Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2020 7 08 /03 /mars /2020 09:22
Discours de Marie-Georges Buffet au meeting pour l'égalité femmes-hommes du PCF à la Belleviloise à Paris cette semaine ( photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

Discours de Marie-Georges Buffet au meeting pour l'égalité femmes-hommes du PCF à la Belleviloise à Paris cette semaine ( photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

Discours de Fabien Roussel au meeting pour l'égalité femmes-hommes du PCF à la Belleviloise à Paris cette semaine ( photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

Discours de Fabien Roussel au meeting pour l'égalité femmes-hommes du PCF à la Belleviloise à Paris cette semaine ( photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

 (photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

(photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

 (photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

(photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

Laurence Cohen et Hélène Bidard de la commission Féminisme du PCF (photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

Laurence Cohen et Hélène Bidard de la commission Féminisme du PCF (photos page facebook de la sénatrice communiste du Val de Marne Laurence Cohen)

Meeting PCF - Parti Communiste Français #egalitepro : des femmes de combat qui se battent au quotidien pour l’égalité des droits : Mélanie Di Nato, femme de ménage Hopital De Valenciennes, Johanna Guinée, étudiante salariée, Delphine Bithorel, métallurgiste et syndicaliste, Angele Dione, MA à Stains. Une initiative pour dénoncer les conditions de travail des femmes mais aussi pour redonner du souffle en appelant à une révolution féministe avec Fabien Roussel, Marie-George Buffet, Hélène Bidard , Anne Sabourin, et Pierre Laurent. Une belle initiative pour le 8 mars juste avant la manif nationale #onarretetoutes
Laurence Cohen sur sa page Facebook
 
 
Samedi, 7 Mars, 2020 - L'Humanité

Égalité. Le PCF plaide pour « la révolution féministe »

À l’occasion de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le PCF a invité des salariées, chercheuses, syndicalistes, élues pour un meeting à la Bellevilloise à Paris ce vendredi. Avec un fil conducteur : l’égalité professionnelle.

 

« On veut l’égalité au boulot ! » Autour de ce slogan, c’est une soirée à mi-chemin entre éducation populaire et meeting qu’ont organisé les communistes ce vendredi à la Bellevilloise, à Paris. Sur scène, aux côtés du secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, et de la députée Marie-George Buffet, des salariées, syndicalistes, étudiante, élue racontent leur vécu, leurs combats. En vidéo, projetées au-dessus de leur tête, des « expertes » ponctuent les interventions de leur éclairage. Tout.e.s sont féministes. E à leurs yeux l’égalité professionnelle, fil conducteur de la rencontre, ne se limite pas à l’égalité salariale. Ça compte, bien sûr.

« Les femmes ont des salaires de 25 % inférieurs à ceux des hommes », rappelle la militante féministe Élisabeth Maugars. Mais il y a aussi toutes ces autres discriminations. « Avec les trois huit, on a fait le constat que les jeunes femmes ont de plus en plus de mal à avoir des enfants », raconte Delphine Bithorel, ouvrière de l’automobile. « Normal, on ne mange pas à heure régulière, on a des horaires décalés, on a des problèmes hormonaux, poursuit la syndicaliste CGT. Mais on a beau le dire à la direction, ils répondent que c’est parce qu’on a une hygiène de vie qui n’est pas correcte… »

« Bien sûr, ajoute la sociologue Margaret Maruani, il y a eu une évolution de la féminisation d’un certain nombre de professions dites supérieures, très qualifiées comme les médecins ou les avocates. Mais à l’autre bout de l’échelle sociale on observe une féminisation massive des emplois non qualifiés du tertiaire. » Dans son entreprise, Onet, à qui l’hôpital de Valenciennes sous traite le ménage « plus de 50 % des salariées sont en CDD, plus de 50 % à temps partiel… les sociétés abusent de leur pouvoir sur des salariées souvent isolées, explique Mélanie Di Nato. Ce sont des remplacements de dernières minutes, jamais de week-end de libres au mépris de la vie de famille ». Après deux ans de lutte, avec ses collègues elle a gagné que la mise en place d’un planning avec « un samedi travaillé, un dimanche travaillé, et un week-end de libre ». Beaucoup reste à faire : « C’est un travail humain, harassant, non reconnu, mal payé, lâche-t-elle. Il faut que les regards changent sur ces métiers-là. »

