Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2021 2 23 /02 /février /2021 10:48
BRETAGNE – ÉLECTIONS RÉGIONALES 2021  En Bretagne, l’Humain et la Planète d’abord ! -Programme régional des communistes bretons soumis au vote des adhérents

BRETAGNE – ÉLECTIONS RÉGIONALES 2021

En Bretagne, l’Humain et la Planète d’abord !

Proposition de projet régional des communistes bretons qui peut être enrichie et évoluer

adoptée à une large majorité par la conférence régionale du samedi 20 février 2021

(38 voix pour, 2 abstentions, 1 refus de vote)

Ce projet de programme régional du PCF Bretagne est soumis au vote de l'ensemble des adhérents communistes bretons du 4 au 6 mars 2021

Résumé du Projet régional des communistes bretons

Élections régionales 2021:

FACE AU CHÔMAGE, UNE RÉGION AU SERVICE DE L'EMPLOI :

• Création d'un fonds régional pour l'emploi et la formation

• Une politique de relocalisation donnant une ambition industrielle à la Bretagne

• Critériser les aides publiques régionales et création d·une commission de contrôle et suivi de ces aides

• Soutenir le service public de formation continue 

POUR LA SOLIDARITÉ, ET L'ÉGALITÉ, UNE RÉGION DE SERVICES PUBLICS :

• Investir dans le rail, fret et TER, avec un maillage de tout le territoire breton. Favoriser l'ouverture de nouvelles lignes. Maintenir une politique qui s·oppose à l·ouverture à la concurrence des TER.

• Gratuité des TER pour les moins de 25 ans

• Agir pour le maintien des hôpitaux de proximité

• Agir pour la création de centre de santé publics sur tout le territoire breton

POUR L'ÉDUCATION, UNE PRIORITÉ DE LA RÉGION : 

• Fonds publics pour l·école publique

• Gratuité des transports scolaires, Gratuités des livres scolaires pour les lycéens. Gratuité du matériel nécessaire aux lycéens en voie professionnelle • Sortir du « tout apprentissage » pour promouvoir les lycées professionnels publics • Agir contre la précarité étudiante

POUR L'ENVIRONNEMENT, UNE RÉGION QUI FAVORISE LA PROXIMITÉ ET L'ACCES DE TOUTES ET TOUS A UNE ALIMENTATION SAINE ET RELOCALISEE 

• Engager une mutation agricole de la région : diversification des productions, encouragement des filières bios et sans OGM, agir pour réduire l·utilisation des pesticides, favoriser les circuits courts, interdire l·installation de « fermes-usines »,etc…

• Soutenir une pêche respectueuse de la ressource et aide à la modernisation de la flottille.

• Révision du pacte électrique breton pour répondre aux besoins de demain

POUR LA DÉMOCRATIE, UNE RÉGION QUI ASSOCIE LA POPULATION : • Créer un droit d·initiative citoyenne, et la possibilité d'organiser un référendum sur les grands projets régionaux

• Favoriser le dialogue avec le mouvement syndical et le mouvement associatif

• Associer mieux les citoyens et les usagers : gestion démocratique des services publics, assemblée participative pour co-élaborer les politiques publiques et les orientations budgétaires

• Une région qui s·engage pour le féminisme et contre les discriminations 

POUR UNE RÉGION OUVERTE ET CONSCIENTE DE SON HISTOIRE,POUR DÉVELOPPER L'ACCESSIBILITÉ AUX DYNAMIQUES CULTURELLES POUR TOUTES ET TOUS

• Favoriser l·accès au pass culture en lien avec les structures culturelles et d·éducation populaire

• Soutien aux langues et cultures de Bretagne

Pour les options soumises au vote des adhérents du 4 au 6 mars pour la présence du PCF aux Régionales en Bretagne:

Choix 1 - Travailler à la construction d'une liste commune avec le Parti socialiste menée par Loïg Chesnais-Girard, ouverte à d'autres formations politiques de gauche. Elle participera au rassemblement de second tour des forces de gauche et écologistes pour battre la droite et l'extrême-droite.

