Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2020 7 26 /04 /avril /2020 06:49
La presse touchée en plein cœur par l’épidémie de Covid-19 - Caroline Constant - L'Humanité, 24 avril 2020
Vendredi, 24 Avril, 2020

La presse touchée en plein cœur par l’épidémie de Covid-19

Le confinement porte un coup sévère à la presse, déjà largement fragilisée. De quoi s’inquiéter car sa bonne santé est un indice du niveau de démocratie d’une société.

 

Sans sport, difficile de réaliser des journaux sportifs. Sans calendrier culturel, difficile de réaliser des journaux culturels. En plein confinement, difficile de réaliser des journaux, quels qu’ils soient. Mais aussi de les trouver : la crise de la presse, déjà latente avant l’épidémie de Covid-19, prend des allures inquiétantes depuis la mi-mars.

Et les chiffres de l’OJD, tombés ce jeudi pour le mois de mars, confirment peu ou prou un besoin d’information en même temps qu’un sérieux problème de diffusion : ainsi, le Parisien/Aujourd’hui, sur mars, a perdu 15,93 % de lecteurs sur la période et le Figaro 6,06 %, l’Équipe 14,64 % et la Croix 4,10 %. Les seuls qui gagnent des lecteurs papier sur le mois de mars sont le Monde (+11,55 %) et Libération (+0,60 %). D’autres quotidiens, comme la Marseillaise, ont durant cette période suspendu leur parution papier. Idem pour Siné Mensuel ou Grazia, dans des registres différents. Et pour affronter économiquement la période, alors que l’information est dense, tous les journaux, y compris l’Humanité et l’Humanité Dimanche, ont baissé leur pagination. Ou modulé leur parution, comme France Football ou Voici, hebdomadaires devenus bimensuels pour affronter le choc.

Lire aussi : Une dure bataille pour faire vivre l’Humanité

Un carnage économique

Parce que la presse se vend moins, et pour cause : 40 % des kiosques, et tous les Relay, sont fermés à Paris. En région, 90 % des points de vente fonctionnent, mais connaissent des problèmes d’approvisionnement. La Poste, qui a décidé, sur la période, de réduire le nombre de tournées, ne distribuait plus les journaux aux abonnés que trois fois par semaine, contre six fois hors épidémie, d’où des désabonnements. Le rythme de distribution postale est revenu à quatre jours depuis mercredi et devrait passer à six jours le 11 mai. Le quotidien Paris-Normandie, qui était déjà dans une situation très précaire, est une des premières victimes officielles de ce carnage économique : il se retrouve en liquidation judiciaire, avec une prolongation d’activité de trois mois. Par ailleurs, la presse, qui est structurellement financée par la publicité, a vu ses recettes fondre comme neige au soleil : tous les secteurs de l’automobile, du luxe notamment, se sont désinvestis. Un amendement LaREM proposait, via Aurore Bergé, en début de semaine, de faire un crédit d’impôt aux sociétés qui accepteraient de relancer leur budget communication. Il a été refusé. Idem pour la proposition des élus communistes, présentée par André Chassaigne, qui ont proposé une taxation sur les Gafa pour financer la presse écrite dans cette crise. Le ministre de la Culture, Franck Riester, auditionné jeudi dernier à l’Assemblée nationale, a répondu qu’il était en lien avec Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, pour proposer, « d’ici quelques semaines », un plan de sauvetage de la presse écrite. On n’en sait guère plus pour le moment.

Presstalis en cessation de paiements

Or, il y a urgence. Dans le même temps, Presstalis, qui gère la distribution de la presse, s’est déclaré lundi en cessation de paiements auprès du tribunal de commerce de Paris. Une audience de début de procédure devrait se tenir ce vendredi ou mi-mai si le tribunal estime que la société peut tenir financièrement jusque-là. L’administratrice judiciaire, Hélène Bourbouloux, a proposé un plan de redressement aux éditeurs : sur les 120 millions dont a besoin Presstalis, la moitié serait fournie par l’État, l’autre par les actionnaires, en échange de leurs investissements dans la messagerie. Au sort de Presstalis sont liés les distributions de journaux, mais aussi le sort de 900 salariés qui refusent, avec le SGLCE-CGT, les trois scénarios de sortie de crise assortis d’une casse sociale certaine.

La presse indépendante en danger

Parce que, forcément, la crise systémique du secteur s’accompagne aussi de difficultés sociales majeures. En premier lieu, les plus fragiles des salariés, les pigistes, qui ont été, dans nombre de rédactions, les premiers à être débauchés. Les précaires, chez les journalistes, constituent 49 % de la masse salariale, ce qui donne une idée de l’ampleur du problème. Le gouvernement, sous la pression des syndicats, a fait passer un décret pour qu’ils puissent bénéficier du chômage partiel. Même si les sites Internet des journaux connaissent des bonds extraordinaires, la chute de la publicité et des abonnements papier, plus chers, les met dans des situations économiques compliquées. Et c’est évidemment la presse indépendante qui risque d’en payer le prix fort, puisque la plus fragile et sans grand argentier pour la renflouer.

« Que seront la liberté, le pluralisme et la fiabilité de l’information d’ici à 2030 ? La réponse à cette question se joue aujourd’hui », alertait Reporters sans frontières, ce mercredi. Et la crise de la presse rejoint celle des libertés publiques, estime Christophe Deloire, le président de RSF : « La crise sanitaire est l’occasion pour les gouvernements autoritaires de mettre en œuvre la fameuse  “doctrine de choc” : profiter de la neutralisation de la vie politique, de la sidération du public et de l’affaiblissement de la mobilisation pour imposer des mesures impossibles à adopter en temps normal. » En France comme ailleurs.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011