Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 05:50

Les résultats de ces législatives sont très décevants pour nous, même si nous portons les scores de la gauche de gauche plus haut qu'en 2002 et 2007, dans la mesure où nous ne sommes pas parvenus à fidéliser toute une partie des électeurs qui avaient donné leurs suffrages à Jean-Luc Mélenchon. La dynamique est clairement retombée de notre côté dans l'électorat : la campagne de Mélenchon avait réussi à créer de vrais espoirs de changement, mais sitôt les présidentielles passées, avec un score du Front de Gauche en-deçà de nos espérances , beaucoup d'électeurs qui ont voté Front de Gauche pour la première fois le 22 avril 2012 ont dû se dire hier que la messe était dite et se sont soit abstenus, soit ont voté pour le candidat de gauche le mieux placé pour l'emporter, dans une logique de second tour avant l'heure.   

Dans un contexte de crise globale du capitalisme, de méfiance vis à vis du système politique, de renforcement de l'autoritarisme européen et des plans de rigueur qui font payer les conséquences de la crise financière aux peuples, les 6,7% atteints par le Front de Gauche témoignent surtout de la réalité de la crise démocratique (perte d'espoir, résignation au bipartisme, sentiment que les jeux sont déjà faits avant l'élection, montée de l'extrême-droite) renforcée par un mode de scrutin et une inversion du calendrier électoral qui vérouillent l'élection pour renforcer les partis qui dans l'immédiat sont majoritaires: l'UMP et le PS. Lesquels disposent par alternance de tous les pouvoirs en ne représentant que 30% des électeurs.

Une forte abstention a sans doute eu lieu dans notre électorat du premier tour des présidentielles, abstention dont on a le sentiment que de manière générale elle profite au PS, et dans une moindre mesure à l'UMP et au FN, car l'électorat plus âgé, plus à droite et conservateur, participe de manière plus automatique au vote.    

Ces résultats globaux du Front de Gauche nous rendent assez peu capables dans l'immédiat de peser sur le PS et d'influencer de manière significative les orientations de la majorité présidentielle de François Hollande. Ils justifient que l'on conserve toute notre indépendance vis à vis du PS et de la politique menée par le gouvernement et que l'on s'attache dans les années à venir à bâtir patiemment les conditions de l'alternative en continuant à faire un travail d'éducation populaire, à enracinner le Front de Gauche sur le terrain et à l'élargir, à construire un modèle de société et un projet de dépassement crédible de cette société insupportable que les capitalistes nous ont bâti à l'échelle mondiale et nationale.  Il faudra être présent dans le mouvement social et ne rien céder à la rigueur sociale-libérale mais donner aussi des perspectives politiques à ce mouvement social en faisant connaître nos propositions alternatives et en n'hésitant pas à politiser avec les syndicats la lutte contre l'austérité.

On le voit au Canada, en Grèce, en Espagne, la révolte du peuple et son rejet du libéralisme peuvent faire irruption de manière soudaine et spectaculaire, à un moment imprévisible: ce sera au Front de Gauche de tenter d'être l'activateur et la boussole de cette révolte qui le débordera fatalement mais qui devra conduire, plutôt qu'au retour de l'ordre néo-libéral ou à la montée de l'extrême-droite, à une transformation profonde du système. 

 

Quels sont les résultats que le Front de Gauche enregistre dans le Finistère?

C'est Françoise Pencalet-Kérivel qui, dans la 7ème circonscription (Douarnenez), réalise le meilleur résultat du Front de Gauche finistérien, avec 6,77% des suffrages exprimés. Elle est en troisième position derrière le PS (44,76%), l'UMP (22%), et devant le FN (6,12%) et EELV (4,08%).

Jacqueline Héré, à Brest centre, réalise un score de 6,75% qui la place devant le Centre (4,85%), EELV (4,68%), mais derrière le FN (8,59%) malheureusement.

Marcel Tilly, dans la 8ème circonscription  (Concarneau) obtient 6,55% des suffrages et se place en 4ème position derrière le FN (9%) mais devant EELV (5,35%) et le Centre (4,38%). Gilbert le Bris manque de peu d'être élu au premier tour avec 48,58% des voix là où l'UMP réalise 21%.

A Morlaix (IVème circonscription), le Front de Gauche obtient 5,72%  des suffrages exprimés (2956 voix): cela nous place en 3ème position, très loin derrière le PS (48,2%), l'UMP (32,59%), mais devant le FN (qui fait tout de même 5,06% malheureusement), EELV (Dominique Guizien fait 4,46%) et le Modem (2,58%). Ce score est un peu écoeurant et ne récompense pas notre belle campagne collective de terrain menée pendant 8 mois mais nous avons semé des graines pour l'avenir et gagné un crédit et une écoute qui pourront servir plus tard à faire grandir localement l'alternative que nous portons. A Morlaix même, le dynamisme de notre campagne a payé tout de même puisque nous faisons un score de 8,6%. A Lanmeur, nous sommes à 9,6%. Mais c'est surtout dans le Léon que nous n'avons pas confirmé le très bon score de Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles.

A Carhaix-Chateaulin, Noëlle Péoc'h est en 5ème position, avec 5,29% des voix, derrière le FN (7,61%), Christian Troadec (19,9%), l'UMP (27%) et le PS Richard Ferrand (32,29%).

A Brest rural, Bertrand Seys fait 5% et arrive en 5ème position derrière le FN (7,53%), l'UMP (38,8%), la candidate EELV soutenue par l'appareil du PS dans le cadre des accords nationaux, Magali Deval (20,78%) et Jean-Luc Bleuven (20,98%), le dissident socialiste qui la coiffe au poteau.

A Quimper, André Bernard et Janine Carasso (NPA), malgré une belle campagne, payent peut-être le prix des divisions (et des bâtons qu'ont a mis dans leurs roues) et réalisent un score cruel de 4,93%, passant derrière le FN (7,15%), EELV (5,28%), l'UMP (27%) et Urvoas (49%).

A Landivisiau (5e), Isabelle Mazelin et Yannick Hervé, deux candidats de valeur, ont réalisé 4,38% et souffert beaucoup sans doute de la volonté des électeurs de gauche de tout mettre en oeuvre pour battre Le Guen (UMP) ce qui semble bien parti en votant Chantal Guillet (PS), qui fait 41,99% contre les 35,5% de son rival de l'UMP.

   

Ismaël Dupont

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011