Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 10:46

Le PCF 29 demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes prévues dans les écoles publiques finistériennes du premier degré.

« L’épidémie et les conséquences de la crise sanitaire amplifiée par les politiques libérales menées depuis des années impactent très fortement les enfants et l’éducation. Ce n’est pas à nos enfants d’en faire les frais », clame Ismaël Dupont, le secrétaire départemental du PCF 29, dans un communiqué.

Pour les communistes, « sortir de cette crise avec un monde d’après meilleur, sortir mieux armé contre d’autres catastrophes suppose d’investir avec ambition dans le service public, et en particulier le service public d’éducation et la recherche ». C’est pourquoi la fédération du Finistère du Parti communiste français demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes liées au projet de carte scolaire.

Pour rappel, avec onze fermetures et deux ouvertures prévues à la rentrée prochaine, le Finistère doit perdre deux postes au total, contre 20 initialement

https://www.letelegramme.fr/finistere/carte-scolaire-du-finistere-le-pcf-demande-un-moratoire-sur-les-fermetures-de-postes-17-04-2020-12540603.php

Le Télégramme, 17 avril.

Fédération du Finistère du PCF 5 rue Henri Moreau 29 200 Brest http://pcf29.org/

Fédération du Finistère du PCF 5 rue Henri Moreau 29 200 Brest http://pcf29.org/

Communiqué du PCF Finistère - 16 avril 2020

Carte scolaire: le PCF demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes dans les écoles publiques finistériennes du premier degré

Nous sommes en guerre, disent-ils... Nous réfutons bien sûr la pertinence de cette sémantique qui vise à étouffer le débat et préparer les sacrifices des libertés et des droits en instrumentalisant la crise, mais une chose est sûre: l'épidémie et les conséquences de la crise sanitaire amplifiée par les politiques libérales menées depuis des années impactent très fortement les enfants et l'éducation. Ce n'est pas à nos enfants d'en faire les frais! 

Sortir de cette crise avec un "monde d'après" meilleur, sortir mieux armés contre d'autres catastrophes suppose d'investir avec ambition dans le service public, et en particulier le service public d'éducation et la recherche.

C'est pourquoi, en cette période d'extrême fragilisation du service public d'éducation liée à la crise sanitaire du Covid-19, aux difficultés d'assurer la continuité pédagogique dans le confinement des élèves et enseignants, et pour ne pas réagir par l'indifférence à l'engagement très fort des enseignants du premier degré et des parents pour l'intérêt pédagogique des enfants, la fédération du Finistère du Parti communiste français demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes liées au projet de carte scolaire.

Il ne faut pas fragiliser davantage nos écoles publiques et nos enfants.

Nous remarquons que l'évolution de la démographie scolaire en Bretagne révèle une accentuation des déséquilibres territoriaux au profit de l'est breton et de l'Ille-et-Vilaine, dans une logique de métropolisation, d'attirance vers la capitale et l'axe Rennes-Nantes, attirant l'essentiel des investissements, des emplois et des actifs, au détriment de l'ouest breton. Les annonces d'ouvertures et de fermetures de postes révèlent ce déséquilibre territorial qui s'aggrave: + 36 postes en Ille-et Vilaine, moins 2 postes dans le Finistère,  moins 5 dans les Côtes d'Armor, moins 1/2 dans le Morbihan. 

L'hémorragie des postes qui été initialement programmée a été contenue grâce à la fronde légitime des élus du monde rural qui ont réussi à obtenir des moyens supplémentaires pour qu'il n'y ait pas de fermeture d'écoles en milieu rural sans accord du maire dans les communes de moins de 5000 habitants. La Bretagne devait perdre perdre au départ 41 postes dans le premier degré (et le Finistère 20 postes sur ces 41) mais finalement, les rectifications aux annonces initiales qui ont été faites en mars lui permettent de gagner 30 postes. C'est l'Ille-et-Vilaine qui bénéficie au final exclusivement de ce gain global de postes dans le premier degré, grâce à son plus fort dynamisme démographique.

