Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 07:22
Morlaix-CO 27.01 PYB 3
Morlaix-Co 27.01 Pyb 4
Efkaristo Poli ...

Merci aux Grecs, ai-je dit en préambule de mon intervention sur le Débat d'Orientation Budgétaire de Morlaix Communauté, merci aux grecs qui nous redonnent de l'espoir et le sourire, malgré l'annonce (par Jean Le Pinvidic, le président de la Commission Finances) des mauvaises nouvelles de la dégradation des marges de manœuvre budgétaires de la Communauté liées à la baisse des dotations d'Etat.
Merci aux Grecs et à Syrisa, ai-je dit dans un chahut reprobateur d'élus du PS et de droite, d'avoir sonné l'heure du reveil démocratique, montrer qu'il était possible d'ouvrir une voie de résistance aux logiques financières, libérales et d'austérité, merci d'avoir ouvert un chemin de révolte et d'espoir pour tous les peuples européens soumis à la tyrannie des mêmes logiques.

Là, Jean-Luc Fichet m'a coupé une première fois la parole en me disant que ces considérations n'avaient rien à voir avec le sujet du DOB et m'a demandé de m'exprimer uniquement sur les orientations budgétaires de Morlaix-Communauté.

J'en répondu que 3 millions de baisse des dotations et concours de l'Etat dans le cadre d'une politique de baisse des dépenses publiques et sociales de 50 milliards d'euros en trois ans, cela avait forcément un impact sur les capacités d'investissement et de fonctionnement de Morlaix Communauté et que pour faire face aux besoins de dépenses de fonctionnement liés à ce qui est déjà en place, lesquelles devrait augmenter de 6 % en 3 ans, et répondre aux besoins de services des habitants des 28 communes, ce serait la quadrature du cercle avec cet étranglement financier lié à la politique de l'Etat.

Politique qui crée du chômage en détruisant de l'emploi public et privé, du fait de la fragilisation des investissements publics qui nuit au secteur du BTP (perte de chiffre d'affaires de 9 % en 2014) et au secteur associatif, victime d'un gigantesque plan social qui ne dit pas son nom en 2014 (44000 emplois détruits nationalement), du fait des désengagements des collectivités liées aux baisses de dotations de l'Etat.

J'ai mis en avant singulièrement le cas de l'ORPAM, l'Office des retraités et des personnes âgées de Morlaix, à qui il manque 9700€ pour boucler son budget, payer son salarié et son loyer, alors qu'il rend des services d'intérêt général bien au-delà de la population de retraités morlaisiens. Morlaix-Co ne propose dans le meilleur des cas que 4500 euros liés à des actions ponctuelles concrètes. C'est insuffisant pour compenser le désengagement de la ville de Morlaix.

Ces difficultés financières, ces obligations de renoncer auxquels nous allons être confrontés à partir de 2016-2017 surtout, elles ne viennent pas des caprices du ciel, des nuages de sauterelles ou des averses de grêle, mais de choix politiques privilégiant le monde de la finance et de l'entreprise, accordant 30 milliards d'euros d'exonérations de charges sociales et d'impôts pour les entreprises, bénéficiant principalement aux plus grandes d'entre elles, aux multinationales, sans effet tangible sur l'emploi.

La dette n'est qu'un prétexte pour fragiliser l'action publique, réduire l'offre de service public, privatiser.

A ce moment, il était très difficile pour moi de m'exprimer. Jean-Luc Fichet m'a interrompu deux fois à nouveau pour chercher à me destabiliser et m'empêcher de continuer à tenir un discours politique qui le dérangeait, il y a eu des signes d'humeur et d'hostilité venus d'élus de la droite et du PS.

Je l'ai mis en cause, ainsi que nombre d'élus communautaires qui, par leur engagement à droite et au PS, soutiennent la politique d'austérité. J'ai rappelé que lors des vœux de Morlaix-Communauté à Plougasnou il avait dit qu'il assumait complètement cette politique de rigueur, ses motivations et ses conséquences.

