Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 14:22

Il y avait environ 120 personnes hier à la salle du Cheval Blanc de Plourin les Morlaix pour assister et participer au débat de la gauche organisé à l'initiative du Front de Gauche, principalement des sympathisants de l'une ou l'autre des organisations représentées (Front de Gauche, EELV, PS, NPA). Nous remercions Claude Bonnard d'avoir bien voulu animer le débat et de l'avoir fait avec tact et maîtrise.

 

049.JPG

056.JPG 

  052.JPG

J'ai mis en avant lors de mes 10 mn d'intervention liminaire le fait que grâce au travail et à la dynamique actuelle du Front de Gauche, qui a pesé lourd dans l'absence de progression du FN, aujourd'hui incapable de se trouver au second tour, la gauche toute entière est renforcée et en mesure de dégager Sarkozy et sa droite anti-sociale, réactionnaire et xénophobe. C'est une priorité que de battre Sarkozy.

J'ai rappelé en quoi le Front de Gauche, avec sa dimension citoyenne affirmée, était une force nouvelle ayant l'ambition de refonder toute la gauche et d'en éviter la dérive centriste, force ouverte qui réunit le meilleur de la tradition socialiste, communiste, trotskiste, écologique, alternative, altermondialiste, c'est à dire différentes courants de pensée, organisations et sensibilités, réunies par des diagnostics, des analyses et des objectifs communs.

Constat- d'abord- du caractère systémique de la crise du capitalisme et de l'absence de réponse appropriée de la social-démocratie compromise depuis 25 ou 30 ans dans l'essor d'une financiarisation, d'une regression des droits sociaux et d'une dérèglementation qui sont à l'origine de la crise financière.

Crise du capitalisme qui se traduit par la montée de l'insécurité sociale, de la précarité, des inégalités (1/3 de travailleurs précaires, 9 millions d'emplois au SMIC, 8,2 millions de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, 5 millions de chômeurs au moins en France). Mais aussi, au-delà, par des crises démocratiques (montée de l'abstention, de l'extrême droite, de l'autoritarisme libéral en Europe) et écologiques extrêmement dangereuses. J'ai rappelé que cette crise financière que l'on cherche aujourd'hui à faire payer aux peuples par le chantage à la dette était liée à une répartition de plus en plus inéquitable des revenus et des richesses produites par les travailleurs, les profits étant de plus en plus accaparés par les actionnaires, les rentiers, les patrons et cadres dirigeants, et de moins en moins redistribués aux salariés et à l'ensemble des citoyens sous la forme d'une hausse des salaires, d'une réduction du temps de travail, d'une protection sociale et de services publics de qualité.

Face à ce constat d'une société de castes et d'inégalités renforcée, d'une précarisation du grand nombre, d'une domination tyrannique de la finance sur les pouvoirs publics, face à des élites politiques de plus en plus oligarchiques, nous affirmons la nécessité d'une rupture complète avec le néo-libéralisme qui maintient toute l'Europe dans la spirale dans la régression sociale et d'une rupture avec la simple gestion sans ambition du système par la gauche de gouvernement, au nom d'un prétendu réalisme économique qui cache souvent le manque d'audace et de courage.

J'ai rappelé notre résolution à remettre en cause les traités européens portés par des gouvernements réactionnaires et anti-sociaux: Traité de Lisbonne, Mécanisme Européen de Stabilité, Pacte de de gouvernance, de responsabilité et de stabilité pour l'euro.

Nous ne pouvons non plus nous accommoder d'une prétendue rigueur de gauche qui consisterait à donner raison à la "pégagogie de la soumission" consistant à dire que les citoyens vivent au-dessus de leurs moyens et ont bénéficié d'un Etat trop généreux alors qu'ils n'ont au contraire pas profité significativement des gains de productivité réalisés ces 30 dernières années. C'est là une manière de refuser de remettre en question les privilèges et les pouvoirs exhorbitants de la finance. J'ai mis en avant les grandes priorités du Front de Gauche:

- 1. Partager les richesses pour lutter contre la précarité et l'insécurité sociale.

- 2. Lutter efficacement contre la financiarisation de l'économie et les pouvoirs mortifères des banques et des marchés en changeant les statuts de la BCE, développant une autre politique de crédit aux Etats et aux entreprises, reprenant en main le secteur bancaire et assurantiel.

- 3. Assurer la transition écologique de la société par une planification écologique.

- 4. Mettre en place une Assemblée Constituante qui légifère sur les institutions d'une 6ème République qui en finirait avec la monarchie présidentielle, le cumul des mandats, le bipartisme, la culture de la délégation de pouvoir.      

 

J'ai souligné et critiqué le choix du PS de laisser adopter (par son abstention, y compris au Sénat où il aurait pu rejeter le texte), le mécanisme de stabilité et de refuser de faire ratifier par référendum le pacte qui prévoit d'instituer la règle d'or et l'austérité budgétaire partout en Europe, en remettant en cause la souveraineté des peuples et des parlements dans la définition de leurs politiques et sociales.

J'ai rappelé que les écologistes avaient aussi voté pour ces textes (du moins pour le MES qui incluait l'autre pacte) au Parlement Européen. J'ai dénoncé comme dangereuse pour l'économie et la simple préservation des services publics et de la protection sociale la volonté de Hollande de revenir à l'équilibre budgétaire en 2017 alors que nous avons cette année 4,5% de déficit: l'austérité généralisée en Europe ne peut conduire qu'à la récession.

Le NPA, par l'intermédiaire de son porte-parole, Laurent Baudry, a passé beaucoup de temps à nous critiquer, aussi bien sur le plan local que national (manque d'indépendance vis à vis du PS, Front de Gauche "auberge espagnole", prétendue parti-pris pro-industrie de l'armement de Mélenchon...), tout en avouant avoir de nombreux points de convergences avec le programme du Front de Gauche et il a affirmé de manière peu cohérente à mon avis une ambition unitaire dans les luttes en ne cessant de se démarquer des autres et de les stigmatiser en leur faisant des procès d'intention.

 

Après les interventions préalables, Gwenegan Bui (PS), Dominique Guizien (EELV), Laurent Baudry (NPA) et moi avons répondu à des questions portant sur:

- notre position par rapport au nucléaire et aux questions énergétiques en général.

- notre position par rapport au poids des dépenses d'armement dans le budget et au nucléaire militaire.

- notre position par rapport à la ratification des traités européens qui imposent l'austérité et le libéralisme.

- notre position sur les moyens de réduire la dette et sur le rôle de l'argument de la dette publique pour imposer des politiques néo-libérales.  

- notre position par rapport au financement de la protection sociale et aux réformes fiscales à entreprendre pour assurer plus de redistribution des richesses, la pérénnité et la qualité de la protection sociale.    

 

Compte-rendu réalisé par Ismaël Dupont.  

 

 

Article-OF-debat-plourin.jpg 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011