Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 17:54

 

Congrès départemental du PCF29 - 26 & 27 janvier 2013

 

Contribution

pour un nouveau fonctionnement de la Fédération du Finistère

 

 

proposée par les « communistes finistériens pour le front de gauche » 10 novembre 2012

Pour un débat large, transparent, démocratique et sans tabou

 

La préparation du prochain congrès de notre Parti est l’occasion pour les communistes de notre département de faire le bilan de leur activité politique au plan local et départemental.

 

Comme l’a justement précisé Patrick BESSAC, dans son rapport au Conseil national intitulé « un congrès combatif pour le PCF, une ambition nouvelle pour le Front de gauche », il s’agit de rassembler tous les communistes, dans l’objectif d’une culture commune. Celle-ci ne pouvant se réaliser, théoriquement et pratiquement, qu’en prenant en compte « deux sphères relativement autonomes dans ce débat : la sphère des plates formes politiques (du Parti, du Front de gauche, ou d’autres…) et la sphère du débat d’idées ».

 

Nous pensons que nos expériences politiques récentes peuvent nourrir et enrichir nos débats dans les prochaines semaines de préparation de nos assemblées de section et de notre congrès départemental, à condition de pouvoir en discuter sur des bases claires et en toute liberté.

 

Ainsi, au regard de nos expériences respectives durant la période électorale de la présidentielle et des législatives, il n’est pas inutile de nous interroger sur la nature des confusions entretenues entre la sphère des idées et la sphère des plates formes politiques, y compris entre les plates formes politiques du PCF et du Front de gauche, dans nos sections comme dans notre fédération.

 

Nous pensons que le meilleur moyen d’avancer avec l’ensemble des communistes est de faire confiance à leur expérience et à leur intelligence en leur offrant tous les matériaux utiles à leur réflexion.

 

Dans la période récente, la complexité de la situation s’est souvent traduite par des actions politiques différentes d’une section à l’autre ou entre des sections et la fédération. Ces contradictions sont évidemment au cœur du débat et il appartient aux communistes et à eux seuls d’en débattre pour essayer d’en comprendre les causes et de les dépasser.

 

À cette fin, il faut que les divers points de vue puissent être confrontés, de manière ouverte, que cette confrontation soit encouragée et soutenue par les différentes instances du Parti. C’est dans cet esprit que nous avons décidé de proposer au Conseil départemental du Finistère, le texte ci-dessous, en lui demandant de bien vouloir le diffuser aux directions de section et à l’ensemble des communistes.

 

Si nous pensons que le débat doit légitimement être coordonné par les directions de section et par le Conseil départemental, nous pensons aussi que la circulation horizontale des points de vue, des textes et des idées, doit être non seulement admise, mais surtout encouragée et facilitée.

 

Le texte ci-dessous n’a d’autre ambition que de contribuer au débat communiste dans notre département, que nous souhaitons large, transparent, démocratique et sans tabou.

 

Pour un monde libéré des entraves du capitalisme

 

Une fédération communiste unie

sur de nouvelles pratiques

pour plus de démocratie

et plus d’efficacité

 

Depuis plusieurs congrès les communistes affirment que le PCF n’existe pas pour lui-même mais pour « répondre aux immenses défis de notre époque par l’émancipation de chacun(e), la maîtrise sociale, la mise en commun et le partage des connaissances, des richesses. Elles et ils refusent un monde où les possibilités considérables qui surgissent de l’activité et du génie humain sont dévoyés en pillage des ressources, en concurrence aveugle, en affrontements et en guerre ; une société d’injustices et d’inégalités où les forts écrasent toujours les faibles. Elles et ils considèrent que la toute puissance de l’argent peut être combattue, que le capitalisme n’est pas la fin de l’Histoire » (préambule des statuts).

 

Promouvoir l’autonomie et l’épanouissement de chaque femme et de chaque homme en faisant reculer jusqu’à leur dépassement toutes les formes sociales d’exploitation, de domination et d’aliénation. Tels sont les objectifs des communistes. Ils impliquent un combat sans relâche et sans complaisance contre le capitalisme.

 

La passionnante phase électorale que les communistes ont menée dans le cadre du Front de Gauche montre combien sont grandes les possibilités de rassemblement pour mener ce combat dans le respect de l’identité de chacun-e. Elle a aussi montré les difficultés qui subsistent et les écueils à éviter. Face au combat que mènent toutes les forces du capital pour empêcher, quel que soit le vote des électeurs, toute possibilité de changement réel, les communistes, à tous les niveaux, ont un rôle crucial à jouer pour ouvrir la voie d’un autre monde...

 

 

 

I-Le bilan creux de la direction départementale

 

1.1-Les organisations du parti, à tous les niveaux, ont la responsabilité de tout mettre en œuvre pour atteindre les objectifs ci-dessus énoncés sur l’ensemble du territoire.

 

Est-ce le cas dans le Finistère ? Avons-nous, concrètement, tout mis en œuvre pour favoriser les rassemblements avec la population pour faire évoluer les choses dans ce sens ?

 

Le Conseil départemental a-t-il permis à la Fédération communiste du Finistère d’agir pour défendre :

  • l’activité industrielle et agricole 

  • le devenir du groupe Doux et de la filière avicole 

  • la pêche 

  • l’emploi 

  • l’avenir des jeunes 

  • l’environnement, le traitement des algues vertes

  • une véritable politique énergétique et mettre en débat le projet d’usine à gaz de Landivisiau

  • le droit de vivre dignement jusqu’à la fin de ses jours 

  • des services de santé accessibles à tous 

  • etc. ?

 

La Direction départementale du Finistère a-t-elle permis à la Fédération communiste de dénoncer la vente de statuettes et de figurines de Hitler, Goebbels ou Goering dans les locaux de l’école de gendarmerie de Châteaulin ; de dénoncer aux côtés du PS et du NPA l’organisation d’un « banquet patriotique » par Jean-Marie Le PEN à Port-Launay ; de dénoncer la tentative d’exclure le Front de Gauche de la manifestation et du colloque sur les langues régionales ; de dénoncer les attaques contre le droit d’asile ; de dénoncer l’escalade en matière d’armement nucléaire ?

 

Certes des choses ont été faites… le plus souvent à l’initiative et sous la responsabilité des sections ou des collectifs auxquels nous participons, ce qui est bien sûr très positif, mais nuit aussi, faute de coordination fédérale, à l’impact de ces actions sur l’ensemble du département.

 

L’activité initiée par l’exécutif de la fédération, elle , se réduit le plus souvent à de la communication dans la presse et est, toujours strictement compatible avec les positions du Parti Socialiste ou des Collectivités qu’il dirige (Conseil Général et Conseil Régional) alors qu’il aurait fallu pour le moins être présents sur le terrain et aussi organiser la réflexion autonome et collective des militants et des élus communistes pour les mettre en situation de jouer pleinement leur rôle (les problèmes de l’énergie, des algues vertes, de la santé, de l’aide à l’autonomie… sont en ce domaine particulièrement significatifs). Pour ne prendre qu’un exemple cette dérive est parfaitement illustrée par l’épisode d’Ouessant où l’on a déplacé Patrick LE HYARIC, l’exécutif, une trentaine de militants « continentaux »… pour rencontrer quelques Ouessantins et avoir une photo et quelques lignes dans la presse. Bien entendu, comme d’habitude, il n’a pas été fait d’évaluation de cette initiative pas plus que de « l’atelier législatif »  sur la pêche pourtant annoncé par le secrétaire départemental comme une initiative majeure.

 

La réflexion collective ne saurait se réduire à la réunion de quelques élus et quelques camarades triés sur le volet comme c’est le plus souvent le cas, mais au contraire, devrait être nourrie de l’expérience de tous les militants et des personnes concernées. À tous les niveaux, le Parti et le Front de Gauche en seraient d’autant plus à l’aise pour mener le débat et le combat avec la population.

 

 

 

La réforme territoriale est, avec la filière avicole ou l’énergie, un exemple où, faute de réflexion collective, la fédération et l’ADECR ont été particulièrement absentes, mettant ainsi la population « hors du coup » et réservant donc la réflexion et l’action à quelques « spécialistes » auto proclamés. Alors, qu’en cohérence avec ce que nous préconisons, il aurait fallu animer un large débat sur tout le territoire. Notre absence n’a-t-elle pas nui à la crédibilité de notre discours et à l’évaluation de notre utilité ? Avec le changement de gouvernement (et la responsabilité particulière de Marylise Lebranchu), Il faut que le PCF et le Front de Gauche prennent toute leur place dans la lutte pour l’abrogation immédiate de toute la réforme des collectivités territoriales de Sarkozy  et l’élaboration démocratique, avec toutes les parties concernées, d’un nouveau texte.

 

Cette démarche pourrait se décliner sur bien d’autres sujets.

 

Il importe qu’une priorité soit donnée à notre présence et à notre action sur le terrain. Que la direction départementale de la fédération communiste du Finistère joue réellement son rôle de coordination et d’animation qui doit être le sien sur tout le département comme sur toute la région.

 

 

1.2 Le deuxième rôle de la direction départementale de la fédération est d’assurer toutes les conditions de la réflexion et de la souveraineté des communistes.

 

Dans le respect des orientations nationales.

À ce sujet les leçons du déni de démocratie qu’a constitué l’épisode des régionales, qui a bafoué la liberté de choix des adhérents et vu la présence de communistes sur deux listes différentes n’ont pas été tirées. Et, en ce qui concerne le Front de Gauche, on continue dans le Finistère à traîner les pieds alors que sur le terrain on constate qu’une grande dynamique se développe.

 

Tout le monde a constaté l’absence d’investissement de la direction de la fédération dans la campagne des élections présidentielle et législatives. Le rôle plus qu’effacé du parti dans la coordination départementale du Front de Gauche alors que des choses très intéressantes se développaient sur le terrain dans les circonscriptions sans insister sur les bâtons dans les roues dans la 1ère circonscription…

 

Dans le respect du rôle de direction du conseil départemental

Le conseil départemental devrait être le lieu où se réfléchit et s’élabore la politique départementale ; l’exécutif n’ayant pas à se substituer à celui-ci ni dans la réflexion, ni dans les prises de décision, ni dans les prises de position publiques.

 

D’ailleurs il n’est jamais donné au conseil départemental (qui pourtant est d’après les statuts du parti chargé de le contrôler) d’information sur l’activité de l’exécutif dont par ailleurs de nombreux membres « sèchent » régulièrement les réunions du conseil départemental ou n’y prennent jamais la parole. Ce qui permet de se poser des questions sur l’activité ou l’existence réelle de cet Exécutif et sur le respect qu’en ont ses membres pour le Conseil Départemental qui est pourtant la direction du parti.

 

En réalité, le conseil départemental est devenu une chambre d’enregistrement de décisions prises on ne sait où, par on ne sait qui. L’opacité en matière de finances est totale. Depuis 2008, ni la Commission de Contrôle Financier ni le Collectif transparence et de suivi de la bataille financière n’ont été réunis.

 

Enfin que reste-t-il de la souveraineté des communistes quand, en raison de son emploi au cabinet du président de région, ils ne peuvent plus présenter leur secrétaire départemental à une élection ?

 

Dans le respect de la diversité des communistes

Les statuts du Parti considèrent la diversité des communistes comme une richesse pour la réflexion collective et pour une vision large de la complexité de la société et ils recommandent absolument de la garantir. Cela implique l’écoute, la recherche de convergence, le respect de l’individu et du collectif et devrait exclure toute volonté de clivage systématique comme, par exemple, nous l’avons encore vu lors de la composition de la délégation à la conférence nationale du 18 juin dernier.

 

L’unité des communistes, dans le respect des opinions de chacun, devrait être la règle et prévaloir sur l’« esprit de clan » qui stérilise la richesse de la réflexion collective et l’efficacité de l’action.

 

La Fédération du Finistère doit assurer à chaque communiste les moyens de jouer pleinement son rôle et d’assumer pleinement ses responsabilités.

 

 

II-Les engagements de la liste que nous proposons

 

Les candidat-e-s de la liste « une fédération communiste unie sur de nouvelles pratiques du Finistère, pour plus de démocratie et plus d’efficacité » s’engagent à agir dans les 3 directions suivantes.

 

2.1. Rassembler pour résister à la domination de la finance et ouvrir la voie à une véritable alternative

 

La domination sans partage de la finance internationale est la source des difficultés et des drames qui frappent les populations sur la totalité de la planète. Mettre fin à cette situation implique de créer partout et pour tous les conditions du rassemblement de toutes celles et tous ceux qui, objectivement et au-delà de leurs différences, ont intérêt à ce qu’il y soit mis fin. Ces rassemblements se développeront à partir des difficultés rencontrées par les différentes catégories de la population, les collectivités, les services publics, les entreprises… Ils permettront, à la fois de résister, d’avancer et d’ouvrir des perspectives.

 

C’est l’objectif que se donne le Front de Gauche dont le PCF a été à l’initiative. Les différentes échéances électorales, et particulièrement les dernières élections, présidentielle et législatives, ont montré le potentiel qu’il a fait naître. Nous proposons que la Fédération s’engage fermement et sans réticence, sans arrière pensée et volonté de récupération, dans la recherche de son renforcement, de son élargissement et de l’amélioration de son fonctionnement. Cela contribuera également au développement de l’activité propre du Parti. Une telle politique ouverte implique, l’acceptation du «risque» que les faits ne se déroulent pas comme le PCF l’avait souhaité mais comme nos concitoyens ont contribué à les construire.

 

Nous proposons pour cela une activité et une présence forte des communistes, sans volonté hégémonique, dans les luttes, dans les quartiers populaires et dans les entreprises en étant particulièrement attentifs aux difficultés faites aux plus jeunes, avec nos propositions qui contribueront à montrer concrètement les possibilités réelles de changement. Cet engagement sincère sera un apport important pour le développement du Front de Gauche et de l’action populaire.

 

Cela suppose que le Parti soit actif dans l’organisation d’actions à tous les niveaux avec à chaque fois le souci de rassembler au maximum. Cela implique aussi notre participation à la réflexion et aux actions organisées par d’autres afin de faire avancer les exigences et les objectifs de la population.

 

Cela suppose aussi que, dès maintenant, nous nous préoccupions de la présence des communistes et du Front de Gauche dans les différentes institutions lors des prochaines échéances électorales dans le respect absolu de l’identité et de l’autonomie de chacun et de tous.

 

 

2.2-Mener une grande activité d’éducation populaire

 

Pour mener le combat contre la Finance il importe de donner à chacun-e- les moyens de prendre sa place et de jouer son rôle efficacement dans toutes les actions sur le terrain (Doux, licenciement chez Carrefour, spéculation sur les céréales qui vont faire grimper le prix du porc et de la volaille, aliments de base des plus démunis, etc.)

 

C’est pourquoi il est capital de mettre en œuvre et/ou de participer à une grande activité d’éducation populaire pour contrebalancer la pression des médias et le consensus de fait entre les forces de droite et une partie de la gauche. Elle prendra en compte la complexité des situations en évitant tout schématisme réducteur et, au-delà de la politique et de l’économie, en s’ouvrant aussi à la culture, la philosophie, l’histoire, la géopolitique. Cette action doit être multiforme avec, à chaque fois, le souci d’élargir au maximum le cercle des personnes auxquelles nous nous adresserons. Là encore une attention particulière devra être portée vers les entreprises, les quartiers populaires, la jeunesse et le mouvement syndical et les associations.

 

La participation effective et efficace des communistes à ces actions implique bien entendu que nous remettions en place une véritable politique d’éducation et de formation au sein de la Fédération, qui s’adresse à tous les communistes et à toutes les sections. Cela amènera sans doute à diversifier les formes que prendra cette politique qui doit être une activité permanente et prioritaire qui, tirant les leçons du passé, doit être largement ouverte sans crainte des débats que cela pourrait susciter.

 

La même nécessité de formation et de réflexion collective existe bien évidemment en ce qui concerne l’activité et le rôle des élu-e-s et la formation de candidat-e-s.

 

La Fédération recherchera les volontés et les compétences disponibles en son sein et à l’extérieur pour assurer la qualité et le niveau de ces actions, y compris par « la formation des formateurs » .

 

La complexité des problèmes nécessitera de plus en plus une réflexion collective, faisant appel à des compétences et des expériences diverses (sociologues, psychologues, économistes, syndicalistes, militants, citoyens engagés…) avec des approches elles aussi diverses.

 

La réflexion, bien entendu, ne saurait se borner aux sujets pour lesquels une position est aboutie mais abordera aussi (surtout ?) ce qui fait débat.

 

2.3 Agir pour le renforcement et la vie démocratique du Parti

 

La séquence qui vient de s’achever, avec la dynamique du Front de Gauche ; nous a permis de multiplier les rencontres y compris avec des gens que nous ne côtoyions pas auparavant.

 

Nous avons dans beaucoup d’endroits fait des adhésions… et d’autres sont encore possibles. Il faut continuer dans cette direction… et prendre les mesures pour que l’accueil de ces nouveaux adhérents soit organisé et suivi de formation.

 

La Fédération assurera une aide efficace à toutes les sections et apportera son soutien aux actions qu’elles mettront en place. En même temps, sur les problématiques d’intérêt départemental, régional et national, elle favorisera la réflexion, la recherche des réponses, la mise en cohérence et la convergence des décisions et des actions. Elle veillera à ce que tous les communistes qui le désirent, puissent être partie prenante de l’ensemble du processus.

 

Tous les communistes recevront de la Fédération une information complète et objective qui leur permettra, en toute liberté, d’exercer leur souveraineté lors des prises de décision et des votes (y compris lorsque des questions suscitent des points de vue différents ou divergents).

 

Le Conseil départemental étant l’organe dirigeant de la Fédération, son travail, sa réflexion, son action seront élaborés collectivement. Son mode de fonctionnement (en particulier le moment des réunions) devra permettre à tous ses membres une réelle participation et devra permettre plus particulièrement la participation des camarades exerçant une activité salariée et notamment les femmes et les jeunes.

 

Un compte rendu synthétique de la réunion précédente, intégrant l’essentiel de la discussion, sera soumis à remarques et approbation, à l’ouverture de chaque réunion du conseil départemental.

 

Les prises de position publiques du Parti feront l’objet d’une réflexion et d’une élaboration collective au Conseil départemental. Si un consensus n’est pas possible le vote se fera suivant les règles statutaires. En cas d’urgence, une consultation rapide des membres du Conseil départemental se fera par courrier électronique ou à défaut par téléphone.

 

L’Exécutif départemental rendra compte au Conseil départemental de son activité qui, de toute façon, devra être le reflet des stratégies élaborées par le C D.

 

Lors des rencontres nationales la délégation sera représentative de la diversité des communistes du Finistère.

 

 

°

°°°

°

 

 

 

 

La plupart de ces propositions ont été faites à plusieurs reprises au cours des deux dernières mandatures de l’exécutif départemental sans jamais être prises en compte. Ces propositions correspondent à l’expression d’une majorité des sections de la Fédération ce qui suppose un renouvellement de l’exécutif départemental.

 

C’est pourquoi les élus de la liste « Une fédération communiste unie sur de nouvelles pratiques pour plus de démocratie et plus d’efficacité », s’engagent à mettre en œuvre, tous ensemble, ces propositions qui ouvrent sur une pratique politique correspondant aux idées et aux espoirs qui se sont faits jour lors des manifestations de la Bastille, de Marseille et de Toulouse, et dont le souffle passera, c’est du moins ce que nous espérons, dans la préparation de notre congrès.

 

Le Congrès départemental de notre Fédération peut-être l’occasion de donner une impulsion nouvelle au Parti communiste français dans la période à venir pour le développement du Front de Gauche et l’avenir du pays. Ce rôle historique est à notre portée pour peu que nous mettions en œuvre de nouvelles pratiques politiques, ouvertes et transparentes.

 

Le Congrès départemental de notre Fédération du PCF, soucieux de faire vivre pleinement la stratégie de Front de gauche dans toutes les instances communistes du Finistère, peut et doit se donner une équipe capable de mettre en œuvre «ces nouvelles pratiques, pour plus de démocratie et plus d’efficacité »

 

Le Congrès départemental de la Fédération du Finistère du PCF, peut compter sur l’engagement de chacun des membres présenté sur cette liste à y consacrer toute son expérience et toute son énergie.

 

 

 

Le 10/11/2012

 

 

PREMIERS SIGNATAIRES DE LA CONTRIBUTION

« POUR UN NOUVEAU FONCTIONNEMENT

DE LA FEDERATION DU FINISTERE »

 

ALAYSE Anne-Marie

Section PCF du Pays de Brest

ABRAMOVICZ Yves

Section PCF du Pays de Morlaix

BERNARD André

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

BERNARD Marie-Andrée

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

BERTHELOT Jean-Jacques

Section PCF de Scaer

BLANCHE Denise

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

BLANCHET Véronique

Section PCF du Pays Bigouden

CHARLIER Alain

Section PCF de Plozévet

CHARLIER Elyett

Section PCF de Plozévet

DAVID Alain

Section PCF du Pays de Morlaix

DUPAS Roger

Section PCF du Pays Bigouden

DUPONT Ismaël

Section PCF du Pays de Morlaix

FERRENBACH Daniel

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

GAUTHIER Alain

Section PCF de Rosporden

GAUVIN-DUPONT Frédérick

Section PCF du Pays Bigouden

HENRY Jeanne

Section PCF du Cap-Sizun-Audierne

JAOUEN Michel

Section PCF de Rosporden

JOUAN Daniel

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

JULLIERE Claude

Section PCF de Concarneau

LABELLE Nicole

Section PCF du Pays de Morlaix

LAZARO Annick

Section PCF de Rosporden

Le BELLEC Etienne

Section PCF du Pays Bigouden

Le CALVEZ Jean-Luc

Section PCF du Pays de Morlaix

Le CLOAREC Jacqueline

Section PCF du Pays Bigouden

Le CLOAREC Robert

Section PCF du Pays Bigouden

Le DUFF Georges

Section PCF de Lanmeur

Le GUEN Jean-Claude

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

Le GUEN Lydie

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

Le MOGUEN Claude

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

Le NOZERTH Martine

Section PCF de Plozévet

LEVEN Jean-Yves

Section PCF du Pays Bigouden

MORVAN Marguerite

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

OUVRARD François

Section PCF du Pays de Brest

PASCAL Jean-Louis

Section PCF de Concarneau

PERCHEC Xavier

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

PILORGE Camille

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

PILORGE Lydie

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

PLOUGONVEN Pierre

Section PCF de Crozon

PODER Hubert

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

PODER Marie-Claire

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

PUIL Serge

Section PCF de Roscoff-Saint-Pol

QUELAUDREN Patrick

Section PCF du Pays Bigouden

RANNOU Jacques

Section PCF de Rosporden

RAVASIO Daniel

Section PCF du Pays de Morlaix

ROUSSAIN Annie

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

ROUSSAIN Loïc

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

RYAN Juliette

Section PCF de Briec-Fouesnant-Quimper

TUPIN Hugues

Section PCF de Douarnenez

TILLY Marcel

Section PCF de Rosporden

VOREAUX Alain

Section PCF du Pays Bigouden

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011