Choix 2 - Travailler à la construction d'une liste avec la France Insoumise ouverte à d'autres formations politiques de gauche, au mouvement social.

Choix 3 - Présenter une liste de rassemblement conduite par un-e communiste, ouverte au mouvement social. Elle participera au rassemblement de l'ensemble des forces de gauche et écologistes au second tour pour battre la droite et l'extrême-droite.

Ou- Abstention (choix 4)


Vote de la conférence régionale du PCF Bretagne du 20 février 2021:

31 voix / 41 des délégués de la conférence régionale pour Choix 1 - Travailler à la construction d'une liste commune avec le Parti socialiste menée par Loïg Chesnais-Girard, ouverte à d'autres formations politiques de gauche. Elle participera au rassemblement de second tour des forces de gauche et écologistes pour battre la droite et l'extrême-droite.

3 voix sur 41 pour Choix 2 - Travailler à la construction d'une liste avec la France Insoumise ouverte à d'autres formations politiques de gauche, au mouvement social.

2 voix sur 41 pour Choix 3 - Présenter une liste de rassemblement conduite par un-e communiste, ouverte au mouvement social. Elle participera au rassemblement de l'ensemble des forces de gauche et écologistes au second tour pour battre la droite et l'extrême-droite.

5 abstentions
 

BRETAGNE – ÉLECTIONS RÉGIONALES 2021

En Bretagne, l’Humain et la Planète d’abord !

En Préambule:

Depuis les dernières élections régionales de 2015, des faits majeurs ont bouleversé le paysage politique : les luttes contre la loi travail, contre la réforme des retraites, contre la réforme de la SNCF, pour la santé et l’hôpital public, pour les droits des femmes et les mobilisations féministes, la révolte des gilets jaunes, les mobilisations pour le climat, et bien sûr la pandémie de Covid 19. Ils ont révélé de grandes attentes en matière justice sociale, de développement des services publics, d’aménagement équilibré des territoires, de relocalisation des activités, de solidarités, de démocratie, de soutien à l'emploi stable, d’éducation et de formation. Les collectivités ont subi de telles contraintes budgétaires qu’elles n’ont pu répondre à tous ces défis sociaux et environnementaux.

Face à la dure réalité de la situation sanitaire, sociale, économique, et à une politique gouvernementale toute entière dévouée à la satisfaction des couches sociales les plus aisées, le Parti Communiste Français, en Bretagne, met en débat des propositions concrètes pour les prochaines élections régionales.

Plus que jamais, il faut que la région Bretagne soit un véritable bouclier social, un point d’appui fort aux besoins des populations, aux luttes.

En réorientant l’argent vers l’intérêt général, il y a urgence à construire de véritables politiques de solidarité, de développement durable et équilibré des territoires, de développement économique et d’emploi, de santé, de sécurité. Nous voulons traiter de manière transversale les questions environnementales. Toutes les actions conduites doivent se plier aux critères définis. ll faut développer en grand les services publics, sources d'égalité des droits, et en créer de nouveaux, comme par exemple un service public de l’autonomie.

Les quatre fédérations départementales du Parti Communiste Français de la Région, veulent œuvrer au rassemblement de toutes les forces de gauche et écologiques afin de mettre en œuvre ensemble un projet porteur d’espoir, de justice sociale et de solidarité dans un environnement préservé.

Un projet à la hauteur des défis qui nous attendent. Notre objectif est en effet de sortir de ces élections avec une Région gérée par la gauche dans sa diversité, avec notamment des élus communistes garants et acteurs des orientations progressistes que les Bretons auront choisies.

Pour cela, un rassemblement s’impose contre les droite LR et LREM et contre l'extrême droite, sur des marqueurs de gauche bien identifiés, de rupture avec les évolutions régressives actuelles et de constructions nouvelles au service de l'humain et de la planète.

De nombreux combats sont menés par les forces sociales de notre région, pour lesquels nous militons depuis longtemps, ainsi la lutte pour le respect de notre planète, son climat, son environnement, l’accès à une eau de qualité, la mise en place et l’accès pour tous à une énergie propre, renouvelable, un accueil digne et bienveillant des migrants, le refus de tout racisme et intolérance, l’application du triptyque social/environnement/économie dans toute décision d’investissement publique, la lutte déterminée contre les violences sexuelles, l’inceste, pour l’égalité femme/homme, le refus de la corruption, l’accès à la culture pour tous...

Nous partageons et faisons nôtres ces combats. Il s’agit de convergences prometteuses pour la démocratie et le mieux-vivre ensemble. C’est avec détermination et esprit de conquête que les communistes vous soumettent des axes d’actions tournés vers l’avenir.

FACE AU CHÔMAGE, UNE RÉGION AU SERVICE DE L’EMPLOI :

La région joue un rôle majeur dans la définition des orientations économiques avec les 59 EPCI de Bretagne. Elle accorde des aides financières aux entreprises, anime les pôles de compétitivité et agit en soutien à la recherche et au développement. Elle doit prendre à bras le corps la question des déséquilibres et inégalités grandissantes entre les territoires bretons et travailler à compenser ces inégalités qui mettent certains pays et secteurs de Bretagne dans des situations de grande fragilité sociale, économique et démographique, en travaillant le désenclavement, en soutenant les services publics et l’économie de ces secteurs en perte de vitesse (centre-Bretagne, ouest-breton).

Nous agirons résolument pour que l’État prenne toutes ses responsabilités et respecte ses engagements notamment financiers dans le cadre des transferts de compétences ou des stratégies d'égalité territoriale et de maintien des services publics quels qu'ils soient, particulièrement en zone rurale.

Nous voulons nous dégager des systèmes d'évaluation et de pilotage des politiques publiques calqués sur les systèmes privés capitalistes et nous appuyer sur des critères adossés à la satisfaction des besoins des populations, l'utilité sociale, et des critères fixés démocratiquement par les collectivités, les services publics et leurs usagers.

Les élus communistes se battent aux cotés des salariés contre les fermetures d’usines et d’entreprises, pour la création de nouveaux emplois de qualité, y compris accessibles aux travailleurs handicapés. Ce sont des élus qui agissent pour de nouveaux droits sociaux et l’amélioration des conditions de travail.

Nos propositions d’actions :

La région étant un employeur majeur, elle doit s’engager à ne pas recourir aux contrats précaires, notamment ceux ouverts par les nouvelles orientations gouvernementales en terme de « modernisation » des politiques publiques et de remise en cause des statuts des fonctionnaires territoriaux. Nous voulons faire de la région un employeur exemplaire qui lutte contre la précarité des agents.

La région doit être vigilante sur les clauses d’insertion et de production locale dans l’ensemble de ses marchés. Elle entamera une démarche pour promouvoir autant que faire se peut dans ses appels d'offre les productions locales.

La première préoccupation des femmes et des hommes de nos territoires est la question de l’emploi. C’est la raison pour laquelle nous mettrons au cœur de la campagne électorale pour ces élections régionales, deux lieux de décision déterminants pour l'emploi :

- Maintien et renforcement des Conférences Régionales Permanentes pour l’emploi, la Formation, et la Transformation Écologique des Productions.

Il s’agit de s’emparer démocratiquement de la question de l’emploi sur les territoires, de faire émerger la demande sociale en activités, nouvelles filières, de sécuriser les parcours professionnels, le tout avec des objectifs chiffrés de créations d’emplois et de moyens financiers. Nous devons reprendre collectivement la main sur l’avenir de notre région. Ces Conférences permanentes pour l’emploi et la formation associeront organisations syndicales interprofessionnelles et les conseils de développement pour travailler une perspective de sécurité sociale professionnelle.

- Création d’un Fond Régional pour l’emploi et la formation, bras financier associé à la Conférence régionale pour l’Emploi.

 

Nous souhaitons impulser une politique de relocalisation de l'activité donnant une ambition industrielle à la Bretagne.

