Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 07:22

Finistère. Après la fermeture de Gad, le désastre humain

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/apres-fermeture-gad-desastre-humain-09-07-2014-152990?55_source=O

Yvon Milin est un des syndicalistes FO de l'ex-abattoir de Lampaul-Guimiliau (Finistère). Il dénonce la casse de cet outil, à l'automne, les conséquences économiques... et le drame des familles.

Il a le regard noir. Déjà, en octobre, quand l'abattoir de porcs de Lampaul-Guimiliau a fermé, Yvon Milin avait ce visage tragique.

Lui, le délégué syndical, à l'écoute des ouvriers, savait les drames qui allaient se nouer. Les faits lui ont, hélas, donné raison.

Cinq suicides. Cinq anciens salariés, ayant perdu leur emploi, se sont « foutus en l'air », comme il dit, entre novembre et juin. « Trois étaient des bons copains à moi. Et, il y a tous les gens qui sont en dépression, qui ne sortent plus de chez eux, qu'on ne voit jamais. Seuls. »

Il n'est pas optimiste, Yvon Milin. « Le pire est à venir. Quand ils auront fini le CSP (le « contrat de sécurisation professionnelle », qui garantit pendant un an le maintien du salaire net). Il y a des gens qui n'ont plus le goût, qui ne veulent plus bosser. »

Il pense aussi à ceux qui travaillaient en CDD, et qui se retrouvent avec rien, même pas cette protection provisoire du CSP.

« Une femme qui travaillait en saucisserie. Elle vient de passer au RSA. Elle n'a pas le permis, elle est seule avec son gamin. Quand elle se présente pour un boulot, on lui répond : pas de CSP, on ne peut pas vous prendre. »

Et il dénonce, Yvon : « Ce ne sont pas 889 emplois qui ont été supprimés, en octobre, mais beaucoup plus. Tous les CDD, les intérimaires, les prestataires, les transporteurs... Et il y a quelques années, avant le rachat par la Cecab, nous étions près de 1 300 ouvriers en CDI. » Les effectifs ont fondu, avant de disparaître.

Il était ouvrier d'abattoir polyvalent. Saigneur notamment. « Un coup de couteau dans la gorge du cochon, au bon endroit. On travaillait à deux saigneurs, on a eu fait 6 500 cochons par jour. »

Lucide. « Je n'ai jamais aimé ce boulot. Ce n'est pas intéressant, de faire la même chose toute la journée, d'être cassé de partout. Mais avant la Cecab, il y avait une super ambiance, de solidarité, d'amitié. On allait travailler heureux. »

Il estime que les nombreuses porcheries du Nord Finistère ne peuvent pas durablement se passer d'un abattoir à proximité. Et réclame que le projet de Lampaul Agro puisse voir le jour. « Il faut qu'on nous laisse rentrer et travailler ! »

Mardi soir, des éleveurs de porcs ont allumé un feu de palettes devant l'entrée du site. Ils veulent voir aboutir un projet de redémarrage d'un abattoir et prévoient de renouveler leur action tous les soirs, en attendant une réponse des pouvoirs publics.

Anne Kiesel (journaliste Ouest France à Morlaix) 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011