Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 08:00
Le 8 mai, une date référence pour notre mémoire collective - par Pierre Laurent

Le 8 mai, une date référence pour notre mémoire collective

C’était un 8 mai, il y a 75 ans. Le 8 mai 1945. Cette date marque la fin « des années noires », la fin de la deuxième guerre mondiale, la capitulation de l’Allemagne Nazie.

L’existence de cette date n’est pas toujours allée de soi. Son instauration en jour férié, en 1981 seulement, s’est heurtée à bien des obstacles. De même, il a fallu du temps, en France, pour que soit reconnue la responsabilité de l’État Français, installé à Vichy, dans la collaboration avec les nazis, la déportation de millions de juifs, notamment des enfants, et la traque des résistant·e·s sur notre territoire national.

La vigilance est toujours de mise : le projet existe toujours d’unifier en une seule date la commémoration de la fin des conflits qui ont marqué le 20e siècle, pour supprimer des jours de congés aux Français qui ne « travailleraient pas assez », peut être aussi pour des raisons moins avouables encore…

J’y suis, avec mes camarades communistes, résolument opposé. Le 8 mai doit rester une date référence dans notre mémoire collective.

Cette date nous invite à la mémoire de ce que fut le nazisme, son inimaginable inhumanité. Mémoire des victimes, militaires, civiles et innocentes, disparues par millions dans les camps de la mort, dans des massacres ou des représailles d’une impensable sauvagerie. Qu’ils ou elles soient morts à Oradour-sur-Glane, Leningrad, Auschwitz, Varsovie ou ailleurs, c’est à elles et eux que nous pensons en ce jour.

Cette date nous invite à rappeler les complicités dont a bénéficié le régime nazi, dont la plupart figure parmi « les premiers de cordée » de l’époque.
A rappeler, bien sûr, le courage des femmes et des hommes qui, au contraire, ont refusé de vivre à genoux, se sont levés, ont payé souvent de leur vie leur soif d’une humanité libérée.

François Mauriac, écrivain catholique, de sensibilité Gaulliste écrira : « seule la classe ouvrière dans son ensemble est restée fidèle à la patrie... ».

Cette date nous invite aussi à tout faire pour que se développent pleinement, avec l’ouverture des archives, la connaissance, la recherche scientifique et historique sur ces années noires, notamment de ce que fut en France l’occupation et la complicité du régime de Vichy. Bien des zones d’ombre demeurent. Parmi elles, celle de ces militants, élus, parlementaires communistes ou syndicalistes arrêtés en 1939 sous le gouvernement Daladier, internés par celui de Vichy, en France puis en Afrique du nord et en Algérie, alors
« française ». Une journée d’étude à ce sujet associant historiens, syndicalistes et responsables politiques était programmée ce lundi 11 mai au Palais du Luxembourg. Les conditions de confinement actuelles nous ont contraints à la reporter au lundi 9 novembre. Nous en reparlerons, mais d’ores et déjà je vous y invite.

Cette date, enfin, nous invite à l’espoir. Certes, le monde d’aujourd’hui n’est plus le même. L’histoire s’accélère. Mais nous sentons toutes et tous que nous sommes, à nouveau, à un carrefour. L’Humanité poursuivra-t-elle dans la voie de politiques libérales qui n’ont d’autres boussoles que le profit au mépris de l’être humain et de la planète, ou d’autres voies, d’autres rapports de force permettront-ils aux femmes et aux hommes de bénéficier des immenses richesses crées et aujourd’hui dilapidées, pour pouvoir s’émanciper, vivre dignement, gagner de nouvelles protections et de nouveaux droits, préserver la planète et l’écosystème ?
Creusement sans fin des inégalités ou mise à disposition de toutes et tous des communs, là est le choix.

Il y a 75 ans, la mise en œuvre du programme du Conseil National de la Résistance était une réponse progressiste à la même question.

Rien n’est écrit, mais des points d’appui nouveaux, que nous ne soupçonnions pas ou dont nous ne soupçonnions pas encore la force, se font jour aujourd’hui, dans les contradictions d’un monde et d’une humanité qui cherchent la voie de nouveaux horizons…

Il y a 45 ans, du cœur du Chili opprimé, un chant s’est élevé : « el Pueblo unido jamas sera vencido »
En ce 8 mai 2020 ce chant est toujours le nôtre et nous continuons à tracer, comme l’a dit le poète espagnol Antonio Machado, « nos sillages dans la mer ».

Pierre Laurent, président du Conseil national du PCF, sénateur de Paris

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011