La Bretagne est une des régions les plus désindustrialisées (hors agroalimentaire). Nous souhaitons développer une ambition d’industrialisation de la Bretagne dans plusieurs secteurs : bois, construction navale et déconstruction de navires (dans des bonnes conditions de travail, d’hygiène et de sécurité), qui peut être une nouvelle filière émergente, mais aussi recyclage, automobile propre, énergies renouvelables, marines, composants électriques et électroniques, métallurgie, plastiques, bio-composants, granit.

Par exemple, un investissement de 100 millions d'euros sur le port de Brest, avec notamment la mise à disposition d'un bassin en eau profonde pour la construction neuve, qui ne peut être laissée uniquement aux chantiers de Saint-Nazaire, et la réparation navale, renforcerait les compétences industrielles de la pointe bretonne et créerait 700 emplois directs. Ce renouveau industriel serait relié par le fret ferroviaire à une aciérie du 21ème siècle et par la mer pour le transport de la récupération des métaux et produits finis, ce qui suppose des formations qualifiantes et une production énergétique pour y répondre.

 

Ces activités supposent le développement de formations qualifiantes, de fonds de recherche scientifique et un accès à l’électricité dont la disponibilité est garantie.

 

Devant la menace économique représentée par le Brexit, il nous faut développer l’économie de la mer et des ports bretons en travaillant à développer la diversification de leur activités, à préserver la pêche artisanale, le trafic de fret maritime national et international, le lien avec l’Irlande, et à développer de nouvelles filières autour de la mer.

 

La région doit développer l’agriculture paysanne génératrice d’emplois et travailler à l’amélioration des conditions de travail et de formation pour les salariés dans l’agro-alimentaire.

Nous voulons faire bénéficier prioritairement les TPE/PME, l’artisanat et les commerces de proximité, des aides et dispositifs publics régionaux en matière d’emplois.

Nous entendons conditionner les aides publiques régionales à des engagements précis sur les créations ou maintiens d’emplois, les conditions de travail, l’égalité salariale femme/homme, la formation, le dialogue social, la prise en compte du handicap, des critères environnementaux. Il faut élaborer collectivement des critères d’attribution des aides publiques en associant les salariés, les organisations syndicales. Contrôler étroitement les attributions d’aides publiques.

Nous soutiendrons un service public régional en capacité de répondre efficacement aux besoins de la population. Il est aussi un lieu d’apprentissage pour les jeunes et offre des possibilités d’emplois pour les personnes en situation de handicap.

Afin de pérenniser l’activité et l’emploi, nos élus aideront les salarié.e.s à reprendre leur entreprise en SCOP ou SCIC. Ils soutiendront le secteur de l’économie sociale et solidaire et ses différents pôles régionaux.

La formation n’est pas une marchandise. Face à la dérégulation du champ de la formation professionnelle des adultes, nous développerons une politique de soutien aux réseaux des GRETA, des AFPA, du service public de la formation continue. L’apprentissage ne doit pas être développé au détriment des lycées professionnels publics.

POUR UNE RÉGION DE LA PAIX :

La région doit se prononcer en faveur de la ratification par la France du traité d'interdiction des armes nucléaires (TIAN) officiellement en vigueur depuis le 22 janvier 2021. Elle doit s'engager à mettre en place un groupe de travail régional pour réfléchir dès maintenant à une réorientation des activités de l'île Longue et du DGA (ancien CELAR). De ce fait, la reconversion des emplois hautement qualifiés de l’île Longue peut être destinée à la recherche de tous les outils de développement dont la région a besoin, dans le domaine environnemental, maritime… La région Bretagne doit promouvoir une politique de la paix.


 

POUR LA SOLIDARITÉ, ET L’ÉGALITÉ, UNE RÉGION DE SERVICES PUBLICS :

Transports : pour une région des mobilités accessibles et respectueuses de l’environnement

Nous défendons l’accès au train et à la mobilité pour tous, y compris en réduisant le coût du transport public pour l’ensemble de la population, mesure écologique et sociale.

