Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 07:25
Visite de Trump à Modi: la sainte alliance des nationalismes populistes, xénophobes et ultra-capitalistes sur fond de violence contre la minorité musulmane en Inde

Inde. New Delhi brûle, Trump prend la pose

Mercredi, 26 Février, 2020 - L'Humanité

Lors des visites présidentielles, des nationalistes ont pris d’assaut des quartiers à majorité musulmane.

 

New Delhi vit sans doute ses jours les plus longs depuis des décennies. Les flammes n’en finissent plus de s’échapper de la capitale de la plus grande démocratie au monde. En tout cas, celle qui fut saluée comme telle par Donald Trump, dont le déplacement en Inde s’est achevé hier. Les affrontements qui ont éclaté dans le nord de la mégapole tranchaient radicalement avec les images d’un président américain tout sourires, posant au soleil couchant avec la première dame devant le Taj Mahal.

À 900 kilomètres au nord, les quartiers à majorité musulmane de Jafrabad, Maujpur et Chand Bagh étaient pris d’assaut par des miliciens d’extrême droite et des partisans de groupes hindouistes liés au Parti du peuple indien (BJP) au pouvoir, brûlant des échoppes, rouant de coups des citoyens musulmans ou des dalits, plus connus ici sous le nom récusé d’intouchables, à l’aide de bâtons, de pierres, de cocktails Molotov ou de jets d’acide. Au moins neuf personnes ont trouvé la mort dans ces affrontements et 200  sont blessées ou en état critique. La mise à sac de la mosquée Ashok Nagar par des fondamentalistes hindous, qui ont planté leur drapeau couleur safran en haut du minaret, ravivait le spectre des émeutes intercommunautaires d’Ayodhya (Uttar Pradesh) en 1992. Hier soir, alors que la fièvre n’était toujours pas retombée dans le quartier de Jafrabad, plusieurs milliers de femmes poursuivaient le sit-in pacifique entamé samedi contre la nouvelle loi de citoyenneté.

Un climat extrêmement tendu

Ces violences marquent un tournant dans la mobilisation que connaît l’Inde depuis deux mois autour de ce texte législatif qui entend accorder la nationalité aux réfugiés afghans, bangladais et pakistanais à l’exception des musulmans. Une rupture historique avec la Constitution supposément séculaire. Depuis la nouvelle défaite cinglante du BJP aux élections de New Delhi ce mois-ci, d’aucuns se demandaient quand la violence éclaterait. La campagne des nationalistes avait installé un climat extrêmement tendu à l’égard des manifestants et du chef du gouvernement de Delhi, Arvind Kejriwal (Parti de l’homme ordinaire, centre). Après s’être rendu au chevet des blessés – « hindous, musulmans et policiers », précisait-il dans un tweet –, ce dernier a lancé des appels au calme et à la discussion. À quelques kilomètres de là, de façon presque surréaliste, Melania Trump assistait à un « cours de bonheur » destiné à guider des enfants vers la citoyenneté par la méditation.

Lina Sankari

Inde Trump et Modi, petits arrangements entre amis

Mardi, 25 Février, 2020 - L'Humanité

Pour le premier ministre indien, accusé d’attiser les tensions en son pays, le déplacement du président américain est une incontestable victoire. Les deux dirigeants possèdent des intérêts croisés aux niveaux stratégique, politique et économique.

À quelques mois de la présidentielle, Donald Trump ne ménage pas ses efforts pour séduire la diaspora indienne, traditionnellement considérée comme acquise aux démocrates. Après l’immense meeting qui avait réuni 50 000 Indo-Américains à Houston, en septembre, en présence du premier ministre indien, Narendra Modi, c’est cette fois au tour du président états-unien de se rendre pour la première fois en Inde. D’un coût de 13 millions d’euros, la visite, qui a débuté hier, est d’une importance capitale puisque censée approfondir la stratégie indo-pacifique qui vise à endiguer l’influence chinoise dans la région. À cet égard, un contrat pour l’achat de vingt-quatre hélicoptères Seahawk d’un montant de 2,3 milliards d’euros doit être conclu. Les discussions devraient également porter sur l’achat d’un bouclier antimissile américain et de six autres hélicoptères Apache.

Le déplacement de Donald Trump à Ahmedabad (Gujarat), un État gouverné par Narendra Modi de 2001 à 2014, est une incontestable victoire personnelle pour le chef du gouvernement indien. D’abord, parce que ce dernier fut frappé d’une interdiction de séjour aux États-Unis pendant dix ans pour son rôle dans le pogrom anti-musulmans de 2002. Le voyage redonne également un crédit international au premier ministre, qui fait face, depuis décembre, à des manifestations d’ampleur contre la nouvelle loi de citoyenneté qui exclut les réfugiés musulmans et écorne le caractère séculaire de la Constitution. Il y avait une certaine ironie à voir, hier, Donald Trump s’initier au rouet au cœur de l’ashram du Mahatma Gandhi. En pleine montée des tensions religieuses, l’instrumentalisation de l’héritage politique du héros de l’indépendance, assassiné par un membre du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), la milice fasciste au sein de laquelle le premier ministre indien a fait ses armes, laisse un goût amer. Le doute n’était d’ailleurs plus permis lorsque le président états-unien a été accueilli au Taj Mahal, à Agra, par le moine islamophobe Yogi Adityanath, ministre en chef de l’Uttar Pradesh, qui n’hésitait pas, la semaine dernière, à justifier la mort de vingt manifestants dans son État. Au moment où le chef d’État américain louait la démocratie indienne, de violents affrontements entre la police et les opposants à la loi de citoyenneté se déroulaient à New Delhi.

Hier, Donald Trump n’a pas pipé mot sur l’annexion de fait du Jammu-et-Cachemire, un État à majorité musulmane bouclé par l’armée indienne depuis août. Au cœur du plus grand stade de cricket du monde, 100 000 supporters de Narendra Modi ont applaudi à tout rompre lorsque le président américain a évoqué le « terrorisme islamique radical ». Il ne s’agit toutefois pas d’un blanc-seing à New Delhi dans sa rivalité avec le Pakistan puisque, après avoir suspendu l’aide sécuritaire à Islamabad, accusé d’alimenter en sous-main les djihadistes, Washington a approuvé en décembre la reprise du programme international de formation et d’entraînement militaires (Imet).

Afin d’éviter tout conflit d’intérêts, Donald Trump avait promis avant son élection de se consacrer « entièrement et totalement à la direction du pays » et de se mettre en retrait de son empire immobilier. Seulement, sur ce plan-là non plus son déplacement ne doit rien au hasard. La Trump Organization, impliquée dans l’immobilier, y possède d’importants intérêts économiques et des relations anciennes avec les investisseurs locaux liés au Parti du peuple indien (BJP) au pouvoir, comme c’est le cas de Mangal Prabhat, fondateur de la société immobilière Lodha Group et dirigeant du BJP à Mumbai. En 2018, Donald Trump Jr, qui gère l’empire familial, s’est rendu en Inde afin d’y développer ses activités. Lors de ce séjour, il rencontrait le premier ministre indien et avouait, dans une interview au quotidien indien Mint, que le marché constituait la plus importante zone d’investissements parmi les pays émergents avec cinq projets immobiliers démesurés à Pune, Gurugam, Calcutta, Mumbai et New Delhi. À première vue, Narendra Modi n’usurpe pas le titre de « grand ami » décerné par Trump à l’issue de la visite de l’ashram du Mahatma Gandhi.

Lina Sankari

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011