Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 19:07

Au risque d'être qualifié de sectaire ou d'excessif, nous avions prévenu il y a quelques mois comme d'autres: Hollande, ce sera un concentré de Jacques Delors, Romano Prodi et Gérard Schröder...

Nous ne sommes donc pas surpris outre mesure de la tournure que prennent les premiers mois de pouvoir des socialistes, mais nous sommes en colère, très en colère ! Comme d'autres, nous voulions un mieux en votant pour Hollande au second tour afin de tourner la sinistre page Sarkozy. En bien des domaines, ce mieux, nous l'attendons toujours.  

La souffrance sociale et les inégalités ne cessent de croître en France. Mais l'urgence, n'en doutons pas, est de réduire les déficits à coup de saignées sociales afin de recevoir des certificats de bonne gestion de la part du MEDEF (10 ministres socialistes à son congrès, paraît-il...!), des marchés et de l'état-major ultra-libéral et réactionnaire qui gouverne l'Union Européenne, de Merkel à Barroso, en passant par Van Rompoy.

L'Insee rappelle pourtant dans une publication récente que le pouvoir d'achat stagne ou baisse dans toutes les catégories de la population, sauf chez les 10% les plus riches. Le niveau de vie médian des Français a reculé de 0,5% en 2010. 8, 6 millions de français vivent en-dessous du seuil de pauvreté: 440.000 de plus entre 2009 et 2010. 20% des moins de 18 ans vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Combien de salariés pauvres et précaires, de Smicards, de retraités, ne parviennent plus à se nourrir correctement le 20 de chaque mois, retardent le paiement des factures, comptent chaque déplacement, chaque dépense, renoncent aux soins, à la culture, aux vacances.

Et que décide celui qui désignait pourtant il y a quelques mois la finance comme son principal adversaire et qui prétendait incarner la voie du changement. Tout simplement d'aggraver la rigueur "version Fillon".

Il est probable que l'équipe Sarkozy manquait de sérieux dans la gestion des affaires de la bourgeoisie. Il revenait à un habitué des "Dîners du Siècle" de rappeler que la Gauche, enfin ce qu'il reste de la sienne, s'était définitivement reconcilié, en dehors des campagnes électorales bien sûr, puisqu'il faut bien appâter le chaland, avec le capitalisme, la société de marché, les vertus de l'entreprise et de la flexibilité...  

On a donc augmenté le SMIC de 3 euros par mois. On gèle les retraites, les minima sociaux, les allocations chômage. On maintient l'honteux gel du barème de l'impôt sur le revenu voulu par Sarkozy et Fillon qui rend imposables cette année des centaines de milliers de Français aux revenus modestes qui étaient jusqu'ici exemptés d'impôts sur le revenu. On retire la demi-part fiscale supplémentaire attribuée aux veufs et veuves ayant élevé seuls(es) leurs enfants. On sabre dans les dépenses de services publics qui permettent la satisfaction des besoins sociaux de tous. On augmente les taxes indirectes sur le tabac jusqu'à des niveaux carrément indécents quand on sait que ce sont les plus pauvres et les plus angoissés par la crise qui fument le plus et en viennent à dépenser la moitié de leur argent de poche pour sacrifier à cette dépendance.  

On laisse s'affoler les prix de l'énergie, du carburant, sans diminuer la fiscalité indirecte, pourtant inéquitable, ni s'attaquer aux profits monstrueux des oligopoles de l'énergie.

Je ne sais pas si Hollande est comme Fillon "un économiste de cimetière", mais les besoins des Français ne sont assurément pas la priorité. Hollande dit être "en situation de combat" contre la crise mais pour l'instant, ceux qui prennent les coups, ce sont les Français appartenant aux couches moyennes et populaires.

