Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2020 7 29 /03 /mars /2020 07:12
Photo de la fête de l'Humanité à Garches, 1936 - Les Bretons de Paris - Archives Pierre Le Rose - PCF 29

Photo de la fête de l'Humanité à Garches, 1936 - Les Bretons de Paris - Archives Pierre Le Rose - PCF 29

Par

Ce qui n’était qu’une section de l’Internationale communiste, conçue comme un parti mondial, s’affirme comme un parti capable d’une élaboration stratégique adaptée à la structure sociale d’un pays où les classes moyennes sont majoritaires.

Des réorientations stratégiques au sein de l’IC
Lors de son XIe plénum (avril 1931), l’Internationale communiste a défini le fascisme et la démocratie comme deux moyens interchangeables permettant à la bourgeoisie d’asseoir son hégémonie en justifiant par là sa stratégie dite « classe contre classe ». L’arrivée de Hitler au pouvoir n’infléchit ces analyses qu’à la marge. Le XIIIe plénum (décembre 1933) admet pour la première fois qu’on peut éviter le fascisme mais persiste à tenir la lutte contre la social-démocratie, qualifiée de « social-fasciste », pour la condition de la révolution et par là même de la victoire sur le fascisme.
Ces analyses répondent de l’attitude de sa section française face à la crise ouverte par la manifestation des droites extrêmes parlementaires du 6 février 1934. Le Parti communiste, qui tient la révolution et les soviets comme unique alternative à la crise, appelle à la riposte le 9 février et contribue au succès des manifestations du 12 mais s’y associe sur une base strictement anticapitaliste en appelant à un « front unique prolétarien » contre le fascisme.

« Au lendemain de la puissante manifestation antifasciste du 14 juillet 1935, un comité de rassemblement populaire voit le jour qui se dote d’un programme pour “le pain, la paix, la liberté” en vue des élections législatives. »

L’écrasement de « Vienne, la rouge » en février 1934, après seize années de domination sociale-démocrate qui lui valurent ce surnom, conjugué avec l’ampleur de la mobilisation antifasciste déployée le 12 février pour la défense de la république en France, de manière souvent unitaire en province, puis perpétuée sous de multiples formes suscitent toutefois des débats au sein de l’IC et de sa section française. Ils se soldent par des réorientations stratégiques formulées dans le cadre des travaux préparatoires au VIIe congrès de l’IC. Dimitrov remet en cause la notion de « social-fascisme » et Dimitri Manouilski, également dirigeant de l’IC, propose de substituer au mot d’ordre de dictature du prolétariat celui, plus immédiat, de rassemblement des masses les plus larges contre le fascisme et pour la sauvegarde de la démocratie.

De la SFIC au PCF
La conférence nationale de la SFIC, réunie à Ivry en juin 1934, dit s’inscrire dans la continuité des orientations jusqu’alors défendues, mais opère deux ruptures majeures à l’instigation de l’IC : elle affirme que les communistes ne sont pas indifférents aux formes de l’État bourgeois en condamnant par là même l’amalgame entre le fascisme et la démocratie, laquelle doit être défendue ; rompant avec le nihilisme national, elle s’attache à réconcilier les dimensions nationale et internationale de son combat. Sous l’effet conjugué de ces redéfinitions et d’un mouvement populaire en essor, la SFIO et la SFIC concluent le 27 juillet 1934 un pacte d’unité d’action antifasciste.

« Alors qu’a sonné l’heure de la revanche pour la droite et le patronat, le PCF, qui fut l’initiateur de cette stratégie novatrice, à l’origine d’une double révolution conjointe des cultures de mobilisation et de régulation, devient la cible entre toutes. »

Lors de cette conférence nationale, Maurice Thorez déclarait que la « course de vitesse engagée entre les fascistes et nous » supposait, pour être victorieuse, « l’unité d’action avec les ouvriers socialistes, l’unité syndicale dans une seule CGT [effective en mars 1936] ». Elle nécessitait aussi « d’entraîner les classes moyennes en les arrachant à la démagogie du fascisme ». Convaincu qu’il faut, pour ce faire, étendre l’accord conclu en juillet au Parti radical, il prend en octobre une initiative, d’abord désavouée par l’IC, et lance à la veille du congrès du Parti radical un appel à un Front populaire pour « le pain, la paix, la liberté ». Ce qui n’était qu’une section de l’IC, conçue comme un parti mondial, s’affirme par là comme un parti capable d’une élaboration stratégique adaptée à la structure sociale d’un pays où les classes moyennes sont majoritaires. Cela lui permet de mieux s’intégrer dans la vie nationale au point d’en infléchir le cours, comme signifié par l’abandon du sigle SFIC au profit de PCF lors de son congrès de Villeurbanne en janvier 1936

Maintenir la cohésion d’une alliance antifasciste
Le succès de toutes les listes de gauche aux élections municipales de 1935, accru par la mise en œuvre du principe de la discipline républicaine par le PCF, et son ralliement au principe de la défense nationale ont raison des réticences et des oppositions initiales de la SFIO et du Parti radical. Au lendemain de la puissante manifestation antifasciste du 14 juillet 1935, un comité de rassemblement populaire voit le jour qui se dote d’un programme pour « le pain, la paix, la liberté » en vue des élections législatives prochaines. Inspiré de celui de la CGT et « volontairement limité aux mesures immédiatement applicables », il est ratifié par les trois partis, les deux confédérations syndicales en voie de réunification et une centaine d’associations.
Avec un gain de 6 % des voix par rapport à 1932 et 72 députés (contre 12), le Parti communiste, quoique troisième derrière la SFIO et le Parti radical apparaît comme le grand vainqueur des élections mais doit faire face à une situation inédite. Convaincu qu’il « n’est pas question de prendre le pouvoir actuellement », que « les conditions ne sont pas encore réunies pour le pouvoir des soviets » et conscient de l’indispensable cohésion de l’alliance antifasciste, le PCF s’interdit de « courir le risque de s’aliéner quelques sympathies des couches de la petite bourgeoisie et des paysans ». Il choisit de soutenir le gouvernement Léon Blum sans y participer, en conformité avec les positions de l’IC.

« Maintenir la cohésion d’une alliance antifasciste dont l’objectif est la sauvegarde et le développement de la démocratie politique et sociale. »

Ces mêmes analyses conditionnent son attitude face aux grèves qui éclatent dans la foulée, d’abord dans les secteurs où l’implantation des communistes et de la CGTU est forte. Il tient le mouvement pour un indispensable moyen de lutte pour le pain et, du même fait, pour un puissant levier de la lutte antifasciste, il joue un rôle moteur dans son développement jusqu’aux accords de Matignon mais oppose aux tenants du « tout est possible » le caractère non révolutionnaire des objectifs énoncés par les grévistes et la nécessité prioritaire de maintenir la cohésion d’une alliance antifasciste dont l’objectif est la sauvegarde et le développement de la démocratie politique et sociale. D’où l’appel du 11 juin 1936 en faveur de la reprise du travail « dès que satisfaction a été obtenue » et l’affirmation selon laquelle il faut savoir consentir à des compromis.

Une politique sur le fil du rasoir
Le parti voit le nombre de ses adhérents décupler entre 1934 et 1938 et noue avec les intellectuels des liens inédits. Confronté à la contre-offensive patronale, à la guerre d’Espagne, aux contradictions qu’elles nourrissent au sein du rassemblement populaire et au risque permanent d’un basculement radical qui mettrait un terme à cette expérience politique novatrice, il est animé par la conviction que l’intervention des masses, hier condition de la victoire, peut seule permettre de venir à bout de la résistance patronale et du fascisme, mais il veut éviter que l’avant-garde ouvrière ne s’isole à l’heure où la menace fasciste intérieure et extérieure, à plus fort titre, rend l’alliance avec les classes moyennes plus que jamais nécessaire. Aussi maintient-il l’alliance parlementaire à tout prix, tout en tentant de concilier ces exigences de plus en plus contradictoires. Face à la politique de « non-intervention » en Espagne, il joue un rôle de premier plan dans la formation des Brigades internationales et organise des livraisons d’armes dans le cadre de la politique dite de « contrebande déguisée », mais privilégie les mobilisations susceptibles de réactiver l’esprit du Front populaire. Il tient en revanche les grèves de 1937 pour inopportunes et parvient d’autant moins à se faire entendre que les contradictions s’exacerbent. Soit une politique sur le fil du rasoir qui se prolonge jusqu’au basculement radical d’avril 1938. Alors qu’a sonné l’heure de la revanche pour la droite et le patronat, le PCF, qui fut l’initiateur de cette stratégie novatrice, à l’origine d’une double révolution conjointe des cultures de mobilisation et de régulation, devient la cible entre toutes.

Danielle Tartakowsky est historienne. Elle est professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris-VIII.

Cause commune n° 14/15 • janvier/février 2020

Cause commune - La revue d'action politique du PCF

Cause commune - La revue d'action politique du PCF

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011