Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 17:37

Ce samedi 5 janvier, Ouest-France consacre une page entière dans la section Finistère à retranscrire un entretien avec Pierre Maille.

Généreux ... mais, après tout, ce n'est pas inintéressant d'écouter ce qu'un élu de cette importance a à dire de la situation politique nationale et des enjeux pour les habitants du département !

Que nous dit notre président de Conseil Général? 

Pour commencer, il avance l'habituel argument des contraintes et de l'impuissance pour dédouaner le gouvernement par rapport à des promesses non tenues de changement et des attentes populaires largement insatisfaites: "La gauche arrive souvent au pouvoir dans des situations difficiles. Ici, on parait s'étonner de la difficulté. Ce ne sont pas les élections de François Hollande et d'une majorité à l'Assemblée qui changent une situation économique et financière compliquée".   

Compréhensif par rapport à une politique centriste priorisant la réduction des dépenses publiques sur la satisfaction des besoins sociaux et n'affrontant pas les intérêts des riches et de la finance, Pierre Maille alerte néanmoins sur les conséquences dramatiques de cette politique d'austérité sur les collectivités locales et la capacité du Conseil Général à honorer ses compétences en matière sociale:

" On connaît la situation économique nationale et l'état des finances. Mais on sait aussi que nous sommes menacés de disparition  à cause des questions de solidarité à charge du département. Si on a des recettes qui stagnent ou qui régressent, aucune capacité à les faire évoluer par nous-mêmes, et que dans le même temps l'emploi, l'âge, le handicap continuent de peser sur nos finances, on est morts".

Les mots sont forts mais pour finir, plutôt que de plaider contre cette politique de rigueur budgétaire qui accroît les inégalités en fragilisant services publics, dispositifs de solidarité et protection sociale, Pierre Maille préfère porter tous ses espoirs de salut dans le nouvel acte de décentralisation prévu par le gouvernement qui pourrait donner selon lui plus de marges au département pour accroître ses recettes fiscales (une part de la CSG, impôt qui demeure inégalitaire, pourrait revenir aux départements en finançant la protection sociale... probablement en lieu et place des cotisations sociales des entreprises) et dans une réforme de la dépendance nécessaire mais dont on craint la philosophie à l'heure de l'hyper-austérité.  

Sur Notre-Dame des Landes, Pierre Maille est pour l'aéroport à condition qu'il s'accompagne de la ligne TGV à très grande vitesse Paris-Brest et parce que le risque de marginalisation de l'ouest breton donne de nouveaux arguments pour installer cette ligne très coûteuse, nécessaire pour rendre le Finistère "attractif" et "concurentiel". C'est une manière d'avouer en creux que Notre-Dame des Landes soulève un problème de déséquilibrage de l'activité, des subventions et de la population à l'intérieur de la Bretagne dont le Finistère pourrait pâtir. Pierre Maille ne craint pas non plus de dire sans détour que NDDL "remet en cause les aéroports de Lorient et de Quimper".

Par rapport à la réforme territoriale, Pierre Maille, qui gère une majorité monocolore PS au Conseil Général, n'est pas choqué que les élections cantonales de 2015 se fassent encore sur un scrutin binominal majoritaire à deux tours, et non suivant un scrutin de liste à la proportionnelle, comme nous le réclamons. Nénmoins, il remarque le problème que pose l'hégémonie artificielle du PS à gauche, favorisée par les institutions, et ne correspondant aucunement à son crédit réel dans l'opinion: "Je pense que nous ne sommes pas assez forts pour être majoritaires tout le temps et partout". Aussi, il suggère que les deux personnalités élues sur une liste commune dans des cantons élargis pourraient permettre de laisser quelques miettes au Front de Gauche et aux Verts à condition qu'il y ait des accords départementaux: " le fait d'avoir deux candidats dans chaque canton pourrait inciter à mettre un vert et un rose ici, un rose et un rouge là". En bref, si vous voulez être élus, vous devrez l'être sur le porte-bagage du PS et en soutien à sa politique...

     

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011