Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2021 3 10 /02 /février /2021 11:28
Éducation nationale. Carte scolaire, le ministère a vraiment perdu la boussole (L'Humanité, 10 février 2021)
Éducation nationale. Carte scolaire, le ministère a vraiment perdu la boussole
Mercredi 10 Février 2021 - L'Humanité

Malgré la crise sanitaire et ses conséquences sur la scolarité des élèves, les dotations des collèges et lycées pour 2021 s’annoncent parmi les pires de ces dernières années.

Malmenée par la crise sanitaire, l’école est exsangue. Partout, les inégalités se sont creusées, au détriment des plus faibles. Partout, les enseignants eux-mêmes sont au bord de la crise de nerfs, secoués par la succession des protocoles sanitaires qui les empêchent d’exercer dans de bonnes conditions et inquiets du constat que, malgré tout, cela ne les protège ni eux, ni leurs élèves de la contamination – les derniers chiffres en attestent. Dans un contexte où la menace de la réforme des retraites reste latente, où les promesses clinquantes de revalorisation n’ont pas été tenues et où, au lycée en particulier, la mise en œuvre des réformes demeure plus que problématique, on aurait pu s’attendre à ce que le ministère ne cherche pas d’autres motifs de déstabiliser l’institution républicaine dont il a la charge…

Perdu. La carte scolaire qui se dessine pour la rentrée 2021-2022 est sans doute l’une des plus catastrophiques qu’on ait vue depuis longtemps. Derrière cette expression se cache la répartition géographique, établissement par établissement, des moyens d’enseignement, postes et heures de cours. Pour la rentrée prochaine, fort de la priorité que lui a accordée le ministre – mais aussi d’une baisse d’environ 1 % de ses effectifs globaux –, le premier degré sera relativement épargné. « Relativement » parce que la mesure phare du programme Blanquer, le dédoublement des grandes sections de maternelle et des CP et CE1 en éducation prioritaire, faute de créations de postes en nombre suffisant, se traduira partout ailleurs par des classes de plus en plus chargées, et donc par une dégradation des conditions d’enseignement.

Mais c’est pour le secondaire que les choses s’annoncent le plus mal. Avec une hausse des effectifs d’environ 14 000 élèves à la rentrée et la suppression annoncée de près de 1900 postes, c’était hélas prévisible. Alors que, depuis la mi-janvier, les établissements découvrent les moyens qui leur sont attribués, le constat est implacable : partout, heures d’enseignement disparues, postes supprimés, classes fermées. Et le tour de passe-passe de la « compensation » de ces pertes par le financement d’heures supplémentaires ne fait pas illusion longtemps, tout simplement parce que la plus grande partie des enseignants qui peuvent faire des heures sup le font déjà ! Pas étonnant, alors, de voir un peu partout éclater des grèves, des occupations, des rassemblements où profs et parents d’élèves s’unissent pour dénoncer les choix du ministère et affirmer que les élèves méritent des moyens à la hauteur de leurs besoins.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents