Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 06:00
Débat - A propos de la proposition de Benoît Hamon. La question du financement du revenu universel - Par Gérard Le Puill, L'Humanité, 8 janvier 2021

À propos de la proposition de Benoît Hamon. La question du financement du revenu universel

Vendredi 8 Janvier 2021- L'Humanité
 

Gérard Le Puill Journaliste et auteur

Benoît Hamon défend le principe du revenu universel pour chaque personne majeure en ces termes : « Le revenu universel reconnaît tout le travail et pas seulement l’emploi et le lien de subordination à un employeur. Ensuite, à partir du moment où l’on soulage le travailleur de sa dépendance au seul salaire, on lui permet de maîtriser davantage sa vie et on modifie le rapport de forces avec le capital, on donne davantage la possibilité au salarié de négocier avec son employeur.» Plus loin il ajoute : « Avec 750 euros par mois garantis, à côté du salaire, les travailleurs ne seront pas obligés de “céder” leur force de travail au tarif de l’employeur… »

Avant de devenir journaliste en 1983, j’ai travaillé pendant dix-huit ans sur une chaîne de production de pneus. Cette année-là, le groupe Michelin a fermé l’usine de sa filiale Kléber à Colombes pour transférer les productions dans les usines Kléber de province où les salaires étaient inférieurs de 30 % à ceux versés en banlieue parisienne. En 2009, l’usine Kléber de Toul, ouverte en 1969 et ayant bénéficié du plus important transfert des productions faites à Colombes, en 1983, a été fermée. Michelin a transféré sa production de pneus en Serbie, où les salaires étaient trois fois plus bas qu’en Lorraine.

En novembre 2020, Bridgestone a annoncé la fermeture de son site à Béthune, et le gouvernement en a pris acte. Selon l’Insee, 530 000 emplois productifs ont été supprimés dans l’industrie en France entre 2006 et 2015, à la faveur de délocalisations dans les pays à bas coût de main-d’œuvre. Ce processus continue depuis et la pression actuelle des firmes donneuses d’ordres sur leurs sous-traitants risque d’accélérer cette orientation, qui affaiblit l’économie française au fil des ans.

Se pose donc une question que Benoît Hamon n’aborde jamais. Comment trouver les moyens pour financer durablement un revenu universel versé à chaque citoyen dans une France incluse dans cette zone de libre-échange que demeure l’Europe à vingt-sept ? D’autant plus que la Commission européenne continue de négocier avec les pays tiers des accords de libre-échange sur fond de dumping social et environnemental !

Le déficit commercial annuel de notre pays avoisine les 60 milliards d’euros. Notre production industrielle ne compte plus que pour 12 % dans le PIB, contre 23 % en Allemagne et presque autant dans plusieurs pays entrés dans l’Union européenne en 2004 et 2007. Peut-on, dans ces conditions, financer durablement un revenu universel dont la mise en place peut aussi favoriser l’accélération des délocalisations des productions ? C’est l’angle mort du raisonnement de l’ancien candidat du PS à la présidentielle de 2017.

Dernier ouvrage paru : Choses apprises en 2020 pour agir contre la faim, éditions du Croquant.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents