Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2020 4 12 /11 /novembre /2020 06:51

 

Selon une idée répandue en France et en Europe, la situation économique et sociale africaine s’expliquerait uniquement par la croissance démographique du continent, dans laquelle d’aucuns croient voir une menace migratoire. Or cette croissance a des causes qu’il faut aborder afin de la mettre en perspective, chiffres à l’appui…

*Félix Atchadé est médecin

La démographie africaine, notamment la croissance de sa population, est devenue un sujet éminemment politique en France, et en Europe. En juillet 2017, Emmanuel Macron répondant à une question sur un éventuel plan Marshall pour l’Afrique embrayait, après avoir parlé de « crise civilisationnelle », sur la démographie africaine en affirmant qu’« il ne sert à rien de dépenser des milliards d’euros [dans] des pays qui ont encore 7 à 8 enfants par femme»[1]http://www.liberation.fr/planete/2017/11/28/macron-a-ouagadougou-il-n-y-a-plusde-politique-africaine-de-lafrance_161311 . Quelques mois plus tard, il réitérait son propos à Ouagadougou : « Le nombre d’enfants par femme, ça ne se décrète pas, c’est un choix intime. […] Mais quand une femme a 7, 8, 9 enfants, êtes-vous bien sûr que c’est véritablement son choix? [2]CEA, Profil démographique de l’Afrique, Addis-Abeba, Éthiopie, 2016. » !

Ces discours participent à une campagne idéologique visant à accréditer l’idée que la situation socio-économique qui prévaut en Afrique n’a d’explication qu’en rapport avec sa démographie. Et, plus grave, qu’elle est un danger pour le reste du monde ou, à tout le moins, pour la France et l’Europe. Il s’agit ici de s’interroger sur l’état des lieux et les perspectives qui en découlent. Quelle est la situation démographique en Afrique ? Dans quel contexte socio-économique se fait la croissance démographique? Quelles sont les conséquences de cette croissance démographique ? Qu’en est-il des migrations en Afrique? La France et l’Europe doivent-elles craindre un afflux massif d’immigrés en provenance d’Afrique ? Quelles solutions pour cette croissance démographique rapide ?

CONTEXTE GÉNÉRAL ET HISTORIQUE

Bien que les taux de croissance démographique aient ralenti, la population mondiale continue de s’accroître de 81 millions de personnes chaque année. L’Afrique contribue fortement à ce phénomène. Depuis 2015, l’Afrique subsaharienne compte plus d’un milliard d’habitants, et représente aujourd’hui 12 % de la population mondiale[3]Ibid. . Elle a la croissance démographique la plus rapide du monde (2,5 % sur la période 2010- 2019), une fécondité élevée (5,1 enfants par femme) et une population jeune (43 % de la population est âgée de 0 à 14 ans). Le taux de croissance démographique annuel du continent, qui était de 2,7 % sur la période 1990- 2015, devrait se maintenir à 2,4 % les dix prochaines années.

La population devrait atteindre, selon les divers scénarios de la Division de la population des Nations unies, 1,418 milliard de personnes d’ici à 2030 ; 2,467 milliards de personnes d’ici à 2050 ; 4 milliards en 2100. Les sept pays qui contribuent le plus à cette croissance sont le Nigeria, l’Éthiopie, la République démocratique du Congo, la Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda et l’Afrique du Sud. Ces sept pays représentent 61 % de la croissance démographique totale de l’Afrique sur la période 1980-2015. Les historiens s’accordent sur le rôle important des facteurs climatiques et de leurs conséquences (sécheresses, disettes, famines, épidémies) dans le passé et sur les effets tragiques des traites négrières sur les dynamiques démographiques et sociales africaines. De 1700 à 1900, contrairement aux autres régions du monde qui voient doubler ou tripler leur population, celle de l’Afrique noire stagnera ou augmentera légèrement. Son poids dans la population mondiale, croissant depuis l’Antiquité, ne fera que reculer du XVIe siècle à la fin du XIXe. Globalement, la croissance démographique du continent restera lente jusqu’au XXe siècle (de 0,13 % à 0,21 % par an selon les périodes). La période de colonisation intense (1880-1920) fut même encore une phase de ralentissement ou, parfois, de régression démographique brutale dans certaines régions (en raison du travail forcé, des déplacements de populations, de l’importation de maladies, etc.)[4]Ibid. .

 

Après 1950, l’Afrique subsaharienne se peuple très rapidement et à des rythmes qui vont même croissant de 1950 à 1990 (2 % à 2,8 %), et se stabilise depuis à 2,7 %. Cette croissance est liée au maintien de la fécondité et au recul de la mortalité. D’ici à 2050, cette croissance devrait baisser et se chiffrer à 1,9 %. Selon de nombreux chercheurs, dans son ensemble, l’Afrique subsaharienne est entrée dans le processus global de la transition démographique, avec une baisse préalable de la mortalité dès les années 1950 et 1960, suivie plus récemment d’un début de recul de la natalité, mais seule une minorité de pays suit le modèle classique.