Dans le Finistère,  la DASEN dans sa communication a trop tendance à opposer les filières les unes aux autres en faisant le lien entre les fermetures en filière monolingue et l'ouverture de classes en filière bilingue, ce qui n'est pas un service à rendre au développement de l'enseignement en breton, que nous défendons, tout particulièrement dans le cadre de l'enseignement public bilingue. 

Ainsi, la DASEN annonce trois transformations de postes en bilingue. Cette façon de tricher parait grossière, privant ces écoles du moratoire espéré sur les fermetures. C'est mal vécu, et on le comprend, par les écoles en question qui n'ont rien demandé.Cette mauvaise habitude de mettre en concurrence les filières est très dommageable pour le breton car beaucoup d'équipes sont maintenant très rétives aux filières bilingues, ce qui est évidemment très grave pour notre avenir commun à tous en Bretagne. La DASEN du Finistère porte sans scrupule cette énorme responsabilité.

Nous déplorons qu'il n'y ait que 3 ouvertures en monolingue alors qu'il restait des demandes d'écoles, justifiées par les prévisions d'effectifs sur l'année scolaire 2020-2021.

Un refus de création de poste en particulier à l'île Tudy où la DASEN refuse d'entendre que le recrutement s'est beaucoup accéléré (9 PS1 prévus à la rentrée) et les collègues vont se retrouver à 28 ou 29 de moyenne pour 2 classes. C'est inacceptable d'autant que tous les acteurs sont très soudés sur le développement de l'école et que la mairie investit beaucoup en logements sociaux. C'est la fuite sur l'école privée de Combrit assurée.

Nous regrettons surtout que l'approche gouvernementale tende à opposer des moyens sanctuarisés provisoirement dans les écoles de milieu rural tandis qu'on peut continuer à les réduire dans les écoles de quartiers urbains souvent défavorisés. 

Il y a ainsi des fermetures de postes et de classes difficiles à admettre.

Brest paie un lourd tribut à ces fermetures de postes avec 4 fermetures dans les écoles Sanquer, Jacquard, Jean Macé, Kérichen.

C'est le cas aussi de Douarnenez, avec une suppression à l'école publique Victor Hugo, école d'un centre ville qui continue une dégringolade qui profite au privé dans un contexte social très difficile. La mairie de Douarnenez porte deux responsabilités : Ne pas avoir défendu l'école publique par principe. Leur mollesse est évidente. Ne pas s'engager suffisamment dans une réflexion sur le centre ville et la mixité sociale.

Les dédoublements promis en Grande Section en REP (Réseau d'éducation prioritaire) se font finalement seulement dans trois écoles mais on y supprime les postes "plus de maitres que de classe". Il n'y a donc aucun moyen supplémentaire en REP contrairement à ce qui avait été annoncé. Avec Macron et Blanquer, une promesse en chasse une autre et ce n'est que de la com. Nos enfants méritent mieux que des effets de manche.

Le manque de moyens dans les dispositifs d'accompagnement des allophones et des primo-arrivants reste criant. A ce titre on peut regretter et dénoncer la suppression de demi poste d'UPE2A à l'école Gambetta de Morlaix, une école populaire qui a déjà perdu des moyens sur les 4 dernières années, et qui est fortement concurrencée par le privé. Il manque encore des moyens pour faire réussir les enfants dont le français n'est pas la langue maternelle, notamment sur Morlaix et Landivisiau où l'industrie et l'agro-alimentaire recrutent, et sur Brest. C'est le même problème dans le second degré où les moyens pour les allophones et primo-arrivants ne sont clairement pas à la hauteur.

Parce que la qualité de l'éducation n'a pas de prix, le Parti communiste soutient et accompagne la lutte des parents d'élèves, des personnels, des citoyens et des élus pour la défense des moyens de leurs écoles publiques. 

 

Lire aussi:

Le 11 mai ne peut pas être que la rentrée de celles et ceux qui n’ont matériellement pas le choix ! (réseau école du PCF, 16 avril)

 

Carte scolaire 2020 - le PCF demande un moratoire sur toutes les fermetures de postes dans les écoles publiques finistériennes du premier degré

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011