Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 18:24

 

Dans le Finistère et la région de Morlaix, l'emploi, les salaires et les conditions de travail sont sacrifiés sur l'autel de la rentabilité et de concurrence très faussée du libéralisme : c'est inacceptable!

 

Leur course à la compétitivité, on sait ce que ça veut dire: saigner les travailleurs ou les jeter comme des malpropres pour augmenter les profits de quelques-uns!

 

Le Front de Gauche soutient les résistances et les mobilisations du mouvement social: il faut sortir de l'impuissance face à la multiplication des plans sociaux et à la casse des droits des salariés.

 

Chez Brittany Ferries, la direction et les actionnaires n'ont pas hésité à affamer les salariés en décrétant un blocage au port des ferrys tant que les organisations syndicales ne signaient pas sous la contrainte et le chantage un accord prévoyant une augmentation du temps de travail et un coup de rabot sur les congés pour gagner moins (155€ de perte de revenus pour un salarié gagnant 1490€ net par mois). Ces exigences sont révoltantes: les difficultés financières étaient temporaires et la régression sociale est définitive dans cette compagnie où les collectivités investissent beaucoup. En réalité, les pertes d'argent de la compagnie maritime bretonne s'expliquent par les conséquences de la crise financière de 2008 qui a fait baisser le cours de la livre sterling et surtout par le manque d'harmonisation sociale et fiscale au niveau de l'Europe puisque la Britany se trouve exposée à la concurrence de compagnies, anglaises notamment, employant une main d'œuvre sous-payée. La région Bretagne et le Conseil Général doivent investir plus pour permettre à la Britanny Ferries de refaire surface tout en ne laminant pas l'emploi et les droits des salariés: mais sera t-il encore possible de le faire avec le gel des dotations d'Etats lié au TSCG et à la politique d'austérité?

 

Chez Brit Air aussi, on réduit les coûts salariaux à travers des suppressions de postes et la précarisation des statuts au nom de la reconquête de la compétitivité. Les actionnaires et la direction d'Air France veulent réorganiser et regrouper les filiales pour faire plus de profits dans un contexte où la concurrence est féroce dans un monde du transport aérien financiarisé, déréglementé et soumis à la pression de l'augmentation du cours du carburant. A Morlaix, ce sont 121 emplois qui pourraient être détruits. Avec quelle conséquence économique et sociale pour notre région qui connaît déjà un des taux de chômage parmi les plus forts du Finistère? Là encore, que fait le gouvernement? Rien. Rappelons que c'est le gouvernement Jospin qui, sous l'influence des injonctions du Commissaire Européen à la Concurrence Mario Monti, le nouveau directeur de la BCE, ont privatisé Air France en 1999. Depuis, la compagnie n'est gérée que dans une logique capitaliste de rentabilité maximale pour l'actionnaire. L'existence des compagnies aériennes régionales, la décentralisation du transport aérien, sont un plus pour l'aménagement du territoire: il faut les défendre!

 

Chez Gad, à Lampaul-Guimiliau, 97 postes d'intérimaires sont supprimés (plus 52 à Josselin). L'entreprise est en grosse difficulté et bien d'autres emplois encore pourraient être supprimés si rien n'est fait pour l'empêcher. On ne remplace plus les départs à la retraite, on ne renouvelle plus les CDI. Les abattoirs tournent en sous-régime car le porc charcutier se fait rare et plus coûteux. La faute à quoi? Aux logiques spéculatives qui ont fait flamber le coût des aliments pour les élevages après 2007, quand les céréales et les aliments d'élevage en général sont devenus une valeur refuge de la finance. La faute aussi à la grande distribution qui refuse la baisse de ses marges. La faute enfin aux orientations libérales de l'UE qui rendent possible un dumping social terrible, les abattoirs allemands notamment employant une main d'œuvre d'Europe de l'est payée des clopinettes.

 

 

Dans le pays de Morlaix, l'artisanat, le secteur du bâtiment, et le petit commerce sont aussi soumis à rude épreuve en ce moment à cause de la baisse de la demande liée à l'austérité, à la hausse du chômage et à la stagnation ou même la réduction du pouvoir d'achat imposée à la majorité des salariés.

 

 

Le Front de Gauche soutient la mobilisation des syndicats et du monde du travail le 9 octobre pour la défense de l'industrie et de l'emploi à travers une autre répartition des richesses produites par les travailleurs. Une manifestation est prévue à Rennes: il faudra y être nombreux.  

 

Nous réaffirmons la nécessité de placer l'humain avant les profits:   

- du SMIC à 1700 € brut (très loin de l'augmentation ridicule consentie par le gouvernement) et d'une revalorisation significative des minima sociaux et des retraites.

- du retour à la retraite à 60 ans à taux plein pour tous

- de donner de nouveaux droits aux salariés dans la gestion des entreprises.

- de voter une loi contre les licenciements boursiers et d'encourager la reprise par les salariés de leur entreprise sous forme coopérative en cas de décision de désengagement des actionnaires.

 

front de Gauche Morlaix

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011