Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 15:34
Interview de Marie-Georges Buffet dans Ouest-France, 3 mai - Par Yannick Le Coquil: le monde du sport devra changer

Marie-Georges Buffet : « Le monde du sport devra changer… »

Ministre de la Jeunesse et des Sports de juin 1997 à mai 2002, aujourd’hui députée de la Seine-Saint-Denis, Marie-George Buffet livre son sentiment sur la situation actuelle.

Que vous inspire la situation actuelle, pour le monde du sport ?

Je pense surtout à ces clubs amateurs qui, en avril, en mai, en juin, n’ont pas pu ou ne pourront pas entreprendre les initiatives qui leur permettaient de faire entrer de l’argent dans les caisses. Comme les tournois par exemple. Ils vont se trouver en difficulté extrême. Je vais donc demander, et je ne serai pas la seule en tant que députée, un fonds spécial de la part de l’État. On me dit aussi que certaines familles réclameraient le remboursement du dernier trimestre des cotisations. Cela mettrait encore en difficulté ces clubs. C’est pour cela qu’il est essentiel que l’État, à travers le ministère des Sports, fasse un geste important pour aider ces clubs amateurs.

Et pour évoquer plus spécifiquement le football, qu’en est-il de la Ligue 1 et la Ligue 2 ?

Je pense d’abord aux clubs de National, qui sont certainement au niveau financier les plus en péril. On me dit même que certains refuseraient une montée pour ne pas prendre de risques. Quant aux clubs pros de Ligue 1, voire de Ligue 2, on a déjà alerté il y a plusieurs années que leur situation est trop dépendante des droits de retransmissions. Là, on le voit bien. Quand les diffuseurs menacent de ne pas payer… Cette crise touche directement le cœur du problème. Leur équilibre financier repose énormément sur ces droits, et donc leur potentiel quant aux transferts. On va donc avoir dans le foot, mais aussi dans d’autres sports, une élite professionnelle qui va se trouver fragilisée. C’est le moment pour ces ligues professionnelles de repenser leur modèle économique.

Dans quel sens ?

Comme cela peut être le cas dans d’autres pays, ouvrir un peu plus à une participation plus large, plus populaire, avec les acteurs sociaux notamment. Travailler peut-être plus le rapport avec le public, créer des animations autour des événements qui permettent d’avoir des activités financières en lien avec la venue du public. Il est aussi peut-être temps d’assagir ces budgets en instituant des salaires maximum. Et en repensant la question des transferts. Mécaniquement, les droits télés vont baisser. Il faudra alors bien que les clubs revoient leur système de salaires et de transferts.

Quid de la taxe sur les paris sportifs, sur les droits télé… dite taxe « Buffet » (1) ?

Tout cela va extrêmement baisser dans la mesure où les médias refusent de payer les droits, que les paris sont à l’arrêt. Il ne faudrait pas que ces taxes qui étaient dédiées au sport amateur soient diminuées. Il faut que l’État assure au minimum le même montant que cette année, sinon ça sera une catastrophe.

Que vous inspire l’idée d’une Ligue fermée, notamment évoquée par Michel Seydoux, l’ancien président de Lille ?

Si on tombe dans le modèle anglo-saxon des ligues fermées, cela signifie que le sport professionnel va quitter le giron fédéral, avec les toutes conséquences que cela induira. On aura une NBA bis dans le foot, voire dans le rugby, ou autres ? Quid du développement du sport amateur dans ces disciplines ? Comment fait-on une vraie mutualisation des moyens dans le sport parce que si les Ligues professionnelles sortent et font leurs Ligues privées dans certains sports, ça veut dire qu’on l’arrête purement et simplement l’aide vers les pratiques du niveau amateur. C’est extrêmement dangereux.

Cela peut-il amener à une vraie fracture entre ces deux mondes ?

Exactement. On a la chance en France d’avoir le sport professionnel qui est toujours inscrit dans le giron fédéral. Ce qui permet à la fois un contrôle éthique dans le sport en général, le respect des codes, des règles, et aussi je le redis la mutualisation. C’était le but de la taxe que j’avais instituée. Ça avait fait hurler à l’époque, mais elle existe et elle permet de financer le sport amateur. On devrait même aller plus loin aujourd’hui. Faire en sorte que le sport professionnel aide encore plus le sport amateur. Si on sort les Ligues du giron amateur, ça ne peut qu’être très négatif.

Que pensez-vous du report du Tour ce France fin août ?

Même s’il est retardé, je suis d’abord très heureuse que le Tour de France puisse avoir lieu. Je pense qu’il y aura quand même du monde. Ça sera un moment fort pour indiquer que l’on veut vivre, et revivre. Que toute activité peut enfin reprendre.

Celle du report des Jeux olympiques en 2021 est-elle une décision logique selon vous ?

J’ai surtout trouvé qu’elle était tardive. Heureusement qu’ils ont pris cette décision. Parce qu’il y aurait eu un problème d’équité. Tous les pays n’ont pas vécu la pandémie au même moment. La préparation des athlètes aurait été inégale. Ensuite il faut s’imaginer les athlètes dans une situation aussi difficile et angoissante, leur préparation en aurait forcément été grandement altérée. Je pense donc que c’est une décision de sagesse que d’avoir ainsi reporté les Jeux d’un an. Cela permet d’espérer être alors clairement sorti de la pandémie. Tous les athlètes pourront alors être vraiment prêts.

Cette crise peut-elle amener à plus de sobriété ?

Elle devrait le faire, dans le domaine du sport professionnel, oui ! On constate bien l’extrême fragilité du modèle actuel. J’ai entendu plusieurs dirigeants de clubs en parler, ce que je dis est partagé par d’autres. Il faut que l’on ait une vraie réflexion en ce sens. Le ministère des Sports devrait sans doute prendre en charge cette réflexion avec les ligues professionnelles et les fédérations. Quel modèle du sport professionnel adopter dans les années à venir ? Quels objectifs doit-il se fixer dès aujourd’hui ?

Le « sport spectacle » a engendré des dérives, comme le dopage par exemple ? En 1998, alors que vous veniez d’être nommée au ministère, il y avait notamment eu l’affaire Festina…

Oui, mais il faut surtout parler de marchandisation extrême du sport. Que le sport soit un spectacle, ça n’est pas un défaut, bien au contraire. On a plaisir à voir un spectacle sportif, parce que c’est beau. L’effort, le dépassement de soi… Non vraiment, ce n’est la question du spectacle sportif, mais celle de la marchandisation extrême qu’il faut se poser. Je pense en effet que, quelque part, la crise en montre les limites. Elle doit être complètement revisitée.

Cela implique-t-il aussi la tenue de compétitions internationales de moindre envergure ?

Je pense qu’il y avait déjà eu un premier tournant, pour que les événements sportifs soient moins ambitieux, et surtout prennent davantage en compte le développement durable, notamment au niveau des déplacements. Cela commençait à se poser dans les appels d’offres faits par les fédérations internationales et par le CIO (comité international olympique). Je pense qu’il faut vraiment activer cela. J’ai envie de dire qu’il faut peut-être arrêter le jeu pervers entre les fédérations internationales, le CIO et les États. Parce que tant que certains États seront prêts à tout pour obtenir l’organisation d’un événement sportif, même s’il y en a de moins en moins, le mouvement international sportif n’a pas trop à se gêner sur les conditions, les critères, les obligations… Bien souvent, des États autoritaires se servent du sport pour des raisons géopolitiques.

Les grands événements doivent donc perdurer ainsi ?

Il faut bien sûr maintenir les grandes compétitions car c’est aussi la rencontre d’hommes et de femmes venus de la terre entière. Mais il faudrait créer une agence internationale en charge d’arbitrer de façon saine l’attribution des grands événements sportifs. Que cela évite ce que l’on a connu, comme les dessous-de-table, les pressions politiques. Comme l’agence mondiale antidopage, elle pourrait être placée sur l’égide de l’Unesco afin d’assainir l’organisation des grands événements sportifs.

Un meilleur équilibre entre pros et amateurs, sports majeurs et plus confidentiels, cela vous paraît-il utopiste ?

Il faut évidemment pousser dans ce sens. On est dans les discours entre sport santé, sport lien social… Mais moi j’ai envie de dire : le sport tout court. Le plaisir du sport. Il faut aussi prendre en compte que les ressources publiques, que ce soit au niveau des collectivités territoriales ou de l’État, ne cessent de se rétrécir. Il faut donc créer, à l’intérieur même du mouvement sportif, une plus grande solidarité. Et j’ai envie de dire envers les pratiques amateurs, mais aussi celles qui n’ont pas de grande visibilité médiatique.

En tant qu’ancienne ministre des Sports, et même avant les derniers événements, le sport vous faisait-il autant vibrer ?

(Souffle)… D’abord le sport en France reste encore l’affaire des bénévoles, c’est déjà un bon point. Dans beaucoup de ses pratiques, dans beaucoup de ses niveaux. Il existe encore des présidentes et présidents de fédé qui sont issus d’un parcours amateur. Je trouve que c’est une richesse. Il y a aussi beaucoup d’athlètes qui sont des citoyennes, des citoyens, qui prennent la parole sur des sujets divers. Il y a aussi tous ces mômes qui continuent à jouer… Et puis il y a les grandes compétitions, avec la recherche des records et de la victoire. Oui bien sûr, il y a des dérives. Mais celles que l’on connaît dans le sport, ce sont celles que l’on connaît aussi dans la société. Quand on triche dans le sport, c’est que l’on triche aussi dans la vie. Quand on est prêt à marcher sur son voisin ou son collègue pour obtenir quelque chose, dans le sport on peut imaginer que… En luttant dans les dérives dans le sport, on cherche aussi à améliorer la société. Peut-être que je suis utopiste, mais je pense que le sport peut encore apporter de vraies valeurs.

Cette crise va-t-elle fondamentalement changer la face du sport ?

Pas spontanément. J’entends bien les discours sur l’après. Il faudra ceci, il faudra cela… Oui en effet il faudra des choses dans la pratique sportive, notamment comme je l’ai dit dans la marchandisation. Encore faut-il qu’il y ait la volonté humaine. La crise passée, les nouvelles habitudes peuvent reprendre, dans tous les domaines de la société. S’il n’y a pas une vraie prise de conscience et une réelle volonté politique de se dire on arrête, on se met autour de la table, on discute, on élabore un nouveau projet. Sinon on retombera inévitablement dans les mêmes travers.

(1) La taxe Buffet, inscrite dans la loi de finances de décembre 1999, institue une contribution prélevée sur les cessions de droits de diffusion télévisuelle des compétitions sportives. Elle impose aux organisateurs de compétitions diffusées en France de reverser au Centre national pour le développement du sport 5 % du montant des droits TV perçus, afin de soutenir l’ensemble de la filière sportive.

 

Interview de Marie-Georges Buffet dans Ouest-France, 3 mai - Par Yannick Le Coquil: le monde du sport devra changer

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011