Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2020 5 25 /12 /décembre /2020 10:16
Pêche. Sur les bateaux et à terre, « jusqu’à 30 000 emplois pourraient être détruits » par le Brexit
Lundi 21 Décembre 2020

Un Brexit sans accord risquerait de porter le « coup de grâce » à la filière après une année 2020 marquée par des difficultés d’écoulement des stocks, prévient Sylvie Roux, déléguée CFDT-FGTE en charge de la pêche. Entretien.

 

Alors que les négociations pour trouver un accord à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, cristallisées depuis plusieurs mois autour des questions de pêche, devraient prendre fin au plus tard dimanche à minuit, les yeux des syndicats sont rivés vers Bruxelles. En cas de victoire de la position de Londres, les pêcheurs français pourraient se voir refuser l’accès aux eaux britanniques. Un scénario alarmant après une année catastrophique pour les marins.

Les bateaux ont été autorisés à prendre la mer pendant les deux confinements. Le coronavirus a-t-il tout de même eu un impact important sur les salariés de la pêche ?

Sylvie Roux La filière entière a été extrêmement fragilisée cette année, à commencer par les entreprises de pêche. Celles-ci ont en effet continuer à pêcher, mais encore fallait-il pouvoir vendre par la suite. Sur la première période de confinement, nous avons rencontré beaucoup de problèmes de commercialisation de nos produits, puisque l’essentiel de nos points de ventes, les poissonneries, les restaurants, et les entreprises de restaurations collectives pour les poissons moins nobles, étaient fermés. Les exportations ont aussi été mises à mal puisque les principaux pays vers lesquels partent nos poissons, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, connaissaient des restrictions similaires. Lors du deuxième confinement, certaines entreprises déjà très fragilisées ont dû retarder le départ en mer de leurs bateaux à cause de cas de contamination au virus parmi les membres de leur équipage. Les pêcheurs sont capables de supporter cette situation quelques semaines, quelque mois, mais comme le virus perdure, il y a un vrai risque de voir les entreprises couler.

La possibilité d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord vous inquiète-t-elle ?

Sylvie Roux Ça risque d’être le coup de grâce. Nous avons calculé qu’en six mois à un an, jusqu’à 30 000 emplois pourraient être détruits, en comptant les emplois induits. Dans les gros ports comme celui de Lorient (Morbihan), dont le sort va être éminemment soumis à la signature ou non d’un accord, des dizaines de bateaux se retrouveraient du jour au lendemain privés de leur pêche. Pour certaines entreprises, la pêche dans les eaux britanniques représente jusqu’à 100 % de leur chiffre d’affaires, ce serait donc vraiment catastrophique. D’autant plus que ces hauturiers ne pourront pas se rabattre sur les eaux nationales, qui sont déjà saturées, et où ils ne disposeront pas des licences et autorisations nécessaires. Si les entreprises de pêche ont plus ou moins réussi à se garder à flot après les restrictions sanitaires, le Brexit, ça sera une tout autre chanson.

Si ce scénario venait à se réaliser, quelles perspectives s’offriraient aux entreprises et salariés de la filière de la pêche ?

Sylvie Roux Par les temps qui courent, je vois mal comment des redéploiements des bateaux vers la Mauritanie, le Maroc, ou vers d’autres côtes africaines, comme cela s’est déjà vu par le passé, pourraient se faire. Donc les solutions restantes sont des plans de sortie de flotte, ce qui revient à détruire des entreprises en les indemnisant. Ce serait évidemment un très mauvais signe, parce que cela signifie détruire des savoir-faire, emmener à la casse des bateaux en état de navigation, voire presque neufs parfois, et supprimer des emplois de pêcheurs. Or, nous savons qu’à cause de leur espace et mode de travail très particuliers, il est dur de reconvertir un marin à terre.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011