Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 09:23

Exposé préparatoire à la réunion publique des candidats du Front de Gauche dans le canton de Saint Pol de Léon, Ismaël Dupont et Yvette Le Bars, à Plougoulm le vendredi 25 février, en présence de 13 personnes.

 

I/ Présentation des candidats. Présentation des organisations et des ambitions du Front de Gauche, né en 2008.

II/ Présentation de nos grands axes de campagne et de nos priorités si nous étions élus:  

  • Lutter contre la réforme des collectivités territoriales/ - contre l'assèchement des finances des collectivités locales et du CG en particulier liés aux transferts de charge sociales (RSA, APA...) en 2004 non compensées intégralement, à la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) et à des réformes fiscales (suppression de la taxe professionnelle) qui visent à réduire l'offre de service public pour diminuer les impôts des privilégiés et ouvrir toujours d'espace au secteur marchand concurrentiel.

  • Promouvoir la solidarité et la réduction des inégalités sociales dans le 29.

  • Mettre des objectifs de préservation du cadre de vie naturel, d'une alimentation de la qualité, de la santé et des ressources environnementales, au cœur des politiques publiques dans le 29 comme au niveau national.

  •  Impliquer davantage les citoyens dans la réflexion et la discussion sur les orientations politiques et les projets de développement du département. 

III/ Notre projet en matière de préservation de l'environnement. fev 2011 019

 

1) Grands principes généraux qui doivent orienter notre réflexion sur le sujet avant de rentrer dans le détail des propositions.

 

a) Au préalable, il nous faut rappeler une vérité qui n'est pas assez soulignée dans le débat public: toute politique écologique efficace de défense des biens naturels communs pour la préservation de la terre et de nos modes de vie implique de rompre avec le « laisser faire libéral » et les logiques capitalistes de valorisation du profit privé à court terme au détriment de l'intérêt général à long terme. L'écologie apolitique à la Yann Artus Bertrand ou à la Nicolas Hulot qui se contente de responsabiliser ou de culpabiliser l'individu sans remettre en cause le système capitaliste et les intérêts industriels est une imposture.

Pour exemple, la libéralisation des prix agricoles et la suppression des restrictions à l'importation sous l'influence de l'OMC dans les années 90 et de la politique de Delors au niveau européen ont renforcé les logiques d'agriculture productiviste en Europe, ruiner l'agriculture traditionnelle des pays en voie de développement à laquelle se substituent des agricultures et des élevages d'exportation très polluants. Crise alimentaire dans les pays du Sud, amplifiée par la financiarisation de l'économie et la spéculation sur les matières premières, devenues des valeurs refuges pour les appétits boursiers.

Autre exemple: la nécessité de neutraliser les grands lobbies de l'industrie, de l'énergie, des entreprises de gestion de l'eau, de l'agro-alimentaire pour réorienter l'emploi et l'investissement public dans des activités plus respectueuses de l'environnement. Or, l'Etat et l'Union Européenne sont infiltrés par des hommes politiques plus ou moins soudoyés par ces intérêts privés. Ex. des OGM, du nucléaire, de la défense de l'agriculture productiviste, des lobbys de l'automobile et du pétrole aux Etats-Unis. Se battre pour l'environnement, c'est aussi se battre contre cette oligarchie qui ne se refuse aucun conflit d'intérêt, aucune compromission (ex. dans « Water makes money »: on apprend qu'Eric Besson et Dominique de Villepin sont appointés par Véolia...).

 

b) Même si la terre et le vivant ont une valeur en eux-mêmes par leur beauté et leur caractère primordial et irremplaçable pour ce seul être vivant suffisamment conscient pour se poser la question des valeurs qu'est l'homme, le combat écologique a pour pilier et pour première justification la lutte sociale pour plus d'égalité et de solidarité dans les rapports humains, pour le droit à une vie bonne pour tous.

En effet, ce sont les pauvres et les classes populaires dans les pays développés qui sont les premières victimes des modes de travail et de production dangereux pour la santé (agriculture, bâtiment), de la malbouffe créant de l'obésité, des maladies cardio-vasculaires, des cadres de vie urbains ou ruraux dégradés, des logements dévorateurs d'énergie, de l'augmentation du prix des carburants. Ce sont surtout les populations des pays pauvres qui paient et paieront encore plus demain le prix exorbitant du réchauffement climatique (inondations, catastrophes naturelles, progression des déserts...), de la destruction des forêts, de la pollution des eaux potables, de la privatisation des organismes vivants et des monocultures d'exportation polluantes.

De la même manière, tandis que les pays riches deviennent de plus en plus des pays à emploi de services « propres », on délocalise une industrie dévoratrice de ressources naturelles et destructrice de l'environnement dans des pays où la main d'œuvre est peu payée. Pour nous permettre de continuer à consommer beaucoup de produits manufacturés ou alimentaires pour maintenir les profits des multinationales malgré la stagnation des salaires, on dégrade l'environnement et la santé des chinois, indiens, vietnamiens... Il faut relocaliser l'industrie et produire de manière plus écologique avec plus de garanties sociales, en cessant d'organiser des déplacements de marchandises continuels dévorateurs d'énergie et polluants pour organiser le dumping social, la concurrence internationale des salariés et le nivellement par le bas des salaires pour le plus grand profit des actionnaires.

 

c)On ne peut attendre le salut des recettes innovantes du « capitalisme vert » prêt à nous vendre ses nouvelles technologies avec l'étiquette aguicheuse de l'éco-compatibilité, du développement durable.

Exemple: - Droits à polluer et à émettre du CO2 consacrés par le sommet de Copenhague qui peut créer un marché spéculatif de la pollution. Autre exemple: agrocarburants qui justifient la destruction des forêts primaires au Brésil, en Indonésie et l'expropriation des agriculture familiale ou des peuples de chasseurs-cueilleurs pour introduire de des plantations de colza ou de palmiers à huile...

 

d) Quelque soit les progrès techniques réalisés, on ne pourra se dispenser pour faire face aux défis environnementaux d'une réorientation de nos modes de vie qui devront être moins basés sur la consommation, le gaspillage, moins dévorateurs d'énergie, plus respectueux des équilibres du vivant et de la biodiversité. Il faut vivre de manière plus sobre et repenser les conditions de notre bien-être en intégrant la question du devenir de la Terre et des générations futures. La notion de décroissance, de réduction de l'activité économique globale, de la production et de la consommation d'énergie et de biens manufacturés, ne doit plus être caricaturée comme une nostalgie d'une ère idyllique d'harmonie avec la nature et comme contraire à des objectifs de progrès social.

 

Cette révolution culturelle peut être facilité par a) l'exemple d'expériences novatrices audacieuses qui nous montrent la possibilité de vivre, de produire et de consommer hors des sentiers battus b)la sensibilisation médiatique, l'éducation: les générations qui arrivent sont bien plus conscientes des périls écologiques et de la nécessité de changer nos modes de vie que les quarantenaires ou les enfants du baby boom...c) La réglementation contraignante et la fiscalité incitative à condition qu'elle ne s'applique pas qu'aux consommateurs mais aussi aux entreprises sont les premières responsables des émissions de gaz à effet de serre et de la production de déchets. cf. Problème de la taxe carbone qu'a voulu imposer Sarkozy et son gouvernement.  

  1. Notre projet de politique écologique pour le Finistère:

     

    a) Créer, maintenir ou renforcer des services publics efficaces pour la gestion de l'eau, des déchets, la production énergétique, des transports en commun.  

  • Soutenir le retour en régie publique de la gestion de l'eau.
  • En finir avec les recours à la sous-traitance dans la filière nucléaire et la suppression du monopole d'EDF dans le secteur, au profit de GDF Suez.
  • Densifier les navettes inter-urbaines ou inter-bourgs à 2 euros... Plus de taxis affrétables à coût modique par des personnes âgées à mobilité réduite. Développer le frêt ferroviaire et empêcher que le secteur privé seul bénéficie de ce retour en grâce.

     b) Maîtriser la consommation d'énergie et diversifier les sources d'énergie.

 

La production d'énergie est une compétence de l'Etat, voire de la région mais cela n'empêche pas les élus et les candidats à l'élection au CG de se prononcer.

Depuis les années 1970, la France a réduit sa dépendance énergétique de 80% à 50% grâce au développement de l'industrie nucléaire. Mais ces centrales nucléaires, comme le nucléaire militaire, font planer une menace de catastrophe de grande ampleur toujours possible sur la population et les besoins en uranium nous font mener une politique néo-coloniale au Niger, et l'uranium non plus n'est pas inépuisable, son coût devant bientôt augmenter. Par ailleurs, nos déchets nucléaires sont envoyés à prix fort à l'étranger, avec les problèmes éthiques que cela pose. On peut comprendre les investissements dans la recherche pour créer une nouvelle génération de réacteur nucléaire, les EPR, plus performants, mais il ne faudrait pas qu'elle ne soit qu'une vitrine pour exporter nos industries à haute valeur ajoutée, afin de nourrir des intérêts privés.

Certes, il n'est guère réaliste de vouloir sortir de nucléaire à brève échéance mais il faut progressivement orienter l'investissement vers d'autres sources d'énergie possible, et des énergies renouvelables (éolien, énergie hydraulique, solaire, géothermie, biomasse) et surtout intensifier la politique de soutien à la construction et à la rénovation des bâtiments pour les rendre plus économes en énergie et de soutien au transport public pour qu'il soit densifié et peu coûteux afin d'être une alternative véritable au transport

Au niveau de la Bretagne, on ne peut guère se satisfaire de l'actuelle situation de dépendance énergétique.

Dans un article du Ouest France du 19 janvier 2011, on apprend que la région ne produit que 8% de son électricité, essentiellement depuis le barrage de la Rance, tandis qu'elle est approvisionnée par les centrales nucléaires de Chinon, de Flammanville et la centrale thermique de Cordemais. Or, l'électricité est l'énergie que la F peut produire, contrairement au gaz ou au pétrole.

Encore que... le projet de centrale au Gaz à 450 MW de Guipavas prévoit de produire de l'électricité à partir d'une source d'énergie que nous importons à 97% et qui est fortement émettrice de gaz à effet de serre. Au départ, projet de centrale à Ploufragran dans le 22 – destinée à tourner 10 fois plus que les pics de consommation l'aurait exigé, exigence de rentabilité oblige. Le président du CG de Gauche avait pris une ferme position anti-centrale, de même que les élus locaux départementaux de gauche.

Cette centrale thermique de Guipavas voulue par Borloo et Le Drian, qui remplacerait à l'horizon 2015 les anciennes au fioul de Dirinon (170 MW) et Brennilis (295 MW) qui ne tournent que 200 h/ an, lors des pics de consommation, tournerait certainement beaucoup plus régulièrement pour être rentable et produirait 10% des besoins bretons, contre 34% en énergies renouvelables (éolien: Saint Brieuc, Saint Nazaire...) et 56% d'approvisionnement extérieur (nucléaire et thermique).

Nous aurions préféré que l'on mise sur l'utilisation de l'énergie hydraulique du lac de Guerledan ou de l'énergie des courants marins de la rade de Brest... Ainsi que l'utilisation de l'énergie des éoliennes: le projet national prévoit 600 éoliennes offshore de Dieppe à Saint Nazaire pour une production de 3000 mégawatts, l'équivalent de 2 réacteurs EPR. Saint Brieuc: un sixième du programme national.  

 

c) Aller vers moins de déchets et mieux les traiter.

 

Actuellement, 4 sites d'incinération dans le 29: Brest, Briec, Concarneau, Carhaix. Un seul centre d'enfouissement; Tréméoc, sur la commune de Plonéour-Lanven. Aller vers une fermeture des incinérateurs les mâchefers, produits qui concentrent les métaux lourds, doivent ensuite être stockés ou enfouis sous les sous-couches autoroutières.

Mettre l'accent sur la prévention et la fiscalité incitative pour produire moins de déchets, aussi bien au niveau des particuliers que des industriels, des entrepreneurs de travaux publics et de la grande distribution (les déchets ménagers ne représentent que 5% des déchets -le reste est produit par les agriculteurs, les travaux publics, le bâtiment). Se méfier de la recette miracle de la méthanisation des déchets organiques si elle doit être un encouragement à la poursuite de l'agriculture intensive et de la spécialisation de la Bretagne dans l'élevage à quantité industrielle.

 

d) Promouvoir une agriculture familiale de qualité, à l'échelle humaine, respectueuse du vivant, de l'environnement et de la santé publique, et permettre aux agriculteurs d'obtenir la juste rémunération de leur travail.  

  • Se battre pour une réforme de la politique agricole commune et plus généralement une rupture avec les préconisations libérales de l'Europe pour protéger d'une concurrence déloyale qui la ruine l'agriculture familiale non productiviste en relevant les barrières douanières ou en passant des accords de non-concurrence à l'intérieur de l'Europe et en garantissant des prix rémunérateurs aux agriculteurs, afin qu'ils ne travaillent pas à perte, avec des revenus inférieurs à leur prix de revient.

  • Fixer des règles plus strictes pour limiter au maximum l'usage des intrants chimiques, des pesticides ou produits phytosanitaires, et le rejet dans les nappes phréatiques et les rivières de l'azote liés aux déjections d'élevage porcin ou bovin... Revenir à une agriculture qui ménage la terre, les eaux et le vivant, et qui est surtout, même si elle ne présente pas les mêmes rendements, moins coûteuse pour la société. On ne fait rarement le bilan comptable du coût de l'agriculture intensive qui nous permet d'avoir des produits agricoles à bas prix: coût quasi indolore pour le consommateur (quoique dans le canton, on ne boit pas l'eau du robinet, bourrée de nitrate...) mais non pour le contribuable: traitement de l'eau, nettoyage des plages, désaffection des touristes, cancers à soigner... Ex: dans le Ouest France, le mois dernier, on apprenait que les bretons déboursent 600 millions d'euros par pour rendre l'eau potable, soit l'équivalent de la moitié du budget du conseil régional...  

  • Œuvrer à la relocalisation de l'alimentation et de l'agriculture et à la promotion de l'agriculture bio et durable ou raisonnable à travers les commandes de restauration collective, l'information et l'éducation, les prêts préférentiels consentis à l'installation des petits agriculteurs bio, et le soutien aux circuits courts.  

  • Redonner des terres à l'agriculture. Lutter contre l'étalement urbain et empêcher le grignotage des surfaces agricoles favorisant l'habitat résidentiel et la spéculation immobilière. Les propriétaires bretons sont trop gourmands en terrain pouvait -on lire dans un dossier du Ouest France (1100 m2 en moyenne) plus culture de la maison individuelle qui représente 70% de l'habitat en Bretagne contre 54% au niveau national. Idem pour les zones d'activité artisanales, industrielles et commerciales

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011