Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2021 3 04 /08 /août /2021 05:35

 

La crise sanitaire a généré une crainte de la contrainte et de l’incertitude. Pourtant, la solution est dans la vaccination, affirme Marie-Claire Villeval, économiste spécialiste des comportements. ENTRETIEN

MARIE-CLAIRE VILLEVAL

Directrice de recherche au CNRS, université de Lyon

 

Comment expliquez-vous la défiance qui s’exprime dans les mobilisations du samedi ?

MARIE-CLAIRE VILLEVAL Plusieurs facteurs expliquent cette défiance incontestable. Il y a des craintes réelles d’une partie de la population vis-à-vis de l’incertitude des vaccins. Une crainte face à une contrainte et un produit inconnu. Surtout s’agissant d’un vaccin nouveau, mis au point si rapidement, en situation d’urgence.

Il y a une exploitation des fake news sur ses effets possibles à long terme et sur le fait que l’autorisation de mise sur le marché soit temporaire. Il est vrai, dans ces conditions, que cela n’est pas un vaccin comme les autres, même si on commence quand même à avoir du recul. Cela dit, il y a certaines contradictions. Chez les gens qui fument, par exemple : ils connaissent très bien les risques du tabac pour la santé et ils se méfient en même temps du vaccin…

Seconde explication : la méfiance d’une partie de la population vis-à-vis des scientifiques. Elle s’explique par les hésitations des experts sur les mesures à prendre et leur manque d’unanimité au début de la pandémie. Il est normal qu’il y ait des débats scientifiques, mais cela crée de l’inquiétude et peut expliquer, en partie, les réticences.

 

Il y a également un manque de confiance vis-à-vis des politiques et des gouvernants…

MARIE-CLAIRE VILLEVAL Tout à fait. Il y a beaucoup de contraintes depuis plus d’un an. La fronde actuelle que l’on observe est aussi le réceptacle des oppositions, des rancœurs, d’une colère sociale. Une façon d’exprimer des insatisfactions, des frustrations, qui n’ont rien à voir avec les conditions sanitaires, mais qui relèvent plus d’un mécontentement général.

À cela, il faut ajouter l’exploitation qui en est faite par certains partis politiques, dont la stratégie consiste à essayer de coaliser les sources, diverses, de mécontentement. Une partie de l’extrême droite est très active dans ces mouvements. Enfin, il y a, selon moi, ce qui relève d’une forme d’égoïsme et de refus de solidarité face à un bien public, à savoir la vaccination pour protéger les autres et pas seulement pour se protéger soi-même.

 

N’y a-t-il pas dans ces réticences et cette colère l’absence de perspectives, le fait de ne pas voir le bout du tunnel ?

MARIE-CLAIRE VILLEVAL Oui, on appelle cela la crainte de l’incertitude. On fera peser un poids beaucoup plus fort à une situation incertaine. On ne sait pas y mettre de probabilités. Or, l’absence de probabilité explicite génère de l’anxiété et donc des comportements frileux. Alors oui, cela contribue à cette atmosphère délétère. Mais, en même temps, la solution est dans la vaccination. On est en pleine situation contradictoire. La vaccination permettrait d’émettre des probabilités et de réduire l’incertitude.

Ne peut-on pas expliquer la contestation par le sentiment d’être dépossédé de la prise de décision ? N’y a-t-il pas un problème démocratique ?

MARIE-CLAIRE VILLEVAL Nous ne sommes pas en dictature, le Parlement est consulté. Le recours aux spécialistes, aux experts, s’impose. Nous avons des instances représentatives, je pense qu’il faut mieux travailler sur la représentativité de nos élus, convaincre les gens de participer aux élections.

En matière sanitaire, nous avons besoin de scientifiques, de connaissances médicales. Dans ce domaine, la consultation citoyenne n’a pas lieu d’être. Il s’agit de décisions qui ne sont pas un choix d’opinion. Sur ces sujets pour lesquels il faut faire des choix sur la base de connaissances disponibles à un moment donné, il vaut mieux, vraiment, faire confiance.

vaccins

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011