Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 06:12
En Israël, Netanyahou et l’extrême droite se déchaînent sur les Palestiniens - Pierre Barbancey dans l'Humanité de vendredi 14 mai
En Israël, Netanyahou et l’extrême droite se déchaînent sur les Palestiniens
Pierre Barbancey dans l'Humanité de vendredi 14 mai
 
Des groupes juifs racistes attaquent les Arabes dans plusieurs villes israéliennes. En marge des bombardements sur Gaza, des préparatifs d’une invasion terrestre s’accéléraient jeudi, tandis que le Hamas maintenait les tirs de roquettes sur Israël.
Le lynchage en direct d’un Palestinien par un groupe d’extrême droite, dans une petite localité du sud de Tel-Aviv, a jeté l’effroi dans le monde entier. Les signes avant-coureurs étaient là. Les rassemblements de protestation qui se sont déroulés dans le quartier de Cheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, pour empêcher l’expulsion de dizaines de familles palestiniennes n’ont pas mobilisé uniquement les habitants de la partie occupée de la ville. De nombreux Arabes israéliens, c’est-à-dire les Palestiniens vivant en Israël depuis 1948, musulmans et chrétiens, sont venus manifester directement sur place ou ont participé à des marches à Haïfa et à Tibériade tout autant qu’à Nazareth ou Saint-Jean-d’Acre. Jérusalem-Est devenue le symbole de l’occupation et de son corollaire, la colonisation.
Un Arabe israélien tué d’une balle dans le dos à Lod
Parallèlement, dopée par les discours de Benyamin Netanyahou et son score lors des dernières élections législatives, l’extrême droite israélienne est venue s’affronter directement aux Palestiniens avec à sa tête le député raciste Itamar Ben Gvir. Des ratonnades ont été déclenchées aux cris de « Mort aux Arabes ». De Cheikh Jarrah, cette extrême droite s’est ensuite déplacée dans les villes à majorité arabe dans un évident geste de provocation en cherchant l’affrontement armé.
C’est exactement ce qui s’est produit. Un Arabe israélien a été tué d’une balle dans le dos à Lod, la veille du lynchage. Les fascistes israéliens ont montré de quoi ils étaient capables. Il ne s’agit pas de faits isolés. Ils bénéficient de la mansuétude, voire de l’encouragement du gouvernement – toujours dirigé par Benyamin Netanyahou – et même du président israélien, Reuven Rivlin. Celui-ci, membre du Likoud et souvent présenté abusivement comme modéré, a cru bon dénoncer des « pogroms » et a vu des « foules arabes assoiffées de sang ». De quoi déclencher les pires réflexes. Le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Amir Ohana, y est allé aussi de son couplet en soutenant ceux qui ont tiré à balles réelles sur les manifestants arabes en expliquant benoîtement : « Les civils qui portent des armes aident les autorités à neutraliser immédiatement tout danger et toute menace. »
L’envoi de renforts« massifs » dans les villes mixtes israéliennes
Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a ordonné jeudi l’envoi de renforts « massifs » pour les forces de sécurité dans les villes mixtes israéliennes en annonçant le rappel de dix compagnies de gardes-frontières opérant d’habitude en Cisjordanie occupée. Des gardes-frontières connus pour leur violence à l’égard des Palestiniens et dont on entrevoit l’utilisation qui en sera faite ces prochains jours.
 
La coalition Hadash, qui rassemble des juifs et des Arabes et à laquelle participe le Parti communiste israélien, a exprimé son opposition à ces violences. « Dans une tentative désespérée pour se maintenir au pouvoir, Netanyahou nous entraîne dans une guerre dangereuse qui va faire des ravages sur les deux peuples. La guerre ne fera qu’apporter plus de meurtres, de souffrances et de douleurs. Nous exigeons la fin de l’escalade. Nous exigeons la fin de l’incendie. Nous exigeons la seule solution à la situation : la fin de l’occupation, la fin du siège de Gaza et la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël dont la capitale est Jérusalem-Est. »
 
Une invasion terrestre envisagée
 
De son côté, le député communiste Ayman Odeh a également appelé les Arabo-Palestiniens d’Israël à s’abstenir d’actes de violence. « Nous sommes préoccupés par la détérioration de la rue, dit-il. Nous nous opposons à toute attaque contre des civils innocents qui doivent être tenus à l’extérieur du conflit. Nous avons averti Netanyahou à maintes reprises qu’il pourrait enflammer toute la région afin de préserver son pouvoir et maintenant nous voyons le résultat de ses actions. »
 
Des actions terribles qui s’amplifient. Sous prétexte de répliquer aux tirs de roquettes en provenance de Gaza et de viser les installations militaires du Hamas, l’aviation israélienne s’est déchaînée, opérant plus de 600 sorties en trois jours. C’est un véritable massacre. Plus de 80 personnes, des civils pour la plupart, ont été tuées côté palestinien et sept en Israël.
Tandis que les tirs d’artillerie se multipliaient en direction de l’enclave palestinienne, contrôlée par les islamistes du Hamas, des chars et d’autres véhicules blindés se sont massés le long de la barrière frontalière séparant Gaza d’Israël. « Nous sommes prêts et nous continuons à nous préparer à différents scénarios », a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’armée, Jonathan Conricus, précisant qu’une invasion terrestre était « un des scénarios ». En réalité, Israël n’a jamais cessé d’attaquer Gaza, même lorsque aucune roquette n’était tirée. Les Marches du retour, organisées chaque semaine dans le territoire palestinien, ont été l’occasion pour l’armée israélienne de blesser et tuer de nombreux Palestiniens. La dernière offensive massive, en 2014, s’était soldée par plus de 2 200 morts dans la bande de Gaza.
« Cela prendra du temps (…) mais nous allons restaurer la quiétude en Israël », a averti Benyamin Netanyahou, qui s’est rendu jeudi sur le site d’une batterie du bouclier antimissile Dôme de fer, dans le centre du pays. Aucune mesure de rétorsion n’étant envisagée pour le contraindre à cesser les bombardements, il sait qu’il dispose encore de plusieurs jours pour frapper Gaza. Joe Biden, qui l’a appelé, lui a redit qu’Israël avait le droit de se défendre. Mais de l’occupation et de la colonisation, raisons de la colère palestinienne, les deux hommes n’ont pas parlé.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents