Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 07:25
Intervention d'Ismaël Dupont pour le Front de Gauche sur le Débat d'Orientation Budgétaire le Jeudi 13 novembre 
Conseil Municipal 5 avril 2014 élus FDG
 
" Ces orientations budgétaires ne sont pas satisfaisantes, comment pourrait-il en être autrement ?
Il faut dire que la majorité travaille dans un contexte budgétaire plus que contraint. Il y a là davantage qu'une mise à la diète : la réduction des dotations de 1,5 millions en 3 ans pour Morlaix, de 4,5 millions pour Morlaix Communauté, c'est considérable !
Cela force la majorité de droite à faire des arbitrages difficiles, et parfois même impossibles.
Cela va se traduire par la poursuite de la politique de rigueur pour le personnel. Or contrairement à ce que laisse entendre Madame Le Brun en parlant de « contenir les charges de personnel », les personnels ne sont pas d'abord une charge mais un atout pour rendre des services à la collectivité, être utiles à la population. Ils produisent des services, dont aussi de la richesse sociale. Dans ce contexte d'austérité, c'est probablement eux qui vont essuyer les plâtres les premiers. C'est déjà le cas.
On ne peut que craindre également les conséquences de la baisse des subventions aux associations conventionnées et non conventionnées. A l'échelle nationale, la compression financière des collectivités, la baisse de la dépense publique touche énormément le secteur associatif, qui est en train de vivre un vaste plan social, avec des dizaines de milliers d'emplois détruits. A Morlaix, rien qu'en 2015, la majorité a prévu de réduire de 162 000€ de subventions aux associations : moins 12000€ (-18%) pour les associations culturelles non conventionnées, moins 92000€ (-15%)pour les associations culturelles conventionnées – excusez du peu... ! - moins 23000€ (-18%) pour les associations sportives, sociales, familiales non conventionnés, - 30000€ (-7,4%) pour les associations conventionnés dans le même domaine : cela touche les centres sociaux.
Au-delà de ces baisses de moyens qui vont affecter et fragiliser les associations, il y a aussi l'abandon d'investissements utiles. Comme cette maison des associations que les élus issus des 3 listes présentes ici ont défendu pendant les municipales. Il y a aussi l'ajournement sine die de la mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite de la MJC et de la Médiathèque Les Ailes du temps. Une baisse plus que regrettable dans un contexte d'augmentation de la précarité des moyens alloués aux centres sociaux.
Autre disposition contestable prise par la majorité d'Agnès Le Brun : l'augmentation des subventions aux écoles privées pour aligner la prise en charge du fonctionnement des écoles maternelles privées sur le public, avec la prise en charge des frais liés aux ATSEM en école maternelle. Je m'étais étonné de ce relèvement des subventions pour le privé en Commission Finances : cela représente tout de même 68 000 euros en 3 ans, on m'avait rétorqué que c'était la loi. Mais je ne suis pas certain que la loi oblige vraiment à l'égalité de traitement des enfants de la commune en école maternelle, comme en école primaire.
De manière globale, Morlaix paie très cher le plan d'austérité sans précédent décidé par Hollande et Valls : 50 milliards d'ici 3 ans, 20 milliards cette année, dont 3,7 milliards prélevées sur les seules collectivités locales. Celles-ci ne représentent pourtant que 20 % de la dépense publique et 70 % de l'investissement public, profitant notamment au secteur du bâtiment. Elles ont souffert ces dernières années de pertes d'autonomies fiscales et de transferts de charge non compensés.
La gauche libérale, en la matière, ne fait pas autre chose que la droite de Sarkozy et Fillon avant 2012.
C'est la même logique qui est à l’œuvre mais, justement, de ce point de vue, Madame Le Brun, vous jouez à front renversé et êtes en plein paradoxe quand vous dénoncez la baisse des dotations d'Etat à la commune décidée par le pouvoir socialiste tandis que vous êtes responsable nationale et départementale d'un parti, l'UMP, qui réclamait début 2014 dans son programme économique, non pas 50 milliards d'euros de baisses de dépenses sociales et publiques, mais 138 milliards sur 5 ans.
A rajouter à l'allongement de l'âge du départ à la retraite, aux 39h payées 35, ...
D'ailleurs, François Fillon avait déjà planifié cette austérité et à l'époque vous ne l'aviez pas dénoncé Madame Le Brun : en 2012, 7 milliards d'euros de dépenses publiques en moins, 11,6 milliards en moins projetés en 2013, et 65 milliards de réductions de dépenses publiques et sociales à l'horizon 2016 : c'était le projet de la droite avant sa défaite de 2012.
Seulement, en 2012, les Français ont voté majoritairement pour un autre projet politique : or, avec le PS, comme avec l'UMP, c'est toujours les vieilles recettes éculées du libéralisme qui s'appliquent, le même pouvoir du patronat et du MEDEF qui se traduit dans les politiques publiques.
La dette est invoquée pour justifier ces baisses de dotations aux collectivités mais la dette n'est qu'un prétexte et une arme psychologique pour délégitimer la dépense publique et sociale, pour réduire les solidarités.
En réalité, ce sont les politiques libérales qui accroissent la dette de l'Etat à travers l'impact de la financiarisation de l'économie sur la destruction des emplois, les baisses d'impôt pour les plus riches et pour les grandes entreprises, les exonérations de charges patronales qui représentent 200 milliards d'euros par an tandis que la fraude fiscale, elle, représente au bas mot 40 milliards d'euros. La dette représentait 1200 milliards d'euros en 2007, 2000 milliards d'euros aujourd'hui (100 % du PIB). Entre-temps, on n'a eu que des politiques d'austérité.
Beau résultat, mais les charlatans continuent leurs boniments...
On le voit bien, la conséquence de l'austérité, c'est une consommation populaire au point mort, une croissance faible ou zéro, une baisse d'activité économique, plus de chômage, d'inégalités, de précarité et une baisse des rentées fiscales. Donc le creusement du déficit et de la dette.
Le vrai but de ces politiques n'est pas de réduire la dette mais de réduire le périmètre de l'Etat, de la dépense publique, des solidarités, de privatiser et de servir les entreprises capitalistes.
Ainsi, il n'y a pas à chercher très loin l'explication de la baisse des dotations à Morlaix comme partout ailleurs : le patronat, et particulièrement le grand patronat, sont choyés par Hollande et le gouvernement Valls : pendant qu'on augmente la TVA pour les catégories populaires et les impôts locaux, les plus injustes, on donne 20 milliards aux entreprises sans condition dans le cadre du CICE, plus 10 milliards supplémentaires d'exonérations patronales.
S'il y a donc une mise en procès à faire aujourd'hui, c'est autant celle qui concerne les absents, Madame Lebranchu, Ministre de la Fonction Publique et de la Décentralisation, qui met en œuvre cette politique décidée dans les officines du Medef, celle de Gwenegan Bui, qui a voté toutes les grandes lois de cette politique, à commencer par la ratification du pacte budgétaire européen, qui mène dans le mur et trahit les promesses de justice sociale, de rupture avec les politiques de droite de 2012, que le procès de la majorité municipale de droite, qui fait ses choix dans un cadre qui laisse peu de marges de manœuvre, sinon pour décider des postes « à sacrifier »".
Le Telegramme 14.11.14 Conseil Municipal
Le Telegramme 15.11.14 le Conseil Municipal

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011