Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 14:49

On peut lire dans le Ouest-France du mercredi 21 novembre sous la plume de Yann-Armel Huet un article courageux,  intéressant mais desespérant reprenant les accusations d'associations travaillant au contact des sans-papiers sur la continuité de la politique de l'immigration de Valls-Hollande par rapport à celle de Sarkozy-Hortefeux. Cette continuation d'une politique inhumaine et contraire à nos intérêts bien compris est révoltante et interroge sur ce qu'est devenu le PS: autrefois, ses politiques économiques libérales se voulaient compensées par l'affirmation des valeurs d'une gauche morale -universalisme, tolérance, droits de l'homme. Aujourd'hui, il conduit une politique libérale encore plus dure qu'entre 1984 et 1993 ou entre 1999 et 2002, et prétend restaurer sa popularité auprès des classes populaires en faisant, avec Valls notamment, mais tout le gouvernement est solidaire, de la surenchère sécuritaire et xénophobe. On retrouve là les principes de la Troisième Voie théorisée par Anthony Giddens et Tony Blair: diviser les pauvres entre eux en stigmatisant les "profiteurs" et les "parasites", en réaffirmant comme valeurs essentielles la sécurité et l'autorité, et mener une politique favorable au monde des affaires.   

 

Toujours autant d'expulsions de sans-papiers

 

Des associations travaillant avec eux dénonçent la "machine à expulser" les étrangers. Elles estiment que la politique du chiffre reste inchangée depuis la présidence Sarkozy.

 

Expulsions en 2011. Près de 64 000 étrangers sans-papiers ont été reconduits hors des frontières en 2011 (32000 en métropole, 31000 en Outre-Mer), dénonçent cinq associations humanitaires (La Cimade, ASSFAM, France terre d'asile, Forum réfugiés-Cosi, Ordre de Malte). En métropole, plus de 15 000 (dont 8900 Roumains) l'ont été par des retours qualifiés de "volontaires", avec des aides. Et plus de 17 000 n'ont pas eu le choix: ils ont été explusés directement après leurs interpellations ou après être passés par un CRA, Centre de rétention administrative.

 

Qui sont ces personnes? 51385 personnes de 158 nationalités ont été enfermées dans un des 27 CRA, en moyenne dix jours. En premier lieu, des jeunes Tunisiens (22,6%), venus via l'Italie après la chute de Ben Ali. "Plus du tiers ont été renvoyés en Italie" dénoncent les associations. Mais aussi des Marocains (9,3%), des Algériens (7,8%). Et des Roumains (6,2%), "le tiers des explusés à partir des Centre de Rétention Administrative, alors qu'ils ont le statut de citoyens européens, mais ils exercent rarement des recours". 

 

Sans voir un juge? La loi Besson - du nom de l'ancien ministre sous la présidence Sarkozy -, entrée en vigueur en juillet 2011, a repoussé du 2e au 5e jour l'intervention du juge des libertés. "Résultat, des gens sont explusés avant les audiences alors que, dans de nombreux cas, le juge ordonne leur remise en liberté!" explique Riwanon Quéré à Rennes. Seuls 40% des détenus sont effectivement expulsés.

 

Le CRA de Rennes. Ce centre couvre tout l'Ouest. L'an dernier, 875 personnes (dont une vingtaine d'enfants et d'ados) y ont été enfermées et 191 ont été expulsées. 

 

Une politique moins dure avec la gauche au pouvoir? Les associations l'assurent: "Il y a un discours politique officiel disant "On abandonne la politique du chiffre"... mais les pratiques restent les mêmes". Elles citent un durcissement de la rétention, la multiplication des interdictions de retour en France décidées par les préfectures, les poursuites judiciaires quand les migrants tentent de cacher leur identité... 

 

Solution ultime. Les associations plaident pour "une réforme législative d'ampleur. La rétention ne doit être qu'une solution ultime", une fois toutes les alternatives épuisées (invitation à quitter le territoire, aide au retour, assignation à résidence...). Le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, a, lui, fait savoir que cette année, le nombre d'expulsions dépasserait celui de 2011 avec plus de 33 000 éloignements, rien qu'en métropole". 

 

Yann-Armel Huet     

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011