Nous voulons la gratuité des transports dans un premier temps pour les moins de 25 ans (TER et du réseau Breizh Go) ainsi qu’une offre renforcée et d’un développement de la tarification sociale.

Nous favoriserons les financements pour le développement des mobilités alternatives à la voiture des TER et du Fret, pour un maillage de tout le territoire breton. Nous chercherons à relancer la ligne Morlaix-Roscoff (utile à la continuité du fret par ferries) en portant l’exigence de l’investissement dans la rénovation de la ligne. Le développement des TER suppose la création de nouvelles lignes de train: Auray-Pontivy-St Brieuc; Rennes-Fougères; Auray-Quiberon à l’année ; Dinan-Saint-Malo, ce qui implique le renforcement de l'offre de train y compris les services en gares par des équipes fixes et de renforcer les capacités de stationnement gratuit (P+TER) pour permettre le transfert modal des usagers pour leur trajet domicile-travail.

Nous voulons améliorer les dessertes par autocars, en particulier pour les territoires enclavés qui n'ont pas d'accès au transport ferroviaire, expérimenter des lignes d’autocars à énergie verte (hydrogène, électrique) et une ligne d’autocar entre Châteaulin et Rennes pour désenclaver le Centre-Bretagne.

Nous nous battrons pour redonner au fret ferroviaire une place dans le transport marchandises (notamment à la technique du Wagon isolé qui était la plus grande activité des 12% du fret ferroviaire avant son démantèlement),, dans la desserte de nos ports et au niveau des embranchements ferroviaires vers les plateformes logistiques existantes, à développer ou à créer en partenariat avec la SNCF. Il convient de définir un plan régional de développement du fret ferroviaire, fluvial et maritime. En effet, Brest peut devenir, grâce au fret, un axe incontournable dans le transport de marchandises, les installations sont là, reste à relancer politiquement ce projet écologique et rentable économiquement notamment grâce aux wagons isolés.

Nous voulons maintenir une politique ferroviaire qui s’oppose à l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire régional, au démantèlement du réseau ferroviaire (nous sommes pour l’unicité du réseau ferroviaire). Une telle politique appelle à la réouverture des gares et des guichets fermés pendant le mandat, assure la présence d’un agent accompagnant dans chaque train afin de garantir le contrôle et l’information aux voyageurs ainsi que la sûreté dans le train mais aussi qui s'engage sur l'amélioration et développement du service gratuit d'aide à la personne par des cheminots formés dès l'entrée en gare (service accès plus).

Il nous semble essentiel de conserver une seule autorité organisatrice du transport ferroviaire sur l’ensemble du territoire régional pour préserver une cohérence en termes de tarification et de statuts des personnels. Nous chercherons à améliorer encore l’intermodalité et la complémentarité du transport régional entre le train, les transports urbains et les cars. A ré-humaniser, par l’embauche de cheminot-es, les gares et l’accueil des usagers dans les gares, comme dans les lignes TER, travailler à la réouverture des guichets dans les gares.

 

SANTÉ: Nous défendrons l’hôpital public et les hôpitaux de proximité

 

- Agir pour le maintien des hôpitaux de proximité avec le développement des services de  médecine et de chirurgie en devenant un interlocuteur exigeant de l’Agence Régionale de Santé, pour la création des centres de santé, pour une vraie prise en charge du handicap, du vieillissement de la population, pour la construction d’un service public hospitalier et la construction d’un service public de l’aide à l’autonomie permettant d’assurer la coordination avec le secteur « à domicile », la garantie d’égalité de traitement des usagers, du personnel sur tout le territoire

- Une véritable politique de services publics pour un dynamisme démographique permettant d’inverser le vieillissement de la population.

- Travailler au remplacement des ARS par des instances démocratiques et représentatives où les usagers et les syndicats auront toute leur place dans les décisions.

Les restructurations sanitaires se succèdent dans toute la Région depuis plusieurs années. La mise en place des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) a accentué le phénomène. Une partie des hôpitaux de proximité ont été « dépouillés » de certaines de leurs activités (maternité, chirurgie, cardiologie, et même de l’accueil des Urgences...). Nous assistons à une concentration des activités, pilotées par l’ARS et à une mise en concurrence avec le privé, qui se concentre dans la région.

 

Un logement de qualité pour tous les Bretonnes et Bretons

La région doit accompagner les collectivités (EPCI en lien avec le PLH) pour développer le logement public (logement de tous les salariés, concernant potentiellement 70 % des Bretons), un des acteurs de la mobilité résidentielle en lien avec l’action logement et la problématique de liaison domicile-travail. Accompagner les travaux d’isolation thermique, pour le droit au logement, le droit au territoire, assurant le vivre ensemble de toutes les générations en veillant à une accessibilité financière, architecturale, culturelle.... Créer des petites unités d’EHPAD publics avec de vrais moyens humains et rejeter toute concentration au nom de la mutualisation.

JEUNESSE : Pour que l’éducation soit une priorité de la Région

La jeunesse est durement touchée par la politique libérale du gouvernement et la crise actuelle. Cela confère des responsabilités particulières à la future majorité régionale. Les régions peuvent apporter des aides dans de nombreux domaines, afin d’améliorer les conditions de vie et d’autonomie des jeunes et participer à leur émancipation.

 

Nous demanderons:

- Un soutien privilégié de la région à l'école publique, seule à même de lutter contre la fragmentation de la société et d'accueillir tous les enfants. La région doit travailler auprès de l’Éducation Nationale pour impulser la réussite de tous. Elle doit agir pour des classes réduites et des moyens suffisants alloués pour donner les chances à chacun de réussir, également dans des domaines professionnels, artistiques et culturels. Nous devons permettre à tou(te)s les lycén(ne)s d'avoir accès aux mêmes formations sur tout le territoire régional. Améliorer l'équipement informatique des lycées publics.

- Développer les cuisines publiques dans les lycées en garantissant un accès à une alimentation de qualité, favorisant les produits de proximité et le bio en termes d'agriculture.

- La gratuité des manuels scolaires, des transports scolaires ainsi qu’une tarification solidaire pour la restauration dans les lycées. Gratuité du matériel nécessaire aux lycéens de la voie professionnelle

- Favoriser l’accès aux voyages scolaires pour les lycéens en visant leur accessibilité à tous les enfants.

- Aider au développement des langues régionales dans tous les lycées, y compris professionnels.

- Développer des dispositifs d’accès aux internats pour les mineurs isolés pendant les vacances.

- Lutter contre la précarité menstruelle en mettant en place des solutions gratuites et accessibles dans tous les lycées, les EREA, et les établissements universitaires suite aux expérimentations faites dans plusieurs établissements.

Des fonds publics pour l'enseignement public : récupération des moyens de la formation publique détournés au profit d'intérêts privés. Priorité à l’investissement dans les lycées publics.

- Plan de rénovation des lycées publics et favoriser le maintien des lycées à effectifs réduits.

- Contre la précarité étudiante, travailler avec le CROUS pour créer de nouveaux logements étudiants et financer des tickets gratuits de Restaurants Universitaires. Décider un plan de lutte contre la précarité étudiante, notamment en matière de logement, de transport, de santé et d’alimentation.

- Création d’un pass culturel et sportif pour l’ensemble des jeunes, assorti d’un dispositif d’accompagnement spécifique pour les publics empêchés 

- Promouvoir la coopération entre les Universités.

- Substituer au « tout apprentissage » une politique de promotion des lycées professionnels publics.

- Soutien à l’enseignement agricole public.

- Négocier avec l’État une feuille de route pluriannuelle pour le développement de l’offre de formation initiale sous statut scolaire.

- Soutenir davantage, par l’instauration d’ un dialogue régulier, les associations et fédérations d'Éducation populaire durement touchées par la crise sanitaire, permettant une offre éducative, de loisirs et de sport pour tous afin de renforcer le lien social.

