Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 08:52
Le coronavirus montre, plus que jamais, la nécessité de dépasser le capitalisme (Pierre Dharréville, député communiste, interviewé par Regards, 20 mars 2020)

REGARDS.FR

http://www.regards.fr/…/le-liberalisme-a-une-part-de-respon…

Pierre Dharréville est député communiste.

Ce jeudi 19 mars, les députés siègent pour une séance de questions au gouvernement ainsi que pour voter l’état d’urgence sanitaire. L’occasion pour les élus de faire entendre une autre voix dans une crise où l’exécutif est tout-puissant. On en a causé avec le député PCF Pierre Dharréville.

Regards. Avant toute chose, était-ce bien raisonnable de réunir les parlementaires, fussent-ils seulement une petite trentaine, quand on sait que déjà 18 d’entre vous ont le coronavirus ?

Pierre Dharréville. Il est nécessaire, en prenant toutes les précautions, de faire vivre le débat démocratique. C’est aussi la meilleure manière de faire face et d’apporter les meilleures réponses à la situation. De la même façon qu’un certain nombre de gens sont à la tâche – dans les supermarchés, etc. –, il faut assurer la vie démocratique, nous en avons besoin dans ces moments-là.

Vous avez demandé au gouvernement d’investir massivement dans la santé, en matériel comme en personnel. Que pensez-vous des annonces faites par l’exécutif depuis le début de la crise ? La France va-t-elle payer « quoi qu’il en coûte » ?

Il faut placer la santé au-dessus de toute préoccupation, ça doit être une priorité première. Nous avons, ces derniers mois, ces dernières années, beaucoup alerté sur l’état de l’hôpital public et sur le sous-investissement dont il était victime, sur l’assèchement des dépenses de protection sociale et donc des dépenses de santé. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation qui est impactée par les décisions politiques prises par le passé. Il faut qu’on gèle toutes les démarches de restriction et de suppression prises dans l’hôpital. Il faut leur donner les moyens de s’organiser correctement, pour affronter le risque qui surgit, mais aussi continuer à faire face aux problèmes de santé qui ne sont pas liés au coronavirus. Il faut arrêter de leur serrer la vis comme c’est le cas depuis trop longtemps. Concrètement, les hôpitaux pourraient se retrouver rapidement avec des problèmes de trésorerie. Il faut s’en occuper pour qu’ils puissent passer les commandes de matériels dont ils ont besoin. Il y a aussi la question du personnel, y compris du personnel de service afin d’assurer un haut niveau d’hygiène. Il faut leur donner les moyens et la confiance pour qu’il gère au mieux la crise. Tout ça, le gouvernement peut le décider. Je vois un gouvernement qui essaye de faire face, ce qui n’empêche ni le débat, ni de faire des propositions.

« Le libéralisme a une part de responsabilité dans les difficultés que nous avons à faire face à la crise. »

Autre question de votre part, celle de « pouvoir mobiliser des industries capables de produire des respirateurs, des médicaments ». Cette pandémie a bien démontré notre dépendance en la matière, notamment vis-à-vis de la Chine. Que faudrait-il faire ? Vous avez notamment évoqué l’idée de « réquisitionner des outils essentiels à produire les médicaments dont nous avons besoin »...

Il y a une entreprise qui fabrique des respirateurs en France. Le ministre de la Santé m’a répondu ce matin, elle va être mobilisée, l’État a passé des commandes, c’est une bonne chose. C’est une question essentielle, on va en avoir grandement besoin. Je suggère qu’on interroge nos industriels pour modifier un certain nombre de productions afin qu’elle participe à cet effort si elles le peuvent. Plus généralement, la conception et la fabrication du médicament et des dispositifs médicaux ont été de plus en plus délocalisées. Nous proposons un pôle public du médicament, ce qui suppose une volonté politique qui n’existe pas aujourd’hui. Un exemple : il y a un laboratoire dans le Rhône qui est dans une situation de liquidation judiciaire, sans repreneur. La puissance publique devrait intervenir, se doter d’une force de frappe pour peser sur le marché et l’orienter et non pas pour que le marché se voit confier le soin de gérer notre souveraineté en termes de médicaments, et donc en termes de santé.

Pensez-vous que, une fois la crise passée, les politiques néolibérales vont reprendre une activité normale, comme si de rien n’était ?

J’ose espérer que la crise peut ouvrir quelques yeux et nous obliger à prendre quelques décisions qui vont contrecarrer les plans néolibéraux. Pour l’instant, je me garderais de tout pronostic. Je pense que le libéralisme a une part de responsabilité dans les difficultés que nous avons à faire face à la crise. Le virus passe notre société au révélateur et montre, plus que jamais, la nécessité de dépasser le capitalisme. Même si le capitalisme n’a pas créé le virus et il ne suffira pas de prendre des mesures progressistes pour que les virus n’existe plus. En tout cas, la période montre notre besoin de services publics forts, efficaces, capables de réagir. On les a affaiblis ces dernières années. Il faudra regarder la réalité en face.

 

Propos recueillis par Loïc Le Clerc

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011