Avec peine, car il n'était pas facile de pouvoir terminer mon propos, j'ai exposé quelques effets délétères de ces baisses de moyens sur Morlaix-Co :

- fragilisation des associations

- menace pour l'emploi public et les conditions de travail des personnels : déjà les personnels, en dehors du service de collecte des ordures, ne sont pas remplacés car ils sont en congé maladie (suppression des renforts). Jean-Luc Fichet m'a dit que je disais des mensonges. Je lui ai répondu que, s'il se déplaçait plus souvent dans les services, il verrait que ça n'en était pas. Pour ma part, je tenais cette information de Guy Pouliquen, le vice-président délégué au personnel, lors de la dernière commission finance.

- j'ai mis en avant aussi le risque qu'on ne s'engage pas, faute de capacités d'investissement suffisantes, dans un réel développement du réseau de transport en commun péri-urbain, dans une régie publique de l'eau et du transport.

- augmentation à terme des impôts locaux (cette année, c'est le taux de la TEOM qui augmente de 1%).

J'ai annoncé que dans ces conditions je voterai contre le budget 2015 quand il sera présenté car la politique de l'Etat risque de faire de ce mandat celui des renoncements et des regrets.

Personne à vrai dire au Conseil de communauté ne m'a soutenu dans cette dénonciation de la politique d'austérité – dénonciation des conséquences et des choix qui en sont la cause. Dénonciation sur des arguments de principe et des arguments d'opportunité (l'austérité augmente le chômage, affaiblit le pouvoir d'achat, met la croissance au point mort, fait augmenter la dette).

Christine Prigent (EELV) qui a pris la parole après moi s'est contenté de remettre « un peu d'optimisme » malgré ces « problèmes financiers de l'Etat » (ce ne sont pas des choix, ou alors il ne faut pas le dire! ) qui rejaillissent sur nos collectivités. On va consommer moins, on va faire des économies, on va faire attention à moins gaspiller. Et l'élue verte de parler des bouteilles d'eau que l'on pourrait éviter au Conseil Communautaire ou de la machine à café, de la baisse des dépenses énergétiques de Morlaix-Communauté, du gaspillage.. Pourquoi pas, ce sont des buts en soi, mais on est loin des enjeux. J'ai trouvé ça un peu artificiel comme manière de ramener des thématiques environnementales en faisant comprendre qu'on est un peu contre l'austérité mais qu'elle a aussi peut-être du bon, favoriser la décroissance et la transition écologique, pour ne pas fâcher "l'allié" socialiste.

Sarah Noll a elle, tout en disant aussi espérer que les baisses de dotation n'aient pas de conséquences trop importantes (mais avec un grand sourire, ça passe mieux), pointé certains projets dont on peut se demander s'ils ne sont pas surdimensionnés comme l'espace des sciences, demander des prises de compétence supplémentaires, en matière de culture, s'est inquiété du peu d'investissement en matière de cohésion sociale (à comparer à ce qui est consacré au développement économique notamment). Elle a demandé à ce qu'on réfléchisse ensemble sur les transferts et mutualisations.

Alain Tigréat (droite morlaisienne) m'a taclé en disant de manière diplomatique que mes propos étaient idéologiques et hors sujet et a donné un satisfecit à Morlaix-Communauté tout en disant être vigilant sur le maintien des aides aux projets morlaisiens.

Jean-Guy Guéguen (droite bon teint, Carantec) s'est plaint que dans cette enceinte, on ne valorise pas assez l'économie sous toute ses formes, coopérative et alternative, certes, mais aussi capitalistique. Certains préfèrent parler d'économie parallèle, de lutte contre le grand capital, et oublie l'économie qui est la base de tout, le poumon, …

Jean-Luc Fichet l'a rassuré en disant que Morlaix-Co était piloté avec la préoccupation constante du soutien au monde économique.

Auparavant, avant le bref d'ébat d'orientation budgétaire, qui n'a pas fait long feu car peu de gens ont voulu sortir du bois à nouveau, je me suis alarmé par rapport à l'abandon dans le contrat de territoire signé avec le Conseil Général (une dizaine de pages d'actions finançables que nous avons découvert le soir même du Conseil Communautaire) de l'épicerie sociale de Morlaix, malgré la hausse continue de la précarité dans le pays de Morlaix. Jean-Luc Fichet m'a confirmé que le projet n'avait pas été retenu à défaut d'accord entre Morlaix et Morlaix-Communauté sur la répartition du financement (400 000€ de frais de fonctionnement, 800 000€ d'investissement).

Ismaël Dupont 
Morlaix-Co 27.01 PYB
Morlaix-co 27.01

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011