Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juillet 2020 6 25 /07 /juillet /2020 07:44
Le projet de skatepark, étudié depuis des mois, a été validé en conseil municipal. L’idée de le compléter par un autre espace « plus famille », à l’image de ceux de Pleyber-Christ et de Locquénolé est aussi en réflexion.  Avis aux amateurs de roller, skate et BMX ! Le projet de skatepark, régulièrement mis en avant dans l’actualité des dernières années, est entré dans une phase très concrète : le conseil municipal a en effet validé les études de projet, fixé le coût prévisionnel définitif des travaux à 372 596, 40 € TTC, la rémunération définitive de l’équipe de maître d’œuvre à 55 889, 46 € TTC.  La construction du skatepark sera assurée par le groupement Sparfel-Heude Bâtiment, connu notamment du milieu pour avoir réalisé l’installation au Jardin Kennedy à Brest.  Pour rappel, il s’agit

Le projet de skatepark, étudié depuis des mois, a été validé en conseil municipal. L’idée de le compléter par un autre espace « plus famille », à l’image de ceux de Pleyber-Christ et de Locquénolé est aussi en réflexion. Avis aux amateurs de roller, skate et BMX ! Le projet de skatepark, régulièrement mis en avant dans l’actualité des dernières années, est entré dans une phase très concrète : le conseil municipal a en effet validé les études de projet, fixé le coût prévisionnel définitif des travaux à 372 596, 40 € TTC, la rémunération définitive de l’équipe de maître d’œuvre à 55 889, 46 € TTC. La construction du skatepark sera assurée par le groupement Sparfel-Heude Bâtiment, connu notamment du milieu pour avoir réalisé l’installation au Jardin Kennedy à Brest. Pour rappel, il s’agit

Cécile Renouard, Le Télégramme, samedi 25 juillet

Un premier conseil municipal bis

Le tout premier conseil municipal du 4 juillet 2020 est peut-être à oublier. Du moins en partie... Les adjoints au maire Jean-Paul Vermot, élus ce jour-là et démissionnaires depuis à cause de la loi Engagement et proximité, ont été réélus au Conseil de ce vendredi 24 juillet, mais à un rang de décalage! 

Des adjoints repositionnés par la loi Engagement et Proximité.

Le 4 juillet dernier, neuf adjoints avaient été désignés auprès de Jean-Paul Vermot. Dans les jours qui ont suivi, une vérification a été opérée concernant ce conseil et des échanges ont eu lieu avec le préfet du Finistère, qui ont abouti à un rappel des termes de la loi du 27 décembre 2019 dite "Engagement et proximité" et l'obligation d'alternance de genre entre les adjoints.

Depuis les neuf adjoints du 4 juillet ont démissionné pour se représenter à cette séance vingt jours plus tard mais dans un ordre différent : Ismaël Dupont prenant de fait la première place, suivi par Catherine Tréanton, Yvon Laurans, Nathalie Barnet, André Laurent, Valérie Scattolin, Fréderic L'Aminot, Laëtitia Tosser et Jérôme Plouzen. Ce nouvel ordre qui a fait passer la première adjointe Catherine Tréanton au deuxième rang des adjoints ne laisse pas indifférent Jean-Paul Vermot qui a décidé d'écrire aux parlementaires locaux. Pour lui, cette loi impose en effet que "le genre le plus représenté a de fait le premier poste" d'adjoint, soit dans le cas de Morlaix, le genre masculin. Pour rappel, le nombre d'adjoints au conseil de la Cité du Viaduc est de 9, chiffre impair, avec 5 hommes et 4 femmes.

Des fonctions définies  Le 1er adjoint Ismaël Dupont est en charge des "finances, des ressources humaines ainsi que de la police municipale", la 2e, Catherine Tréanton, en charge des "affaires sociales, la petite enfance et le handicap"; le 3e, Yvon Laurans, les "sports, les animations et équipements sportifs" et est "correspondant défense"; la 4e, Nathalie Barnet, en charge de la transition écologique et du développement durable"; la 5e, André Laurent, "les affaires culturelles, la langue bretonne"; la 6e, Valérie Scattolin, adjointe en charge du "tourisme, du commerce et de l'animation de centre-ville", le 7e, Fréderic L'aminot, en charge des "affaires scolaires"; la 8e, Laëtitia Tosser, en charge de la "vie citoyenne et associative, référente démocratie participative et des conseils de quartier", et enfin, le 9e, Jérôme Plouzen, en charge des "travaux et de l'urbanisme". 

