Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 13:24

 

Par la fraude fiscale, mais aussi les baisses légales d’impôts, certains Français les plus riches sortent du pacte républicain.

Entre 60 et 140 milliards d’euros. C’est le coût annuel de l’évasion fiscale en France, estimé par de nombreuses études et rapports parlementaires ces cinq dernières années. Un exil fiscal insuffisamment combattu par le gouvernement et « auquel il faut ajouter l’optimisation fiscale, qui est légale, et les fraudes aux cotisations sociales, de l’ordre de 25 milliards d’euros selon la Cour des comptes, indique Christophe Ramaux, membre des Économistes atterrés. C’est réellement une sécession de certains riches, car ils rompent le pacte républicain élémentaire qui est de payer les impôts ».

Un manque à gagner colossal pour l’État. Pour le combattre, les gouvernements n’ont pas choisi d’augmenter sensiblement le budget du contrôle fiscal, ni le nombre d’agents chargés de lutter contre la fraude. Non, pour eux, la solution est ailleurs : faire baisser certains impôts destinés aux plus riches, pour qu’ils restent en France et investissent. « Surtaxer le capital ne conduit pas à plus de justice, mais à plus de départs des investisseurs et des créateurs de richesse », avance Bruno Le Maire, ministre de l’Économie. Les enquêtes économiques mondiales ont beau toutes montrer que la fiscalité nationale n’a qu’un impact minime sur l’évasion fiscale, les gouvernants s’évertuent à faire croire le contraire.

Dans la lignée de ses prédécesseurs, Emmanuel Macron, en supprimant entre autres l’ISF ou en faisant baisser l’Exit Tax et les impôts de production, participe bien à organiser le séparatisme des plus riches.

« La loi permet un exil fiscal intérieur », affirmait la Fondation Jean-Jaurès en septembre 2018. Une « sécession des riches », car il est frappant de constater que les sommes perdues par ces réformes auraient pu servir à financer bien d’autres investissements pour l’avenir, pour l’école, l’enseignement supérieur, la santé…

Quant à la théorie du ruissellement, selon laquelle les plus aisés contribueraient à un bien-être supérieur pour tous, elle est aussi démentie par les études, y compris du FMI ou de Natixis. Ces baisses d’impôts sont bien des cadeaux qui ne profitent pas à la population, mais renforcent les inégalités en réduisant la solidarité nationale.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011