Il y a aussi ces violences sexistes et sexuelles dans les entreprises contre lesquelles si peu est fait. « Un tiers des femmes disent être victimes de harcèlement sexuel au travail, 80 % y être victimes de sexisme et 230 000 sont victimes de violences conjugales chaque année », constate Sophie Binet de la CGT qui propose notamment de « rendre obligatoire les plans de prévention » dans les entreprises, de « systématiser les temps de sensibilisation obligatoire » ou encore « d’interdire le licenciement des femmes victimes de violences conjugales ». C’est aussi du quotidien de ces « femmes seules responsables de famille » qui « se privent de tout pour donner la priorité à leurs enfants » dont témoigne Angele Dione, adjointe au maire de Stains (Seine-Saint-Denis) en charge de l’égalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations.

La réforme des retraites, tout juste imposée à l’Assemblée nationale à coup de 49-3, est également sur toutes les lèvres quand « les femmes ont déjà une pension inférieure de 42 % en moyenne à celle des hommes », est-il rappelé à plusieurs reprises. Avec le projet du gouvernement de retraite à point qui « va supprimer la reconnaissance de la pénibilité dans le secteur hospitalier, les aides soignantes et les infirmières qui pouvaient partir à 57 ans, parce qu’elles exercent des métiers qui entraînent une usure professionnelle, ne pourront partir qu’à 60 voire 62 ans », s’étrangle Ana Azaria, président de Femmes Égalité.

Autant de combats que partagent pleinement les communistes, assure Fabien Roussel qui plaide pour une « révolution féministe » face au capitalisme et au patriarcat. Des dix premières étapes de son « tour de France des entreprises », il est revenu avec une multitude de témoignages de ces injustices qui prospèrent malgré les « 13 lois adoptées depuis 40 ans ». « À la Caisse d’Épargne, en 2018, les hommes gagnent en moyenne près de18 % de plus que les femmes, soit près de 700 euros de plus par mois. Mais ces écarts de salaires sont justifiés en partie par la direction par le fait que les hommes occupent des postes à responsabilité. Or ces derniers bénéficient de 56 % des promotions alors qu’ils ne représentent que 38 % des effectifs », cite-t-il notamment en exemple. Pour le député du Nord, au-delà de l’égalité stricte des salaires à un même poste, il est indispensable d’« imposer la parité dans les postes à responsabilité dans le monde de l’entreprise » avec contraintes financières à la clé.

« Si on ne les tape pas au porte-monnaie, les actionnaires ne bougeront jamais », estime-t-il enchaînant avec « la mère de toutes les batailles » : « l’allongement du congé paternité et le partage équitable du congé parental ». « La France est à la traîne en Europe avec un congé paternité non obligatoire et de seulement 11 jours consécutifs week-end compris. En Espagne, cette durée devrait bientôt être alignée sur le congé des mères, soit 16 semaines, 112 jours », lance-t-il. « C’est ainsi, plaide-t-il, que l’on supprimera cet odieux risque maternité brandie au moment de l’entretien d’embauche (…) et qu’on suscitera un sentiment de responsabilité partagée pour la fameuse charge mentale. »

« J’entends dire la parole des femmes se libèrent, j’ai envie de dire ‘’messieurs vous aviez les oreilles bouchées depuis de nombreuses années’’ », conclut, un peu plus tard, Marie-George Buffet égrainant quelques exemples de la longue liste des conquêtes déjà obtenues de hautes luttes par les femmes. « Oui, comptez sur nous, on va continuer à se battre, poursuit-elle. C’est un combat de libération humaine, avec chaque acquis obtenu c’est la civilisation qui avance, c’est l’émancipation de chacun et de chacune ». Prochaine étape : dans la rue, place d’Italie, à 14 heures, le 8 mars.

Julia Hamlaoui
Egalité. Le PCF plaide pour la révolution féministe - Meeting pour l'égalité femmes-hommes à la Belleviloise - L'Humanité, 7 mars 2020, Julia Hamlaoui

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011