POUR L’ENVIRONNEMENT, UNE RÉGION QUI FAVORISE LA PROXIMITÉ ET L’ACCÈS DE TOUTES ET TOUS A UNE ALIMENTATION SAINE ET RELOCALISÉE

La question agricole est un axe fort de la nécessaire transition écologique. Les modes de production dominants, productivistes, spécialisés et tournés vers l'exportation sont dans une impasse. Il en découle des menaces en matière agricole, alimentaire et environnementale. Les communistes défendent une agriculture raisonnée, un encouragement aux filières bio et durables sans OGM, un retour effectif à une agriculture paysanne, le développement de productions de proximité, des circuits courts...

Nous voulons une mutation agricole de notre région car il y a urgence.

- Une agriculture diversifiée pour nourrir les Breton.n.es et non pas une agriculture tournée vers l’exportation et trop spécialisée (porc). Sortir d’un dialogue privilégié qui tend à favoriser le patronat (breton) et les lobbies de l’agro-business. Encourager les filières bios et durables sans OGM. Accompagner les agriculteurs conventionnels dans l’optique d’une suppression de l’utilisation des pesticides et la transition écologique.

- Il est urgent de sortir les agriculteurs de la spirale de l'endettement en s'appuyant sur les Fonds régionaux de l'emploi et de la formation, il faut engager un accompagnement du désendettement des agriculteurs et des exploitations.

- Aider à la mise en place de productions de proximité.

- Nous nous opposons aux projets de « fermes-usines », dangereuses pour l’environnement, lieux potentiels de diffusion d’épidémies, peu soucieux du bien-être animal. Nous demandons un moratoire sur les aides aux fermes-usines.

- Permettre la gestion publique du foncier pour permettre l’installation de jeunes agriculteurs.

- Protéger nos forêts, de nos rivières et les nappes phréatiques, poursuivre et intensifier le travail engagé contre les algues vertes.

- Développer des filières industrielles compatibles avec les enjeux écologiques.

- Soutenir la filière pêche respectueuse de la ressource et aide à la modernisation de la flottille.

- Soutenir les filières d’économie sociale et solidaire qui consolident une autre modèle d’entrepreneuriat : Coopérer pour entreprendre, réseau des Coopératives d’activité et d’emploi

POUR UNE POLITIQUE ENERGETIQUE QUI RÉPONDE AUX BESOINS DE LA POPULATION

Nous proposons la révision du pacte électrique breton au regard des besoins futurs et des connaissances actuelles. Les besoins ne vont pas diminuer, si nous voulons relocaliser, réindustrialiser, et répondre à une croissance de la population, il faudra plus d’électricité. Cette capacité à répondre aux besoins futurs, production et acheminement, ne peut être garanti que par un service public national. Pour cela il faut de nouveaux investissements d’EDF et renoncer au projet Hercule. Les communistes veulent parvenir à un mix énergétique en développant des énergies renouvelables et des moyens pilotables qui assurent la continuité et l'approvisionnement électrique.