Non seulement le gouvernement ne fait rien pour empêcher la multiplication des plans sociaux et des licenciements boursiers, non seulement il maintient les réformes constatées de ses précédesseurs de droite (LRU, gestion libérale des hôpitaux, déremboursements des médicaments, non remplacement des fonctionnaires partant à la retraite dans la plupart des ministères, libéralisation de la Poste, du rail et d'EDF)  mais il demande à tous les salariés de payer à la place des entreprises en projetant de satisfaire une vieille revendication du MEDEF, transférer le financement de la protection sociale de la cotisation sociale à la CSG. C'est le programme du CNR qu'on continue à détricotter pour faire plaisir à M. Kesler.

Les syndicats seront consultés parait-il, avant de mettre en avant des mesures de flexibilisation du droit social et des conditions des salariés, censées restaurer notre compétitivité, notre faible compétitivité devenant du même coup le plus grand enjeu politique avec la réduction des déficits, comme dans les discours du président et du candidat de Sarkozy. On leur demandera de prêter le flanc à un "compromis historique" scéllé entre le Capital et les représentants des travailleurs: la vieille antienne de l'alliance de classe... Mais s'ils ne parviennent pas à se mettre d'accord avec des patrons en position de force, c'est l'Etat, a dit Hollande le dimanche 9 septembre, qui prendra ses responsabilités. Et l'on entend à nouveau parler du "gagnant-gagnant" cher à Ségolène Royal. Dans le monde de bisounours de M. Hollande, il y a de la place pour les accords entre gens de bonne volonté aux intérêts convergents quand on y regarde de très près, non pour la conflictualité de classe et la défense politique des salariés contre une finance de plus en plus rapace et dominatrice.

Quant aux Français, ils paieront plus pour moins de protection sociale (le budget du Ministère de la Santé va encore être réduit, entre autres mauvaises nouvelles) et moins de services publics: 10 milliards d'impôts supplémentaires pour les ménages cette année, 10 milliards d'économies budgétaires dans les services publics.

A ce rythme là, s'il reste encore quelques droits à amputer et recettes fiscales nouvelles à dégotter dans un temps de récession créée par l'absence de relance par l'investissement public et la solidarité, on devrait remplir l'objectif de 90 milliards d'euros d'économies pour un retour à l'équilibre budgétaire en 2017 prévu par le Pacte Budgétaire européen... Mais à quel prix? Celui d'un appauvrissement prolongé du grand nombre.

Et les riches dans tout ça? La contribution exceptionnelle (et donc simplement provisoire) de 75% pour les plus hauts revenus touchera 2000 à 3000 personnes, et rapportera environ 200 000 millions d'euros. Si l'on compare avec les 20 milliards demandés à l'ensemble de la société, les grandes fortunes produiront 1% de l'effort et cela serait censé justifier le pain sec pour tout le monde.

Et encore, que Bernard Arnaud et consorts se rassurent - et la presse prétendument de gauche aussi, qui fait semblant de s'indigner sur leur attitude anti-patriotique de refus de l'impôt pde quelques huluberlus pour ne pas parler des conséquences sur le grand nombre de l'hyper-austérité prévue par Hollande-, ces beaux messieurs, comme ceux, plus nombreux, assujettis à un taux marginal de 45%, verront leurs revenus du capital et les intérêts financiers liés à leurs entreprises soustraits à l'effort de solidarité collective.

Pour couronner le tout, Hollande souhaite donner à la Cour des Comptes une fonction régulatrice plus affirmée dans la gestion de la chose publique et des services publics, alors qu'elle ne cesse depuis des années de plaider pour la Réforme libérale et qu'elle n'a aucune légitimité lui venant du Suffrage Universel. 

Il y a un autre domaine où Hollande se veut inflexible, c'est celui de la sécurité et de la question de l'expulsion des Roms, et le doux corrézien d'adoption dit soutenir pleinement le très sarkozyste Manuel Valls. Mais bien sûr, on expulsera, surveillera, interpellera "dans la dignité et le respect de la loi".  

Pas de pitié pour les gueux!     

 

Ismaël Dupont.     

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011