Des indemnités revues. La tendance du maire à ne pas prendre le montant total des indemnités proposées, aux bénéfices des autres membres du conseil, se confirme avec le mandat de Jean-Paul Vermot. Cette fois, la volonté marque un pas de plus en "baissant de 9,21%" l'indemnité du premier édile  au profit d'une "augmentation de celle des adjoints et des conseillers". Du fait que Morlaix est "attributaire de la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale" et qu'elle est également "chef-lieu d'arrondissement", des majorations sont prises en compte dans le calcul des indemnités. Au final, ont été votés, avec 7 abstentions de l'opposition, un montant brut de 3558,62€ à Jean-Paul Vermot maire; 1017, 15€ aux neufs adjoints; 171,13€ pour les 16 conseillers délégués et 90,23€ pour les conseillers municipaux (opposition).        

Des commissions. Plusieurs élections ont eu lieu pour désigner notamment les membres des commissions ou encore les représentants du conseil au sein d'organismes et structures extracommunales. A noter que, pour la commission d'appel d'offres, siégeront Jérôme Plouzen, Yvon Laurans, Valérie Scattolin, Patricia Stephan, ainsi qu'Annie Piriou et pour la commission de délégation de service public, Nathalie Barnet, Catherine Tréanton, Laëtitia Tosser, Ahamada Zoubeiri et Jean-Charles Pouliquen.

La crise sanitaire marque le conseil

Nul doute que ce conseil du 24 juillet était copieux avec 33 points à l’ordre du jour, dont une grande part sur les presque trois heures de tenue, consacrée au compte de gestion 2019 du budget de la commune et des budgets annexes (voté, abstention de la majorité) et au compte administratif 2019 (voté, abstention de la majorité)…

Des subventions exceptionnelles

Nul doute également que la crise sanitaire a marqué ce conseil. À commencer par le protocole sanitaire imposé dans la salle puis ensuite à lire et écouter les derniers chiffres du budget de la ville qui dévoilaient « une subvention exceptionnelle de 15 000 € attribuée afin d’aider certaines associations à vocation sociale et caritative après la crise sanitaire », « une subvention exceptionnelle de 10 000 € octroyée au CCAS pour une aide de sortie de crise », « une subvention d’équilibre versée à la cuisine centrale de 277 000 € suite à la crise sanitaire et à la fermeture des écoles », une autre « versée au Parc de Langolvas de 13 000 € suite à l’annulation des événements sur la période » ou encore « la mise en place d’un abattement de 20 % sur la taxe locale sur la publicité extérieure » liée encore à la « crise sanitaire et l’impact économique »…

Le projet d’autres animations estivales suspendues

D’autres crédits étaient prévus pour mettre en place « des animations estivales ». Mais comme l’a expliqué Jean-Paul Vermot, « le contexte des derniers jours » a fait suspendre ce projet. Seule est maintenue une « action à venir avec l’association des commerçants », qui n’a pas été dévoilée avant une grande réunion programmée lundi 27 juillet. Nul doute donc que la crise sanitaire a touché et touche encore la ville. Le maire n’a d’ailleurs pas caché que « vraisemblablement, un drive Covid serait opérationnel dès la semaine prochaine ».

Feu vert pour le skatepark à Ty Dour
Le projet de skatepark, étudié depuis des mois, a été validé en conseil municipal. L’idée de le compléter par un autre espace « plus famille », à l’image de ceux de Pleyber-Christ et de Locquénolé est aussi en réflexion.

Avis aux amateurs de roller, skate et BMX ! Le projet de skatepark, régulièrement mis en avant dans l’actualité des dernières années, est entré dans une phase très concrète : le conseil municipal a en effet validé les études de projet, fixé le coût prévisionnel définitif des travaux à 372 596, 40 € TTC, la rémunération définitive de l’équipe de maître d’œuvre à 55 889, 46 € TTC.

La construction du skatepark sera assurée par le groupement Sparfel-Heude Bâtiment, connu notamment du milieu pour avoir réalisé l’installation au Jardin Kennedy à Brest.

Pour rappel, il s’agit d’un skatepark de nouvelle génération d’une superficie d’environ 1 000 m² constitué « d’un street park destiné à tous les niveaux de pratiquants et d’un bowl destiné à un public de pratiquants initiés ».

Ce projet s’inscrit dans un aménagement d’ensemble : « la création d’un accès à partir de l’avenue de Würselen et d’un parking, la rénovation et l’extension d’un vestiaire dédié aux usagers du site et l’aménagement de nouveaux équipements sportifs complémentaires (cheminement doux, voie verte, espace multisports) ».

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011