La Bretagne a des besoins en puissance d’énergie électrique permanente d’environ 5000 MW, avec des pointes qui peuvent monter comme par exemple le 8 janvier dernier à 5200 MW. Le risque de coupures a été évité au moyen d’un délestage de gros clients qui reçoivent une compensation financière. Le mix énergétique que nous revendiquons, doit intégrer une réalité : celle de la possibilité ou non de piloter les énergies. Les énergies pilotables sont le nucléaire, le thermique (fuel, gaz, charbon) et en partie l’hydraulique. Les énergies non pilotables : éolien, photovoltaïque, bioénergie (elles dépendent de la nature) et depuis quelques années la méthanisation. Sur les 130 installations en Bretagne, 109 produisent de l’électricité non pilotable puisque ce sont les agriculteurs qui mettent leurs génératrices quand ils en ont les moyens. Le pacte breton prévoyait capacité de production d’énergies renouvelables de 3600 MW pour 2020. En réalité les capacités de productions installées en Bretagne sont de 2600 MW, dont 1047 MW éolien,236 MW solaire et 74 MW Bioénergie (les 3 sont non pilotables). Le pacte électrique breton prévoyait aussi la centrale gaz de Landivisiau, c’est le seul investissement à être pilotable. Hélas cet investissement a été confié au privé, pour le plus grand bonheur des actionnaires. Les énergies renouvelables sont plus souvent d’initiatives privées, avec beaucoup d’équipements importés et des coûts de production très élevé. EDF paye un prix élevé aux producteurs et L’État lui rembourse la différence en récupérant ces sommes sur nos Impôts (la CSPE sur nos factures jusqu’en 2015 et la TICPE depuis 2016, afin de ne plus augmenter les facture d’électricité pour compenser le coût des renouvelables). Pour l’année 2018 le coût de la TICPE s’élève à 7,8 milliards d’Euros. C’est ainsi que les énergies renouvelables sont devenues un moyen de faire du profit. Les besoins et les investissements publics ne sont pas au cœur du système.


 

POUR LA DÉMOCRATIE, UNE RÉGION QUI ASSOCIE LA POPULATION :

Pour nous communistes, il faut mobiliser tous les atouts de la Région, et donner de nouveaux pouvoirs aux citoyennes et citoyens pour réellement les associer aux décisions et à leur mise en œuvre concrète.

- Nous voulons introduire la possibilité d’organiser des référendums sur les grands projets régionaux et mettre en place un référendum d'initiative citoyenne (RIC).

- Nous voulons créer un observatoire des marchés publics, pour lutter contre la corruption et les conflits d’intérêt.

- Nous voulons une gestion démocratique des services publics avec la mise en place de processus de délibération collective sectorielle : élaboration des schémas et plans régionaux, assises pour les services publics, comité de lignes...

- Nous souhaitons élaborer les politiques publiques et les orientations budgétaires, dans des assemblées participatives en travaillant avec les citoyens, et les comités d'usagers (dans le ferroviaire, la santé…) en s'appuyant sur leurs propositions, celles des organisations syndicales ainsi que sur les travaux du CESER.

- Nous défendons la mise en place d'une commission permanente d'évaluation des politiques menées par la Région dont la tache première sera de définir les outils d'analyses de l’évaluation de l’action publique. Elle sera composée d'élus, de représentants du CESER (pour la Région), d'organismes professionnels.

- Il faut diversifier et rééquilibrer les interlocuteurs avec qui la Région a des relations institutionnelles ou non-institutionnelles, en donnant toute leur place au mouvement syndical dans son ensemble et aux associations dans les instances officielles.

- Nous voulons une région Bretagne qui s’engage contre toutes les discriminations (racisme, orientations sexuelles, âgisme, validisme...).

- Une région qui se mobilise pour le féminisme, pour l’égalité des droits femme/homme, ce qui suppose des mesures salariales, la construction de crèches avec du personnel qualifié, l’accès aux formations. L’accès à l’IVG doit être garanti par l’existence suffisante des services en Bretagne, et la lutte contre le patriarcat.

 

Pour une Bretagne ouverte et consciente de son histoire, développant l’accessibilité aux dynamiques culturelles pour toutes et tous

 

Nous développerons l’exigence d’une culture de qualité pour tous dans la diversité des territoires bretons, en garantissant la promotion du spectacle vivant, des artistes et créateurs, comme le développement des pratiques artistiques et culturelles dans une approche qui ne privilégie pas seulement la dimension économique et la concentration des investissements.

Nous proposons de :

-Favoriser l’accès au pass culture en lien avec les structures culturelles et d’éducation populaire

-Développer les liens entre équipements, festivals culturels et structures d’éducation populaire

- Maintenir les soutiens d’accès à la pratique des langues et cultures de Bretagne. Connaître la langue originelle de sa région est une façon de s’ouvrir au monde.

-Favoriser le développement des pratiques artistiques et culturelles amateur.e.s.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011