 

LA FÉCONDITÉ : DES DÉCLINS À DES RYTHMES INÉGAUX

Le taux de fécondité moyen total des régions de l’Afrique a baissé de moitié ces trente dernières années, et cette tendance devrait se poursuivre à l’avenir. Ce taux est actuellement estimé à 4,7 enfants par femme. La vitesse et l’ampleur de cette baisse varient considérablement d’un pays à l’autre. Si certains pays, tels que Maurice, les Seychelles et l’Afrique du Sud affichent des taux bas, d’autres, tels que le Niger, le Mali, la Somalie, le Tchad, l’Angola, la République démocratique du Congo, le Burundi, l’Ouganda, la Gambie et le Nigeria continuent d’enregistrer des taux relativement élevés. La fécondité des femmes africaines est passée, selon les pays, de 6 à 8 enfants dans les années 1960 à 2,6 à 8 aujourd’hui. Dans la grande majorité des pays et des sociétés, le désir d’enfants est toujours puissant et l’image de la famille nombreuse valorisée, même si dans l’ensemble la demande d’enfants recule((Ibid.)). La preuve du changement en cours est que mondes urbains et ruraux sont aujourd’hui bien distincts, et dans l’ensemble on est loin des fécondités voisines entre villes et campagnes que l’on observait dans les années 1970. Dans tous les pays, les fécondités sont sensiblement plus faibles en ville : elles se situent souvent entre 3 et 4 enfants, contre 5 à 6 enfants en milieu rural. Dans les capitales et les grandes villes notamment, la fécondité est nettement plus basse qu’ailleurs, la demande d’enfants moins élevée, le mariage plus tardif, la polygamie moins répandue((Ibid.)).

Le rôle de l’instruction s’affirme partout, comme dans les autres régions du monde. En dehors de quelques rares pays (Niger, Tchad ou Mali), le simple fait d’avoir suivi un enseignement primaire modifie déjà sensiblement les normes et les comportements, mais c’est surtout l’accès au niveau secondaire (ou plus) qui, pour le moment, conduit à une chute brutale de la fécondité (autour de 3 enfants dans de nombreux pays). De même, on note que les différences régionales de fécondité s’accroissent dans les pays, conséquence des inégalités de développement, économique, éducatif ou sanitaire. La fécondité va d’une région à l’autre de 5 à 6,9 enfants par femme au Bénin, de 4,4 à 6,6 au Cameroun et de 3,7 à 5,7 au Kenya. L’Afrique n’est plus dans la situation des années 1970 ou 1980 où, en dehors de quelques rares pays (Maurice, Cap-Vert, Afrique du Sud, Zimbabwe), le recours à la contraception était négligeable, avec des prévalences comprises entre 1 % et 5 % chez les femmes mariées. Depuis, il y a eu des progrès réels, mais dans l’ensemble lents et souvent limités aux grandes villes et aux groupes sociaux les plus instruits ou favorisés.

 

UNE POPULATION JEUNE ET DE PLUS EN PLUS URBAINE

L’Afrique affiche une structure jeune des âges, avec environ deux cinquièmes d’habitants âgés de 0 à 14 ans, et près d’un cinquième d’habitants (19 %) âgés de 15 à 24 ans. Les enfants âgés de 0 à 14 ans représentaient près de 45 % de la population africaine en 1980. Bien que ce chiffre ait baissé à 41 % en 2015, il a augmenté en valeur absolue pour passer de 213,5 millions en 1980 à 473,7 millions en 2015((Ibid.)). La population en âge de travailler et active (âgée de 25 à 64 ans) a augmenté plus rapidement que tout autre groupe d’âge, passant de 123,7 millions de personnes (33,3 %) en 1980 à 425,7 millions de personnes (36,2 %) en 2015((Ibid.)). La population âgée (de 65 ans et plus) s’est également accrue, passant de près de 15 millions en 1980 à plus de 40 millions en 2015. Si ce groupe d’âge est le moins nombreux de la population totale (3,1 % en 1980 et 3,5 % en 2015), il devrait atteindre toutefois 6 % d’ici à 2050((Ibid.)). La population urbaine est actuellement estimée à 40 %, contre seulement 27 % en 1980. Malgré la rapidité de cette urbanisation, qui est la plus forte parmi toutes les régions du monde, l’Afrique reste le continent le moins urbanisé de la planète. La population urbaine africaine devrait augmenter de 867 millions d’habitants dans les trente-cinq prochaines années. L’Afrique sera majoritairement urbaine d’ici à 2050, avec près de 56 % de personnes vivant en zone urbaine.

 

L’AFRIQUE ET LES MIGRATIONS INTERNATIONALES

L’Afrique subsaharienne occupe aujourd’hui une place dominante dans les discours politiques et médiatiques portant sur l’immigration en Europe. Les images de migrants tentant de traverser les barrières qui séparent le Maroc des enclaves espagnoles de Ceuta et de Melilla, les arrivées d’embarcations vétustes dans l’île italienne de Lampedusa ont frappé les esprits. Et depuis les mesures politiques, policières et diplomatiques se sont succédé en France et en Europe pour cibler les priorités d’action sur l’Afrique et la Méditerranée. L’Afrique subsaharienne est vue comme un réservoir massif et problématique de migrants, à l’égard duquel les Européens devraient avoir des politiques de contrôle de frontière. En 2017 vivaient en dehors de leur pays d’origine 258 millions d’individus, soit une nette hausse par rapport à 1990, où ils étaient 153 millions((ONU, « Population Division (2015). Trends in International Migrant Stock: The 2017 Revision », déc. 2017 (https://esa.un.org/unmigration/. Consulté le 9 mai 2018).)). En proportion de la population mondiale, selon les statistiques de l’OCDE, en un siècle la part des migrants est passée de 5 % à 3 %. L’Afrique compte pour 10 % dans les migrations internationales (35 % pour l’Europe et 25 % pour l’Asie). En Afrique, les migrations s’effectuent avant tout dans l’espace régional. En 2015, par exemple, 52 % des migrants africains se trouvaient en Afrique, l’Europe n’en recevant que 27 %. L’Afrique n’accueille que 8,5 % des migrants du monde, loin derrière l’Europe (31,15 %), l’Asie (30,75 %) et l’Amérique du Nord (22,1 %). Au total, 34 millions d’Africains sont en situation de migration internationale, contre 104 millions d’Asiatiques, 62 millions d’Européens et 37 millions de Latino-Américains((Vincent Adoumié et Jean-Michel Escarras, les Mobilités dans le monde, Hachette Supérieur, 2017, chap. 3, p. 52))

 

Les deux principales destinations des migrations africaines sont la Côte d’Ivoire en Afrique de l’Ouest, et l’Afrique du Sud en Afrique australe. Les gros flux de migrants partent du Mali, de la Guinée et du Burkina en Afrique de l’Ouest ; du Mozambique, de l’Angola, du Zimbabwe et du Lesotho en Afrique australe. D’autres pays sont autant des pays d’émigration que d’immigration (Sénégal, Nigeria, Ghana). Les principaux corridors migratoires sont ceux qui relient le Burkina à la Côte d’Ivoire ; le Zimbabwe et le Lesotho à l’Afrique du Sud; le Kenya, l’Ouganda, l’Érythrée et le Soudan à l’Afrique du Sud((Alain Antil et al., « Migrations : logiques africaines », in Politique étrangère, 2016/1 (printemps), p. 11-23.)). Le discours sur l’immigration escamote l’économie politique des migrations internationales de ces dernières décennies. Les personnes qui tentent d’émigrer ne sont pas des migrants appauvris et privés de tout, issus de la pression démographique. Ce sont des gens qui peuvent profiter des perspectives d’emploi offertes par les pays riches. L’explication des poussées migratoires accrues de ces dernières années doit plus à la mondialisation capitaliste qu’à la simple croissance démographique((Amartya Sen et Jean-Christophe Valtat, « Il n’y a pas de bombe démographique », in Esprit, no 216, 1995, p. 118-147.)).

CONCLUSION

La croissance démographique est devenue un sujet de prédilection de l’analyse des problèmes de l’Afrique. Elle ne doit pas pour autant apparaître comme le facteur privilégié ni, à plus forte raison, l’unique explication. Cette croissance démographique dans les pays où elle est la plus rapide, comme certains pays du Sahel, est en rapport avec une forte fécondité. Les niveaux élevés de fécondité qui y sont observés sont en rapport avec la situation socio-économique de ces pays. La Conférence internationale du Caire sur la population et le développement, en 1994, avait montré que l’accès à l’éducation, à la santé, au développement, singulièrement pour les femmes, amenait à une baisse du taux de fécondité. Le progrès social et plus particulièrement l’amélioration de la santé génésique et le respect des droits des femmes sont le meilleur moyen pour réduire la fécondité, et partant pour amorcer le ralentissement de la croissance démographique. Que l’on permette aux pays africains de mettre en oeuvre des choix endogènes de développement, créateurs d’emploi, valorisant les richesses du sol et du sous-sol au profit des populations, avec de larges programmes sociaux et un retour des services publics, et l’on verra automatiquement baisser le taux de fécondité. Voilà la réalité qu’il faut opposer au retour des discours dominants. 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011