individualiste qui se retranche dans le scepticisme pour ne pas être solidaire de la souffrance humaine ne m'a appris quoi que ce soit".  

Ce sont les contribuables finistériens qui financent ce journal distribué à des milliers d'exemplaires.

L'information ne doit pas être tronquée.

 

                                                                            ***

jardin-Louis-Le-Roux.jpg 

 

 

Il y a deux mois à Brest était inaugurée un jardin en hommage à Louis Leroux (15 ans après sa disparition....!).

La carte d'invitation souligne que ce fut un militant politique local et national. Où? encore une fois: silence.

Et pourtant, c'est bien parce qu'il fut un grand militant communiste, longtemps secrétaire fédéral et membre du comité central du PCF, que ce jardin porte son nom. Sans oublier son activité comme adjoint au maire et conseiller régional. 

Encore une fois, c'est la censure sur l'essentiel. 

Décidemment, chez certains dirigeants socialistes, prononcer le mot communiste écorche toujours la langue. 

 

Michel Lespagnol 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Alain David 13/02/2013 10:01


A méditer au moment où certains ne rêvent que d'une place sur le porte-bagages d'un PS qui passe son temps à prêcher la résignation trahissant ainsi ceux qui l'ont élu .


Alain David

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents