Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 05:00
Turquie. Purges intérieures et démêlés diplomatiques - Rosa Moussaoui, L'Humanité, 25 octobre 2021
Turquie. Purges intérieures et démêlés diplomatiques
Lundi 25 Octobre 2021

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a ordonné l’expulsion de dix ambassadeurs ayant plaidé pour la libération de l’opposant Osman Kavala, détenu depuis quatre ans.

 

Il avait comparu au mois de février 2020 devant le tribunal de Silivri, avec huit autres personnes accusées, comme lui, de « tentative de renverser le gouvernement », pour leur implication dans la révolte du parc Gezi. Le riche et discret philanthrope Osman Kavala encourait une peine de prison à perpétuité pour avoir contribué au financement de ce mouvement qui contestait un projet immobilier aussi démesuré qu’opaque, menaçant, dans le centre d’Istanbul, un précieux patrimoine historique, paysager et architectural. L’accusation avait alors brandi une carte de la Turquie retrouvée dans le téléphone du mécène, preuve, selon elle, de son intention de redessiner les frontières du pays. Il s’agissait, en fait, d’une carte de la répartition des abeilles…

Le ridicule de ce montage avait conduit à son acquittement pour insuffisance de preuves. Mais quelques heures seulement après ce verdict, un nouveau mandat d’arrêt était émis contre l’homme d’affaires né à Paris, formé en Europe, revenu à Istanbul en 1982 pour prendre la tête de l’entreprise familiale. Cette fois, ce fervent avocat du patrimoine turc et de la diversité culturelle était arrêté et placé en garde à vue au siège de la police antiterroriste d’Istanbul pour des soupçons d’implication dans la tentative de putsch manqué de 2016. Depuis lors, Osman Kavala croupit en prison sans jugement, comme des milliers d’opposants à la dictature de Recep Tayyip Erdogan. Il doit comparaître de nouveau le 26 novembre.

Dans un communiqué commun publié voilà une semaine, le Canada, la France, la Finlande, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Suède et les États-Unis avaient appelé à un « règlement juste et rapide de l’affaire » Osman Kavala. Aussitôt les ambassadeurs de ces pays avaient été convoqués au ministère des Affaires étrangères, Ankara jugeant « inacceptable » leur démarche.

L’économie turque s’enlise, Erdogan resserre son emprise

Cette crise diplomatique s’est encore envenimée samedi soir, le président turc, de retour d’une tournée africaine, ayant lui-même exigé, mesure exceptionnelle dans les relations internationales, l’expulsion des dix ambassadeurs qui ont réclamé la libération de Kavala, une demande « indécente » selon lui. « J’ai ordonné à notre ministre des Affaires étrangères de déclarer au plus vite ces dix ambassadeurs persona non grata », a-t-il affirmé, sans préciser cependant le délai dans lequel ces diplomates devraient quitter le pays. « Du matin au soir ils répètent : Kavala, Kavala… Mais celui dont vous parlez, Kavala, c’est l’agent de Soros en Turquie !» a-t-il affecté, dans une allusion au milliardaire américain d’origine hongroise George Soros, auquel il compare régulièrement l’opposant.

Dans un registre chauvin et complotiste à la fois, Erdogan cultive le contraste avec cet adversaire politique aux engagements ancrés à gauche, lié aux minorités arménienne et kurde, ayant noué de solides amitiés européennes. Parfaite figure de l’ennemi de l’intérieur, dans un contexte de tensions sociales grandissantes et de crise économique, au moment même où le pays affronte une crise monétaire très sérieuse : la livre turque a atteint son plus bas historique face au dollar, le 14 octobre, après le brutal limogeage par Erdogan de trois dirigeants de la banque centrale.

Depuis le début de l’année, la devise a perdu un cinquième de sa valeur ; l’inflation s’envole, dépassant les 20 %, l’un des plus forts taux au monde ; la pauvreté gagne du terrain. Pour endiguer la hausse des prix et la dépréciation de la monnaie, Erdogan exige de la banque centrale… qu’elle baisse ses taux directeurs, une politique propre à nourrir une folle spirale inflationniste.

Déjà fragile avant la pandémie de Covid, l’économie turque s’enlise, Erdogan resserre encore son emprise autoritaire et multiplie les coups de force, traque des ennemis imaginaires : commerçants, « lobbies », élus et militants kurdes, opposants accusés de travailler à la « déstabilisation » du pays. Le 19 octobre, plus de 158 personnes, dont 33 soldats en activité, étaient ainsi arrêtées pour des liens supposés avec la confrérie islamiste de Fethullah Gülen, un ancien allié d’Erdogan exilé aux États-Unis, accusé d’avoir fomenté la tentative de putsch de 2016.

De purges intérieures en rodomontades diplomatiques, le régime islamo-affairiste de Recep Tayyip Erdogan peine, avec sa rhétorique ultranationaliste, à dissimuler ses failles : il ne tient plus que par la peur et la menace.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011