Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2020 3 19 /02 /février /2020 08:00

Qui est Olivier Véran, le nouveau ministre de la santé ?

Mardi, 18 Février, 2020

Le nouveau ministre de la Santé a été de tous les coups portés à la Sécurité sociale depuis 2017, défendant l’austérité et tentant de supprimer huit mentions sur neuf de la Sécu dans la Constitution.

 
Nommé quelques heures plus tôt ministre de la Santé, Olivier Véran a donné hier le coup d’envoi, devant les députés, des débats sur la réforme des retraites, vantant « un texte dont l’ambition est grande et même immense ». Nullement impressionné par la tâche, cet habitué des plateaux TV, qui y défend avec zèle l’action de l’exécutif, s’attendait à cette nomination. « Je suis prêt, je le suis depuis longtemps », confiait-il dimanche, après l’annonce de la démission d’Agnès Buzyn, partie mener la campagne parisienne. « C’est un manque de sérieux incroyable. Quel mépris pour la réforme des retraites, qui dépend de ce ministère. Et quel mépris pour les personnels hospitaliers, en pleine crise de l’hôpital », s’indigne le député PCF Alain Bruneel. Olivier Véran, lui, se frotte les mains. L’ambitieux neurologue de 39 ans, jusqu’à présent rapporteur du volet organique de la réforme des retraites, se retrouve propulsé en première ligne.
Le nouveau ministre des Solidarités et de la Santé est surtout connu pour s’être attaqué frontalement à la Sécurité sociale, en juillet 2018. En plein examen de la réforme de la Constitution, le député LaREM de l’Isère fait voter un amendement afin de supprimer huit mentions de la Sécurité sociale sur neuf dans la loi fondamentale. Son objectif était d’inscrire le terme de « protection sociale » à la place. « Il n’existe pas actuellement de définition juridique du périmètre de la protection sociale, contrairement au terme de “Sécurité sociale”, qui inclut une notion de redistribution entre actifs et retraités, entre personnes bien portantes et malades… La Sécu n’est pas soumise à la concurrence, la protection sociale, si ! » dénonçait alors la CGT, qui a remis en janvier un diplôme de la « casse sociale » à Véran. Son projet, révélé dans nos colonnes, avait suscité une telle indignation que le gouvernement avait été forcé de reculer. Sans rien abandonner de sa volonté de sabrer la Sécu, comme le montre l’actuelle réforme des retraites. À l’époque, le nouveau ministre poursuivait un vieux rêve de la droite. À savoir « absorber la loi de finances de la Sécu dans la loi de finances tout court », analysait Frédéric Pierru, sociologue de la santé. Avec pour but de « stabiliser la part des dépenses sociales par rapport au PIB », ajoute le chercheur au CNRS. D’ailleurs, la seule garantie à ce jour apportée par l’actuelle réforme des retraites est de contraindre le montant global des pensions à une part maximum dans le PIB…

Une nomination qui frise la provocation

En 2017, c’est Olivier Véran qui est choisi par la majorité macroniste pour devenir rapporteur des budgets de la Sécu. Dès le premier d’entre eux, il défend mordicus une coupe de 4,2 milliards d’euros, dont 1,2 milliard rien que pour un hôpital public déjà exsangue. « En trois ans, il a retiré 3,1 milliards d’euros à l’hôpital public. Il est comptable de la situation catastrophique dans laquelle se trouvèrent les soignants et les soignés », assène Alain Bruneel. Les syndicats des professionnels de santé ont d’ailleurs vertement accueilli, dimanche, le nouveau ministre.

« Pour nous, mettre comme ministre celui qui avait été à la manœuvre pour faire voter la loi de finances qui motive aujourd’hui le mouvement à l’hôpital, ça frise la provocation », a réagi Christophe Prudhomme. Le porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France ajoute avoir « peu d’espoir que la politique change » avec cette nomination. Le secrétaire d’État Cédric O a d’ailleurs affirmé, hier, que « les Français ne verront pas les différences » entre Buzyn et Véran. C’est bien le problème.

Alors que les démissions, y compris de chefs de service, se multiplient dans l’hôpital public pour protester contre le sort qui leur est imposé par le gouvernement, Olivier Véran a annoncé, hier, vouloir lancer « une enquête nationale pour consulter les hospitaliers, pour tenter de saisir le sens de leur engagement et les raisons du mal-être ». « On n’a pas besoin d’une enquête de plus. La plus belle enquête qui existe, et qu’il faut écouter au plus vite, c’est ce qui est exprimé tous les jours par les soignants », insiste Alain Bruneel.

Pour amadouer son monde, Olivier Véran assure comprendre les hospitaliers. « J’ai été aide-soignant de nuit, j’ai été médecin », rappelle le neurologue, devenu député PS en 2012 quand Geneviève Fioraso, dont il était suppléant, a été nommée ministre par Hollande. Il a ensuite suivi Macron, dont il était le référent santé lors de la campagne de 2017. Il assure encore aujourd’hui avoir « le cœur à gauche », et a parfois soutenu des propositions courageuses sur le prix des médicaments, l’aide médicale d’État, le cannabis thérapeutique ou la question de la fin de vie. Il s’était un temps dressé contre le fait de faire supporter les mesures dédiées aux gilets jaunes au budget de la Sécu. « Mais il finit toujours par se soumettre à Macron et n’est surtout pas de gauche. Quand on s’attaque à des droits fondamentaux comme les services publics, la retraite ou la cotisation sociale, on n’est pas de gauche », tranche Alain Bruneel.

Car Olivier Véran a aussi porté le transfert massif des cotisations sociales (maladie et chômage) vers la CSG. Ce qui n’empêche pas le nouveau ministre de se réclamer d’Ambroise Croizat, y compris au sujet des retraites. Ce qui lui a valu cette remarque acerbe du communiste Pierre Dharréville : « Vous n’êtes pas les exécuteurs testamentaires de Croizat. Vous êtes les exécuteurs tout court ! »

Un adversaire de la Sécurité Sociale au ministère de la santé: qui est Olivier Véran, le nouveau ministre ? (Aurélien Soucheyre, L'Humanité, 18 février 2020)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011